Les mystérieux screenshots d’Amesys : des écoutes sauvages en plein Paris ?

La publication des documents d’Amesys dans les Spy Files diffusés par Wikileaks révèlent de bien mystérieux screenshots. Le système d’interception global vendu à la Libye , on le savait, est tout à fait capable d’intercepter
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

17 thoughts on “Les mystérieux screenshots d’Amesys : des écoutes sauvages en plein Paris ?”

    1. le 18/09/2010, il y a 15 mois, donc à peu près au moment de la révélation du remerciement de David Sénat par Mme le ministre de la justice, JL Bourlanges a déclaré dans l’émission Mediapolis sur europe1:
      * « Que chacun sait que dès que vous avez une responsabilité plus ou moins importante, vous êtes écouté »
      * « J’applique à mes propres conversations — insuffisamment d’ailleurs — le principe de précaution »

      Bref, il semble qu’un certain nombre d’hommes politiques ne se fassent guère d’illusions à propos de la confidentialité de leurs communications téléphoniques. Cela dit, je ne sais pas quelle est la proportion des « naïfs » et des « paranos »

      1. « Que chacun sait que dès que vous avez une responsabilité plus ou moins importante, vous êtes écouté »

        Et ben non, c’est totalement faux, quel que soit votre niveau de responsabilité, vous êtes écouté, c’est bien ce que prouve de façon définitive les Spyfiles de Wikileaks et ce que des gens comme Bluetouff et la bande soupçonnons depuis des lustre au regard des capacité techniques des machines qui effectuent cette surveillance.

        Désormais ce genre de chose n’est pas l’apanage de ceux qu’on traitait de conspirationistes hier. Tout le monde est sur écoute, et tout est sur écoute.

  1. Faut quand même pas s’emballer sans preuve de quoique ce soit : ce que l’on voit sur le screenshot avec un mobile dans Paris peut très bien être des tests, avec un mobile d’un employé ou autre, parfaitement conscient de l’interception.

  2. « des écoutes sauvages en plein Paris ? »

    Ce qui me semble important de rappeler c’est que les entreprises qui font du dpi en afrique, en amérique du sud et en Asie sont les mêmes qui vendent leur produit d’analyse de trafic aux opérateurs européens (qui
    souvent sont les mêmes ou détiennent les infrastructures… Pas con…).
    Ce qu’il faut donc comprendre ces que les solutions vendues sont les mêmes à une option près cochée dans un moteur de traitement, bé oui en france on « a pas le droit d’enregistrer les sms », une option à cocher je vous dit !!

  3. Ping : Amesys

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *