Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
par Antoine Champagne - kitetoa

Manifestation des gilets jaunes à Paris le 12 janvier 2019

Reportage photo

La mobilisation ne faiblit pas en ce début d'année. Un long cortège s'est formé entre le boulevard Sébastopol et la place de l’Étoile ce samedi 12 janvier. Une fois arrivés à l’Étoile, les manifestants ont été encerclés par la police et les affrontements ont débuté. Les tirs de LBD 40 dans la tête ont été nombreux.

Sur le parcours - © Reflets

Les semaines passent et les manifestations se ressemblent. Un très long cortège s'est formé depuis le boulevard Sébastopol et s'est dirigé vers la place de l’Étoile. Difficile d'estimer avec précision le nombre de participants, mais il est probable que le chiffre de 8000 annoncé par le ministère de l'Intérieur soit à nouveau en deçà de la réalité.

Le défilé de gilets jaunes s'est déroulé sans incidents entre Bercy et la place de l’Étoile. Les forces de l'ordre restant hors de vue pendant tout le parcours.

En revanche, à peine arrivés sur la place, les manifestants ont été encerclés. Les camions de police, les canons à eau, les blindés sont sont immédiatement positionnés de manière à fermer toutes les avenues donnant sur l’Étoile.

Certains manifestants se sont, comme chaque samedi rapprochés des forces de l'ordre qui ont très rapidement fait usage de gaz lacrymogènes de manière assez massive. La tension est évidemment montée. Quelques projectiles ont volé en direction des forces de l'ordre. Au lieu de continuer de répondre avec les gaz lacrymogènes qui fonctionnent parfaitement pour disperser la foule, les policiers ont riposté avec des LBD 40. De nombreux manifestants ont été touchés à la tête. Selon un "medic" croisé en fin de manif, sans doute une dizaine.

Selon un policier, ce dispositif sert à enfermer pour ensuite laisser passer au compte goutte ceux qui veulent bien se disperser lorsque le moment de la fin de manif est arrivée. Mais la fermeture de la place de l’Étoile ne s'est pas faite en fin de manif mais bien à l'arrivée du cortège sur la place. Or il n'y a pas de meilleure méthode pour déclencher des affrontements.

Le cortège était bon enfant et l'on y croisait de nombreux musiciens - © Reflets
Le cortège était bon enfant et l'on y croisait de nombreux musiciens - © Reflets

Nous avons remonté le cortège entre le boulevard Sébastopol et l'Etoile, une marée de gilets jaunes. - © Reflets
Nous avons remonté le cortège entre le boulevard Sébastopol et l'Etoile, une marée de gilets jaunes. - © Reflets

Comme tous les samedis, Emmanuel Macron était au centre des préoccupations des manifestants - © Reflets
Comme tous les samedis, Emmanuel Macron était au centre des préoccupations des manifestants - © Reflets

Il y a des personnes inventives - © Reflets
Il y a des personnes inventives - © Reflets

Il n'est jamais inutile de relire cette déclaration - © Reflets
Il n'est jamais inutile de relire cette déclaration - © Reflets

Aussi loin que porte le regard, les avenues sont jaunes - © Reflets
Aussi loin que porte le regard, les avenues sont jaunes - © Reflets

Ceux qui ne sont rien... - © Reflets
Ceux qui ne sont rien... - © Reflets

Factieux faisant des demandes outrancières - © Reflets
Factieux faisant des demandes outrancières - © Reflets

Et son camarade, un dangereux gauchiste, sans doute - © Reflets
Et son camarade, un dangereux gauchiste, sans doute - © Reflets

A l'approche de la place de l'Etoile, l'ambiance est encore à la fête, une fanfare joue un air. - © Reflets
A l'approche de la place de l'Etoile, l'ambiance est encore à la fête, une fanfare joue un air. - © Reflets

Cette semaine, il a bien fallu admettre, côté ministère de l'Intérieur, qu'il y avait du monde - © Reflets
Cette semaine, il a bien fallu admettre, côté ministère de l'Intérieur, qu'il y avait du monde - © Reflets

Un papy déjà croisé devant l'Apple Store un samedi précédent - © Reflets
Un papy déjà croisé devant l'Apple Store un samedi précédent - © Reflets

A l'approche de la place de l'Etoile, les policiers font leur entrée, avec leurs sinistres armes habituelles - © Reflets
A l'approche de la place de l'Etoile, les policiers font leur entrée, avec leurs sinistres armes habituelles - © Reflets

L'Arc de Triomphe, enfin en vue. - © Reflets
L'Arc de Triomphe, enfin en vue. - © Reflets

Les Champs Elysées, c'est non. D'ailleurs, les blindés sont déjà là et les policiers semblent s'ennuyer ferme. - © Reflets
Les Champs Elysées, c'est non. D'ailleurs, les blindés sont déjà là et les policiers semblent s'ennuyer ferme. - © Reflets

L'Arc de Triomphe, c'est non aussi... - © Reflets
L'Arc de Triomphe, c'est non aussi... - © Reflets

Sur la place, les banderoles sont déployées - © Reflets
Sur la place, les banderoles sont déployées - © Reflets

Quand soudain... - © Reflets
Quand soudain... - © Reflets

l'Anonymous doré déjà croisé un autre samedi. Ça fait des points un anon doré... - © Reflets
l'Anonymous doré déjà croisé un autre samedi. Ça fait des points un anon doré... - © Reflets

Très vite, les pavés sont jonchés de grenades lacrymos, de palets de grenades de désencerclement... - © Reflets
Très vite, les pavés sont jonchés de grenades lacrymos, de palets de grenades de désencerclement... - © Reflets

Le copain du cheval, sans doute. - © Reflets
Le copain du cheval, sans doute. - © Reflets

Excédé par la présence de très nombreux journalistes au milieu du dispositif, ce policier crie soudain "Maintenant s'il y a des journalistes devant, je tire, je m'en fous". Nous voila prévenus - © Reflets
Excédé par la présence de très nombreux journalistes au milieu du dispositif, ce policier crie soudain "Maintenant s'il y a des journalistes devant, je tire, je m'en fous". Nous voila prévenus - © Reflets

Et comme toujours, on vise les jambes, c'est une évidence - © Reflets
Et comme toujours, on vise les jambes, c'est une évidence - © Reflets

Thomas, blessé à la tête : "Je viens d'Ardèche, j'ai fait 700 kilomètres pour me prendre un tir dans la tête. On ne faisait rien. Je ne comprends pas". Nous non plus. A aucun moment samedi 13 janvier, les forces de l'ordre n'ont été en présence de manifestants qu'ils ne pouvaient maîtriser avec des gaz lacrymos. - © Reflets
Thomas, blessé à la tête : "Je viens d'Ardèche, j'ai fait 700 kilomètres pour me prendre un tir dans la tête. On ne faisait rien. Je ne comprends pas". Nous non plus. A aucun moment samedi 13 janvier, les forces de l'ordre n'ont été en présence de manifestants qu'ils ne pouvaient maîtriser avec des gaz lacrymos. - © Reflets

Thomas accepte les photos, "pour témoigner". - © Reflets
Thomas accepte les photos, "pour témoigner". - © Reflets

Nombreux sont les manifestants qui viennent implorer les forces de l'ordre de ne pas faire usage des LBD. En vain. - © Reflets
Nombreux sont les manifestants qui viennent implorer les forces de l'ordre de ne pas faire usage des LBD. En vain. - © Reflets

Voir le monde à travers un viseur holographique... - © Reflets
Voir le monde à travers un viseur holographique... - © Reflets

Atelier peinture - © Reflets
Atelier peinture - © Reflets

Thomas à peine évacué, un nouveau blessé - © Reflets
Thomas à peine évacué, un nouveau blessé - © Reflets

Ce deuxième blessé, à terre, est aussi touché à la tête. Une dent tombe sur le bitume.  - © Reflets
Ce deuxième blessé, à terre, est aussi touché à la tête. Une dent tombe sur le bitume. - © Reflets

Les canons à eau entrent en jeu. Tout le monde est arrosé, photographes compris. - © Reflets
Les canons à eau entrent en jeu. Tout le monde est arrosé, photographes compris. - © Reflets

Meanwhile, un peu plus loin sur la place... - © Reflets
Meanwhile, un peu plus loin sur la place... - © Reflets

Photo souvenir - © Reflets
Photo souvenir - © Reflets

On peine à croire qu'à 50 mètres de là, les tirs de LBD pleuvent - © Reflets
On peine à croire qu'à 50 mètres de là, les tirs de LBD pleuvent - © Reflets

Il pleut... - © Reflets
Il pleut... - © Reflets

Après avoir été ballotés d'avenue en avenue, certains manifestants trouvent la sortie. Fouille, pose des gilets. - © Reflets
Après avoir été ballotés d'avenue en avenue, certains manifestants trouvent la sortie. Fouille, pose des gilets. - © Reflets

Sur la place, des éléments très tendus, en civil, s'en donnent à cœur joie (grenades, LBD) pour disperser ceux qui sont encore là.  - © Reflets
Sur la place, des éléments très tendus, en civil, s'en donnent à cœur joie (grenades, LBD) pour disperser ceux qui sont encore là. - © Reflets

4 Commentaires
Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée