Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
par Antoine Champagne - kitetoa

Thierry Breton et l'asile politique de Philippe Vannier

S'il y a bien un patron d'entreprise qui a été carbonisé par la presse, c'est bien Philippe Vannier. Rassurons-nous, le patron d'Amesys, puis de Bull, l'homme qui a organisé la vente de systèmes d'écoutes massives à des pays fâchés avec les droits de l'homme, n'est absolument pas carbonisé auprès des autres patrons d'entreprises et des services de renseignement français.

Big

S'il y a bien un patron d'entreprise qui a été carbonisé par la presse, c'est bien Philippe Vannier. Rassurons-nous, le patron d'Amesys, puis de Bull, l'homme qui a organisé la vente de systèmes d'écoutes massives à des pays fâchés avec les droits de l'homme, n'est absolument pas carbonisé auprès des autres patrons d'entreprises et des services de renseignement français. Sa nouvelle position, en tant que Directeur Exécutif, Big Data & Sécurité, Directeur de la Technologie du Groupe Atos, l'amène sans aucun doute à avoir des relations normales avec les "services". Atos, comme Bull — et comme la galaxie Amesys — auparavant, sont des entreprises incontournables pour l'écosystème militaro-industriel.

L'homme a réussi un pari impossible. Initialement patron d'une petite société de services informatiques (SSII) aixoise, il parvient à l'imposer auprès du secteur militaro-industriel. Amesys participe à des projets comme les sous-marins vendus au Pakistan et qui seront au centre d'un vaste scandale (déjà), tout comme le projet Sawary II auquel l'entreprise participe. Des scandales qui entourent Edouard Balladur et Nicolas Sarkozy. Faut-il y voir le début d'une idylle entre les équipes Sarkozy et Philippe Vannier qui débouchera sur le fameux contrat avec la Libye ? Mystère. Amesys vend déjà, dès 2007 des IMSI-Catchers à l'Etat.

Mieux, après avoir imposé la galaxie Amesys au cœur du secteur...