Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking

Société

Samuel Laurent et son Décodex : une hystérisation idéologique du journalisme ?

Ce n'est pas en 140 caractères qu'il est possible de faire acte d'analyse et d'échanges constructifs sur un sujet tel que celui de la qualité et du contrôle de l'information. Il est par contre possible de se faire accuser de choses très désagréables en 140 caractères. Comme : faire le jeu de l'extrême droite, ou faire la "publicité d'un site" dans une brève satirique comparative, ou bien encore, de "réfléchir de la même manière que les adeptes de la théorie des reptiliens".

Édito
par drapher

Décodex : quand Le Monde s'habille en Pravda

Certains anti-Decodex y vont un peu fort, c'est vrai. Avec peut-être des idées derrière la tête pour une partie d'entre eux. Mais quand même, c'est drôle, non ? Décodex est un "grande aventure" instiguée par les décodeurs du monde, ces journalistes qui estiment que le fact-checking serait le Saint Graal du métier. Avant de parler du gros machin stalinien du Monde©, parlons du fact-checking.

Édito
par drapher

Philippe Vannier, l'oublié (pour l'instant) du scandale Amesys

On peut le tourner dans tous les sens possibles, lorsqu'une entreprise fait l'objet d'une instruction pour complicité de torture par un pôle dont l'intitulé est "génocide et crimes contre l’humanité, crimes et délits de guerre", cela fait désordre sur le curriculum vitae de son dirigeant. C'est exactement ce qui est arrivé à Amesys et Qosmos, respectivement dirigées par Philippe Vannier et Thibaut Bechetoille. Où en sont ces dossiers ouverts en avril 2014 ?

par Antoine Champagne - kitetoa

Une armée de clics ?

Arrêt sur Images (abonnement) nous l’annonçait le 5 décembre de cette année-là (il y a longtemps), l’armée française a lancé un site pour inciter les  djeunz à la rejoindre. Sous la forme d’une fausse émission de télé-réalité,  modeimmersion.fr nous racontait l’immersion de jeunes dans l’armée. Le site était réalisé en collaboration avec Skyrock, la radio desdits djeunz. Bref, de la com’ pure et dure.

par Antoine Champagne - kitetoa

Cadeau de fin d'année, un casier scolaire pour tous les marmots

Le ministère de l’Éducation nationale (MEN) use de méthodes déloyales pour imposer un nouveau fichier scolaire aux implications plus que sensibles. Le livret scolaire unique numérique (LSUN) est le dernier maillon d'un fichage méticuleux qui remet en selle le débat ouvert il y a 10 ans lors de la sortie fracassante du gros fichier des écoliers, Base élèves 1er degré (BE1D).

par Jet Lambda

Petit précis d'Amesys à l'usage de Bernard Cazeneuve

(Note : faites clic-clic sur les liens pour bien comprendre toutes les implications de cet article) Notre ministre de l'intérieur, Bernard Cazeneuve, est le champion du « pas de failles ». Pas de failles, ni dans la lutte anti-terroriste, ni dans la mise en place du fichier monstre TES.

par Antoine Champagne - kitetoa

BREAKING : des journalistes découvrent que leurs patrons ne sont pas des anges

Vous soutenez I-Télé ? Oui, vous savez, les gentils journalistes en lutte contre le méchant Bolloré qui tente d'imposer Jean-Marc Morandini à l'antenne... Il y a ces temps-ci une épidémie de journalistes qui découvrent que leurs patrons ne sont pas des anges et s'en offusquent publiquement. C'est du moins ce que le bruit médiatique nous laisse percevoir. Le premier gros "boum" s'est fait entendre avec le livre "Le monde libre" d'Aude Lancelin.

par Antoine Champagne - kitetoa

Universités et handicapés, un bonneteau à 30 millions

Vous avez peut-être lu cet article aussi intéressant que sidérant du site Affordance.info : "Le cynisme est un métier. Et le grand n'importe quoi un projet politique". En quelques lignes, voici l'histoire résumée. L'Etat va doter les universités d'une somme de 30 millions d'euros cette année afin qu'elles puissent payer des vigiles. Ceux-ci permettront (ou pas) de protéger les étudiants contre les terroristes. Le point intéressant réside dans la manière dont ces 30 millions seront financés.

par Antoine Champagne - kitetoa

IOL à l'heure de cette France en état d'urgence permanent, mais qui va mieux

Mediapart et Reflets viennent tout juste de vous révéler IOL, ou comment dès 2006, la France déployait un dispositif qui se positionnait aux frontières de la légalité. IOL est le second projet "confidentiel défense" après Kairos et apparu au cours de nos investigations sur la société Qosmos, sur lequel nous pouvons aujourd'hui faire la lumière. IOL porte donc sur les interceptions dites de sécurité, que l'on opposera aux interceptions judiciaires qui se font sous le contrôle d'un juge.

par Rédaction

Le travail : parlons-en…

Une partie de la population se fâche contre la régression réforme du droit du travail — instiguée et passée en force par le gouvernement socialiste — mais peu de médias traitent le fond du sujet, pourtant central, celui du… travail. Justement. Le travail, c'est la justice ? Dans un pays riche, industriel et développé, le travail est un enjeu de société crucial.

Édito
par drapher

Néolibéralisme et post-colonialisme sont dans un bateau, et #NuitDebout tombe à l’eau… ou pas ?

Vouloir envisager les blocages d’un pays comme la France en contester les politiques, se positionner comme défenseurs d’une alternative de société, tout en faisant l’économie d’une synthèse politique globale… est un peu casse-gueule, voire suicidaire.

Édito
par drapher

News Corp rejoint la #TeamOuinOuin à propos de Google News, mais...

Reflets a déjà évoqué cet étrange grand écart intellectuel tenté par les éditeurs de presse qui consiste d'une part à demander à Google News de bien indexer tout leur contenu et d'autre part, à attaquer Google News qui leur volerait, qui leurs lecteurs, qui leurs recettes publicitaires... C'est au tour de News Corp de rejoindre officiellement la #TeamOuinOuin. Le géant qui publie entre autres choses le Wall Street Journal, s'associe à une plainte contre la position dominante (sans blague ?

par Antoine Champagne - kitetoa

Le conditionnement quotidien : l'arme absolue contre toute rébellion

Les conditions pour un nouveau mai 68 sont souvent citées lorsque des manifestations surviennent impliquant la jeunesse. Depuis une vingtaine d'années, au moins. Comme si mai 68 était un absolu qui pouvait se régénérer à travers les âges et pouvait permettre un changement de société salvateur et bienvenu. Sauf que tout a changé ou presque en… un demi siècle.

Édito
par drapher

Terrorisme : Valls et ses amis comptent sur votre tendance à la mémoire courte

Comment ? Il ne faudrait pas tout faire pour lutter contre les terroristes qui ont fauché autant de vies innocentes cette année en France ? Comment peut-on critiquer le Loi sur le renseignement, qui permettra d'écouter massivement les communications en France ? Elle fera ressortir l'aiguille de la meule de foin, permettra de déjouer des attentats ! L'état d'urgence ? Une nécessité.

Édito
par Antoine Champagne - kitetoa

Atos-Amesys S01E02 : à la recherche de l'éthique perdue

Cher Thierry Breton, quelque chose a manifestement dysfonctionné au sein du service de communication d'Atos. Notre article n'a semble-t-il pas été glissé dans votre revue de presse quotidienne ce matin puisque vous n'avez pas pris contact avec nos experts en communication digitale numérique. C'est dommage. Nous évoquions les problèmes qui pourraient se poser à Atos en termes d'image si l'instruction en cours contre Amesys (que vous avez rachetée via votre absorption de Bull) venait à faire Paf!

par Antoine Champagne - kitetoa

Thierry Breton, nous avons une idée pour Atos et ses lanceurs d'alerte

Photo : Marc Bertrand (via agence REA) — http://www.marcbertrand.com/ Reflets souhaite modestement s'inviter dans le débat malheureusement un peu confidentiel qui s'est engagé entre Atos et la Lettre A. Cette dernière a publié des articles critiquant le manque de protection des lanceurs d'alerte au sein d'Atos, tandis que la SSII répond a coups de communiqué que si, les lanceurs d'alerte sont une composante bien prise en compte et qu'ils sont protégés. C'est beau.

par Antoine Champagne - kitetoa

Réponse à Kamel Daoud : l’islam rigoriste n’a rien à envier à notre culture pornographique

Pointer du doigt les travers d’une société, et plus largement ceux d’une culture, voire d’une civilisation n’est pas sans risques. Ni sans conséquences. Même lorsque celui qui procède à cet exercice en est issu, et pense posséder une légitimité naturelle à l’analyser, ce sur quoi il a raison. Qui connaît le mieux une culture que celui qui y a grandi ?

Édito
par drapher

De l’écœurement, du journalisme et de la vie en général…

Il n’est pas si simple de continuer d'écrire. Surtout quand on écrit « avec ses tripes ». Peut-être parce que ce que l’on écrit nous semble — à tort ou à raison — important, ou tout du moins, intéressant. C’est une démarche présomptueuse, et je suis le premier à l’admettre.

Édito
par drapher

C'est l'histoire de parlementaires, de sécurité numérique et d'une entreprise ou deux...

Chers représentants du peuple, je vous aime. Je vous aime pour votre vision, comme disent les Américains. Je vous aime pour votre capacité à vous occuper de nous avec tant d'abnégation. Je vous aime parce qu'avec vous, il ne peut y avoir de décision biaisée, de décision ridicule qui fasse dépenser des fortunes à la communauté nationale pour rien. Je vous aime parce que vous n'êtes ni naïfs, ni bêtes. Vous êtes la perspicacité personnifiée. Oh, bien sûr, pas tous, hein.

Édito
par Antoine Champagne - kitetoa

Hallucination collective de l'écosystème du Net ?

"C'est quoi tes metrics ?" En voilà une question importante. Dans le monde du marketing Internet, il faut des metrics. Toute action doit être mesurable. Il faut savoir quel est le ROI. Le return on investment. Le retour sur investissement, en français. En d'autres termes, si quelqu'un s'évertue à créer du "jus", du trafic vers un site, pour espérer une "conversion" (en achat, en abonnement à une newsletter, ...), il faut pouvoir dire combien ça coûte et combien ça rapporte. Fastoche.

par Antoine Champagne - kitetoa