Journal d'investigation en ligne
par Gaël Dahnal

Terres de Gandhaäl (6) – Livre 1 : « Fondations »

La tour circulaire était plongée dans un clair-obscur de faisceaux lumineux surgissant aléatoirement du sol et formant un  lavis violacé sur les parois de pierre crépies de blanc. De nombreux meubles parsemaient la pièce, tous chargés d’objets hétéroclites. Bon nombre étaient inconnus des deux compagnons, immobiles sur le seuil.

La tour circulaire était plongée dans un clair-obscur de faisceaux lumineux surgissant aléatoirement du sol et formant un  lavis violacé sur les parois de pierre crépies de blanc. De nombreux meubles parsemaient la pièce, tous chargés d’objets hétéroclites. Bon nombre étaient inconnus des deux compagnons, immobiles sur le seuil. Des masques de cuivre ou de plâtre, aux larges bouches exprimant la colère, la joie, la peur, côtoyaient statuettes de nymphes nues, tableaux aux subtils couleurs pastels, instruments de musiques sculptés aux formes sensuelles. Il y avait quantité d’objets plus étonnants les uns que les autres. Chacun d’eux avait l’air d’avoir choisi sa place depuis longtemps et l’on ne pouvait s’empêcher de les scruter un par un, pour ensuite en découvrir un nouveau au détour du regard.  Mais le plus fascinant, ce qui accentuait sûrement l’impression fantastique qui imprimait les lieux, était la mélopée qui s’échappait du centre de la pièce et se répandait langoureusement à travers l’espace confiné. C’était une musique extraordinaire, d’une tristesse infinie. Les chants féminins qui la composaient étaient portés par de nombreux instruments aux accords envoûtants, la beauté de la mélodie faisait comme vibrer l’air et les deux hommes, toujours figés sur le seuil, se surprirent à frissonner, comme possédés par l’étonnante ambiance. Une voix masculine aux intonations douces, à l’accent amical les fit sursauter, comme à l’éveil d’un rêve enchanteur. — Soyez les bienvenus en ma demeure, voyageurs. Je suis désolé de n’avoir pu vous accueillir moi-même, j’étais trop affairé, mais je suis certain que Sylphide et Méliades s’en sont très bien chargées, n’est-ce pas ? Seghuenor fut le plus prompt à réagir. Il avança d’un pas et courba la tête en signe de déférence. Bien qu’il ne sache toujours pas où se trouvait son interlocuteur, il s’exprima dans son meilleur Gandh, la langue originelle, les yeux fixés vers le centre de la salle baignée de lumière violette : — Nous sommes infiniment touchés par votre accueil, et tenons à vous remercier du plus profond du cœur, seigneur Doldiën. Mon nom est Seghuenor, et voici mon ami et compagnon de voyage, Mortesse. Nous venons du continent sud, des terres d’Anglar, comme les nommait le premier empereur Gandhaäl. Nous espérons ne pas vous déranger et sommes à votre service pour toute chose qu’il vous plaira de nous demander… — Allons, ami, ne sois pas tant cérémonieux ! Mais tes paroles sont une douce brise à mes oreilles, elles sont celles d’un homme de culture qui connaît les usages de la politesse, ce que j’apprécie. Mais veuillez m’excuser, vous ne devez pas y voir grand chose, j’aime la pénombre lorsque j’écoute de la musique… Les sphères de lumière violacée s’agrandirent comme des nuages balayés par une brise soudaine. Des traits lumineux, blancs et orangés jaillirent du sol et se répandirent sur les murs d’albâtre, d’autres surgirent du plafond et enveloppèrent de leur auréole éblouissante la multitude d’objets disséminée sur les meubles de bois précieux. Au centre de la pièce, Jalïn Doldiën trônait dans un imposant fauteuil de cuir à l’étrange forme de coquillage — un fauteuil huître pensa avec fugacité Mortesse — dont la passion pour tout ce qui touchait à la mer ne faiblissait jamais. Quel âge pouvait-il avoir? Seghuenor aurait bien été en mal de le déterminer : son visage était dans l’ensemble celui d’un homme assez jeune — une trentaine de cercles — pensa le maître de Shaleenmär. Mais cette impression s’estompait lorsque l’on saisissait son regard : des yeux d’un vert presque translucide, comme embrasés par un feu intérieur, dont on ne pouvait se détacher. Les yeux d’un très vieil homme, alors que le reste de son apparence indiquait le contraire. Il était chauve, ses sourcils épais se rejoignaient au dessus d’un nez aquilin, presque rapace, et sa bouche sévère aux lèvres fines et bien dessinées affichait un calme impavide. La mâchoire était carrée et tendait la peau cuivrée du visage. Le cou à la pomme d’Adam proéminente, fin et racé, plongeait dans les replis d’une ample toge de coton aux teintes abricot d’où émergeaient deux bras noueux et foncés par le soleil.

Seghuenor avait saisi toutes ces impressions en une fraction de seconde, il s’approcha des autres sièges coquillages qui formaient un cercle autour de celui de Doldiën et s’assit machinalement à l’invite faite de la main par celui-ci. Mortesse, toujours immobile sur le seuil de la tour s’avança lui aussi et une fois devant son hôte, lui tendit la main droite, impressionnant battoir de chair parsemé d’une épaisse toison rousse. Doldiën se leva avec une aisance et une rapidité qui surprirent ses deux invités. Il était debout devant Mortesse, une longue main baguée serrant celle du géant sans que celui-ci n’ait eu le temps de saisir ce qu’il se passait. On aurait dit qu’une accélération s’était produite, ou qu’une parcelle de temps s’était envolée, que l’on était passé à une autre, sans transition. Mortesse serra la main de l’homme prise dans la sienne. La poigne de Doldiën était particulièrement ferme. Le vieux marin en fut surpris, il  lui sourit et dit d’une voix sourde : — Je suis heureux de faire votre connaissance, Doldiën. Le voyage a été long et parfois périlleux et c’est un plaisir d’arriver dans un lieu aussi beau et paisible, pour nous autres voyageurs égarés. Jalïn Doldiën lui fit signe de s’asseoir et reprit sa place dans le « fauteuil-huître », toujours sans que son mouvement ne soit perceptible. Il était assis alors que Mortesse commençait à peine à prendre place dans son siège. Un instant avant, il était debout. Seghuenor fronça les sourcils. Ces déplacements instantanés ne le rassuraient pas, que cela signifiait-il ? Il réfléchirait au phénomène plus tard, l’heure n’était pas aux questionnements embarrassants. Doldiën leur sourit, visiblement enchanté par leur présence. La mélopée s’était estompée laissant place à une harpe qui emplit l’espace sonore d’une cascade d’harmoniques à la pureté incomparable. Le maître des lieux s’adressa à Mortesse, un léger sourire au coin des lèvres : — Voyageurs égarés ? Le vieux marin, habitué aux situations embarrassantes ne se sentait pas aussi roublard qu’à son habitude devant l’homme au regard enflammé. Il tenta d’esquiver la question. — Cette vallée est vraiment magnifique. Nous n’avons pas eu la chance de pouvoir nous y promener mais sa seule vision au crépuscule était un… — Tu n’as pas répondu à ma question, Mortesse—c’est bien ton nom, n’est-ce pas ? — Oui, pardonne-moi seigneur Doldiën; nous cherchions bien certainement à nous rendre jusqu’à ta demeure, mais nous avons failli nous égarer maintes fois et rebrousser chemin ! Je veux dire par… Seghuenor vint à la rescousse de son ami dont le légendaire mauvais caractère était mis à rude épreuve par la perspicacité de maître des lieux. Il était d’ailleurs étonnant de voir le géant roux s’excuser comme un enfant pris la main dans le sac, s‘emmêler à l’image d’un débutant alors qu’il devait avoir presque le double de l’âge de Jalïn Doldiën. Devait — car tout était trompeur ici, se dit fugitivement Seghuenor. — Nous n’étions pas égarés Sire Doldiën. En vérité nous venions te rencontrer. Je suis confus, il n’était pas dans nos projets de t’importuner à peine arrivés, seulement te demander par la suite aide et conseil, car nous en avons grand besoin… Mortesse rageait intérieurement, une vague de chaleur afflua sur ses joues. Il maudissait Seghuenor qui moins d’un sablier auparavant lui ordonnait d’un ton sentencieux qu’ils ne dévoilassent les motivations de leur visite que le lendemain ! Lui, qui maintenant faisait exactement l’inverse ! Le petit homme à la peau noire avait bien de la chance qu’ils fussent amis depuis trente cercles et qu’une confiance réciproque se soit instaurée entre eux depuis longtemps. Le colosse se dit qu’à ce compte là, rien n’empêchait qu’il fasse la cour à Méliades ou Sylphide — il ne savait pas encore quels étaient leurs noms respectifs — dès ce soir. Cette pensée le réconforta et un sourire bon enfant s’épanouit sur son visage couturé. Seghuenor avait entrepris de se confier à Jalïn Doldiën, ils étaient maintenant à pied d’œuvre; Mortesse s’enfonça un peu plus dans le siège de cuir et écouta attentivement la conversation qui s’engageait. — Vous dîtes avoir avez traversé la Dîm-Azäth et fait plus de mille chevauchées simplement pour venir me demander aide et conseil… Voilà qui est un grand honneur pour ma modeste personne, messieurs, un très grand honneur ! Je ne suis pas certain d’en être digne, mais peut-être vous a-t-on induit en erreur ? Qui donc a bien pu vous affirmer que je serais en mesure de vous aider ? — Ton nom était sur la bouche de tous les Fandala d’Anglar lorsque nous avons cherché à créer le conseil des sages. Les vieux gardiens des traditions ont été unanimes, Jalïn Doldiën, c’est toi qui peut nous guider dans la grande œuvre que nous poursuivons. Les scribes de Neldar-la-pensante — jeune cité à peine à l’état d’ébauche — écrivent à ton propos; ils disent que tu connais l'histoire du grand unificateur Gandhaäl et celle du monde, mieux que quiconque; que tu ne redoutes pas les Hommes—Dieux. Nous sommes venus car tu es celui qui peut permettre à Anglar d’exister, de survivre à ses ennemis, à ses propres faiblesses !

Jalïn Doldiën avait presque fermé les yeux durant la tirade de Seghuenor. Trois plis ornaient son front et le sourire en coin qu’il arborait quelques instants auparavant s’était estompé. La musique s’était tue, les ombres des statues de marbre s’étiraient dans la salle circulaire comme une foule surnaturelle encerclant les trois hommes, théâtre improvisé d’une pièce que les acteurs ne connaîtraient pas encore eux-mêmes. Il semblait inquiet, peut-être songeur. Sa voix se fit plus grave, emplie d’une soudaine autorité : — Très bien. Racontez-moi, dans ce cas tous deux qui vous êtes et ce qu’il en est du monde du dehors. Nous autres, à trois sources sommes coupés de l’extérieur; c’est un choix délibéré, une forme de monde dans le monde : les hommes sont dangereux, corrompus et ignorants; nous ne voulons pas qu’ils menacent notre équilibre. Trois sources est un jardin de paix et d’harmonie depuis deux cycles, depuis la révélation, et rien ne doit venir briser notre bien-être, vous me comprenez ? Mortesse hocha la tête en signe d’assentiment. Il vivait la plupart du temps sur des navires, entouré de rudes gaillards aux mœurs frustres, à la vie simple et au franc-parler naturel. Il préférait la tournure que prenait la discussion, les faux semblants ne lui étaient pas coutumiers. Il se leva, vrilla son regard dans celui de Doldiën et lui dit : — Mon nom est Mortesse Goröndo, fils de Makbar Goröndo. Je suis originaire du grand continent de l’est que l’on appelle désormais Morglang. J’ai fui la tyrannie d’Ogmock, dieu des batailles et du sang répandu à la guerre alors que je n’avais pas dix huit cercles. Je me bats depuis ce jour pour que les tribus d’Anglar s’unissent et forment une véritable nation, capable de rivaliser avec les empires Kendaïs, et les autres. Là bas on me nomme Mortesse le flamboyant à cause de la couleur de mes cheveux et de ma barbe. Je suis le chef des marins, c’est moi qui ai créé et dirige encore aujourd’hui la jeune flotte d’Anglar. La Dîm-Azäth est mon royaume. Seghuenor est mon ami, c’est le guerrier le plus habile qu’il m’ait été donné de rencontrer, fondateur de Shaleenmär, premier port connu des terres du sud, chef des armées et pacificateur des douze tribus Mestydes. Nous sommes en fait les Kenda d’Anglar, mais Seghuenor te l’expliquera mieux que moi-même, la mer n’incite pas aux bavardages et c’est elle qui me guide et parle par ma bouche… Le compagnon du colosse aux cheveux de feu attendit que celui-ci se fut rassit pour prendre la parole. Mortesse était redevenu lui-même — pensa Seghuenor — et sa franchise naturelle avait un avantage certain : aucune confusion ne pouvait s’installer entre eux et le maître de trois sources, dorénavant ! Il sentait Doldiën sur ses gardes, méfiant envers le reste du monde, mais peut-être n’était-ce là qu’une apparence ? Seghuenor s’éclaircit la gorge, réfléchit rapidement à la manière de présenter leur situation, avant de déclarer : — Mon compagnon a résumé de manière un peu rapide qui nous sommes, mais il l’a tout de même très bien fait, car après tout, nous n’avons aucun intérêt à te cacher quoi que ce soit. Malgré tout, je pense qu’il est important que je reprenne l’histoire de mon peuple et les événements qui se sont déroulés depuis presque deux cycles, la connais-tu Doldiën ? Le maître de trois sources eut une moue dubitative et murmura : — De façon très parcellaire… — Bien, j’essaierai de faire vite et de ne pas être ennuyeux. Seghuenor jeta un regard circulaire dans la tour envahie par les ombres surnaturelles projetées par les lumières froides et inquiétantes. Il espérait de toutes ses forces que Doldiën fut bien de leur côté, qu’il n’était pas un démon envoyé par les Kendaïs, ou bien un vulgaire arriviste, un despote retiré dans une vallée enchanteresse et dominant ses sujets. Mais comment le savoir ? Rien ne le rassurait, la Shalaaï était omniprésente en ces lieux, presque étouffante. Il se jeta à l’eau, décidé à jouer le jeu jusqu’au bout. Il parla vite, comme s’il voulait se débarrasser d’un fardeau, tout en mesurant l’importance de ce qu’il déclarait… — Les grandes tribus Mestydes, les peaux foncées comme les appellent certains, n’ont pas su rester unies après la disparition du grand unificateur Gandhaäl. Les Sindoë, Moestad, Ganadi, Dandïla et Teniste se sont battus les uns contre les autres, les Jawaka, Doleste, jindif, Mokda se sont enfuis dans les montagnes du centre pour échapper aux guerres tribales mais ils se sont vite retrouvés dans une situation comparable aux autres, et les dissensions se sont transformées en guerres ouvertes. Certains suivirent même les Kendaïs et quittèrent les terres du sud, pour ne jamais revenir. Deux tribus seulement ont su se préserver : les Ansta et les Gandhali. Je suis un Gandhali. Mon père était le chef de la tribu, il pensait que l’enseignement de Gandhaäl devait être préservé et que nous devions tenter de continuer ce qu’il avait commencé : unir les tribus, pacifier les peuplades d’Anglar. Nous avions un avantage sur les autres, le secret de l’acier et la tradition écrite avaient bien été conservés et notre tribu était celle-là même du maître Gandhaäl. Alors que je n’avais que cinq cercles mon père m’a envoyé auprès du Fandala Nortep Arasta qui vivait seul aux portes des grandes steppes de Woorg. Depuis cent cinquante cercles notre tribu survivait à sa propre disparition, mais mon père sentait venir des temps incertains. C’est pour cela qu’il m’envoya chez Arasta. C’était un homme très avisé, un grand guerrier qui m’a enseigné l’art du sabre, de l’arc et de la méditation, du souffle primaire aussi, le Dalät, et beaucoup d’autres choses encore. Nortep, mon instructeur, est toujours en vie, et initie désormais les plus valeureux de nos hommes. Il est le maître du Shaïndi, l’ordre guerrier supérieur, il forme les gardiens du savoir ancestral, défendeurs de nos valeurs ! Seigneurs de guerre, ils seront les dirigeants des cités d’Anglar, les protecteurs de nos terres !

0 Commentaires
Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée