Amesys, DGSE, DRM, et si…

sarko-hollande-bigbrother

Le 16 juin 2012, Reflets évoquait un projet Eagle en France. Il porte en interne, chez Amesys, le petit nom suivant : EAGDLP1101. Aucun journal n’a repris cette information. Lorsque des députés ont posé des questions aux gouvernements, Fillon ou Ayrault, les réponses ont été les mêmes : circulez, il n’y a rien à voir.

C’est fort dommage. Nous l’avons écrit, l’affaire Amesys est une boite de Pandore et en ces temps où tout le monde, y compris le président de la république  réclame de la transparence, ce serait amusant et pas inintéressant de voir ce qu’il y a dans cette boite-là. Creusons ensemble quelques hypothèses abracadabrantesques, si vous le voulez…

Début 2012, Amesys travaillait sur le fameux projet EAGDLP1101, qui est installé à Toulon.

De quoi s’agit-il ?  Le nom du projet nous donne quelques indications : DLP est l’acronyme de « Data Leak Prevention. En d’autres termes, il s’agit d’un VisiBull (dont nous avons déjà parlé ici). Il s’agit d’un Eagle light, permettant de contrôler ce qui sort d’un réseau privé, afin d’éviter  des fuites d’informations. Il ne s’agit donc pas d’un système d’écoute globale des flux Internet français. L’écoute globale du pays serait complexe à mettre en place. Trop de fournisseurs d’accès, trop de points d’entrée. Toutefois, des écoutes ciblées sont possibles, sans installer d’Eagle en France, nous y reviendrons plus bas.

visiboule

Reste à  savoir qui est le client. La galaxie Amesys est un des pivots du complexe militaro-industriel. On peut imaginer, Toulon étant une ville connue pour sa force de projection maritime, qu’il s’agit de militaires.

Mais pas forcément.

Selon nos informations, il existe deux sites concernés par ce Visibull EAGDLP1101. Toulon et Lorient. Lorient qui est également une base militaire importante.

Un important dispositif d’interception des flux Internet.

Alors que l’on apprend que le FBI peut avoir accès à toutes les conversations téléphoniques passées aux Etats-Unis, il n’est pas idiot de s’interroger sur ce que la France a mis en place, de son coté.

La récente audition (le 20 février dernier) du préfet Érard Corbin de Mangoux, alors Directeur général de la sécurité extérieure (DGSE) au ministère de la Défense par la Commission de la défense nationale et des  forces armées de l’Assemblée nationale nous permet de détecter quelques bribes d’informations :

« À la  suite des préconisations du Livre blanc de 2008, nous avons pu  développer un important dispositif d’interception des flux Internet.  En outre, nous travaillons également beaucoup sur l’imagerie, même si  ce secteur relève davantage de la DRM. Ceci établi, c’est le  croisement des sources d’origine humaine, technique et opérationnelle  qui fait notre force. 

L’espace  cyber est une caisse de résonnance des menaces existantes, dont il  représente une troisième dimension. Au-delà des menaces classiques  qui s’expriment par ce canal, existent de nouveaux risques :  pénétration dans les réseaux, mise en danger des systèmes de  sécurité, pillage industriel… Face à ces risques, la France s’est  dotée d’une organisation cyber cohérente, dans laquelle les moyens  humains sont primordiaux, avec, notamment, la création de l’Agence  nationale de sécurité des systèmes d’information (ANSSI). Une  coordination est assurée avec les armées et la Direction générale de  l’armement (DGA). »

On peut se demander par quels outils et grâce à quelle infrastructure technique la DGSE dispose d’un « important dispositif d’interception des flux Internet« . Mais aussi, l’étendue des flux écoutés, les personnes écoutées, à qui ils appartiennent une fois collectés, dans quel cadre il est procédé à ces écoutes ? La liste des questions est longue mais les députés qui interrogeaient Érard Corbin de Mangoux n’ont pas jugé utile de les poser, trop occupés à le congratuler.

On se souvient des articles du Figaro et du Canard Enchaîné, indiquant que des membres de la Direction du renseignement militaire (DRM) avaient participé à la mise en place du Eagle Libyen. Voici ce que dit Erard Corbin de Mangoux à propos de la DRM :

« Nous n’avons jamais travaillé en aussi  étroite collaboration qu’aujourd’hui avec la DRM. L’expérience de  l’Afghanistan a favorisé l’établissement de contacts et nous  entretenons certains postes en commun, notamment à Djibouti, à Kourou et à Nouméa. La DRM appartient à la sphère militaire : elle est en  quelque sorte « branchée » sur les systèmes d’information des armées  dont elle partage les outils et les modes d’action. Nous avons donc  entrepris de fédérer les systèmes d’information de nos services, ce  qui nous permet aujourd’hui d’échanger des flux d’information. »

Une thèse abracadabrantesque

Reflets a déjà développé la thèse abracadabrantesque selon laquelle il y aurait une logique de renseignement pour que la France se dote d’un outil d’écoute globale (ou pas) des flux Internet circulant sur des backbones d’Internet. Une sorte de réseau Echelon remis au goût du jour, les fax et les téléphones laissant la place à l’IP.

La présence d’un câble partant de Marseille et circulant au travers des pays du proche et moyen-orient avec des Eagle sur le chemin prend ici un sens certain si une telle démarche avait été décidée en France au plus haut niveau.

Cable_map18

L’arrivée sur le marché Libyen de Philippe Vannier et d’Amesys ne s’est pas faite par l’entremise de Ziad Takieddine. C’est tout du moins ce qu’il affirme. L’arrivée en Libye de la SSII d’Aix serait dûe à quelqu’un d’autre… Faut-il chercher du côté politique ?

Le cadeau faramineux fait par Nicolas Sarkozy à Philippe Vannier et à ses deux amis de toujours, Dominique Lesourd et Marc Hériard-Dubreuil : une prise de participation majoritaire de Crescendo dans le capital de Bull prend alors un sens qui manquait jusqu’ici.

Si les politiques se sont laissés convaincre de mettre en place une infrastructure permettant de faire, techniquement parlant, des écoutes ciblées partout dans le monde depuis des Eagle installés, ici et là, et sur lesquels la DRM, la DGSE, ou tout autre service aurait un accès à distance, alors le rapprochement entre Bull et Amesys s’éclaire sous un nouveau jour. Il y existerait enfin une raison rationelle à ce rapprochement, car économiquement parlant, la justification d’une telle opération est très difficile, même avec toute la bonne volonté habituelle des commissaires aux comptes.

Reste à savoir ce qui serait fait de toutes ces informations. Pour le patron de la DGSE, la lutte anti-terroriste justifie une coopération totale avec les autres services de renseignement :

« La lutte contre le terrorisme est une  exception à ce principe. Elle justifie une coopération sans limite.  Ainsi à l’initiative des Américains, les services occidentaux ont mis  en place une base de données permettant à chacun de disposer  immédiatement de l’ensemble des informations recueillies. »

Encore faut-il définir ce que l’on met sous appellation « terrorisme ». Car à en croire Bruno Samtmann,  patron des commerciaux d’Amesys, les terroristes et les pédophiles (ils sont souvent cités ensemble), ce sont par exemple d’anciens opposants à Kadhafi devenus ambassadeurs ou ministres après la chute du dictateur. En tout cas, il s’agissait – à l’époque où elles étaient dans l’opposition – d’individus que l’on pouvait espionner sans que quiconque y trouve quoi que ce soit à redire.

Si l’on pouvait, chez Amesys, pour les besoins de la documentation d’Eagle, pratiquer des écoutes sauvages de téléphones GSM sur les Champs-Elysées sans craindre le moindre retour de bâton, si l’on pouvait, chez Amesys, vendre un Eagle à Abdallah Senoussi, condamné en France pour des actes de terrorisme, il ne semble pas complètement incongru d’imaginer que chez Amesys, on ait pu valider l’idée de la mise en place d’un système de délocalisation des écoutes « made in France« .

L’avenir nous dira peut-être si ce projet a existé et s’il est mort avec l’apparition de l’AmesysGate libyen…

 

Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: Antoine Champagne - kitetoa

Dinosaure du Net, journaliste à ses heures. A commis deux trois trucs (Kitetoa.com, Aporismes.com et Reflets.info).


6 thoughts on “Amesys, DGSE, DRM, et si…”

  1. Salut Kitetoa,

    La lecture de ton article me rappelle une déclaration de Frédéric MASSÉ –
    Directeur des Relations institutionnelles, SAP France – au cours des 4èmes Rencontres parlementaires sur la Sécurité (SÉCURITÉ ET SERVICES QUELS BESOINS, QUELLES RÉPONSES TECHNOLOGIQUES – MAISON DE LA CHIMIE Mardi 22 mars 2011 -) organisée et présidée par Eric Ciotti :

    « Cette question en suscite une autre sur les technologies. Internet a été conçu par des militaires pour des militaires. Nous savons tous ce qu’il en est advenu. Facebook devait au départ servir pour rester en contact avec ses amis de faculté. Les dernières révolutions tunisiennes et égyptiennes ont utilisé Facebook dans des conditions qui n’avaient pas été anticipées par ses créateurs. L’introduction d’une technologie peut produire des effets qui n’ont pas été anticipés. Nous ne pouvons certes tout anticiper mais nous pouvons nous garantir contre un certain nombre de mauvaises surprises. »

    http://pastebin.com/QKGQ0X4q – (pdf complet linké dans le bin)

    Les systèmes d’écoutes évoqués dans ton article ou dans celui de Pierre Alonso et Andréa Fradin collent complètement avec la doctrine économico-sécuritaire de ces rencontres.

    Ce n’est pas pour rien qu’Eric Ciotti y remercie le groupe SAFRAN – MORPHOS ou IBM en tant que partenaire des rencontres.

    PS : Le compte rendu de la table ronde / conf « Lutte contre la cyber-criminalité : anticiper et contrer les hackers » reste, malgrè un titre alléchant, plutôt décevant.

  2. Elle en a ras les nouilles que la dgse se servent d’elle en utilisant des innocents, en les torturant, en les violant, pour leur soutirer des renseignements qui n’existent pas, parce qu’ils n’ont rien dans la culotte. Vous deshonnorez la France ! Bande de laches perverts et fascisant.
    Vous ne meritez que d’avoir des escrocs et des criminels au pouvoir. La France est devenue un pays de fascistes à cause de gens comme vous.

    Occupez vous de ceux la.

    Foutez nous la paix et arretez de nous escroquer. Vous etes tous des incompetents inconscients !!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *