Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
Reflets poursuivi par Altice : la liberté d'informer menacée

Le groupe de Patrick Drahi tente de contourner le droit de la presse. Altice a des milliards, nous avons un site Web. Aidez-nous à défendre la liberté de la presse.

par Antoine Champagne - kitetoa

Pendant que les pédo-terroristes se réunissent à PSES, chez Amesys, on fait une petite fête

Dans l'esprit des politiques, depuis que le réseau est accessible, il est infesté de criminels en puissance. Des pédophiles, des terroristes, des pirates... Il faut dire qu'un outil qui offre à chaque utilisateur une tribune d'égale puissance... et quelle puissance... c'est louche. Et même dangereux.

Dans l'esprit des politiques, depuis que le réseau est accessible, il est infesté de criminels en puissance. Des pédophiles, des terroristes, des pirates... Il faut dire qu'un outil qui offre à chaque utilisateur une tribune d'égale puissance... et quelle puissance... c'est louche. Et même dangereux. Observez, une Nadine Morano qui jusque là aurait représenté l'autorité incontestable, peut devenir en un tweet, en une connerie phrase la risée de centaines de milliers de personnes qui n'hésitent plus à la railler sans ménagement... Ça énerve.

Du coup, les barbus et les charmantes jeunes femmes qui peuplent ces jours-ci la réunion Pas Sage en Seine ne sont dans l'esprit des autorités qu'une poignée de crypto-pédo-terroristes-anarcho-gauchistes. Forcément. Notez qu'ils appellent à crypter les communications, contourner la censure, aider des "rebelles" en Syrie ou ailleurs...

Ça fout la trouille...

Nadine Morano piégée par Gérald Dahan dans LeNouvelObservateur

Donc, nos crypto-pédo-terroristes-anarcho-gauchistes sont réunis à Pas Sage en Seine et ils s'amusent à refaire le monde de les Internetz et partant, le vrai monde de l'extérieur du réseau.

Mais ils ne sont pas les seuls.

Pendant qu'à PSES le Club Mate coule à flots, Reflets est sur la brèche. Nous vous avons promis une #AmesysFest, un papier Amesys par jour. Il nous fallait donc, pour alimenter cette chronique relancer le fabuleux DaHubbleVisionPowa©, cet Eagle-like qui nous permet d'écouter toutes les communications de Bull et d'Amesys. Y compris celles véhiculées par leurs pigeons voyageurs.

Or aujourd'hui, pendant que nous ingérions quelques lampées de Club Mate bien tranquilles, affalés dans un coin de la Cantine, DaHubbleVisionPowa© est devenu fou. Alertes sur tous les écrans. Tous nos téléphones qui affichent une alerte rouge.

Le patron de Bull/Amesys, Philippe Vannier s'est déplacé pour rencontrer #LesDix qui font les O,5%. Une petite fête était organisée dans les locaux d'Amesys. Plus précisément, dans les locaux de la partie d'Amesys qui est à vendre, parait-il.

Notez que ce n'est pas une toute petite fête, du genre de celles où le patron vient serrer des mains, histoire de rassurer les troupes et puis repart après avoir ingurgité une cacahouète. Non, c'était une vraie fête. Avec plein de bonnes choses à manger, de bonnes choses à boire qui font rire. Et il y avait vraiment toute la hiérarchie.

Selon les images de vidéo-surveillance interceptées et transmises à l'équipe de Reflets, par DaHubbleVisionPowa©, il y avait aussi chez #LesDix la directrice de la communication de Bull (par ailleurs fille de Gérard Longuet, ex-ministre de la Défense), Tiphaine Hecketsweiler et le désormais mondialement célèbre chasseur de pédophiles notoires, accessoirement directeur commercial d'Amesys, Bruno Samtmann.

 

Le même qui développait un peu plus tard la fameuse théorie du #Spanous : Traqués, enquête sur les marchands d'armes numériques - Bruno Samtmann, directeur commercial d'Amesys

#LesDix étaient évidemment de la partie et devisaient gaiement. Tout le monde avait le sourire parce que #toutvabien et que très probablement, on se contrefout des gens qui sont pourchassés un peu partout dans le monde sur la base du bon boulot réalisé par les Eagle en place.

A ce stade quelques questions se posent... Cette fête, c'était juste pour dire au revoir parce que la partie d'Amesys qui produit les Eagle est vendue et que Philippe Vannier, ancien patron d'Amesys préfère rester chez Bull ? Ou bien est-ce pour fêter officiellement  un nouveau contrat ? Le Maroc par exemple ? Qui sait, peut-être est-ce pour conjurer le sort et montrer que l'on sait s'amuser, même lorsqu'une information judiciaire est ouverte pour "complicité d'actes de torture" ?

Il faudrait poser la question à Tiphaine Hecketsweiler, Philippe Vannier ou Image7. Mais bon, notre petit doigt nous souffle à l'oreille que, probablement, il nous répondraient du bon gros caca de taureau.

0 Commentaires
Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée