Journal d'investigation en ligne
par KheOps

Faut pas charia !

Non, ce n'est plus de Reflets qu'il s'agit cette fois, qui je le rappelle avait reçu indirectement des menaces de mort qui visaient également les agents Telecomix, mais de Charlie Hebdo. On ne vous apprend rien, l'affaire a fait suffisamment de bruit.

Non, ce n'est plus de Reflets qu'il s'agit cette fois, qui je le rappelle avait reçu indirectement des menaces de mort qui visaient également les agents Telecomix, mais de Charlie Hebdo. On ne vous apprend rien, l'affaire a fait suffisamment de bruit. En l'espace de quelques heures, des personnes visiblement mal intentionnées ont :

Nous nous sommes longuement exprimés sur les armes de censure et de surveillance des réseaux potentiellement à disposition des gouvernements, tel que cela a été observé en Libye et tel que cela est actuellement à l'oeuvre en Syrie. L'article sur Milipol à ce propos a d'ailleurs soulevé une quantité impressionante de réactions divergentes, bien que celles-ci n'étaient pas forcément centrées sur les armes numériques en particulier. Les divers argumentaires qui s'en sont suivis étaient pour certains enrichissants, et quoi qu'on en dise, ils représentent un excellent exemple de liberté de communiquer et d'échanger des idées sur Internet.

Même si certains dirigeants d'États et/ou d'entreprises sont ceux qui représentent (peut-être) potentiellement le danger le plus grand pour la liberté d'expression étant donné qu'ils contrôlent les infrastructures (pour l'instant), l'effacement du contrôle hiérarchique inhérent à la structure d'Internet implique que  d'autres entités, collectives ou individuelles, sont à même de pratiquer des actions dont la finalité est d'empêcher un acteur de s'exprimer.

Cet effacement du contrôle est approximativement équivalent à la notion de neutralité du Net (je prends des pincettes car je ne suis pas sûr à 100% de connaître toutes les nuances du concept), qui est défendue en permanence sur Reflets.

Seulement voilà. Cette horizontalisation de la société (sur Internet, j'entends) est une bonne chose, mais à une condition : que chaque citoyen du réseau prenne conscience de sa place et joue son rôle pour défendre la liberté d'expression - si tant est qu'il croit fermement en cette valeur. Puisqu'on ne veut pas que le réseau soit contrôlé de façon centralisée, c'est aussi à chacun de contribuer à son bon fonctionnement. Internet nous permet d'accroître notre libre arbitre et nous facilite les moyens d'actions. Il n'empêche, agir ne se fait pas tout seul.

Donc, effet Streisand oblige, les quelques personnes qui ont commis ces attaques regretteront sans doute amèrement que leur acte ne conduise en fait qu'à une publicité énorme pour Charia Hebdo. Telecomix et  Reporters Sans Frontières devraient remettre d'aplomb au moins une partie du site de l'hebdomadaire. Le cache Google peut être utile à qui souhaite faire de même.

Et on va peut-être être menacés de mort ? Peu importe, il y aura eu plusieurs dizaines de miroirs du site entre-temps. Il va falloir trouver autre chose, parce que les menaces, ça devient ringard, en plus d'être bête et méchant. Trois mille Syriens sont morts, ça ne les empêche pas de continuer à faire la révolution.

Il est hors de question de se laisser museler par quelques extrémistes, ni plus ni moins qu'il est hors de question de se faire censurer au nom de la lutte anti-terroriste.

0 Commentaires
Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée