Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking

Monde

Microsoft : Wikileaks confirme les soupçons d'une aide pour la surveillance des citoyens Tunisiens

Près de six mois après que l'affaire ait été publiée dans Rue89 et savament étouffée par les services de Microsoft, et à peine une semaine après la promotion de la principale instigatrice, alors DG de Microsoft Tunisie, Salwa Smaoui, l'affaire de l'aide apportée par Microsoft dans l'espionnage de la population Tunisienne rebondit.

par Fabrice Epelboin

Bluecoat's role in Syrian censorship and nationwide monitoring system #OpSyria

This second translated article is intended to update an international audience about the current situation concerning the OpSyria operation (you can read the first article here). All contents on this website are released under a Creative Commons By licence, you are free to reproduce, republish and broadcast this content as long as you provide a link to the original.

par Rédaction

Tiens, le Wall Street Journal ne lâche pas l'affaire Amesys...

Bien entendu, la toile s'est remplie ces derniers jours de dépêches d'agences courtes et peu documentées, certaines (AFP) ne sachant même pas ce qu'est le DPI, mais dissertant sans complexes, mais on n'a pas encore vu dans la presse classique un dossier un peu charnu sur le DPI et sur l'affaire Amesys. Pas plus qu'on en verra sur l'affaire BlueCoat (quoi que ça....). Bref. Une information chassant l'autre, la cellule de crise chez Amesys peut sans doute commencer à se reposer.

par Antoine Champagne - kitetoa

Amesys, la Libye, Nicolas Sarkozy, et la minute nécessaire de monsieur Cyclopède

A ce stade des découvertes, quelques petites questions à deux cents d'euros méritent d'être posées. Pour ce qui est des découvertes : il y a le Wall Street Journal qui a bien amoché Amesys et sa vente de technologies d'interception à la Libye. Il y a la BBC qui a filmé le QG dans lequel se trouvaient tous les dossiers réalisés sur les opposants grâce à cette merveilleuse technologie française que l'on exporte si bien...

par Antoine Champagne - kitetoa

Oh... Le Wall Street Journal retrouve Amesys, filiale de Bull, en Libye

Le 31 mai dernier, Reflets vous présentait les gros ordinateurs souhaités par le député Jacques Myard pour civiliser les Internets :  le GLINT, d’Amesys. Nous évoquions à demi mot la présence d'Amesys dans quelques pays dirigés par des dictateurs. Ce papier faisait partie d'une série sur le Deep Packet Inspection, une technologie qui a (en gros) deux utilisations possibles : la gestion du trafic sur les réseaux des opérateurs et, la surveillance des opposants par des dictatures.

par Antoine Champagne - kitetoa

#OpSyria : BlueCoat maître artisan de la censure syrienne

Nous vous avions déjà parlé de BlueCoat, une entreprise originaire d'un pays qui bombarde la liberté sur des pays entiers sous prétexte qu'ils ont des armes de destruction massive imaginaires... oui les USA. Le pays de Mickey est, comme la France, très en pointe sur les technologies de filtrage d'Internet.

par Rédaction

Les avions de l'OTAN au dessus du ciel du Bahreïn, c'est pour quand ?

Allez... La Libye, c'est fini (ou presque). Bien sûr, on a toujours, parmi les OPEX, notre Afghanistan, une guerre menée sans aucun contrôle parlementaire, perdue d'avance, on a toujours notre Tchad, notre Côte d'Ivoire... Bref, niveau guerre, nous ne sommes pas démunis. Pour autant, il ne faudrait pas que l'effort international des démocrates occidentaux se tarisse. Amis dirigeants occidentaux, il reste des cibles, des dictatures à faire tomber. Ne relâchez pas la pression.

par Antoine Champagne - kitetoa

Français, ayez confiance, dans 1 an, l'OTAN libèrera la France

Le colonel Kadhafi est sur le point de tomber. L'OTAN a ouvert la voie aux rebelles qui sont dans Tripoli. Voilà une bonne nouvelle de plus. Après la Tunisie, l'Egypte, le peuple Libyen s'est libéré. Ceci devrait libérer quelque ressources de l'OTAN pour de nouvelles interventions. En toute logique, Bachar el-Assad devrait être le prochain dictateur sur la liste. Les récentes demandes de son départ par Obama et les leaders européens s'expliquent, avec la chute du colonel Kadhafi, un peu mieux.

par Antoine Champagne - kitetoa

#OpSyria s01e03 – NASDAQ’s Blood Diamonds

Officiellement, Bluecoat vend de la technologie réseau a des gens très bien... enfin... des gens qui n'ont pas de sang sur les mains, et qui n'utilisent pas les services de Bluecoat pour assassiner qui que ce soit. Officieusement, pas vraiment. Bon nombre des citoyens Syriens emprisonnés, torturés et pour certains d'entre eux morts, l'ont probablement  été après s'être fait repérer sur internet, et la technologie utilisée pour permettre cela a visiblement été mise au point par Bluecoat.

par Fabrice Epelboin

Zapatero : faites ce que je dis, pas ce que je fais

Démocratie, on vous dit... Nous vivons en démocratie, avec des "dirigeants" démocrates.  Les dirigeants du "monde libre" occidental en question, après avoir gardé un silence prudent ont tous fini par s'énerver (tout est relatif) contre les dictateurs notoires avec lesquels ils commerçaient il n'y a pas si longtemps. A coup de grandes déclarations, il les ont d’abord enjoints de régler les manifestations populaires pacifiques avec retenue et sans violence.

par Antoine Champagne - kitetoa

11 septembre : des membres de l’Administration Bush parlent… Et c’est intriguant (suite)

Nous vous avions raconté la semaine dernière comment un membre de la cellule chargée de traquer Oussama Ben Laden avait exprimé publiquement ses regrets que des informations précises permettant d’anticiper très clairement les attentats du 11 septembre 2001 aient été cachées à des hauts responsables gouvernementaux et au Congrès. Le journal en ligne Truthout a par ailleurs rapporté des déclarations plus que troublantes de Richard Clarke, l’ancien responsable du contre-terrorisme sous George Bush.

par Antoine Champagne - kitetoa

David Cameron part en guerre contre le gang des Blackberry

Les gesticulations politiques de David Cameron sont pathétiques. Le Prime Minister de Sa Majesté trouve donc que les soulèvements qui éclatent dans les principales villes britanniques depuis quelques jours, suite à la mort d'un jeune londonien sous les balles de la police, ont quelque chose à voir avec les réseaux sociaux et les textos échangés par Blackberry.

par Jet Lambda

Comprendre pourquoi Bahreïn peut continuer à réprimer en deux graphiques

Un bon dessin vaut mieux qu'un long discours, dit-on. Reflets a évoqué à plusieurs reprises la situation catastrophique des contestataires du royaume de Bahreïn. La violence, les tortures, les emprisonnements, les morts... Le dernier article revenait rapidement sur le fait que les troupes de l'Arabie Saoudite sont entrées dans ce petit pays pour aider les autorités à "rétablir l'ordre". Impossible dès lors de s'attaquer au Bahreïn sans s'aliéner l'Arabie Saoudite.

par Antoine Champagne - kitetoa

11 septembre : des membres de l’Administration Bush parlent… Et c’est intriguant

Jusqu’à présent, ceux qui mettaient en doute la version officielle des attentats du 11 septembre étaient considérés et désignés  comme des « conspirationnistes ». Ils étaient généralement opposés à l’équipe de néo-cons qui ont dirigé l’Amérique et l’ont amenée à enlever des gens, les détenir dans des prisons secrètes et les torturer. Il est donc particulièrement intéressant de constater que ce sont désormais des membres de l’Administration Bush qui parlent.

par Antoine Champagne - kitetoa

#OpSyria (acte 2) : La censure du Net syrien en pratique

Pour comprendre l'emprise de l'État sur le contrôle de l'information intérieure, nous vous invitons à lire attentivement cet article publié hier sur le blog Syrie.blog.lemonde.fr. L'article, très bien documenté, décrit le système de censure des média et présente ses acteurs clés. Il est donc une lecture indispensable pour comprendre ce système autoritaire emprunt d'un zeste de népotisme. Internet n'échappe pas non plus à la censure du gouvernement Syrien.

par bluetouff

OpSyria (acte 1) : Bachar, we own your propaganda

Nous allons commencer par une petite mise en bouche qui ne manquera pas de faire sourire tous nos confrères journalistes à qui le régime syrien refuse l'entrée sur son territoire. Internet a ceci de magique que nous n'avons pas eu besoin de carte de séjour pour visiter les petits dessous de la censure et de la propagande syrienne. On va donc commencer par l'aspect propagande si vous le voulez bien. La Syrie dispose t-elle de l'agence de presse nationale la plus ridicule du monde ?

par bluetouff

#OpSyria : La censure du Net en Syrie mise à nu

Aujourd'hui, Telecomix, Fhimt et Reflets.info ont attentivement étudié l'infrastructure de censure d'Internet mise en place par le régime Syrien. Nous y avons fait de bien belles découvertes. Dans une petite série d'articles à venir, nous vous détaillerons les mécanismes utilisés par le régime syrien pour bloquer des sites ou encore, forcer des connexions non sécurisées sur les réseaux sociaux afin de pouvoir mieux contrôler la population...

par bluetouff

Sémantique journalistique à propos de Londres

Les mots ont un sens. Ceux qui les manient ont donc une grande responsabilité. Ce qui sera écrit et publié par la presse aura un impact certain sur l'opinion publique. Les émeutes de Londres sont un exemple frappant. Unanime hier, la presse (qui reprend souvent des dépêches d'agences telles que) titrait en substance "Grande-Bretagne : premier mort dû aux émeutes". Depuis quand des émeutes tuent-elles des gens ? Avec leurs petits poings musclés ?

par Antoine Champagne - kitetoa

Londres : l'appel aux citoyens vigilants...

C'est notre bon Eric Ciotti qui va être content. On entend d'ici ses comparaisons façon Nicolas Sarkozy : "j'vous l'demande Mâme Chabot, si les Anglais le font, pourquoi la France elle pourrait pas l'faire ? Hein ? J'ai pas été élu pour me croiser les bras moi Mâme Chabot !". Et oui, depuis aujourd'hui, la police londonienne appelle les citoyens à prendre contact avec elle pour identifier une série de supposés voleurs ou auteurs de dégradations pendant les émeutes.

par Antoine Champagne - kitetoa

Supersarko, sauveur du monde : il y a (toujours) du laisser aller… - Bahrain : Shouting in the dark

La crise économique mondiale dont les contours commencent à prendre forme dans les esprits désespérément fermés de nos « politiques » (il était temps) a une conséquence fâcheuse. Elle éclipse les événements en cours en Tunisie, en Egypte, en Libye, en Syrie, à Bahreïn, etc. Pour autant, nous ne sommes jamais à l’abri d’une faramineuse incongruité. Et au milieu du tumulte du jour Reflets vous propose de réfléchir à ce qui vient de se passer au Sud.

par Antoine Champagne - kitetoa