Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking

Société

Surveillance: enquête sur Qosmos, le fournisseur de sondes à la Syrie d'al-Assad

Mediapart et le site Reflets.info s'associent pour une enquête en trois volets sur Qosmos, société française spécialisée dans la technologie de surveillance de masse (DPI), visée par une information judiciaire pour « complicité d'actes de torture » Qosmos est soupçonnée d'avoir participé, en 2011, à un projet de surveillance global du net syrien.

Chers lecteurs, l'heure des révisions a sonné...

Oui, même si Reflets a perdu toute sa crédibilité, il vous faut réviser. Relire. Car on ne peut comprendre les choses de la vie qu'en les mettant en perspective, sur le long terme. Reflets vous a beaucoup parlé de Deep Packet Inspection depuis sa création, cette technologie qui permet de passer de la surveillance façon "agence de détectives privés" à celle de l'ensemble du nation ou d'une région du monde.

par Antoine Champagne - kitetoa

La disparition des abeilles, Monsanto, et nous…

Les abeilles sont menacées de disparition de partout sur la planète, avec pour conséquences une menace sur la biodiversité et par conséquence sur l'alimentation humaine. Si les acteurs industriels, agro-industriels et les politiques ont une grande part de responsabilité dans ce phénomène et doivent faire quelque chose pour s'en emparer, les citoyens ont pourtant une opportunité unique de démontrer leur capacité au changement concret.

Édito
par Yovan Menkevick

Décryptage : petite leçon de journalisme (environnemental)

Le métier de journaliste est particulier.  Il comporte des règles. Des habitudes. Des schémas établis. Des ruses aussi.  Orienter l'information, travailler l'opinion est un art journalistique. Dans le même temps, le journalisme dit "d'opinion", peu présent en France, n'a pas vocation, lui, à influencer de façon déguisée : il affiche la couleur. Il prend parti. Reflets est un journal d'opinion, et il ne pratique pas le journalisme de la même manière que la plupart des médias français.

par Yovan Menkevick

Analyse : Peut-on créer un conflit d'intérêt à l'échelle d'une population ?

Est-il possible qu'une population se sente concernée par un sujet au point de refuser de voir la vérité en face, cautionne des pratiques répréhensibles, puisse adhérer à des mensonges et les relaye, en perçoive des salaires ? Le conflit d'intérêt à l'échelle d'individus isolés ou en petit nombre est connu, mais peut-il s'étendre à la population d'un pays entier, d'un continent, d'une planète ? Ce qui caractérise le conflit d'intérêt c'est qu'il est une infraction avant tout déontologique.

Édito
par Yovan Menkevick

Le citoyen français est-il un produit à code-barre ?

Le moral de la population du pays inventeur des droits de l'homme n'est pas au plus haut. Ce constat, déjà un peu ancien, n'est pas sans conséquences : la France est en tête du nombre de suicides comme de la consommation d'anxiolytiques et autres antidépresseurs. L'économie est morose, les problèmes sociaux croissants, l'ambiance générale plutôt sombre. Mais pourquoi donc ? C'est quoi le projet ? La France est capable du pire comme du meilleur.

Édito
par Yovan Menkevick

L'Astroturfing à l’Elysée, c’est maintenant™

En guise d'introduction, une petite histoire drôle (ou pas) sur ce que permettent les technologies et les méthodologies d'Astroturfing en politique, afin de comprendre en quoi tout cela représente un danger pour les démocraties et en quoi il y a de bonnes raisons de s'affoler de voir cela débarquer chez nous. L'exemple Coréen L'histoire se passe à l'autre bout du monde, dans un pays bien plus connecté que la France, la Corée (du Sud). En décembre dernier, la Corée vote pour élire son président.

par Fabrice Epelboin

MERCI !

Merci. Que dire de plus ? En deux jours et quelques heures, nous avons atteint 10.233 euros de dons pour financer le pourvoi en cassation de Bluetouff et Reflets. Nous ne nous attendions pas à un élan de solidarité dans ces proportions et dans ce timing très court. Cette étape est donc derrière nous et nous allons pouvoir commencer à travailler sur le dossier avec nos avocats. Quelques informations sur ce qui va se passer : C'est sur dossier qu'est examiné un pourvoi.

Édito
par Antoine Champagne - kitetoa

En démocratie, l'humour, c'est sacré !

Si à Reflets nous ne comprenons rien à rien, sommes à la solde de la CIA, du CRIF, de la LICRA, du Mossad et de Christophe Barbier, il n'empêche que nous avons un peu le sens de l'humour. Et au vu des centaines de commentaires hargneux (pour rester poli) qui ont déboulé depuis la publication de l'article de Kitetoa, puis sur les deux autres articles de votre serviteur, il faut en avoir, de l'humour.

Édito
par Yovan Menkevick

Mes chers connards...

Mes chers connards qui en avez tant contre les Juifs ces jours-ci, moi qui ne le suis pas, je prends quelques instants pour vous donner à écouter. Karol Pila a attendu d'avoir 80 ans pour parler. Jusqu'ici il s'y refusait. A part quelques mots ici ou là. J'avais eu le privilège de pouvoir le rencontrer et de lui poser une question. Il avait bien voulu y répondre. Cette fois, il parle longuement.

Édito
par Antoine Champagne - kitetoa

Grand concours pour exclure du fichier ADN les militants les plus méritants

Le refus de "prélèvement biologique" est né en 2003 dans la loi sur la sécurité intérieure. Il se matérialise aujourd'hui dans l'article 706-56 du Code de procédure pénale (CPP), qui encadre les conditions dans lesquelles un individu doit accepter — même en garde à vue en tant que simple prévenu, et donc présumé innocent — de se prêter à un prélèvement de salive, afin que son profil génétique rejoigne le fichier central conçu à cet effet (FNAEG).

par Jet Lambda

FIC2014 : ces administrations françaises qui livrent ce que vous avez de plus intime à des tiers…

Alors... rien à cacher ? La collecte de données statistiques est quelque chose d'important pour de nombreux sites web qui tirent un revenu direct de leur fréquentation, en vendant de l'espace pour de la publicité ou en monétisant les contenus. Obtenir des statistiques fines, en temps réel, sur un site à fort trafic, c'est couteux en terme de ressources.

par bluetouff

Live from Dubai : le doigt tendu d'Amesys à l'arrangement de Wassenaar

Pleurez madeleines, par la grâce de Fleur Pellerin et du gouvernement tout entier, Saint François Hollande en tête, les armes numériques à usage dual ne pourront plus être exportées vers des pays fâchés avec les droits de l'Homme comme c'était le cas auparavant. Elles sont désormais soumises à l'arrangement de  Wassenaar.  Paf ! Terminé. Tremblez vendeurs d'armes numériques, votre business olé, olé, c'est fini. Sont fort les socialistes quand même. On a bien fait de leur déléguer notre pouvoir.

par Rédaction

L'homme, la fourmi et le salaud

C'est drôle. Enfin non ce n'est pas drôle. Depuis peu, autour de moi, des hommes qui tombent. Des types et des femmes qui vont, un peu stressés, à leur entretien d'évaluation, leur analyse à 360 degrés, la réunion d'attribution des primes, et hop... qui tombent. Qui rentrent le soir à la maison après avoir été remerciés. Licenciés. Lourdés. Dehors. Adieu veaux, vaches, cochons et voiture de fonction.

Édito
par Quinze Bis

Bull va vous mettre la sécurité dans le ... Cloud

C'est l'histoire d'une entreprise qui a vendu en 2008 un système d'écoute globale des échanges sous IP (Web, mail, réseaux sociaux, téléphones portables, satellites, etc.) à un terroriste condamné en France à perpétuité par contumace par la Cour d'Assises spéciale de Paris en 1999. Flash-back : à cette époque, Philippe Vannier, actuel patron de Bull est le patron d'une SSII d'Aix en Provence, Amesys. Il vend Eagle, un système visant à mettre sur écoute toute la population libyenne à Kadhafi.

par Antoine Champagne - kitetoa

Chronique d'une plongée dans l'abîme

Oh, ça ne s'est pas fait en un jour. Mais on n'a pas été déçus du résultat... Historique d'une plongée dans l'abîme de la connerie... Acte 1 Bon, reprenons… L’Agence a perdu 70 % de ses effectifs et tous n’ont pas été virés, loin de là. Les clients principaux envisagent de réduire la voilure. La crise économique semble installée pour durer. Et que nous propose ce matin le Directeur de la Création ?

par Antoine Champagne - kitetoa

Ces commentaires dont Jean-Jacques Urvoas ne veut pas...

Le député socialiste Jean-Jacques Urvoas a décidé de dire la vérité, lui. De faire de la pédagogie. C'est assez simple dans son esprit. Il y a d'un côté des propagateurs de rumeurs, des journalistes pas très bon, et de l'autre, lui et ses collègues qui ont voté la Loi de programmation militaire (LPM) contenant le fameux article 13 devenu au fil du temps l'article 20. Eux, savent de quoi ils parlent.

par Antoine Champagne - kitetoa

Précision : Reflets ne relaye aucune idée véhiculée par Alain Soral ou Fdesouche

En voilà un exercice difficile... Reflets aime Arrêt sur Images. Nous relayons souvent leurs articles. Nous pensons qu'ils font un travail salutaire de critique du secteur de la presse. Un exercice auquel nous nous livrons également de temps en temps. Alors, dire que Arrêt sur Images a fait un truc pas très sympa, c'est compliqué. Mais nécessaire. Pourquoi ?

Édito
par Antoine Champagne - kitetoa

Wikileaks, Snowden, transparence et journalisme...

A l'occasion de la sortie en salle d'un film controversé sur l'épopée Wikileaks, France-Info propose un sujet sur Wikileaks, Snowden, les lanceurs d'alerte et les journalistes. Les premiers ayant révolutionné le travail des derniers. Il ressort du sujet de France-Info que l'implication des journalistes dans le processus de révélation de documents confidentiels par Wikileaks ou Edward Snowden est une bonne chose. Elle permet de trier, analyser, mettre en perspective les informations.

par Antoine Champagne - kitetoa

Tatouage : réglementation sanitaire et lobbying des dermatologues

Nous avons eu les psy, venus demander à l'état de légiférer en se mêlant de l'éducation donnée à nos enfants. Puis, les institutions religieuses et même d'état (les maires) réclamant à l'état de ne pas autoriser les mariages homosexuels. Mais aussi les pharmacies, venues pleurer pour qu'on leur octroie la distribution de e-cigarettes.

par Delphine Courel