Amesys : le changement, ce n’est pas maintenant

Le changement, c’est maintenant promettaient le candidat Hollande et toutes ses troupes ébahies derrière lui. Le voilà président. On entend à nouveau : le changement, c’est maintenant, le changement, c’est maintenant. C’est juste, il y
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: Antoine Champagne - kitetoa

Dinosaure du Net, journaliste à ses heures. A commis deux trois trucs (Kitetoa.com, Aporismes.com et Reflets.info).

7 thoughts on “Amesys : le changement, ce n’est pas maintenant”

  1. « Parce que les armes, ce n’est pas fait pour décorer les cours des casernes. C’est fait pour tuer. Souvent des militaires, parfois des civils. »
    Dans ces conflits « modernes » et asymétriques qui semblent devenir la norme je dirais plutôt que c’est l’inverse. Ce qui rend l’autocongratulation d’autant plus ignoble.

  2. « C’est juste, il y a du changement. Mais il faut l’avouer, changer après le pire quinquennat de la cinquième République, c’est chose simple. Il suffit de montrer moins d’arrogance, moins de violence, moins de haine du passé, moins d’extrémismes de tous poils. »

    Allez, on peut bien vous l’avouer, maintenant :
    Sarko était en fait un agent bolchevik infiltré. Sa mission était de casser l’UMP. Il l’a parfaitement réussie.

    Plus sérieusement, on peut espérer que le nouveau gouvernement modifiera un peu la donne dans le domaine. Et donnera des explications sur cet Eagle qui serait déployé en France, ou en cours de déploiement ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *