Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking

Culture

15 ans après matin brun : enjoy !

C'est une nouvelle qui avait fait du bruit à l'époque. Très courte. Très percutante. Evidente. Inquiétante, même si nous étions alors encore éloignés de la possibilité d'une société qui… 15 ans après la publication de cette nouvelle, qu'il faut lire ou relire à tout prix, des réponses sont là, sous nos yeux, dans ce texte. Avec une ou deux phrases, l'auteur résume ce qui nous caractérise, nous autres habitants des pays les plus développés. Et annonce aussi ce que nous sommes en train de vivre.

Édito
par Yovan Menkevick

La survie de l’espèce, ou pas...

La survie de l’espèce, c’est la BD qui permet d’arrêter de faire semblant de comprendre quand on vous parle finance… Et pourtant, cette BD n’a pas été faite uniquement pour les personnes, comme moi, qui vivent dans un monde de Bisounours où les patrons cherchent notre épanouissement et les banquiers à nous faire économiser de l’argent… La survie de l’espèce présente une vision du monde financier à la fois drôle, réaliste et satirique.

par Jenna Stinson

Bienvenue chez les rich's

Il y a humour et humour. Certains sont plus rugueux, d'autres sont plus elliptiques. Il y a la caricature, le détournement,  la dérision. Chez Quellesconnes.com, on fait dans l'humour corrosif et décalé. Quellesconnes.com, c'est une compagnon de route du Web. Une dinosaure à sa façon aussi. Depuis toujours, Quellesconnes.com, Zipiz.com et Kitetoa.com se renvoient la balle blague parce que sur le Web, il y a tant de choses drôles à dire et commenter, que nous ne finirons jamais.

par Antoine Champagne - kitetoa

Altair, Internet et la culture

Il y a quelques mois de cela, nous vous parlions du think tank Altair. Ce dernier se proposait d'apporter des réponses aux questions qui animent depuis des années la vie numérique et culturelle dans l'hexagone, dans toute sa singularité.

par bluetouff

La photo au féminin

La photographie est une technique de reproduction de la réalité inventée par des hommes et expérimentée par ces derniers. Portraitistes, reporters, photographes sociaux, sportifs, très rapidement cette expression lumineuse a envahi les différentes strates sociales. Petit à petit, l'art photographique se met au service de la femme et de ses courbes corporelles mises en valeur de différentes façons par la gente masculine.

Édito
par epimae

Do you comment me ? Ooooh yeaaah !

Salut lecteur : ça va ? Bon, tu n'es pas obligatoirement concerné par ce billet, et tu peux refermer cette page si cette première phrase te gonfle. Ouais, c'est un billet. Parce qu'il faut savoir qu'il y a des "billets" et des "articles". Le truc est super important : d'un côté c'est considéré comme un truc fait sur un coin de table à la va vite, par des gens pas très compétents (le billet), et de l'autre, c'est du lourd, coco (l'article, un truc de journaliste).

Édito
par Yovan Menkevick

Quand le voile traverse la Méditerranée

La vertu de la photographie est de dévoiler des choses inavouables. Elle nous permet ainsi de remettre en question nos convictions les plus profondes afin d'interroger sans cesse nos fondations politiques, sociales et psychiques. Nous assistons ces derniers temps à un débat, qui n'en est plus vraiment un, sur ce que devraient, pourraient, voudraient faire les femmes d'autres contrées.

Édito
par epimae

L'homme qui donnait plus, et moins (le mercredi c'est soufi)

Inqilabi a dit : "Je suis allé voir de nombreux maîtres. Tous étaient vénérés de leurs disciples, tous je les ai vénérés. Puis j'ai trouvé un maître différent. Il me dit tant de choses que je n'ai jamais imaginées qu'il me parut surpasser tous les autres en générosité. Quand j'atteignis, avec son aide, à l'entière connaissance du secret, je me rendis compte que tous les autres avaient été bien plus généreux : ils m'avaient dit tout ce qu'ils savaient.

par Yovan Menkevick

Petite pause sur images : La face cachée des photos présidentielles

La photographie officielle de chefs de l'Etat a une valeur bien particulière: celle de donner l'image d'un pays mais aussi d'un homme censé gouverner cette nation. Ces prises de vue donnent l'occasion de décoder de nombreux messages évidents, mais aussi de déceler des informations beaucoup plus tacites, voire inconscientes, voulues ou non par le sujet et son photographe.

Édito
par epimae

Twitter m'a tuer : mais qu'aurait fait Pierre Desproges (et les autres) ?

(Les associations d'idées sont un truc de psychanalyse assez marrant. Avec Twitter, c'est Pierre Desproges. N'allez pas demander pourquoi, c'est une association d'idées. Survenue par la lecture de n'importe quel Tweet absurde et pathétique lâché sur la Time-Line  de l'auteur comme une fiente de pigeon sur un pare-brise.) Twitter est devenu quelque chose d'assez grandiose. Un truc qui fait frémir. Gémir. Sourire. Pâlir. Mais putain-de-bordel-de-merde, "comment qu'on en est arrivé là ?

Édito
par Yovan Menkevick

Indécences et pudeurs de la guerre

L’être humain est un animal social, doué de moyens de communication qu’aucune autre espèce vivante ne possède. Pourtant, son histoire est marquée par sa capacité à créer des conflits violents, des génocides ahurissants, des armes de plus en plus meurtrières. Ainsi, tout autour de la planète, des gens meurent, souffrent, pour des causes qui les dépassent.

Édito
par epimae

Quand la lumière et l’eau se rencontrent au coeur d'un objectif photo

En pleine période de JO londoniens, les images de toute sorte fusent tout autour de la planète. Colorées, prises sur le vif, vivantes ou au contraire désespérées, elles nous montrent les exploits ou les contre exploits des Dieux du Stade. Il ne s’agit pas aujourd’hui de raviver les vives polémiques entourant cet évènement mondial mais tout simplement de découvrir un captureur de lumière qui a su transcender les images sportives et ainsi montrer la beauté des corps dans l’effort.

Édito
par epimae

Le café littéraire #1

Bonjour à tous et à toutes. Aujourd'hui, je vous propose quelque chose d'un peu différent de ce que l'on peut trouver sur Reflets même si certaines appartées ont été faites dans le domaine. Aujourd'hui, il sera question de littérature. On a déjà le soufi de Yovan, que j'apprécie tout particulièrement concernant la culture, la musique et la philosophie. Entrez donc si vous le désirez dans "le café littéraire".

par Snow

Soufi du vendredi…soufi qui danse

CONVERSION   La réputation de Khwaja Ahrar avait grandi au point qu'il étaient de plus en plus nombreux à venir grossir les rangs de ses adeptes, souvent contre son gré. Un jour il apprit que quatre individus particulièrement odieux s'étaient mis en route, bien décidés à le rencontrer pour pouvoir dire ensuite qu'ils étaient devenus les disciples du Seigneur des Affranchis. Il se renseigna sur ce que ces gens aimaient et n'aimaient pas.

par Yovan Menkevick

La Blonde, le prof et la racaille

Les séries télévisées se trouvent être très en vogue actuellement. Les sujets sont variés et peuvent passer de drames familiaux, de comédies un peu légères à des thrillers prenants, sans oublier le fantastique, la science fiction ou l’historique. Depuis quelques années, un grand soin est donné à la technique de tournage et aux scénarios. C’est ainsi qu’on a commencé à voir apparaître des séries tournées par de grands réalisateurs de cinéma.

Édito
par epimae

Musik : le plus grand solo de grate de tous les temps (et plus encore…)

Allez encore un peu de provoc' à deux balles, mais quand même, quand même : ce type était un monstre, un colosse de la musique, jamais égalé dans son style (attention ces derniers mots sont un message subliminal). De qui parle-t-on ? D'un batteur moustachu devenu guitariste et chanteur, une sorte de Dali du Rock, mais aussi du jazz, voire de la musique philarmonique à la fin de sa carrière. Un fou-furieux, capable d'aller explorer des recoins musicaux incroyables.

par Yovan Menkevick

Musik : Death Metal from Egypt

Parce qu'il n'est pas bien de vexer les sensibilités musicales (même quand c'est fait exprès pour s'amuser), Reflets vous offre en avant-première cet excellent groupe égyptien de death metal, Scarab. Eh oui, même au pays de Moubarak, de l'armée qui tient tout, des Frères musulmans, la "musique qui tue" a quand même réussi à s'implanter avec cette formation qui ne démérite pas face aux groupes phares du genre.

par Yovan Menkevick

La projection holographique, un défi contre la mort

Tout le monde se souvient des fameuses projections holographiques de la princesse Leïa par le biais du fidèle R2D2 dans Star Wars (1977). Ces images en ont fait rêver plus d’un et, à l’époque, elles semblaient faire partie d’un champ de l’impossible ou tout au moins d’un futur très très lointain, suffisamment éloigné pour qu’on en soit rendu à l’état de squelette desséché avant que quiconque ne soit en mesure de nous délivrer des messages holographiques.

Édito
par epimae

HackMusik : amis batteurs de métal, rangez vos doubles pédales

Il y a les batteurs qui ont plein de pédales pour faire plein de poum-poum-poum très rapides, bien calés sur leurs tabourets avec un gros bandana sur la tronche pour tenter de faire croire qu'ils sont des supers batteurs, hyper rapides. Bon, c'est bien pour eux, ça fait illusion, enfin, pour le public qui ne sait pas vraiment comment ça marche une batterie. Les anglais disent "drums", parce qu'une batterie, des percussions, pour eux c'est du pareil au même.

par Yovan Menkevick

Respect (le mercredi, non, le jeudi…enfin bon, c'est soufi)

Respect El-Amudi laissait le jeune aide-cuisinier recevoir ses invités. A l'hôtellerie, les pots à eau étaient souvent vides. Quand de distingués professeurs venaient le voir, il était rare que le sage s'entretint avec eux de sujets sérieux. Une fois, il fit asperger d'eau boueuse les robes des religieux influents venus lui rendre visite. Ce comportement n'était pas au goût de quelques-uns. Ceux-ci, El-Amudi les renvoyait dès que possible.

par Yovan Menkevick