Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking

Économie

Facebook, premier service public mondial ?

Le 25 janvier 2011, la page Facebook de Mark Zuckerberg, fondateur du réseau social, est hackée . Un pirate, faisant référence à la "Facebook Hacking Cup 2011" laissera un post dérangeant qui ne restera que quelques minutes, mais qui recevra plus de 500 commentaires et plus de 1800 "Like it". Mark Zuckerberg démentira être l'auteur du message, l'entreprise ne fera aucun commentaires et fermera, définitivement, la fan page de son créateur. Il faut dire que cet événement tombe mal.

Édito
par shaman

Contre toute attente, le cours d'Orange reste stable

Le marché avait réagit violemment à l’annonce de la collaboration de Nokia avec le régime Irakien, qui portait sur la surveillance de la population et qui avait permis de cibler la répression durant la révolution verte.

par Fabrice Epelboin

Le gouvernement français n'a aucune idée sur les avoirs libyens qu'il veut saisir

Les déclarations se multiplient pour tenter de faire oublier les errements de la diplomatie française. Empêtré dans les scandales liés à l'attitude de Michèle Alliot-Marie, Nicolas Sarkozy veut reprendre la main. Il a tant misé sur la stature internationale que peut lui conférer la présidence du G20 qu'il ne peut raisonnablement laisser les révolutions du monde arabe et le traitement pathétique qu'en fait la France lui ravir ce moyen de se relancer en France et à l'étranger.

par Antoine Champagne - kitetoa

Ventes d'armes à la Libye : une nouvelle source implique sérieusement la France

Il y a quelques jours, Reflets.info compilait les données publiques françaises sur les ventes d'armes à la Libye. Il apparaissait que le colonel Kadhafi n'avait pas toujours été le boucher que l'on décrit aujourd'hui et semblait tout à fait fréquentable pour les entreprises françaises et l'Etat. Chacun se souvient par ailleurs de l'accueil en grande pompe à Paris réservé au leader libyen par le président Nicolas Sarkozy.

par Antoine Champagne - kitetoa

Crise de la dette souveraine : la crise au Moyen-Orient n'arrange pas les affaires...

Soyons clairs, le monde de la finance a les chocottes. Les politiques ont beau répéter que la reprise est là, la crise de la dette souveraine est toujours là. Et les révolutions en cours au Maghreb n'arrangent pas les petites affaires des financiers. Entre gel des avoirs et hausse des cours du pétrole, tout fout le camp. Sur le plan économique, en occident, deux informations passent inaperçues pour la presse généraliste. Mais pas pour les financiers. La première concerne les CDS.

par Antoine Champagne - kitetoa

Libye : silence bancaire

Le secret bancaire suisse est souvent brocardé de ce côté des Alpes. Pour autant, avez-vous vu une banque dans ce pays annoncer qu'elle gère ou détient des avoirs Libyens ? Non. Il n'y a pas grand monde dans le petit village financier pour se lever et dire publiquement : nous détenons quelques millions (milliards) de dollars d'avoirs libyens, nous avons prévenu les autorités et ces montants sont désormais gelés.

par Antoine Champagne - kitetoa

Les drogués d'Arabie Saoudite vont-ils accepter le fix de leur leader ?

Le monarque absolu Abdallah ben Abdelaziz Al Saoud vient de rentrer en Arabie Saoudite après une longue convalescence au Maroc. Son pays qui est une dictature, laisse peu de place à la liberté de parole. Encore moins si elle est politique.

par Antoine Champagne - kitetoa

Libye : ce cher partenaire économique

Il y a plusieurs semaines, Reflets.info se demandait ce que Nicolas Sarkozy allait dire à propos de son petit camarde le Colonel Kadhafi alors que s'écroulaient les dictatures en Tunisie et en Egypte. Visiblement pas grand chose et surtout, pas d'autocritique. Chez ces gens-là, madame, on ne fait jamais rien de critiquable. Même quand on fraye avec des dictateurs anciens terroristes et clairement dérangés.

par Antoine Champagne - kitetoa

#Libye Bourse de Milan fermée

Les marchés financiers accusent le coup. La situation en Libye les plombe. Pas simplement parce que les cours du pétrole s'envolent. La Libye détient un fonds d'investissement la Libyan Investment Authority qui possède des participations variées, notamment dans de grosses entreprises américaines. Zero Hedge en a dressé une liste. On retrouve des sociétés à Londres, mais surtout, en Italie. La LIA détiendrait ainsi 7.

par Antoine Champagne - kitetoa

Ventes d'armes : pendant la crise, les affaires continuent...

Qui parle de crise ? Pas les marchands d'armes en tout cas. Selon la dernière étude du Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI) portant sur les 100 plus gros fabricants d'armes, leurs ventes ont progressé de 14,8 milliards de dollars à 401 milliards (+8%) en 2009. En termes constants, depuis 2002, la hausse s'établit à 59%. Les Etats-Unis sont les premiers consommateurs. On le serait à moins avec deux conflits majeurs en cours (Irak et Afghanistan).

par Antoine Champagne - kitetoa

Dette souveraine, le retour du retour, épisode 20 344

L'actualité dans les pays du Maghreb a détourné un temps les yeux de la presse de la situation catastrophique de la zone euro, mais aussi, plus largement, de la planète. La crise de la dette souveraine n'est pas close en Europe et il n'est pas idiot de penser qu'elle va s'étendre aux Etats-Unis dans un avenir proche. Ajoutons à cela que les deux continents sont en train de suivre de voies diamétralement opposées, ce qui ne devrait pas ajouter de la stabilité à l'ensemble.

par Antoine Champagne - kitetoa

Victoire par K.O. de Denis Robert sur Clearstream

10 ans de galères qui viennent de s'arrêter. De grosses galères. Le harcèlement d'une société disposant de moyens financiers sans bornes contre un homme, un particulier. Denis Robert est journaliste. Il a publié plusieurs bouquins et articles sur la société Clearstream. Pour ceux qui ne la connaissent pas, il s'agit de l'une des chambres de compensation internationales. Pour faire simple, c'est elle qui fait les comtes tous les jours entre les banques pour ce qui est des titres. Bref.

par Antoine Champagne - kitetoa

Crise de la dette ? Déplacement du risque

Les marchés sont efficients, bla, bla, bla... En attendant une éventuelle efficience des amrchés, on peut noter une sorte de déplacement du risque. Depuis des mois, l'Europe inquiète. Les CDS qui permettent de s'assurer contre un risque de "défaut" (faillite) des pays s'envolaient pour les pays de la périphérie. Portugal, Espagne, Irlande, Grèce, Belgique, etc. Tous atteignaient des niveaux records. Même la France. C'est dire...

par Antoine Champagne - kitetoa

Europe: toujours plus fort, toujours plus haut...

Les euro-optimistes sont comblés. En ce début de semaine, le Fonds européen de stabilité financière (FESF) a levé 5 milliards d’euros à 2,89% (un taux particulièrement bas). Pour sa première émission, le FESF a enthousiasmé les investisseurs. L’émission a été sursouscrite neuf fois. N’est-ce pas là la preuve que l’Euro est toujours là, qu’il a un avenir radieux ? Bien entendu, cela montre que l’Europe, lorsqu’elle présente un front uni, peut susciter la confiance des investisseurs.

par Antoine Champagne - kitetoa

Europe : ca va mieux (oui mais non)

L'évolution des CDS, ces assurances sur le risque de défaut, laisse rêveur. Ces derniers jours, la dette souveraine des pays européens en difficulté a visiblement moins inquiété qu'auparavant. "Les marchés", entité indéfinissable ainsi désignée par les politiques et les journalistes seraient donc "rassurés". Le risque d'un pays ou deux (ou trois, ou quatre, ...) faisant défaut s'éloignerait. Bonne nouvelle. Reflets.

par Antoine Champagne - kitetoa

Les Etats-Unis jaloux de l’Europe : nous aussi on a notre crise économique !

Les raisons de s'inquiéter sont nombreuses en Europe. Les déboires des banques et des Etats se traduiront immanquablement par une crise économique sérieuse qui touchera durement les populations. Nombreux sont les commentateurs qui se tournent vers la Chine en y voyant le sauveur de la croissance mondiale. Pourtant, le salut de l'Europe passe surtout par la bonne santé de l'économie américaine. Les Américains consomment plus que les Chinois... Or, l'avenir est sombre également outre-Atlantique.

par Antoine Champagne - kitetoa

Europe : les gentils et les méchants

Il y a des sujets qui interdisent toute modération. On est dans un camp ou dans l'autre. L'analyse rationnelle est bannie. C'est le cas de la politique (on est de droite ou de gauche), mais aussi de l'Europe. On est pro ou anti-européen.

Édito
par Antoine Champagne - kitetoa

Mesurons les effets du plan de soutien européen sur l'Irlande

Pour ceux qui ne connaissent pas, les CDS sont une sorte d'assurance contre la faillite d'une entreprise ou d'un état que les investisseurs peuvent acheter pour se prémunir de ce qu'ils considèrent comme un risque. S'il s'agit d'un marché assez spéculatif, il résume assez clairement le niveau d'angoisse réel des financiers vis-à-vis d'une société ou d'un état. Maintenant, prenons le plan de soutien européen à la Grèce.

par Antoine Champagne - kitetoa

Facebook et le spectre de la bulle Internet 2.0

Avoir conscience que l'histoire est un éternel recommencement est un peu le privilège des vieux. Ce n'est pas toujours amusant, mais c'est parfois utile. Ceux qui ont vécu de près le gonflement de la bulle Internet à la fin des années 90 et son éclatement, sont aujourd'hui amenés assez logiquement à s'interroger sur certains signes laissant entendre qu'une bulle 2.0 est peut-être en train de se former. Facebook est un bon exemple de ce nouvel emballement, même s'il n'est pas le seul.

par Antoine Champagne - kitetoa

Opération Marabout : Reflets annonce l'appel au plan de soutien par le Portugal et l'Espagne

Ami lecteur, voici une bonne façon d'avoir l'air complètement stupide ou de gagner votre confiance. Reflets.info vous annonce que le Portugal va faire appel au plan de soutien européen et qu'il sera suivi par l'Espagne. C'est l'opération Marabout du jour chez Reflets.info. Nous avons lu dans les entrailles d'un poulet de première catégorie, que le Portugal est arrivé à un niveau où son financement sur les marchés est intenable. Trop cher.

Édito
par Antoine Champagne - kitetoa