EAGLE et le sombre tour de passe-passe d’Amesys

Quoi de plus cynique qu’un marchand d’armes ? Un marchand d’armes électroniques… On savait qu’Amesys comptait en son sein de grands comiques. On se doutait aussi que nos grands comiques n’allaient pas passer une annonce sur le Bon Coin pour refourguer Eagle. Nous connaissons depuis un petit moment le nom du mystérieux acquéreur supposé d’Eagle. Supposé car à ce jour, en dehors des affirmations de Bull qui prétend avoir cédé la filiale Eagle d’Amesys fin novembre, il n’existe pour à ce jour aucune trace officielle de cette cession. Le site Miroir Social a lâché hier une partie des informations intéressantes que nous allons longuement commenter ces prochains jours, car croyez nous sur parole, il y a de quoi en dire, et nous vous promettons beaucoup de lulz…

En attendant le prochain numéro du Canard Enchainé (save the date) dans lequel vous en apprendrez beaucoup plus, je vous propose de commenter un peu l’information révélée hier par Miroir Social.

Stéphane Salies

Le mystérieux acquéreur supposé serait donc un certain Stéphane Salies « un dirigeant historique de la galaxie des filiales d’Amesys« , nous vous avions parlé un peu de lui ici. Historique c’est bien le mot, car Stéphane Saliès était déjà là à l’époque d’I2E, cette époque où ce qui est devenu aujourd’hui Amesys/Bull réalisait un système de surveillance globale, sur mesure, pour Kadhafi. Système d’écoute globale dont évidemment personne ne pouvait se douter qu’il serait utilisé à des fins de repression… #ONSAVÉPA ! Car voyez-vous, Stéphane Saliès est tout à fait le genre de personne qui pourrait vendre du crack à un toxicomane sans pouvoir se douter un instant que ce dernier va se droguer.

Quand Bull a annoncé en mars dernier la cession d’Eagle, nous avons assisté aux grandes manoeuvres chez Amesys, depuis, et après quelques kilos pris à force de nous gaver de PopCorn®. Stéphane Saliès abandonnait la présidence d’Amesys pour créer Nexa Technologies, SAS au capital d’un million d’euros et dont le siège est situé au 94 Rue de Paris à Boulogne Billancourt… Genre pas loin des copains :

Capture d’écran 2013-01-18 à 14.59.31

Et la proximité n’est pas que géographique. Il faut dire que dans la nébuleuse de sociétés issues plus ou moins directement d’I2E/Amesys, Stéphane Saliès semble être un entrepreneur compulsif. Société.com lui connait 4 mandats, nous lui en connaissons au moins un autre que vous découvrirez comme nous vous le disions ci-dessus, dans le prochain numéro du Canard Enchainé. Il fallait bien une petite offshore pour rebrander Eagle…

Capture d’écran 2013-01-18 à 15.03.14

Stay tuned, car dés la semaine prochaine, vous en connaitrez un peu plus sur le cynisme d’Amesys qui prend dirait-on un malin plaisir à prendre tout son petit monde pour des cons.

Et Bercy ? il raconte quoi Bercy ? #ONSAVEPA ?

Twitter Facebook Google Plus email


17 thoughts on “EAGLE et le sombre tour de passe-passe d’Amesys”

  1. Oui… :/

    J’ai noté sur twitter hier un rapide échange intéressant entre BB et JMP, sur un sujet différent (neut) mais tout à fait convergent en réalité, et qui disait puisque la voie X ne marche pas/plus/plusdutout, on fait quoi, on s’expatrie?

    Ca c’est de la question!

  2. C’est une première je crois (me tapez pas si ce n’est pas le cas) ?
    Pour un article dédié dans un journal…

    En espérant que « quelque chose » change…et que les crétins de politicards actuels arrêtent de prendre les gens pour des cons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *