Bull vend Eagle… à un actionnaire de Crescendo, qui est l’actionnaire principal de… Bull

bloodybull

Début mars 2011, Bull annonçait  avoir « signé un accord d’exclusivité pour négocier la cession des  activités de sa filiale Amesys relatives au logiciel Eagle, destiné à  construire des bases de données dans le cadre d’interception légale sur  internet« .

La vitrine française de l’informatique percevait désormais comme une épide dans le pied son activité d’interception du trafic IP, celle-là même qui avait permis la fusion Bull Amesys. Il faut dire que la foultitude d’articles parus sur la vente au colonel Kadhafi et surtout, à son beau-frère, Abdallah Senoussi, condamné en France par contumace pour son rôle dans l’attentat du DC10 d’UTA, d’un système d’écoute global des communications des Libyens, n’avait pas aidé à redorer l’image de Bull.

Or, si Philippe Vannier a réussi a prendre la tête de Bull en lui « vendant » Amesys, il ne souhaite plus qu’une chose aujourd’hui, consolider l’existant. Et franchement, il vaut mieux être à la tête de Bull que d’Amesys. C’est bien plus profitable. D’ailleurs, si le gouvernement du changement c’est maintenant ou demain peut-être ferme les yeux sur le rachat par Amesys de Bull (c’est ce à quoi a abouti l’opération), s’il ferme les yeux sur la cession dont nous allons parler, s’il ferme les yeux sur la mise en place d’Eagle au Maroc, s’il valorise publiquement -via Fleur Pellerin  au FIC2013- Bull et le DPI, s’il laisse le FSI conserver ses parts dans Bull et Qosmos, c’est que Philippe Vannier est virtuellement indéboulonnable.

Via sa holding Crescendo (qui a vendu Amesys à Bull et permis ainsi le rachat de Bull par Amesys), il détient 20% des actions Bull, loin devant le deuxième actionnaire (France Télécom avec 8%). Mais n’étant désormais pas sans le sou, Philippe Vannier détient aussi près de 3,4% du capital de Bull via son fond d’investissement Pothar Investments.

Mais revenons à la cession de l’activité Eagle. Comme nous l’indiquions, il s’agit d’un tour de passe passe.

Premier point, la vente de cette activité est faite à Stéphane Salies, ancien patron de cette activité. On reste entre amis. La nouvelle société, Nexa Technologies était d’ailleurs hébergée par Amesys pendant des mois, comme l’a raconté Jean-Marc Manach après les révélations de Robin Carcan, journaliste au MiroirSocial.com.

Mais ce n’est pas tout. Stéphane Salies n’est pas seulement salarié et membre du directoire de Crescendo, comme l’indique Jean-Marc Manach…, il en est surtout actionnaire…

Message subliminal : il y a des easter eggs dans cette image...

En résumé, Philippe Vannier, Président-Directeur Général de la société, vend à un actionnaire de Crescendo Industries, dont il est Président du Directoire, la branche Eagle d’Amesys. A ce niveau de blaguitude, on atteint des sommets. « C’est l’histoire d’un mec… Y vend un truc…« . Même Coluche ne faisait pas aussi bien.

Quoi que… A bien y réfléchir…

Avec un peu de patience, Reflets.info devrait pouvoir vous en raconter d’autres, pas mal non plus, d’ici peu. Stay tuned…

Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: Antoine Champagne - kitetoa

Dinosaure du Net, journaliste à ses heures. A commis deux trois trucs (Kitetoa.com, Aporismes.com et Reflets.info).

20 thoughts on “Bull vend Eagle… à un actionnaire de Crescendo, qui est l’actionnaire principal de… Bull”

  1. Cela est intéressant de regarder qui est qui:

    M. Marc HERIARD-DUBREUIL
    Mme Martine HERIARD DUBREUIL
    possèdent chacun une action, mais sont aussi les 2 dirigeants de LVLF qui en possède 22% avec un captial de 33.426.981,00 €

    Je sais pas vous mais pour mois c’est pas très net cette histoire

  2. Putain je suis en mode columbo.
    La société RSFJ dirigée par un certain M. Raymond AUPHAN qui est aussi président de Amesys Conseil…
    Franchement si j’avais un temps soit peu de temps est je contacterais les chambres de commerce pour chopper toutes les infos et ferais une maxi infographie montrant que les liens entre les boites et les personnes sur cette fiche, qui fait partie de quoi….
    En tout cas merci et j’attennds avec impatience votre prochain article

      1. Je suis en train de tenter de poser un arbres des relations sur papier, et je m’y perd
        Si quelqu’un à un accès sur société.com il y à de quoi se régaler. Les données gratuites étant trop fragementaires
        Je trouve un truc louche:
        Des gens ont une action à leur nom mais plusieurs certaines au nom de compagnie qu’ils possèdent.
        Sans être parano il y à de quoi être suspicieux

  3. Je me suis pris au jeu.
    Le société Zéphyros Invest semble aussi jouer un rôle plutôt intéressant

    http://www.amf-france.org/inetbdif/viewdoc/affiche.aspx?id=56520&txtsch=

    http://www.amf-france.org/inetbdif/viewdoc/affiche.aspx?id=54303&txtsch=

    http://www.amf-france.org/inetbdif/viewdoc/affiche.aspx?id=54234&txtsch=

    Le dernier lien comporte cette phrase.
    Crescendo Industries déclare agir seul et ne pas agir de concert dans le cadre de l’acquisition de ses 24 157 500 actions BULL.

    Ne parlant pas le financier quelqu’un pourrait me dire si le fait que tout le monde semble se connaître pourrait être préjudiciable?
    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *