Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
par Rédaction

Armes de surveillance de masse françaises : révélations sur les coulisses d'un commerce mortifère

Dans les jours à venir, Reflets.info va dévoiler les coulisses des ventes d'armes de surveillance massive à travers le monde effectuées par une entreprise française : Nexa Technologies. Ces produits permettant d'intercepter les communications d'un pays entier sont un commerce mortifère.

Ces produits permettant d'intercepter les communications d'un pays entier sont un commerce mortifère. Vendus généralement à des dictatures ou des Etats policiers (mais nous verrons que des "démocraties" sont également clientes), ils permettent d'identifier les opposants politiques, journalistes, blogueurs, activistes, syndicalistes, et autres membres d'ONG. Ceux-ci sont ensuite, comme ce fut le cas en Libye, interrogés, torturés sur la base des interceptions permises par ces outils.

L'État français, au courant depuis les prémices de ces entreprises (Amesys et Qosmos, mais d'autres aussi), les a soutenues financièrement. Elles se sont développées grâce à des contrats publics déguisés ainsi que grâce à l'argent versé par des dictateurs sanguinaires. À chaque fois, l'État Français a donné son aval direct ou par omission pour ces ventes.

Nexa est le successeur, principalement par un changement de nom, d'Amesys. En février et mai 2011, Reflets.info dévoilait que la France avait vendu un outil de surveillance permettant de mettre sur écoute les communications Internet, cellulaires, satellites, des Libyens. Notre premier article posait une série de questions. Le 30 août 2011, les soupçons d'une vente du produit "Eagle" à Kadhafi, avec comme intermédiaire Zyad Takieddine, étaient confirmés par une journaliste du Wall Street Journal qui visitait un centre d'interceptions Amesys au cœur de Tripoli libérée. En...