Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking

Société

Marine Le Pen, une chance pour les libertés numériques

Le Front National monte, monte, et semble désormais apparaitre comme une fatalité, aussi bien dans les notes (plus ou moins) confidentielles qui atterrissent à l'Elysée que sous la plume d'intellectuels de renom comme Bernard Stiegler. En off, dans les arcanes du pouvoir (où il m'arrive de bosser), ce constat se chuchote et se mesure. Publiée au début de l'année 2013 (avant les confessions de Cahuzac), une étude commanditée par Sciences Po.

par Fabrice Epelboin

Dis papa, c'est quoi cette bouteille de Reflets ?

Etrange position que celle de Reflets aujourd'hui. Depuis deux ans, nous expliquons très régulièrement que la France a mis au point un système d'écoute des câbles sous-marins qui composent la colonne vertébrale du Net. La technologie, nous l'avions. Avec des entreprises comme Alcatel, Amesys, Qosmos, EADS, etc. Il ne manquait qu'une volonté politique de passer à Echelon 2.0. Celui qui écouterait les flux de data qui circulent dans les câbles du Net. C'est Nicolas Sarkozy qui s'y est collé.

Édito
par Rédaction

Petit retour sur la cession fantoche d'Eagle par Amesys Bull à Advanced Middle East Systems (AMESys)

Parmi les nombreuses questions que nous nous posons encore chez Reflets sur le dossier Amesys, il y en a une que nous n'avons pas beaucoup abordé. Il s'agit de la cession d'Eagle, le logiciel de surveillance global développé par Amesys (I2E à l'époque), qui a été cédé à Advanced Middle East Systems une émanation directe d'Amesys. Il y a comme quelques petits incohérences dans les divers sons de cloches émanant tantôt de Bull tantôt de Bercy, tantôt de Matignon, sur cette "cession" guignolesque.

Dossier
par bluetouff

MILIPOL 2013 : Advanced Middle East Systems et Nexa feront le voyage depuis Dubai-Billancourt

Le Milipol, c'est un salon assez fermé. Le salon de la sécurité intérieure des états comme il aime à se qualifier. Assez naturellement, depuis quelques années, révolution numérique oblige, de nombreux exposants proposant des solutions de guerre électronique se joignent aux marchands d'armement plus traditionnels.

par bluetouff

Ceci est le Watergate de la planète

Regardez bien ce trio (Bernstein, Graham, Woodward). A eux trois, ils ont fait plonger le président Richard Nixon. Qu'avait-il fait ce président là ? Envahi des pays de manière préventive, tué des milliers de personnes avec des drones ? Kidnappé des gens partout dans le monde pour les livrer à des centres de torture ? Légalisé la torture ? Non, "juste" mettre sur écoute ses opposants politiques. Pourquoi vous parler de cela aujourd'hui ?

Édito
par Antoine Champagne - kitetoa

XKeyscore : le Google de la NSA, selon la presse...

France Info, Le Monde, toute la presse bien informée raconte... ce que raconte le Guardian en y ajoutant une touche personnelle, française : XKesycore (lire le document) est "le Google de la NSA". Voilà qui nous avance bien. A part traduire l'article du Guardian, les journaux français ne nous apportent pas grand chose. Mais rassurons nos journalistes français, les journalistes étrangers ne vont pas beaucoup plus loin, que le descriptif de ce que permet de faire XKeyscore.

par Antoine Champagne - kitetoa

Selon la fondation Carla Bruni Sarkozy, la cour des comptes nous aurait menti (enfin presque)

C'est tout de même assez amusant de constater, que sur son  site web désormais quasi complètement statique (la machine servant les contenus dynamiques répondant aux abonnés absents depuis un bon moment), la fondation Carla Bruni Sarkozy dément ce qui a été publié par la cour des comptes. Mais en fait, elle ne dément pas grand chose, n'apportant strictement aucun éclairage, la fondation se borne à expliquer que les contenus, ont été financés par ses soins.

par bluetouff

ALTAIR THINK TANK : Reflets sera présent au Festival Off d'Avignon

Reflets vous donne rendez-vous à l'occasion de l'Université ouverte du Think Tank Altair les 15 et 16 juillet qui se tiendra pendant le Festival Off d'Avignon. Avec de nombreux autres invités, nous participerons le 15 juillet à une réflexion autour des médias à l'occasion d'une table ronde qui réunira Edwy Plenel (co-fondateur de Mediapart), Audrey Pulvar (journaliste), Judith Silberfeld (rédactrice en chef de Yagg), François Adibi (président d’Altaïr think tank).

par bluetouff

Des dons pour Reflets, pour quoi faire ?

Depuis quelques jours, nous appelons nos lecteurs à faire des dons pour Reflets. Voici pourquoi... Le 23 décembre 2010, Reflets publiait son premier article. Le début d'une longue série puisque nous en sommes aujourd'hui, près de trois ans plus tard à 1374 articles et quatre émissions de radio. Nous n'avons pas ménagé nos efforts.

Édito
par Antoine Champagne - kitetoa

Quand Jean-Jacques Urvoas raconte n'importe quoi au Point sur le PRISM français...

Le Point nous a gratifié aujourd'hui d'un article en forme de démenti sur l'étendue de la surveillance opérée par la DGSE, façon PRISM dans lequel Jean-Jacques Urvoas, député PS du Finistère, spécialiste du renseignement et de la surveillance pour le parti au pouvoir, est cité. Jean-Marc Manach a tweeté le lien vers l'article sans commentaires. Ce qui a appelé de ma part la réponse suivante : "@manhack : @jjurvoas raconte des conneries, ce qui peut facilement être démontré.

par Antoine Champagne - kitetoa

#PRISM, c'est fini, on tourne tous la page !

Le scandale "PRISM" est doucement en train de sombrer dans l'oubli. Quasiment plus aucun titre sur le sujet dans la presse. Au mieux entend-on encore parler de Snowden. Mais des problématiques sociétales liées à ses révélations ? Plus rien. Qu'en restera-t-il dans quelques semaines ? Pourtant, PRISM va bien plus loin que le simple "espionnage", désormais institué comme thème central par la presse.

par Antoine Champagne - kitetoa

Cher François, chère cour d'appel de Versailles, chers dirigeants de tous poils...

Vous êtes toujours là. Toujours à vos postes. Avec toujours votre pouvoir. Un mot, une lettre de cachet , et c'est toute la puissance publique qui se met en branle pour faire appliquer votre bon vouloir. Bien sûr, votre bon vouloir est encadré par quelques textes, ce qui évite, à priori, l'arbitraire de l'ancien régime, celui du Roi. Vos décisions peuvent même faire l'objet de recours. C'est ça la démocratie. Oui. Mais non. Qui fera appel, avec quels moyens ?

par Antoine Champagne - kitetoa

Inventaire à la Prévert des questions sans réponse sur #PRISM

Le temps passe, et les questions que nous nous posons chez Reflets ne sont même pas évoquées dans les articles sur PRISM. Sans doute parce qu'elles sont idiotes. Quoi qu'il en soit, nous allons les lister ici au fil des jours, sans ordre précis. Pourquoi la presse ne pointe-t-elle pas le foutage de gueule qui consiste, pour les dirigeants européens, à s'étonner ou s'offusquer des programmes d'écoute des Etats-Unis ? De la part des anglais et des allemands, c'est pourtant ultra gonflé.

par Antoine Champagne - kitetoa

Edward Snowden : un symptome du tête à l'envérisme

Le règne du faux, l'inversion du sens prospèrent, année après année. Oh, bien sûr, cela n'a pas commencé hier. Ni avant-hier. Les puissants (transformés en  bateleurs) ont toujours jonglé avec les mots, inversant leur sens, établissant un règne du faux, un marketing généralisé à tous les sujets sociétaux pour mieux "mener" les foules. Les beaux-parleurs ont le beau rôle.

par Antoine Champagne - kitetoa

A vos agendas : les Big Brother Awards France sont de retour le 26 juin !

Après deux années d'absence, les Big Brother Awards France reviennent. Notez dès maintenant dans vos agendas : cela se passera le 26 juin 2013, à partir de 19h à la Parole Errante, à Montreuil. Les Big Brother Awards récompensent les acteurs de la société de contrôle et de surveillance. Et vu ce que l'on a pu lire dans Reflets et ailleurs ces dernières années, il risque d'y avoir pas mal de prix... La liste des dossiers retenus cette année est à lire sur cette page.

par Antoine Champagne - kitetoa

PRISM : la théorie du gros zizi

La polémique autour de PRISM ne désenfle pas. Comme si le monde se relevait d'une gueule de bois qui a duré 12 ans. On voit donc de nombreux articles apparaitre sur le sujet. Si beaucoup posent des questions parfaitement légitimes, il demeure néanmoins complexe de se faire une idée technique objective et précise de ce qu'est PRISM. Et pour cause, ce n'est pas avec 5 slides powerpoint que l'on peut vulgariser les concepts du renseignement.

par bluetouff

¡No pasarán!

Un drame de plus. Un enfant qui meurt avant l'heure. Pour des idées. Clément Méric, étudiant, accessoirement antifa, est mort lors d'une altercation avec d'autres jeunes qui semblent grenouiller à l'extrême-droite. Réaction unanime (ou presque) de la classe politique : il faut dissoudre les groupuscules d'extrême-droite. La presse en fait beaucoup. Unes, éditions spéciales, directs, convocation de tous les analystes possibles et imaginables.

par Antoine Champagne - kitetoa

ZTE et HP unis pour un halalternet au pays des mollahs

Quand nous écrivions un premier article sur l'Iran, nous avions déjà identifié plusieurs matériels qui avaient attiré notre attention. Nous avons donc assez naturellement posé quelques petites questions aux concernés, nous allons d'ailleurs vous parler de leurs réponses dans un autre article.

par bluetouff

Advanced Middle East Systems, le Amesys nouveau est de retour en Libye

L'information a été repérée par Jean-Marc Manach et provient du site African Intelligence (accès payant). L'article d'African Intelligence relève la présence d'Amesys, sous sa casquette toute neuve d'Advanced Middle East Systems (maintenant exilé technologique... aux Emirats Arabes Unis), à un salon sur le sujet de la défense qui se tenait à Tripoli les 25 et 26 janvier 2013. Amesys y tenait un stand tenu par Jean Ruiz, un maltais. Rappelons le cynisme d'A.M.E.

par bluetouff

Amesys et la surveillance de masse : du fantasme à la dure réalité

Suite à une conversation sur Twitter, je me suis rendu compte que beaucoup de gens nous prenaient encore pour des illuminés quand nous évoquions les questions de surveillance globale des réseaux. Il y a plusieurs raisons à cela. Elles sont à la fois techniques, économiques et juridiques. Nous allons donc tenter d'en faire brièvement le tour, pour ensuite vous dresser un scénario fiction, que nous comparerons enfin avec des faits, eux, bien réels.

par bluetouff