Et si… on était tous libyens ?

Parmi les zones d’ombre qui subsistent sur l’affaire de la vente d’un système de surveillance global à la Libye, il y a la présence en territoire libyen de la Direction du Renseignement Militaire évoquée par le Canard Enchaîné. Puis c’est regardant une carte des câbles sous-marin qui constituent le gros du trafic sur Internet que la rédaction de Reflets a connecté un neurone. A ce stade, tout n’est de notre part que pure hypothèse, mais vous allez voir que malheureusement tout ceci colle très bien, un peu trop bien même à notre goût.

Les relations diplomatiques au beau fixe de la France avec le régime de Kadhafi entre 2006 et 2011 ne sauraient à elles seules expliquer que la France déploie, avec le soutien actif de la direction du renseignement militaire et d’anciens de la DGSE, un système aussi stratégique que le GLINT/EAGLE. Certes, il y a bien quelques intégristes islamistes à aller écouter mais un tel système est parfaitement sur-dimensionné pour écouter la « menace à poils longs » évoquée à demis mots pour expliquer la présence de ce système surpuissant en territoire libyen.

Nous avons donc commencé à nous poser quelques questions. Avec quelques connaissances rudimentaires de TCP/IP, le protocole qui achemine nos communications sur Internet pour faire grossier, on pense d’un coup à la magie des tables de routage. Et quand on connecte cette notion relativement basique avec la carte ci dessous …

Visiblement, il y a un gros câble marron qui part de pas loin de Tripoli et qui atterri à Marseille, c’est en soi intéressant. Mais il y a encore mieux ! Ce même câble fait un petit crochet par Aix-en Provence, où on trouve… Des locaux d’Amesys Conseil ! Une bien curieuse coïncidence non ?

On est donc parfaitement en droit de se demander si un GLINT libyen ou marocain (et ça nous y reviendrons mercredi… voiiiiir Taaaangeeeer et mouuuuriiiiir) ne peut pas servir à intercepter des communications bien de chez nous. On se souvient de l’émoi qu’avaient provoqué en leur temps quelques écoutes téléphoniques clandestines. À votre avis, que se passerait-il si un jour on découvrait que des interceptions sauvages de connexions Internet sont réalisées à distance depuis des centres d’écoute montés par nos services en territoire étranger ?

D’une manière générale, l’idée que EAGLE ait été déployé en Libye sans que les services français aient un accès distant, ne serait-ce que pour la maintenance du système, comprenez pour écouter le colonel, sa famille et ses ministres, semblait déjà incongrue. D’ici à imaginer que le bouzin pouvait servir à lancer des interceptions ciblées en France depuis l’étranger… Il n’y a qu’un pas. Un peu de fiction ne fait jamais de mal. Ça ferait un bon scenario pour un bouquin ou un film.

En plaçant des stations d’écoute hors du territoire français, dotées de capacités d’interception sur-dimensionnées, on s’offre un « cloud » d’un genre assez nouveau. Le cloud de la surveillance globale qui présente plusieurs avantages : la rentabilité (on se fait financer un système d’écoute par des puissances étrangères), la décentralisation (on esquive ainsi les lourdeurs administratives de notre territoire), la discrétion (on se sert d’un système distant pour écouter notre propre population).

Si ceci était un jour avéré, allez dire après ça qu’on n’a pas des services de renseignement efficaces… ou quand l’extérieur côtoie d’un peu trop près l’intérieur.

Twitter Facebook Google Plus email


27 thoughts on “Et si… on était tous libyens ?”

  1. Ok, il y a des tuyeaux vers Tripoli, les programmes, la puissance de traitement, et tout le bouzin pour traiter l’information à Tripoli, reste la question essentielle:
    – comment intercepter les flux réseaux qui sortent des millions de box française pour les renvoyer à Tripoli?

    Même si on cible les écoutes à quelques dizaines?, centaintes?, milliers? internautes français, une telle opération peut-elle avoir lieu sans l’accord des fournisseurs d’accès?

    1. Précision non comprise par notre faute. Il s’agirait ici d’écoutes clandestine ciblées et non de l’ensemble du trafic. ;)
      Et oui directement sur le tuyau qui fait sortir les connexions de tous les FAI, pas de problème pour se passer de l’accord des FAI français.

  2. J’ai besoin d’une petite precision.
    Ils ont donc rerouté tous les paquets sortant de marseille par Tripoli.
    Impossible de le voir avec un traceroute ? Ou alors ils ont carrement modifié la TTL du paquet pour empecher qu’on ne puisse voir le passage par la Libye ?
    Si c’est averé, c’est plutôt inquietant…

  3. La carte n’est pas assez précise pour « objectiver » le crochet par Aix en Provence (même si Les Milles, zone d’activité d’Aix est loin du centre-ville). D’un autre côté, Le crochet par l’extrême sud-est (entre NIce et Monaco, vu d’ici) est… surprenant (une histoire de BTP… ?)

    1. Plutôt d’accord, la carte manque trop de précision pour être un élément de preuve. D’autant que le « gros câble » Marseille-Tripoli est aussi un gros tuyau Londres-Lisbonne-Mumbai.
      J’attends la suite des infos de ce week-end avec impatience ;)

  4. Pour modifier la table de routage, il faut la complicité d’un opérateur Français, non ? Ou alors un opérateur étranger peut publier une nouvelle route qui serait acceptée entre surcouf.caserne.mil et google.com qui passerait par la Libye ?

    Et c’est vrai que si ça arrive, il n’y a aucun moyen d’accuser un gouvernement plutôt qu’un hacker isolé.

  5. interessez vous encore aux serveurs en france qui ont servi à piloter le Eagle .
    Vous vous trompez sur le lien ce n’est pas aix ,c’est sophia antipolis.
    à l’institut télécom il y a l’écurie france telecom mais il y a aussi lécurie eurecom.
    pour chapeauter le système il fallait parler arabe couramment et au concours mines pont puis ensuite avec les stages c’est un tout petit groupe
    Arrétez de penser que c’est la dgse d’abord . pourquoi?
    Mais parcequ’ils sont nuls en informatique.Ils ont un niveau au mieux de technicien supérieur.(utilisation entretien mais certainement pas conception)
    Dès qu’ils ont besoin d’une compétence plus poussée ,ils font appel à un et plusieurs intervenants extérieurs(drague à poitiers l’an dernier voir manach)
    et ceux_çi ont leurs propres logiques celle là industrielles.Un bon ingénieur avec cette spécialité c’est 100 000 cash au départ n’importe ou dans l’otan.Ils n’ont plus les moyens de s’en assurer le concours à l’année

  6. Heu … pour information :

    Aix en Provence – Headquarter
    1030, Avenue Guillibert de la Lauzière
    Les Milles – BP 20140
    13794 Aix-en-Provence cedex 03

    En ce qui concerne Amesys… c’est vraiment pas super loin de chez moi …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *