Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
par Antoine Champagne - kitetoa

Amesys, DGSE, DRM, et si...

Le 16 juin 2012, Reflets évoquait un projet Eagle en France. Il porte en interne, chez Amesys, le petit nom suivant : EAGDLP1101. Aucun journal n'a repris cette information. Lorsque des députés ont posé des questions aux gouvernements, Fillon ou Ayrault, les réponses ont été les mêmes : circulez, il n'y a rien à voir. C'est fort dommage.

Le 16 juin 2012, Reflets évoquait un projet Eagle en France. Il porte en interne, chez Amesys, le petit nom suivant : EAGDLP1101. Aucun journal n'a repris cette information. Lorsque des députés ont posé des questions aux gouvernements, Fillon ou Ayrault, les réponses ont été les mêmes : circulez, il n'y a rien à voir.

C'est fort dommage. Nous l'avons écrit, l'affaire Amesys est une boite de Pandore et en ces temps où tout le monde, y compris le président de la république  réclame de la transparence, ce serait amusant et pas inintéressant de voir ce qu'il y a dans cette boite-là. Creusons ensemble quelques hypothèses abracadabrantesques, si vous le voulez...

Début 2012, Amesys travaillait sur le fameux projet EAGDLP1101, qui est installé à Toulon.

De quoi s'agit-il ?  Le nom du projet nous donne quelques indications : DLP est l'acronyme de "Data Leak Prevention. En d'autres termes, il s'agit d'un VisiBull (dont nous avons déjà parlé ici). Il s'agit d'un Eagle light, permettant de contrôler ce qui sort d'un réseau privé, afin d'éviter  des fuites d'informations. Il ne s'agit donc pas d'un système d'écoute globale des flux Internet français. L'écoute globale du pays serait complexe à mettre en place. Trop de fournisseurs d'accès, trop de points d'entrée. Toutefois, des écoutes ciblées sont possibles, sans installer d'Eagle en France, nous y...