Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
par Rédaction

AMES, Nexa : bienvenue sur la planète Salies

« Difficile de suivre précisément la route prise par Eagle. Le système d'Amesys est cédé à Nexa Technologies. Une cession déguisée pour certains, pour exfiltrer la société à Dubaï. » C'est ainsi que France Inter évoquait Amesys « nouvelle formule ». Reflets.info avait pourtant documenté la « disparition » d'Amesys, et sa résurrection sous la forme d'une entité bicéphale Nexa Technologies (France) et Advanced Middle East Systems (AMES - Emirats Arabes Unis). Reflets.

« Difficile de suivre précisément la route prise par Eagle. Le système d'Amesys est cédé à Nexa Technologies. Une cession déguisée pour certains, pour exfiltrer la société à Dubaï. » C'est ainsi que France Inter évoquait Amesys « nouvelle formule ». Reflets.info avait pourtant documenté la « disparition » d'Amesys, et sa résurrection sous la forme d'une entité bicéphale Nexa Technologies (France) et Advanced Middle East Systems (AMES - Emirats Arabes Unis).

Reflets.info a eu accès à des bulletins de paie datés de 2014 et émis par la société Nexa Technologies pour l'ensemble de ses salariés. Deux d'entre eux, en particulier, sont au bénéfice de personnalités qui ne nous sont pas inconnues. Stéphane Salies, président de Nexa Technologies, et Renaud Roques, Directeur Avant-Vente et Stratégie. Tous deux travaillaient pour Amesys. Mais ils ne sont pas les seuls (nous y reviendrons dans un prochain article).

Notons que Nexa Technologies — entreprise immatriculée en 2012, reprend l'ancienneté de certains "nouveaux" salariés — ancienneté remontant à plusieurs années en arrière, jusqu'en 2008.

Reflets.info a également eu accès aux tableaux de suivi de trésorerie pour les années 2014 et 2013, estampillés cette fois-ci d'un logo d'AMES, société domiciliée à Dubai, et non de Nexa Technologies, société française. Dans ces documents, deux lignes concernent les rémunérations par AMES de messieurs Salies et Roques. Ces rémunérations sont...