Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
par Antoine Champagne - kitetoa

Eagle : c'est Contego qui en parle le mieux

Mais que s'est-il passé depuis la vente des technologies Eagle par Philippe Vannier, patron de Bull, patron d'Amesys, patron de Crescendo (la Holding) à Stéphane Salies, ancienne cheville ouvrière d'Eagle au sein d'Amesys, au sein de Bull, et lui aussi, actionnaire de Crescendo ? Oui, que sont devenues ces technologies ?

Mais que s'est-il passé depuis la vente des technologies Eagle par Philippe Vannier, patron de Bull, patron d'Amesys, patron de Crescendo (la Holding) à Stéphane Salies, ancienne cheville ouvrière d'Eagle au sein d'Amesys, au sein de Bull, et lui aussi, actionnaire de Crescendo ? Oui, que sont devenues ces technologies ? Le business continue-t-il tranquillement, comme si de rien n'était, après ce tour de passe-passe, consistant à se défaire d'un nom qui commençait à pourrir l'image de Bull, société sur laquelle Philippe Vannier mise tant ? Cette activité stratégique pour la France, ce n'est pas Fleur Pellerin qui nous contredira, est-elle toujours à la mode ? Pour parler de la nouvelle stratégie de la nouvelle entité (masquée) de Bull qui vend le DPI à des dictatures et des Etats policiers (mais pas seulement), nous allons céder la parole à un intégrateur de Dubaï : Contego Solutions.

Mais avant, un petit détour sur la nouvelle entité "faux nez" de Bull. Elle prend deux formes.

La première, la vitrine française se nomme Nexa Technologies. C'est la société crée par Stéphane Salies pour reprendre l'activité Eagle de Bull-Amesys :

Pour la modique somme de 4 millions d'euros, elle hérite du droit de vendre la solution Eagle, de la part de Amesys Sécurité & Services.

Pour mémoire, et comme l'avait raconté Jean-Marc Manach, Amesys a hébergé pendant les mois nécessaires à l'"opération...