Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
Reflets poursuivi par Altice : la liberté d'informer menacée

Le groupe de Patrick Drahi tente de contourner le droit de la presse. Altice a des milliards, nous avons un site Web. Aidez-nous à défendre la liberté de la presse.

Technos

Internet quasi neutre : l'ARCEP consulte... encore

L'ARCEP, depuis Jean-Ludo... c'est plus c'que c'était ma bonne dame. Le gendarme de télécoms lance une nouvelle consultation sur le thème de la neutralité des réseaux. Un colloque, en avril 2010, avait déjà réuni opérateurs, industriels, fournisseurs de services en ligne et ... moines copistes de DVD. C'était super amusant comme colloque.

par bluetouff

Rennes ~ L'Elaboratoire en danger ?

Un petit mot sur l'Elaboratoire de Rennes et sur son avenir. L'elabo est un joli lieu à Rennes : lieu de vie, d'exposition, de création artistique, c'est une chouette TAZ dans une friche industrielle. Une réoccupation. On y trouve par exemple Breizh Entropy, le Hackerspace rennais, qui organise le WhatEver Apero 3 les 11 et 12 mai prochains.

par BaN

Richard Stallman puts a foot in a surveillance society

by Fabrice Epelboin To intrude into a computer “in real life”: this is the conceptual artistic intervention into which Richard Stallman has indulged himself last Monday, in the premises of Bull/Amesys in Tunis. We have cooked up this little LULZ “happening” during a barbecue party, in the highlands of Sidi Bou Said - in a hackerspace -, and we have gone through with it the next day, at Bull's headquarters in Tunis, where Stallman embodied Saint IGNUcius of the church of Emacs.

par BaN

Laurent Chemla : Internet n'est pas contrôlable

Il y a comme ça des figures d'Internet. Des dinosaures à qui l'on doit beaucoup sans toujours le savoir. Des Jean-Michel Billaut, des hackers de légende qui ont dépassé depuis longtemps l'envie d'être les vedettes éphémères de la presse. Dans cette liste, il y a Laurent Chemla. Lors du lancement de Reflets, il nous a paru évident de lui poser des questions, comme cela avait été le cas en 2005. Pour faire le point.

Entretien
par Antoine Champagne - kitetoa

Menaces, intimidation, harcèlement et DDoS : les méthodes de lutte contre le piratage de AIPLEX

Il semble que Reflets soit quand même tombé sur de sacrés zigotos en révélant les activités d'AIPLEX, une société dont le coeur de métier est la lutte contre le piratage des oeuvres de l'esprit sur Internet. Quelques petites recherches nous ont très rapidement conduit à des informations qui pourraient nous expliquer l'aplomb avec lequel Monsieur Delacroix nous a menti. Il semble évident que l'ALPA ne souhaite en aucun cas être associée à AIPLEX, et on peut le comprendre.

par bluetouff

Collecte illicite d'adresses IP : l'ALPA dément... et c'est drôle !

Nous avons eu le privilège de recevoir un démenti de l'ALPA concernant notre article qui révélait l'existence d'un document attestant de la collecte d’adresses IP par une société d'origine indienne, AIPLEX. Le document nous a beaucoup inquiétés car il laissaient entendre, probablement involontairement, que ces adresses étaient issues de la surveillance des sites de direct download. Nous nous sommes donc logiquement posés des questions sur la méthode utilisée.

par Rédaction

Comment AIPLEX et l'ALPA collectent des données personnelles de téléchargeurs

En France, les adresses IP publiques sont considérées comme des données à caractère personnel. Leur collecte et leur traitement ne peut donc pas être fait n'importe comment, par n'importe qui. Enfin ça c'est en théorie.

par bluetouff

Amis geeks : Amesys vous invite à boire un coup

Vous vous souvenez peut-être qu'il y a quelques temps, Bull lançait une jolie maskirovska en annonçant la vente de son activité Eagle au sein d'Amesys. L'idée étant de se débarrasser d'un facteur négatif en termes d'image après les révélations de Reflets, d'Owni, du Wall Street Journal sur le business pas joli-joli d'Amesys dans des dictatures et des Etats policiers. Notamment en Libye, mais aussi à Doha, au Maroc, etc.

par Antoine Champagne - kitetoa

@cnil est-il un bot ? Ou pire...?

CNIL, ma chère CNIL... Tu le sais, toi et moi, c'est une longue histoire d'amour. Depuis des années, je te répète que tu ne sert à rien, que les politiques t'ont déshabillée... Tu n'as plus aucun pouvoir et quand tu en avais, tu ne les utilisais pas puisqu'en une vingtaine d'années, de mémoire, tu n'avais transmis que 20 dossiers environ au procureur.

par Antoine Champagne - kitetoa

Verizon lit dans les entrailles du piratage et les journalistes plongent

Le saviez-vous, l'an dernier 58% des vols de données ont été le fait des hacktivistes. Si, si, c'est Verizon qui le dit et toute la presse, selon ce que nous dit Google News, qui le répercute. Evidemment, quand on part d'une étude pourrie ou du communiqué de presse qui lui est associé, l'article risque bien d'être complètement foiré. Mais voyez-vous, cette étude est un truc en or pour les journalistes.

Édito
par Antoine Champagne - kitetoa

Saint Gérard Longuet, son nez rouge, son chapeau pointu et l'#AmesysGate

A écouter les ministres et le grand patron, Nicolas Sarkozy, sur l'AmesysGate, il semble que nous ayons une troupe de clowns avec de gros nez rouges qui crient très fort : "boooooonnnnjouuuur les petits neeeennnnffffannnnts, qquiii c'est quiii va vous faireeeeuuu riiiiireuuuu??? C'est nouuuuuusss"... Les réponses aux questions des députés de droite comme de gauche sur ce sujet sont un must. Des trucs à encadrer et à garder pour plus tard. Première posture : silence.

par Antoine Champagne - kitetoa

Monsieur le ministre... je vais t'en foutre du grand public !

Il y a quelques jours le ministre des affaires étrangères et européennes, Alain Juppé, répondait à une question parlementaire au sujet de la vente de ce qu'il convient d'appeler une arme de guerre électronique. La question était posée par le député Hervé Féron et est l'une des nombreuses questions de parlementaires posées au sujet de "l'affaire Amesys" dont la grande majorité reste sans réponse, à l'image de celles de Christian Paul, probablement trop précises.

par bluetouff

Amesys, Qosmos, la Libye, et le mystérieux vendeur de routeurs

Dans le document audio que nous avons publié hier soir, il y a quand même pas mal de choses qui ont éveillé notre curiosité. Eric Horlait est venu s'expliquer devant les chercheurs du LIP6, dont la société Qosmos est une émanation assez directe. Les chercheurs s'interrogeaient sur la présence en Libye de documentations commerciales d'Amesys contenant des correspondances privées des chercheurs du laboratoire.

par bluetouff

#Amesys : Qosmos invité malgré lui chez Kadhafi, les explications d'Eric Horlait

Quand Eric Horlait de l'université Pierre et Marie Curie vient expliquer au LIP6, dont il est l'ancien directeur, comment les contenus des correspondances de scientifiques se sont retrouvés dans une proposition commerciale d'Amesys en Libye, on apprend beaucoup, beaucoup de choses. Vous allez découvrir dans cet enregistrement, fait de façon clandestine, très récemment lors d'une réunion de crise, pas mal d'éléments intéressants. L'affaire remonte à 2004.

Dossier
par bluetouff

#AmesysGate : un vide juridique... de leur fenêtre

Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage... Nous avons déjà passé en revue tous les textes qui s'appliquent à la vente de Eagle mais il semble qu'il soit nécessaire d'y revenir tant les adeptes du juridisme de salon sont légion. Certains parce que cela les arrange, d'autres parce qu'ils n'ont pas les clefs nécessaires pour comprendre.

par Rédaction

#Amesys : #LesDix qui font les 0,5%

Depuis un an, Reflets a pas mal disserté sur Amesys et ses différents marchés. L'installation d'un système d'écoute globale de la population en Libye, bien entendu, mais aussi au Maroc où Amesys a vendu une installation qui coûte, à l'achat par ServiWare, la filiale de Bull, quelque 2 millions de dollars. Tout ça pour chasser les pédophiles, comme l'a indiqué le directeur commercial d'Amesys lors d'une interview télévisée.

Dossier
par Rédaction

#BullAmesysGate : quand le petit poucet Reflets se voit remercié par le géant américain

Comme le disait Bluetouff, "ce soir sur Canal+ sera diffusé pour  la première fois le reportage de Paul Moreira, résultat d’une investigation menée sur l’affaire I2E/Amesys/Bull concernant la vente d’armes numériques en Libye, à un terroriste notoire, monsieur  Senoussi, chef des services de renseignement de Kadhafi". Il n'est pas inutile à ce stade d'expliquer à nos lecteurs pourquoi et comment l'affaire Bull/Amesys a fait la Une de la presse en France et ailleurs dans le monde.

par Antoine Champagne - kitetoa

Un Eagle d'Amesys en France... Mais pour quoi faire ?

Amesys, la Libye, le Maroc, le Qatar, tout ça, c'est très intéressant, mais en France... Existe-t-il un Eagle© en France ? La question a peut-être été posée par Paul Moreira dans son reportage et la réponse officielle tombera peut-être demain lors de la diffusion. Ce sera la surprise. En attendant, Reflets va apporter sa pierre à l'édifice. Selon l'article du Figaro concernant la Libye, il existerait un Eagle en France. Bien entendu, seul le journaliste du Figaro pourrait prouver cela.

par Antoine Champagne - kitetoa

Amesys : vendeur d'armes numériques décomplexé

Demain soir, Canal Plus diffusera un reportage de Paul Moreira sur les vendeurs d'armes numériques. Quelques extraits ont été mis en ligne. retenons pour l'instant celui qui diffuse la parole officielle d'Amesys. Vous vous attendiez à des excuses ? Vous allez en avoir. L'étonnant "directeur commercial" d'Amesys, Bruno Samtmann, récidive. Dans sa première apparition publique, il expliquait à une journaliste télé que le "logiciel" Eagle© servait à traquer les terroristes et les pédophiles.

Dossier
par Antoine Champagne - kitetoa

La France toujours dans le quart-monde numérique du très haut débit

Numéricable à beau expliquer dans ses communiqués de presse que grâce à sa fibre Canada Dry et son upload asmathique Paris est devenue la capitale européenne de la fibre optique (ne riez pas cette information blague a été relayée par de nombreux confrères), le FTTH Council vient nous rappeler tous les ans à quel point la France est ridicule en matière de déploiement du très haut débit.

par bluetouff