Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
Reflets poursuivi par Altice : la liberté d'informer menacée

Le groupe de Patrick Drahi tente de contourner le droit de la presse. Altice a des milliards, nous avons un site Web. Aidez-nous à défendre la liberté de la presse.

par Yovan Menkevick

Un homme comme les autres (4/7)

I: — “Vous préconisez une thérapie planétaire ? C’est une proposition assez...difficile à mettre en oeuvre, non ?” S: — “Je ne préconise rien, vous vous en doutez bien. Mais votre question n’est pas si inintéressante : les rituels animistes, les traditions amérindiennes, le shamanisme avaient la vertu d’offrir l’équivalent d’une thérapie aux individus. Une autre réalité leur était présentée et le rapport qu’ils entretenaient à eux mêmes en était modifié.

I: — “Vous préconisez une thérapie planétaire ? C’est une proposition assez...difficile à mettre en oeuvre, non ?”

S: — “Je ne préconise rien, vous vous en doutez bien. Mais votre question n’est pas si inintéressante : les rituels animistes, les traditions amérindiennes, le shamanisme avaient la vertu d’offrir l’équivalent d’une thérapie aux individus. Une autre réalité leur était présentée et le rapport qu’ils entretenaient à eux mêmes en était modifié. La réalité a été modifiée depuis ce fameux 11 septembre. L’impact qu’a eu cette confrontation à un autre réel improbable continue de modifier notre monde. Imaginez par exemple qu’avec un nouveau télescope très puissant, on observe demain une planète semblable à la terre avec d’autres êtres humains vivant dessus. Ou bien qu’un vent solaire magnétique efface les données de tous les ordinateurs de la planète, ou que les constellations se modifient toutes ensembles et inscrivent un message “divin” en 0 et 1 dans le ciel. Que se passerait-il dans l’esprit des gens ? Tout changerait certainement en nous et autour de nous.

J’invente là n’importe quel exemple, vous vous en doutez bien, mais les événements les plus improbables et positifs peuvent se produire si nous ne nous désolidarisons pas les uns des autres et retrouvons cette attitude ancienne vis à vis du monde qui nous entoure, un respect face au mystère de son origine et de sa réalité. Je ne parle pas uniquement de la nature, j’entends une attitude face à la matière de façon générale, face au temps et à l’espace — comme les Celtes, les Perses, les Sumériens où de nombreuses autres civilisations — un rapport à la magie inhérente du monde, de la possibilité et de l’improbable, de la survenue du mystère, de l’impossible. D’ailleurs, le paradoxe est que “l’Empire Occidental”—je ne fais pas de différence majeure entre l’Europe et les Etats-unis — est un empire chrétien et le revendique jusque dans ses actions politiques et militaire. Et le messie chrétien accomplissait des miracles qu’aucun des scientifiques de cet empire ne peut expliquer. J’ai entendu récemment à la radio un scientifique témoigner d’une expérience très intéressante, vous vous renseignerez et vérifierez sa véracité, c’est votre métier. Une université américaine fait tourner des codes binaires de façon aléatoire afin d’observer les fluctuations plus ou moins importantes qu’un ordinateur peut avoir sur le long terme, en lien avec les émotions humaines. Un algorithme aléatoire généré par une machine. Ceci est étudié et mis en œuvre depuis 1998, je crois. Les séquences sont toujours d’une “aléatoire perfection”. Mais très peu de temps avant que les avions ne percutent les tours du World Trade Center et que le monde entier n'apprenne l’affreuse nouvelle, les séquences ont dérapé et n’ont plus respecté l’aléatoire perfection qu’elles maintenaient depuis trois ans. Le lendemain les codes redevenaient parfaitement aléatoires et le sont encore. Je ne veux pas faire du sensationnel, mais cette observation scientifique, puisque nous y sommes désormais soumis, amène une excellente réflexion sur le monde, l’esprit, la science et le rapport au mystère dont je viens de parler.”

Je restai quelques instants sans prononcer un mot. Les digressions dans lesquels m’emmenait Siderm m’empêchaient de passer à une autre question savamment et bêtement préparée à l’avance pour mon dernier papier — qui je le sentais, n’en serait plus un. Martin Siderm, ou du moins celui qui se faisait appeler ainsi, fixait un pigeon avec attention et n’avait plus l’air de prêter attention à ma personne. Le pigeon s’approcha, vint se poser sur sa cuisse droite, et Siderm, aussitôt, lui caressa la tête. L’animal roucoula. J’avalai ma salive et improvisai une nouvelle question.

— “Vous dites que nous tous, nous influençons le monde par la pensée et que nous allons au désastre en perdant contact avec la croyance ? La matière ne serait qu’une illusion, et la folie nous guetterait par le fait que nous fabriquerions une nouvelle réalité subjective égocentrique et déconnectée du divin, c’est ça en quelque sorte?”

—“C’est un très bon résumé, Mr Liderman.”

Malgré la forme d’ironie voilée que je percevais dans ses paroles je ne me laissai pas démonter et continuai.

I: — “Puis-je vous demander, malgré la position de pensée particulière que vous adoptez, quelle est votre vision de la politique française, ou américaine ? Votre position par rapport aux élections, la citoyenneté, ce genre de choses…?”

0 Commentaires
Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée