La surveillance numérique : une arme de guerre (presque) assumée

J’ai eu la chance de pouvoir aller à Milipol 2011, salon dit « de la sécurité intérieure des États », qui se déroulait du 18 au 21 octobre porte de Versailles, à Paris. C’est l’un des plus grands regroupements mondiaux de représentants industriels et politiques liés à cette thématique. Hormis la presse, seuls les acteurs de cette sphère y sont en théorie admis. Pas de Monsieur et Madame Tout-le-monde, pas de grand public. Parmi les « personnalités », Marine Le Pen et Claude Guéant y ont apparemment fait une apparition. Parmi les exposants dont le nom parlera peut-être au lecteur, on citera la DGA, Renault Trucks, SigSauer, Flash-Ball, Trovicor et Bull-Amesys. Tous ont une place sur le marché de « la sécurité intérieure des États ».

Ce salon, dont les stands les plus ludiques sont ceux proposant de s’entraîner à viser avec tel fusil mitrailleur ou telle arme de poing, a également donné l’occasion de mesurer l’importance croissante occupée par les technologies de surveillance de masse des flux de communication comme outil de guerre. Une importance très facilement perceptible mais qui semble mal assumée par les fabricants de ces technologies d’espionnage.

Pour cette raison, et du fait que le grand public n’y est pas admis (pourtant l’État, c’est nous, non?), un petit aperçu de ce salon me paraît indispensable. Toutes les photographies de cet article ont été prises lors du salon.

 

Fais voir ton gros calibre

Première impression: c’est intimidant, et ça fout mal à l’aise. On commence par des tenues spéciales destinées aux militaires et des fusils mitrailleurs flambants neufs, exposés comme des oeuvres d’art. À l’honneur également, des véhicules de police blindés et éventuellement surmontés d’une mitrailleuse. Pour soigner le détail, quelques écrans proposent des animations type jeu vidéo ou mauvais film américain, mettant par exemple en scène les explosions provoquées par des mitrailleuses d’hélicoptère exposées dans le même stand. Chaque marque rivalise d’ingéniosité pour mettre en valeur ses produits.

 

Fusil de précision
C'est beau, non ?

 

Ce qui occupe une bonne moitié du salon est donc une débauche de haute technologie conçue pour tuer. Une sorte de grand magasin de jouets mais avec de « vrais » jouets, quoi. Comme les petits, on peut venir soupeser, palper et tester le viseur d’une arme dernier cri.

Toute cette haute technologie est le luxe de l’armement. L’exposition de luxe matériel est un levier classique du marketing qui joue sur certains travers du caractère humain pour le pousser à se focaliser sur son envie primaire de posséder un nouvel objet. Milipol, c’est encore plus fort que ça : la plupart de ces objets luxueux ont la particularité d’être conçus pour tuer. Résultat : à l’envie consumériste primaire s’ajoute la poussée de testostérone et le sentiment de puissance qu’on peut observer sur certains mâles venant tâter les armes avec un air satisfait comme si leur virilité s’en trouvait décuplée. Sur les stands les plus soignés, l’arme est même tendue à l’intéressé par une charmante hôtesse, dont le mouvement des doigts sur la crosse ne manquera pas d’éveiller l’inconscient de certains.

 

Tu la sens ma grosse intelligence ?
Tu la sens ma grosse intelligence ?

 

Pour parfaire l’ambiance, certains arborent fièrement leur apparat de « représentant de l’ordre public » : tenue du RAID, costume militaire, etc. Si certains de ces représentants sont vraiment fiers de faire partie de la caste virile du salon du fait de la force à laquelle ils ont accès, comment s’étonner de voir certains dégénérés de la BAC perpétrer des excès de violence ou certains CRS s’enorgueillir de la branlée qu’ils ont mis à des Indignés pacifiques ?

J’allais oublier un détail : la place du 9 novembre 1989, face au lieu de l’exposition, était étrangement ornée de dizaines d’affiches publicitaires pour le jeu tout nouveau Battlefield 3.

 

Un oeil sur les stratégies des États

Faire croire que le salon n’est peuplé que d’écervelés en manque de baston serait toutefois irrespectueux pour les participants ne répondant pas à cette description et omettrait un élément clé : les produits exposés entendent répondre à une stratégie réfléchie et définie par les États, puisqu’ils sont les principaux clients de ces technologies.

Observer les produits mis en avant par les fabricants donne une petite idée des stratégies auxquelles ils répondent. On trouve donc, à ce salon :

  • beaucoup d’armes de guerre conventionelle anti-infanterie, très puissantes pour certaines (fusils de précision qui t’arrachent un bras en une balle, mitrailleuses pour hélicoptères, armes de poing et armes automatiques en tout genre, robots tout-terrain surmontés d’une mitraillette, …)
  • des équipements de protection passifs pour les théâtres de guerre (visières et gilets parre-balles) et les violences urbaines (tenues de CRS « blindées », …)
  • des véhicules, de la moto de police standard BMW au véhicule blindé léger, en passant par le 4×4 de police aux vitres grillagées et surmonté d’une tourelle avec mitrailleuse (j’ai bien dit 4×4 de police, pas militaire, hein)
  • quelques rares stands sans connotation guerrière, l’un d’eux présentant par exemple un appareil de mesure du taux d’alcoolémie par examen de l’épiderme
  • pour terminer, les moyens de surveillance des communications électroniques, qui occupent environ un quart du salon à eux seuls.

La sécurité intérieure des États, c’est donc en tout premier lieu la guerre. Mais la guerre contre qui ? Certains éléments rendent la réponse à cette question particulièrement floue. Par exemple, ce 4×4 de police – entité civile censée protéger la population – surmonté d’une arme capable de décimer par dizaines des personnes, civiles elles aussi a priori. Le véhicule blindé aux motifs de camouflage militaires mais avec un fond bleuté pour garder un peu le look « police » me semble également un produit particulièrement pervers.

 

Voiture de police surmontée d'une mitrailleuse
Il faut que je revoie ma définition du mot "police", je crois...

 

La frontière semble donc bien poreuse entre baston sanglante et maintien de la sécurité de la population civile… La stratégie des États visant à assurer leur « sécurité intérieure » semble consister à armer davantage les forces de police qu’à se soucier du sort des populations. Et si, à l’instar de l’Égypte, la Tunisie, le Yémen, le Bahrein et la Syrie, c’était les « forces de l’ordre » qui allaient être amenées à représenter la menace la plus dangereuse pour la population ?

Dans ce flou artistique, les technologies d’espionnage de masse des télécommunications sont loins d’être en reste. L’ambiance sur les stands associés y est même bien plus tendue que dans le reste du salon, surtout lorsque des journalistes y pointent le bout de leur nez.

 

Des armes de guerre à ne pas dévoiler

Un quart du salon : c’est l’espace occupé par les seuls stands liés aux télécommunications. Parmi eux, j’ai pu observer une dizaine d’exposants de divers pays proposant des solutions d’interception, de stockage et d’analyse de flux réseaux résultants de l’activité humaine. À côté de ces stands où la tension était perceptible, le reste du salon dégageait une ambiance « magasin de jouets » presque relaxante. Pas ou peu d’objets exposés, des regards menaçants à la vue d’un appareil photo, et des représentants particulièrement désagréables avec les journalistes. Pas de doute, ici on propose des produits qui doivent rester cachés et connus uniquement par un public très restreint.

Les brochures publicitaires permettaient tout de même d’apercevoir les caractéristiques des solutions d’interception proposées. Sans surprise, les points quasi-systématiquement mis en avant sont les suivants :

  • capacité d’interception de flux réseau à très haut débit (j’ai noté le chiffre de 10Gbit/s)
  • captation de tous les vecteurs usuellement utilisés par les humains pour communiquer (messagerie instantanée, réseaux sociaux, e-mails, webmails, voix sur IP, …)
  • outils d’analyse et de corrélation des données pour rechercher des individus particuliers ainsi que leurs liens sociaux.

Aucun doute ici non plus : on propose du massif, on met en avant la capacité de passer à l’échelle à la fois en terme de nombre de personnes surveillées et en termes de protocols analysés. Plus concrètement, il est très clair que plus d’une entreprise dans le monde fournit des solutions capables de mettre sur écoute la population d’un pays entier. En plus, certaines d’entre elles ont eu la chance de les tester et les affiner chez les dictateurs d’à côté. Pour changer de Bull-Amesys, qui ne présentait d’ailleurs bizarrement pas son système Eagle, je mentionnerais la société Trovicor, ex-filiale de Nokia-Siemens, apparemment présente dans plusieurs régimes dictatoriaux du Moyen-Orient (cela mériterait d’ailleurs davantage d’investigations).

 

Présentation de MCR
Ça a le mérite d'être clair : c'est fait pour intercepter des quantités énormes de trafic

 

Plus effrayant et plus intriguant, une entité italienne nommée « Hacking Team » part d’un constat simple : les données les plus sensibles sont souvent échangées par des canaux chiffrés et sont donc difficiles voire impossibles à intercepter.  Qu’à cela ne tienne, Hacking Team propose tout bêtement à ses clients d’installer un logiciel espion sur les machines des personnes dont on souhaite surveiller l’activité. Je n’ai aucun détail technique sur les performances et la furtivité de ce logiciel, mais la brochure vante son indétectabilité par tout type d’anti-virus moderne. C’est une porte de plus qui s’ouvre vers l’installation de logiciels sur des matériels à l’insu des propriétaires. Rappelons-nous que les autorités allemandes ont récemment eu recours à un cheval de troie permettant d’espionner les conversation Skype, et que cette technique est mise en pratique en Chine depuis un bout de temps.

Je n’ai malheureusement ni pu tout retenir ni pu tout photographier. Une énième passe sur ma série de photos me rappelle une autre technologies observée : la localisation tri-dimensionnelle en temps réel des personnes en grâce à leur téléphone portable.

 

Remote control system
Extrait de la plaquette publicitaire de Hacking Team

 

En conclusion, nous sommes en présence de vendeurs de matériel permettant de mettre tout un pays sur écoute et de faire des analyses performantes de ces écoutes, dans un salon amalgamant allègrement matériel de guerre et sécurité des populations civiles dans un flou particulièrement malsain. Et ce salon, censé être autour de la thématique de la sécurité des États (et donc des populations), est interdit au grand public. Enfin, les journalistes, bien qu’autorisés, sont particulièrement mal vus et la plupart des vendeurs de matériel d’interception des flux réseaux restent muets comme des carpes – voire agressifs – face aux questions des journalistes.

Quelques entreprises et quelques oligarchies d’État s’organisent peu à peu pour mettre des millions de gens sur écoute, et le « grand public » ne doit surtout pas le savoir. Je ne comprends pas, moi qui pensais que tout ça était fait pour assurer notre sécurité… Je deviens schizophrène : je suis un citoyen tout ce qu’il y a de plus lambda, et je vais peut-être être surveillé par des armes de guerre tel un ennemi de la population.

Twitter Facebook Google Plus email

174 thoughts on “La surveillance numérique : une arme de guerre (presque) assumée”

      1.  » Je ne comprends pas, moi qui pensais que tout ça était fait pour assurer notre sécurité… Je deviens schizophrène »

        « notre sécurité »: ca me fait tiquer…

        Sécurité…. AAAAHHHHH !

        (désolé c’est moi)

    1. Oui, effectivment les images sont hébergées sur mon serveur, qui a un certificat autosigné. Vous pouvez le valider si le fingerprint SHA1 est bien le suivant:
      8D:D1:AA:03:79:D6:E2:58:6F:FA:35:1F:F2:46:D7:F3:93:ED:75

  1. Je suis d’accord avec l’article en général. C’est vrai que ça fait peur ce genre de salon (je pense au 4*4 police). Par contre je le suis moins concernant la description du policier du RAID car ils sont connus pour leur sang froid et de protéger la vie de tous (même des preneurs d’otages contrairement aux SWAT par exemple).
    C’était juste à mon sens le seul point négatif de l’article.

      1. Sinon, tes liens marchent aussi en http://, tu pourrais aussi éditer l’article.
        À toi de voir ce que tu préfères faire.

        Sinon, une question : le véhicule de police avec la mitrailleuse me fait une très forte impression. C’est de la violation des droits de l’homme dans un paquet cadeau ! Quelle est la licence sous laquelle tu mets l’image ? On peut la réutiliser ?

        Et tu as plus d’infos sur la boite qui propose ce honteux produit ?

        1. Allez-y, réutilisez à volonté :)

          J’ai volontairement mis les liens en https, pour aller de paire avec le fait qu’on essaie de psser Reflets en https tout doucement.

          Pas d’infos supplémentaires sur la boîte malheureusement, non… J’étais trop surpris/trop débordé par tout ce qu’il y avait à voir pour noter ces détails. Ceci, ce serait intéressant d’en savoir plus. La voiture est une Toyota, mais je ne suis pas sûr que ce soit eux qui montent le reste. Par contre ils sont peut-être au courant de qui le fait :)

  2. Blutouf, y avait-il un ou des stands mettant en avant le radar passif ?
    Cette techno qui a à présent 1 siècle permet de localiser (en 3D) des équipements voire des personnes sans les pointer directement, simplement en analysant les déformations locales du spectre électromagnétique résultant de toutes les sources émettrices actuelles (GSM, TNT, WiFi, etc).
    db

  3. Contrairement à ce qui est dit dans l’article, le salon était ouvert à tout le monde. Je le sais, je suis un quidam et j’ai pu m’y rendre avec quelques amis, eux aussi sans aucun rapport avec presse, la politique, ou l’armement.

    1. Je suis moi-même a priori sans aucun rapport avec la presse et l’armement, et j’ai pu y rentrer. Mais uniquement parce qu’un journaliste avait pu obtenir une accréditation presse pour moi auparavant.

      Je répète, le salon n’était a priori pas ouvert à tout le monde, comme en atteste cette notice : http://www.milipol.com/visiter-salon-securite-interieure/Badge-visiteur-Milipol

      Toutefois, en se débrouillant correctement, quelques individus pouvaient effectivement y rentrer. Mais le grand public était très, très loin d’être encouragé à s’y rentre pour se tenir au courant.

  4.  » La stratégie des États visant à assurer leur « sécurité intérieure » semble consister à armer davantage les forces de police qu’à se soucier du sort des populations ».
    On arme surtout les forces polices en fonction des difficultés qu’elle rencontre. Au bresil c’est 4×4 renforcé et fusil d’assault parce que dans les favelas c’est comme ça qu’il sont reçus. Et ça pourrait bien finir par arriver chez nous aussi.

    Pour l’accès au salon suffit en fait de bosser pour une boite qui y expose. J’aurais pu y avoir accès alors qu’au final je fabrique pas d’arme de guerre ni de routeur DPI.

    1. Je suis d’accord que les matériels vendus entendent répondre à des besoins, et j’ai également pensé à ces favelas en voyant ce 4×4, exemples évidents de zones urbaines où « l’ambiance » justifie des moyens extrêmes. Exemples tellement évidents qu’ils en deviennent caricatural, d’ailleurs.

      Sauf que :
      – d’une part, les fabricants jouent sur la surenchère et le côté « luxe » et high-tech de certains de ces gadgets de mort pour booster leurs ventes… Stratégie marketing classique mais qui peut pousser un ministre un peu trop fanatique (d’armes) de techno dernier cri à « renforcer l’image de son pays comme grande puissance » en s’armant bien plus que nécessaire. Ça peut fonctionner aussi s’il a des potes dans l’armement.
      – d’autre part, la véritable question est de savoir pourquoi/comment une situation « favelas-like » peut arriver « chez nous », menace que tu sembles agiter presque tel Marine Le Pen agitant l’épouvantail de l’immigration, conduisant à des propositions court-termismes pour repousser (i.e. fermer les yeux sur) le problème… Je veux simplement dire que la surenchère de de matériel de guerre ne règlera pas les vrais problèmes, bien au contraire. Quand y’aura des lance-roquettes dans les favelas, on ira avec des chars ? Cool.

      Enfin, travailler pour une entreprise concernée par le sujet, de près ou de loin, reste quelque chose qui est loin d’être donné à tout le monde. Et une fois de plus, le site Web du salon était loin d’accueillir le public à bras ouvert. Pourtant, le sujet traité me paraît potentiellement toucher le « pékin moyen » de très près.

      Une fois sur place, flâner entre les stands ne posait effectivement aucun problème, mais prendre des photos/filmer les stands « discrets » (ceux de vendeurs de matériel d’écoute, principalement) n’a franchement pas été une partie de plaisir. La tension était sincèrement palpable.

      1. Oh bah c’est encore gentil tout ça, surtout que ça serait pas la 1e fois…

        Je me souviens d’un certain ministre de l’intérieur qui n’a pas hésité à introduire les tasers en france, et à les refiler aux policiers municipaux (sic)…

        1. Et avec raison. Savez-vous seulement de quoi vous parlez quand vous évoquez le Taser (modèle X26 le cas échéant) ? Je ne crois pas. Je crois que ce qui dérange le plus les détracteurs du Taser, c’est surtout qu’une société ait trouvé un moyen de permettre aux agents de la force publique de tirer sans risquer de faire trop de mal à quelqu’un, les rendant de fait moins circonspects à faire usage d’une arme.

          1. @kiteoa

            C’est clair qu’il est plus facile, quand on n’est pas capable de matérialiser sa pensée en exposant ses arguments d’une façon claire, de traiter quelqu’un troll s’il a des opinions différentes des notres.

            « Thought-terminating cliché » qu’ils appellent ça sur Wikipedia.

          2. Mais non mon grand. Nos positions sont irréconciliables. C’est tout.
            Et venir défendre l’usage des armes au cul d’un article qui explique clairement que les armes sont une invention stupide, que leur commerce est un commerce de mort, c’est troller.

          3. C’est bien ce que je disais : on ne peut pas exprimer un avis différend de celui de l’article et de la majorité des commentaires sans etre taxé de troll. Et ça ose traiter les autres de fachos…

          4. « C’est bien ce que je disais : on ne peut pas exprimer un avis différend de celui de l’article et de la majorité des commentaires sans etre taxé de troll. Et ça ose traiter les autres de fachos… »

            C’est ce qu’on appelle le point Godwin. Wiki éclairera ceux qui ne connaissent pas.

          5. @ Danny : Il me semble que Kitetoa critique en partie le Taser parce que justement 1) il ne règle pas les problèmes qui surviennent sur la voie publique comme l’imagine le policier ou comme le voudrait l’acteur/actrice politique, et 2) parce qu’il occulte le fait qu’en utilisant le Taser la police serait succeptible d’oublier complètement son rôle de proximité avec la population. Tous les commissaires le disent : si tu veux prévenir les problèmes et les règler ensuite, il faut être proche des gens et pas les taser parce qu’ils s’énervent.
            Tout cela pour dire que le Taser n’est pas un outil pratique mais un outil idéologique. C’est un point de vue politique du rôle de la police, qui est profondément nocif pour l’image citoyenne que joue/doit jouer la police.

          6. Hé bien j’aime à croire que les policiers en France aujourd’hui n’utilisent pas le Taser sur quelqu’un qui vient leur demander un renseignement et que les policiers qui en sont équipés (ou non d’ailleurs), savent faire la part des choses entre une situation qui nécessite une proximité avec le citoyen et une autre où il faut faire usage de la force.

          7. Ce que tu aimes à croire est une chose… Qui n’a malheureusement aucune valeur, ni en terme de réalité, ni en termes de risques liés à la diffusion de davantage de moyens de répression.

            Tous les policiers ne sont pas des brutes sanguinaires. Mais ce n’est pas en les armant toujours en encore plus et en recrutant les policiers de la BAC sur leur unique aptitude physique via un examen de combat qu’on va aller vers plus de paix.

            Le pire, c’est que la violence potentielle est tellement banalisée que je vois à quel point vous ne vous rendez plus compte du problème.

          8. La violence banalisée ?
            Je sais pas trop … je trouve que la réalité est encore loin du peu que je vois à la TV.
            Peut-être moins impressionnante, moins « spectacle » mais tout aussi cruelle et pernicieuse.
            Que ce ne soit pas une solution sur le long terme soit. Que certaines décisions soient contestables aussi.
            Mais c’est encore nécessaire à l’heure actuelle.

    1. Oui, comme tous les deux ans… Milipol est un an sur deux au Quatar, un an sur deux en France (à Paris). Eurosatory, un salon plus axé « défense », se tient lui à Paris chaque année où Milipol est à l’étranger (donc tous les deux ans).

  5. Cela me parait totalement logique que l’accès soit restreint pour ce genre de manifestation, ces innovations ou nouveaux matériels seront peut être utilisés par la Défense donc un minimum de discrétion me semble indispensable.
    N’importe quelle personne mal intentionnée pourrait sinon s’y rendre et planifier n’importe quoi, ou piocher des idées pour je ne sais quel acte malveillant.
    En ce qui concerne l’interception des flux électroniques, si on a rien à se reprocher, je vois pas où est le drame, c’est pas les textos qu’on envoie à sa femme que les forces de l’ordre vont se faire chier à intercepter…

          1. Je fais tout pour rester cool, froid. Mais putain qu’est-ce que c’est bon de voir qu’on est pas tout seul :)

          2. Ca me fout les nerfs en boule ces phrases sur le « si on a rien à se reprocher »…Et pour aller vers la loi Godwin amené par le client N°1, j’y vais sans complexe chez Godwin : au début, c’étaient les juifs, et puis les handicapés y sont passés, les homos, les tziganes…enfin pour résumer : dans une société totalitaire, tout le monde est surveillé et tente d’essayer de ne pas rentrer dans les catégories que l’Etat a décidé de réprimer. Et ces catégories changent. Il y a des bouquins à lire là dessus. La phrase intéressante, c’est celle-là : « Mais on m’avait dit que ce seraient uniquement les autres… ». Matin Brun est une courte nouvelle assez pertinente à lire sur le sujet. Allez bon vent aux promoteurs des tasers…

      1. Je propose à « ceux qui n’ont rien à se reprocher » de sortir dans la rue avec un écriteau portant leur nom prénom + adresse autour du cou et à mettre une caméra ip visible sur un site web publique, dans chaque pièce chez eux (y compris toilette + sdb). Si ils n’ont rien a se reprocher ou est le problème ;-)

        à mon avis ça sert

    1. Mmh. Libre à toi de vouloir ne pas être au courant, mais dans ce cas j’espère que tu n’as pas lu l’article, des fois qu’il exacerbe les potentielles viles intentions terrées au plus profond de la perversité de ta misérable nature humaine.

      Ça ne tient pas debout. Les « méchants » qui veulent avoir l’info l’auront de toute façon, ils n’ont pas besoin de Milipol. Et ceux qui exposent à ce salon ne donnent pas de secret de fabrication, ils sont là pour faire de la pub. Certains n’exposent même strictement rien à part des brochures papier.

      Pour l’interception des flux électroniques, quelques éléments de réponse :
      – des millions de Libyens mis sur écoute, ce qui a permis l’arrestation de potentiels opposants politiques (je dis bien politiques, pas armés/violents/terroristes/autre cliché), cf. http://reflets.info/plainte-de-la-fidh-contre-amesys/
      – la même chose se déroule actuellement en Syrie, cf. http://tcxsyria.ceops.eu/95191b161149135ba7bf6936e01bc3bb
      – mauvais exemples, me diras-tu, car régimes dictatoriaux ? Alors, jette un oeil à l’affaire Takkiedine. Certes personne n’a été torturé mais des journalistes ont étés espionnés pour la simple raison qu’ils faisaient leur travail de journaliste. Rien qu’ils auraient dû se reprocher, pourtant. Ah, si, ils enquêtent « contre » le pouvoir en place.
      – les forces de l’ordre n’auront plus besoin de « se faire chier » puisque le matos peut _tout_ intercepter sans soucis.

      Ceci étant dit, si tu es d’accord pour que toutes tes communications soient écoutées, tant mieux pour toi :) J’espère juste que tu ne seras jamais en opposition politique trop fort avec ceux qui t’écoutent !

    2. « vont se faire chier à intercepter… » Popol il doit te manquer une partie de la saga DPI dans tes lectures (cette remarque n’est pas une agression mais une invitation).
      Ce genre de technologie « ne se fait pas chier » et intercepte *tout* (de manière passive). Et bien que je n’ai pas grand chose à me reprocher, il en va du respect de ma vie privée que l’on souhaite sacrifier sur l’autel d’une pseudo sécurité.

      1. Non ce genre de techno n’intercepte pas « tout » passivement car ce n’est tout simplement pas possible techniquement (trop de données, trop rapidement). Si tu regardes la photo tu verras que le focus est mis sur les filtres.
        Pour info ces technos sont mises en oeuvre pour les interception légales dans le cadre des commissions rogatoire.

    3. J’ai l’impression que les personnes « mal intentionnés » et prêts à commettre des actes « malveillants » étaient au contraire accueillis à bras ouverts.
      Mais peut-être qu’on n’a pas la même définition d’actes malveillants. Pour certains comme moi c’est mettre en place une répression et une surveillance massive de la population, pour d’autres c’est poser des questions dérangeantes.

      Pour la deuxième partie du message, je ne réponds même pas à un troll aussi patent.

    4. kahoust, KheOps et kitetoa ne sont pas seuls à avoir horreur des « si on a rien à se reprocher, je vois pas où est le drame », et s’étonner de la placide inconscience de ceux qui le pensent…
      vie privée, intimité, secret, liberté, pensée, tout ça leur semble passer à côté, c’est proprement sidérant.
      j’ai lu aujourd’hui citée cette phrase de Cory Doctorow qui l’exprime de manière provocamment et laconiquement superbe, à peu près : « ce n’est pas parce que je n’ai rien à cacher que j’ai envie de chier en public.

    5. Là tu fais preuve d’une naïveté sans vergogne. ;-)
      Penses-tu que ce qui caractérise les marchands d’armes est la volonté de lutter pour le « bien », quel qu’il soit ? Ce sont des commerçants. La seule chose qui les intéresse c’est vendre, comme Amesys-Bull. Ils vendent et promeuvent leurs produits autant auprès de Nicolas Sarkozy qu’auprès d’Adolf Hilter (merde j’ai atteint le point godwin, désolé).

    6. « si on a rien à se reprocher »

      Justement, je cherche depuis longtemps et j’en suis arrivé à la conclusion que c’est vraiment l’argument le plus con du monde.

      Si vous trouvez une phrase plus con j’aimerai vraiment la connaitre, même celles du style « Les OGM c’est pour résoudre la faim dans le monde » ne lui arrivent pas à la cheville.

      1. +1 aussi :

        Effectivement, on est pas dans le monde des bisounours, et des structures puissantes mettent en place des outils de contrôle de masse et de répression, et il est de l’ordre de la douce illusion de croire que cela ne sera toujours conçu que pour tirer sur les vilains méchants vendeurs de drogues, hackers pédophiles ou terroristes d’Al-Qaida mal rasés, et que ça ne fera que protéger notre belle société contre les « extrémismes ».

        Éteignez TF1 et regardez dehors, oui.

        1. Là dessus, je suis assez d’accord. Je suis parfaitement conscient, au contraire de beaucoup de monde, que la démocratie n’est pas un acquis certain et qu’il faut se battre pour la conserver. L’Histoire tant ancienne que récente nous l’a montré : le vrai garant de la démocratie, c’est le citoyen armé.

    1. Si cette alternative était valide (vivre dans le monde des bisounours ou pas) pour analyser les problèmes je dirais que c’est vous qui vivez dans le monde des bisounours.
      Vous avez entendu parler du marché de la sécurité privé? Du mercenariat? de la corruption? Vous croyez que ça fait avancer les choses de tabasser des indignés ou d’envoyer des types surarmés dans des zones avec 40% de chomage chez les jeunes adultes?
      Et dans le monde réel les gens se trimballent pas avec des flingues sur eux pour aller au taf.

    1. Il me semble que j’ai essayé de donner quelques exemples concrets pour appuyer ce qui sortait de l’ordre du simple constat, dans l’article.

      Libre à toi d’argumenter pour nous reconnecter à la réalité telle qu’elle est selon toi, ceci dit. Parce que là, je ne vois pas bien :)

  6. Bah moi je me suis super bien amusé dans ce salon, j’ai pu tripoter plein de beaux joujous, discuter avec des gens sympa et m’émerveiller devant certaines innovations, notamment en matière de protection balistique. D’ailleurs, j’ai une arme à feu à la maison. Brrrrr….

      1. Ah oui, ça pour le coup c’est effrayant, parce qu’à la différence du tir sportif, l’activité consistant à explorer les orifices d’enfants à l’aide d’objets divers relève au mieux de la paraphilie et nécessite, sinon une contamination brutale au saturnisme, l’enfermement à perpétuité.

        1. J’ai autant mentionné la pédophilie dans mon commentaire que tu as parlé de tirer sur des civils dans le tiens. Je trouve que tu as l’esprit extrêmement mal placé, voire pervers.

          Tu n’aurais pas le gêne du violeur dans ton ADN, par hasard ?

          Allez, admettons que je mentionnais tout de même la pédophilie… Ce qui est dommage, c’est que ni les grosses armes à feu ni la surveillance massive des flux IP ne t’aideront à arrêter ces créatures que tu sembles voir comme étant inhumaines et irrécupérables.

          1. Excusez-moi, cher monsieur, mais à la lecture d’un post dont l’auteur prétend (sur le ton du second degré, j’avais saisi) disposer d’une « collection de spéculums » dans sa « cave » en prévision de la « sortie des écoles primaires » me semble tout à fait compatible avec le lien avec la pédophilie. Et effectivement, je considère ces individus comme inhumains et irrécupérables (je ne l’aurais pas mieux dit) qui doivent impérativement et définitivement etre écartés de la société. Mais on s’égare.

          2. Tout comme la possession d’une arme à feu chez soi (« Brrrr ») me semble « tout à fait compatible » (pour reprendre tes mots) avec l’instinct meurtrier :)

          3. PS : instinct meurtrier qui selon moi habite des individus que je considère comme inhumains et irrécupérables.

            J’exagère, bien entendu.

            J’essaie juste de dire qu’un humain reste un humain. On n’a pas aboli la peine de mort pour rien.

          4. Donc le fait d’avoir une arme serait de nature selon vous à révéler mes instincts meurtriers (inhérents à ma condition humaine, si je vous suis) ? C’est du grand n’importe quoi. Si vous etes un homme, vous avez le potentiel d’etre un violeur (vous avez un pénis). L’etes-vous ?
            Si vous etes une femme vous avez le potentiel pour etre une prostituée (vous avez un vagin). L’etes-vous ?

          5. Troll Detected…. bîîîîîp………….

            Moi aussi je trolle:

            « Chez les garçons, les armes sont un substitut de leur phallus. Si elles sont présentes dans les rêves d’adultes, elles sont révélatrices d’une immaturité sexuelle et relationnelle. Que le rêveur soit armé ou qu’il soit menacé d’une arme, ces images correspondent à des comportements infantiles.

            Une arme défectueuse est signe d’une mauvaise utilisation des énergies masculines ou d’une impuissance. Cependant, chez un homme ayant atteint une certaine sagesse, ces armes défectueuses sont représentatives d’une diminution de la libido et des comportements agressifs.

            Dans le cas d’arme seule et identifiée, il convient de se reporter au symbolisme de celle-ci pour plus de précisions. »

            :D

  7. Je vais commencé par le plus terre-à-terre. Le budget.
    Quand les forces de l’ordre auront des effectifs et le matériel suffisant (ainsi que les conditions d’utilisation, mais c’est un autre point à aborder) on pourra alors commencer à s’inquiéter de ces « armes de gros calibres » et de ces véhicules blindés (« et alors ? » j’ai envie d’ajouter pour ce dernier).
    De plus, 80 ou 95% (?) des produits et services proposés sur ces salons n’équipent finalement pas nos institutions.
    C’est comme de se révolter contre une la menace du communisme allemand au XXIème siècle. Ça n’a pas lieu d’être.

    (c’est pas évident de devoir s’exprimer qu’à travers ce module … )

    1. Comment définis-tu « suffisant » ?

      La matraque (y’a un nom plus savant dont je ne me souviens plus) n’est pas suffisante pour cogner un indigné espagnol assis par terre ? Faudrait peut-être un Taser pour pouvoir le virer plus facilement, certes. Peut-être ajouteras-tu ici aussi « et alors ? »… Auquel cas je me sentirais quelques peux désemparés devant ton manque d’humanité :)

      Les conditions d’utilisation… Peut-être devrions-nous accorder le droit aux policiers de tirer dans le dos et/ou sans sommation ?

      Je ne vois pas bien le rapport avec le communisme allemand, le communisme étant quelque chose d’un peu obsolète. On a peut-être la chance de vivre dans un pays qui ne sombrera (j’espère) pas dans l’extrémisme sécuritaire, mais de là à dire que « ça n’a pas lieu d’être », je ne suis pas d’accord car c’est prendre le risque de se voiler la face devant un risque possible. Dois-je rappeler que des exemples concrets, actuels et récent existent (cf. Égypte/Lybie/Syrie) ? Petit rappel, les dirigeants de ces trois pays étaient « nos amis » il y a peu.

      1. la matraque de la police : tonfa. En faisant une recherche du mot sur google ,il y des des magasin en ligne qui la vendent pour 18€20. Par contre impossible de trouver des vendeurs d’ak47. chui déçu :p

  8. La matraque pour cogner un indigné espagnol assis par terre… Quelle caricature… Pour vous répondre d’une manière satirique, je dirai que pour cet usage, elle suffit amplement. Pour d’autres, comme se protéger de l’attaque d’un homme armé d’une batte ou d’un couteau, elle pêche un peu. Effectivement, le Taser est plus indiqué, et d’une efficacité assez redoutable.

      1. Dites-donc, vous ais-je insulté ? Vous ne pouvez pas répondre sans etre grossier et vindicatif ? Est-ce difficile d’avoir des opinions différentes et garder néanmoins un certain respect mutuel et une mesure dans les propos ? Les discussions sont intéressantes même si les avis divergent, il apparaît cependant que certains sont inaptes à échanger dans le respect d’autrui.

        1. Danny, certains de vos commentaires sont clairement de la provocation. Vous vous êtes surement rendu compte que vous n’êtes pas vraiment en phase avec les idées présentées dans les articles et dans la beaucoup de comms.
          Et comme vous jouez la provoque, des fois on a envie de vous répondre en vous insultant, c’est humain.

          1. Je comprends. Donc si j’en avais les moyens, je pourrais retrouver ce grossier merle et lui casser la figure. Il m’a insulté, je lui casse la tête, c’est humain… Non, on peut etre en désaccord et rester mesuré dans ses propos et surtout, respectueux de son interlocuteur. Je ne suis pas provocateur, j’ai simplement des idées radicalement différents de la majorité ici, et ce qui énerve le plus à mon avis ce ne sont pas tant les idées mais le fait que j’arrive à les exprimer de manière pertinente et qu’il faille développer un argumentaire un peu plus poussé que d’habitude pour me « contrer ».

  9. Insuffisant surtout en terme d’effectifs en fait.
    Mais tu abonde dans mon sens. Nos policiers sont armés d’armes à feu et pourtant utilisent toujours leurs matraques. Donc, pourquoi avoir peur qu’ils aient des armes ?
    Et pourquoi être terrifié par un truc dont il se pourrait PEUT-ÊTRE qu’un jour ils soient équiper ?

    La en gros c’est « ho mon dieu, on essaie de vendre des fusils et des 4×4 à la police !! »
    Dramatique ….

    Mais il faudrait avoir la possibilité de reprendre l’article point par point pour être constructif.

    Note: personnellement, je préfère un coup de taser que de tonfa ou de lacrymo.

    1. Et vous avez raison, puisqu’en matière de risque physique, le Taser est l’arme qui en comporte le moins. En termes de droit pénal, donc d’ITT (incapacité totale de travail et non pas interruption temporaire), le Taser est moins risqué que le coup de poing, de matraque (ils aiment ce mot ici), l’utilisation de gaz lacrymogène, le Flash-Ball et LBD40 ou naturellement le tir d’une arme à feu.

      1. Bonjour Danny,
        L’usage d’un Taser est problématique sur des personnes cardiaques et j’imagine (car je ne suis pas un expert en coups et blessures) plus qu’un coup de poing ou de tonfa et il me semble que l’on peut trouver dans l’actualité quelques exemples.

        1. Un Taser peut effectivement atteindre à la santé d’une personne cardiaque. Encore faut-il mettre sa vie en danger pour ne pas obtempérer quand on se sait cardiaque (ce qui est souvent le cas).
          Mais une matraque ou un un coup de poing, on blessera SYSTEMATIQUEMENT la personne. Et cela peut être tout aussi mortel selon l’emploi.

          On en revient toujours aux notions de conditions d’emploi.

          1. Chris, pourquoi continuez-vous de démontrer votre manque d’ouverture d’esprit en vous bornant à n’aborder les choses que sous un seul point de vue.
            Que vous soyez parti prenant est évident et assez compréhensible mais à aucun moment vous n’envisagez les dérives et abus; cela est réellement attristant et affligeant car en plus cela représente forcément une partie de l’opinion publique, bornée obtus.

        2. Bonjour Letoine,
          Alors d’abord, comment fonctionne le Taser X26 ? Il délivre une impulsion électrique de 50000 Volts (ce qui est énorme) et de 2 milliAmpères (ce qui est ridicule). Qu’est-ce que cela signifie ? Cela signifie que la « fréquence » ou la « propagation » du courant est très élevée (ça va ça vient très très vite), mais que sa « puissance » est très faible. Vous savez certainement que le corps humain recèle de l’électricité, qui est nécessaire pour actionner le coeur, le système nerveux, le cerveaux et les muscles en général. Penchons-nous près du coeur, puisque c’est le domaine qui vous intéresse. Pour provoquer un arrêt cardiaque, il faut une « puissance » de 30 à 80 mA, comparée au 02 que délivre l’appareil, c’est très faible, en tout cas médicalement insuffisant pour provoquer une fibrillation et donc un arrêt cardiaque, même si l’on souffre du palpitant. C’est pour cela que les défibrillateurs utilisés par les secouristes pour faire repartir le coeur délivrent entre 1200 et 3600 V (pas besoin que le courant « aille vite ») pour un ampérage tournant autour de 50 mA (parce qu’il faut que le choc soit « puissant »). Ce qui tue, lors de l’usage du Taser, ce n’est pas le Taser lui-même, c’est ce qu’il y a autour : le stress, la drogue, le choc en tombant, etc. Alors il faut se poser la question suivante : préfère t-on risquer (même si le risque est très faible, vous l’aurez compris j’espère) la vie d’une personne qui s’en prend à une autre dans le but de l’interpeller ou faut-il risquer que des policiers soient blessés ainsi que la personne qu’ils tenteront d’interpeller et qui prendra sans doute des coups pour qu’ils puissent y parvenir. Mon choix est fait. Sur un ton beaucoup plus personnel, j’ajouterais que quelqu’un qui a des problèmes cardiaques, je l’espère, s’aventure rarement à se mettre en position dans laquelle il devient nécessaire de l’interpeller.

          1. Bon la je me dois de commenter :
            les amperes ne sont pas de la « puissance » c’est l’intensité.
            La tension , les volts, ne definissent en aucun cas la frequence , en hertz. Ensuite en prenant tes chiffres du debut, (50kV et 2mA) ca nous fait une resistance pour le corps humain de 25 millions de ohms…
            La VRAIE resistance se situe à environ 500k, ca depend des personnes (et la c’est les valeurs quand la personnes est seche! et qu’elle tient l’ohmetre avec les mains, donc bien eloignées avec un masx de resistance). Ce qui nous donne un courant bien plus elevé (et dangereux). Le seuil de non-lacher est de 10mA, alors un taser qui delivre 2mA serait useless. Avec tes chiffres ca fait du 100mA, soit plus que le seuil de crispation ventriculaire… Bref ton commentaire balance des chiffres n’importe comment, et demontre bien que n’a strictement aucune notion en electricité.
            Et c’est pour ca que c’est dangereux de laisser des armes comme la taser entre les mains d’un grand nombre de personnes, fussent ils policiers, car il y en aura toujours des plus malins (comme toi), des complexés, des autoritaires, des cowboys enervés (etc) pour faire n’importe quoi avec des armes.
            Ca l’histoire l’a TOUJOURS demontré. Faut arreter de regarder TF1 serieux.

          2. Il semble vous avoir échappé que je tentais de vulgariser (d’où les guillemets), n’importe quel collégien sait que le courant ne se mesure pas hertz… J’aurais pu etre plus technique, parce qu’en réalité le Taser X26 ne délivre pas du courant comme si on touchait une clôture électrique mais des impulsions de courant alternatif, mais bon, le but du jeu était de fournir une réponse accessible à quelqu’un.

          3. J’entrave rien à vos chiffes et tout le reste.
            Mais je sais ce que ça fait de prendre un coup de matraque ou de gazeuse (comme on dit) et dès lors, je me dis que proposer une autre alternative peut-être intéressant.

  10. Bonjour,
    A voir le M82 barrett fait toujours autant fureur.. Mais bon vu la puissance qu’il déploie.(je parle de l’arme présentée en première photo). Il s’agit d’une arme tirant du calibre 50 et capable d’exploser un char rien qu’en tirant dans le réservoir. Je me demande ce que ça fait sur un tel salon :/

    1. Parce qu’il s’agit d’un fusil anti-matériel qui tire du 12,7 (ou .50 BMG en désignation impériale) qui peut etre utilisé non pas pour « exploser un char en tirant dans le réservoir » (le gasoil ça ne s’enflamme pas comme ça) mais contre des véhicules légers voire naturellement des personnes à de très grandes distances. Mais à mon avis, vu le prix de la munition, c’est gâcher.

        1. Attitude avec laquelle tu vas droit dans la lignée des consommateurs de moyens de répression disproportionnés qui étaient présents à ce salon, confirmant ainsi mes propos :)

          NB : je ne dis pas que _tous_ les gens présents à ce salon sont de cet ordre, que ce soit bien clair.

  11. Ce salon est vitrine de savoir-faire des constructeurs.
    Le M82 (qui a plus de 20 ans au passage) est un peu le produit phare de sa marque. Normal de le retrouver en expo.

    Ce salon, c’est du marketing. Il ne faut pas l’oublier.

  12. 69 commentaires et plus, dont la moitié provenant de trolls et de fachos.

    (à moins que ce ne soit une seule et même personne ?)

    Beau record en tout cas, ça prouve que le contenu de l’article est tout sauf anodin.

    1. De trolls et de fachos ? Bel exemple de tought-terminating cliché. Ce n’est pas parce qu’on ne partage pas le point de vue général d’un groupe et qu’on exprime sa pensée qu’on est un troll. Ce n’est pas parce qu’on essaye de faire voir le salon Milipol (et tout ce qui gravite autour, comme les armes en particulier) qu’on est fasciste (connaissez-vous d’ailleurs la signification de ce terme ?). N’importe quoi.

  13. « Letoine on 25 octobre 2011 at 18 h 17 min

    Chris, pourquoi continuez-vous de démontrer votre manque d’ouverture d’esprit en vous bornant à n’aborder les choses que sous un seul point de vue.
    Que vous soyez parti prenant est évident et assez compréhensible mais à aucun moment vous n’envisagez les dérives et abus; cela est réellement attristant et affligeant car en plus cela représente forcément une partie de l’opinion publique, bornée obtus. »

    (Désolé de procéder de la sorte, je n’ai pas le bouton « répondre)
    Je vous retourne la réflexion : pourquoi ne voyez-vous ça que du seul point de vu des abus ? Serait-ce un manque d’ouverture d’esprit ?
    Si le simple fait de ne pas être de votre avis signifie être borné soit.

  14. Bel article.
    Il existe des quartiers de non droit où la police ne peut même pas y aller. Et ce n’est pas en armant la police que ces quartiers vont disparaître. (exemple : Favela aux Brésil)
    Il n’y a que des imbéciles heureux qui le pensent.

  15. Comme n’importe quel médecin vous l’expliquera, le mal et le remède se combattent avec mesure.

    Un médicament mal pris (trop ou trop peu, ou pas approprié) peut être plus dangereux que le mal que l’on cherche à guérir.

    Donc dans chaque cas il faut bien mesurer le risque avec le plus d’exactitude possible.

    L’aspirine que vous prenez tout les jour peut se montrer mortelle chez certain, doit-on l’interdire pour autant?
    Pourquoi ne le fait on pas?
    Peut être parce qu’elle en sauve plus qu’elle n’en tue et que mathématiquement elle devient bénéfique.
    (Il s’agit d’un exemple lambda, à bon entendeur)

    Un pompier ne va pas risquer sa vie plus que de raison pour sauver quelqu’un, tout simplement parce qu’il ne sauvera personne une fois mort.

    Il y a donc une notion « mathématique » qui intervient dans toute gestion de risque intelligente et raisonnable.
    Dans les cas extrêmes, la raison froide doit pouvoir prendre le pas sur « l’humanité » (basée sur quoi, d’ailleurs)si l’on veut sauver le plus grand nombre.

    Le taser est un outil supplémentaire très bien adapté dans certaines situation. Son usage raisonnable est bénéfique à mes yeux.

    HumanBomb n’aurait peut-être pas été abattu si le raid avait bénéficié de cet outil à l’époque.
    De même je préférerai personnellement me faire tazer que de prendre une balle (jusqu’à très récemment le seul outil utilisé pour maîtriser quelqu’un à distance).

    En vérité, il ne devient léthal que dans des cas bien précis et rare. Et je pense que le nombre de vie qu’il peut sauver justifie le sacrifice de quelques rares cas.

    Après, bien sûr, tout est question de mesure. Comme tout objet, il ne fait que ce que la main de l’homme en fait. Il ne doit donc être utilisé que dans les cas où il est nécessaire uniquement. Comme une bouteille de limonade qui peut devenir tesson ou cocktail molotov dans de mauvaises mains.

    Alors au lieu de pleurnicher devant des objets, des outils sans âmes créés uniquement dans le but de réduire le nombre de mort (je ne pense pas que la société tazer se porte très bien quand son produit provoque des morts), pourquoi ne pas aller essayer de faire quelque chose d’utile pour une fois?

    Du genre aller voter pour quelqu’un qui ne partira pas en guerre pour satisfaire son égo, militer dans vos blog pour plus de moyens de formation des forces de l’ordre afin d’éviter les erreurs et abus, pour un budget recherche destiné à trouver des solutions encore moins dangereuses, pour donner plus de budget pour les centres de ré-insertion, ou de désintox (afin de réduire le nombre de récidivistes, de crimes et de délits liés à certains problèmes sociaux et/ou d’addiction… et donc d’intervention de police)…

    Ça, ça serait un gros progrès pour la paix et la tranquillité des citoyens, ce serait du vrai pacifisme intelligent et efficace.

    Mais bon, c’est sûr que ce serait moins funky que d’aller scander des trivialités dans des manifs toujours de plus en plus conviviales et vide de sens (la guerre c’est pas beau et le sucre c’est sucré!).

      1. Kitetoa, leurs avis sur les armes diffèrent du vôtre (et du mien). Mais, pour la pluralité des points de vue, ça ne me semble pas gênant qu’ils s’expriment ici, non ?

        Il est effectivement utile d’essayer de leur expliquer que les armes sont sans doute une mauvaise réponse au problème (des quartiers de non-droit, par exemple). Que les armes, c’est un sujet sérieux, et qu’on ne peut décemment pas en laisser (aveuglément) l’usage à ceux qui nous gouvernent. J’espère que les défenseurs des armes se souviennent que nos derniers ministres de l’Intérieur sont Guéant, Hortefeux et Sarkozy, une belle triplette d’énervés !

        Prenons donc le prétexte de cet article pour poser le sujet et débattre : Par exemple, oui pour des bugets formations accrus pour la police, pour réduire les abus.

  16. Hello KheOps
    On a pu se croiser à Milipol, je ne sais pas quel jour tu y étais. J’y étais en visiteur. Non que je travaille dans l’armement ou les systèmes DPI & Co, mais j’y visitais quelques clients potentiels.
    L’arsenal exposé à ce salon est effectivement réellement impressionnant. De même que quelques visiteurs « Terminator -like ». Heureusement, ils étaient malgré tout minoritaires. Globalement, ce salon est un lieu d’exposition de savoir-faire, et la plupart des visiteurs semblaient avoir la tête sur les épaules.
    Toutefois, je rejoins le sens de ton article : le plus inquiétant est ce qui n’était pas visible : les systèmes de surveillance généralisée des communications de populations entières. Et je pense d’ailleurs que leurs acheteurs n’étaient pas forcément au salon (ou alors juste pour contact). Les tractations pour ce genre d’équipements doivent se passer dans des lieux plus feutrés et discrets…

    1. ça dit :

      Bretagne
      land of excellence
      [and] innovation

      ensuite on ne voit pas. à droite un autre panneau a le mot Bretagne également. il devait y avoir un stand vantant la bretagne pour attirer des boites, je suppose, derrière.

  17. (protocoles et pas protocols).
    Du reste merci, tout simplement merci déjà pour partager tout ça avec le commun des crétins que nous sommes. Ensuite, faut voir quelque chose, on parle d’un salon international, y’a certains états qui luttent de manière très dures avec des cartels, des milices militarisées et autres, par conséquent cet équipement n’est pas nécessairement sur-dimensionné. C’est sur que, si à côté de chez moi, si peu tranquille que ça puisse être, je vois ce genre d’engin, j’aurais, je pense, tendance à me rapprocher de ceux qui m’énerve usuellement… Du reste, c’est surtout sur ces systèmes d’informations que ça fait peur… Qui sont les clients, où sont ces produits, suis-je déjà surveillé sans le savoir ? QUe fait-on de mes données dans ce cas… Et surtout, l’éternelle question, mais à qui profite le crime ? Cet article soulève plus de questions qu’il n’apporte de réponse, et ça c’est bien… Maintenant faudra répondre, alors en bref, ACCROCHEZ-VOUS, et CONTINUEZ !

    1. J’avais pas vu le commentaire de Grunk… Où y’a une partie de ce que je viens de dire ici. J’ai fait longtemps partie du business de la mort en France en temps que membres de ceux qui traitent de nos cadavres, c’est au moins aussi pire sur le marketing… J’ai aussi eu travaillé pour un fondeur de canons, et gravé dans ma mémoire reste cette réflexion d’un commercial « tu sais maintenant, les chars c’est juste bon pour parader sur les champs élysées »… Et pourtant je suis loin d’être contre les tasers, bien au contraire, mais c’est un TOUT AUTRE débat. y’a une différence entre donner à la « police » les moyens de faire son boulot, parce que oui, dans toute société y’a des déviants et parfois dangereux et il faut, dans la mesure du possible éviter qu’ils nuisent sans leur nuire… C’est complexe mais c’est comme ça, à défaut d’une meilleure solution, celle-ci ne ma paraît pas être la pire… Mais du reste, oui, Cory Doctorow a raison… Et ensuite ce délire sécuritaire est dangereux, l’histoire nous le dit… Hitler a été élu lui aussi, Mussolini a basé son arrivé au pouvoir sur la manipulation et l’intimidation dans un contexte favorable… etc… etc… Faut juste se méfier quand on voit nos libertés « libérales » fondamentales être potentiellement bafouées par des systèmes non transparent et insidieux merde !

  18. Excellent article.

    Le constat est effrayant. Mais le plus inquiétant restent les commentaires.

    Entre les personnes naïves (« j’ai rien à me reprocher ») et les « Danny-like » ([TROLL ON] C’est pas le chargé de communication de Milipol par hasard ? [TROLL OFF]), c’est désolant.

    Pour les amoureux des armes (à feu ou autres), et ceux qui sont heureux de voir notre police sur-équipée, je ne sais pas quoi vous dire … Lire un livre d’histoire, peut-être ?

    Pour les grands naïfs, courrez vers la médiathèque la plus proche et empruntez-y les films et livres suivants : Brazil, 1984, V pour Vendetta, Le meilleur des mondes , Equilibrium , j’en passe, et des meilleurs.

    Je n’espère qu’une seule chose : que vous ne représentez qu’une minorité de personnes. Mais mon petit doigt me dit que je suis bien trop optimiste (aveugle même).

    1. Hé bien, ouvrez-les vous-mêmes les livres d’histoire, parce que justement le dictator fan club (Hitler,
      Mussolini, Pol Pot, Staline, Khadafi, Kim Jong-il et Castro pour ne parler que d’eux sont pour les armes… s’il n’y a qu’eux qui en ont. Hé oui, ces gens là on assuré leur domination en désarmant la population afin d’éviter toute révolte. Encore une fois, je le répète, le seul vrai garant de la démocratie, c’est le citoyen armé.

  19. Eh bien, ça vole haut les commentaires. On parle sécurité de la population et d’aucuns ne savent que pointer les fautes ou dire que les images ne se chargent pas…

    Quant à l’équipement (militaire) de la police, tous nos gouvernements ne font rien pour renforcer les effectifs policiers (c’est même le contraire !) ou éviter la création ou l’extension des ghettos que sont nos cités.

    En résumé, l’impression générale est que la violence est voulue, car elle permet de faire passer des lois qui mettent l’ensemble du peuple sous contrôle.

  20. Restons dans la réalité. Le sur-équipement de la police et la « bavure généralisée » est encore loin. Bien qu’il faille toujours resté vigilant il est vrai.

    Aussi, moi aussi je rêve d’une police qui pourrait se passer de son arsenal létal. Or, celui-ci est encore nécessaire. La coercition doit rester le monopole de l’Etat de sorte qu’il puisse assumer ses fonctions régaliennes.

    1. Même si ses pratiques peuvent être problématiques, le fond du problème n’est effectivement pas la police elle-même, car elle n’est (censée être) qu’un outil.

      Petite digression pour mieux revenir au sujet : je viens d’avoir une discussion avec un collègue musulman, qui m’a donné l’occasion de remarquer avec intérêt que la parole du Coran ne devait surtout pas être remise en question. En d’autres termes, l’esprit critique doit s’arrêter là où le Coran définit des préceptes.

      J’en viens au rapport sujet : la vraie question à creuser, c’est celle de l’État, de l’étendue de ses responsabilité et de la légitimité de ses « représentants » à effectuer certaines actions en son (et donc en notre) nom. La formulation « la coercition doit rester le monopole de l’État » prise telle qu’elle me semble totalement omettre cette problématique, justement, car elle suppose sans aucune remise en question que « l’État » réalise correctement ses actions coercitives.

      Mon objection amène souvent une réponse relativement évidente : « vas voter pour changer les choses ». Pas le temps de développer suffisamment, mais pour moi c’est le même schéma qui se répète : le système de vote actuel fait partie des artifices qui nous empêchent de poser des questions de fond. Bien que j’aille voter systématiquement, je suis à peu près convaincu de la quasi-inutilité de la chose, le citoyen étant relégué à se prononcer pour une personne (ou une liste) en espérant aveuglément que celle-ci la « représentera » au mieux, et tiendra ses engagements plutôt que de profiter de sa position privilégiée.

      Cette seconde réponse amène elle-même facilement à « Hé bien alors, on fait quoi, tu n’as qu’à proposer quelque chose de mieux ». Zut, je n’ai pas de solution miracle, rapide et facile à mettre en oeuvre. Ces solutions sont (actuellement) plutôt l’apannage du Front National, soit dit en passant. Elles plaisent à l’esprit par leur facilité et semblent tout résoudre sur le court terme mais son bien évidemment trompeuses.

      Je n’ai rien à proposer en particulier, et de toute façon si moi tout seul proposait quelque chose, ça serait nul car sorti que de mon esprit seul et limité. Je crois simplement qu’il y a des choses dont la légitimité doit être détruite à coup d’esprit critique, et qu’en réfléchissant beaucoup et à beaucoup, des idées intéressantes peuvent émerger. Et que l’outil Internet est quelque chose qui pourrait très fortement nous aider en ce sens, si tant est que « l’État » n’essaie pas de s’en approprier le contrôle.

      1. En fait, pour résumer, ce serait pas l’outil mais l’emploi de celui qui mettrait à mal nos démocratie ?
        Donc que ce soit des tasers ou des grosse pétoires avec des 4×4 ne changerait rien au problème.
        Selon comment c’est utilisé.
        Je ne vois alors pas les raisons de tollé vis-à-vis d’un salon de présentation (puisque c’est de ça dont il s’agit à la base).

        1. Parce que les ‘outils’ en question sont développés car il y a demande. Et une fois développés, sont utilisés. Maintenant de qui emane ces demandes? Ben des états sinon le texan moyen pourrait aller se fournir dans ce salon.
          Et si mon pays se mets a commander des systemes pour surveiller tous ses habitants, cela fait alors de mon pays un relicat de democratie.

          1. J’ai déjà exprimé que je suis d’accord sur nombre de point concernant les technologies de surveillance.
            Bien que le titre
            « La surveillance numérique : une arme de guerre (presque) assumée »
            me parait fort réducteur.
            Car catégoriser une caméra comme arme de guerre … bref …

            Je suis pas forcément l’affirmation « les ‘outils’ en question sont développés car il y a demande. » Car il arrive aussi de créer le besoin. Mais cela reste minoritaire dans ce milieu.
            « Maintenant de qui emane ces demandes? Ben des états sinon le texan moyen pourrait aller se fournir dans ce salon. » Là j’ai juste envie de répondre: bah oui. Evidemment. Et encore heureux.

          2. « Car catégoriser une caméra comme arme de guerre … bref  » pas la peine de faire semblant de ne pas comprendre… Et pour aller plus loin en france les technos type crypto sont considérées comme arme de guerre.

            Pour la suite les etats ne sont pas le consommateur moyen qui a envie d’acheter un objet dès qu’il le voit à la télé… creer le besoin me semble difficile. A moins que par la tu n’insinues que les fabricants créent des emeutes? ou corrompent?
            L’objet de mon post precedent est qu’il ne faut pas se leurrer : ce salon a pour client nos états, les ‘outils’ qu’ils vendent ne peuvent s’utiliser que d’une seule facon.
            Donc « les raisons de tollé vis-à-vis d’un salon de présentation », c’est que ce salon est la demonstration que ces technologies sont utilisées.

          3. « les ‘outils’ qu’ils vendent ne peuvent s’utiliser que d’une seule facon. »
            C’est vrai. Tous les policiers, gendarmes et douaniers ont des armes à feu et s’en servent quotidiennement contre l’honnête citoyen.

          4. «C’est vrai. Tous les policiers, gendarmes et douaniers ont des armes à feu et s’en servent quotidiennement contre l’honnête citoyen.»

            Il a dit « ne peuvent S’UTILISER que d’une seule façon ». Les policiers/gendarmes/douaniers ne les utilisent justement PAS en général.

            Il n’en reste pas moins vrai que la seule façon d’utiliser une arme à feu c’est de tirer. Mais certes, ça peut être tirer en l’air, tirer dans un arbre, tirer dans le pied ou tirer dans la tête.

            Mais ça reste assez… petit…comme nuances :) Quand on fournit une arme à feu, oui, elle ne peut s’utiliser que d’une façon. Ou ne pas s’utiliser du tout.

        1. Exemple de préceptes indiscutables utilisés par certains, simplement. « C’est écrit là, donc c’est comme ça ». Ça marche pour le Coran, la Bible, les textes de lois, etc.

          Ça m’est passé par la tête parce que je venais d’en discuter et que l’exemple me paraissait particulièrement évident :)

          Hors de question d’entrer dans quelconque débat concernant la religion, car je ne citais qu’un exemple bien particulier, sans arrière-pensée ni sous-entendu :)

  21. « chris on 26 octobre 2011 at 15 h 35 min
    En fait, pour résumer, ce serait pas l’outil mais l’emploi de celui qui mettrait à mal nos démocratie ?
    Donc que ce soit des tasers ou des grosse pétoires avec des 4×4 ne changerait rien au problème.
    Selon comment c’est utilisé.
    Je ne vois alors pas les raisons de tollé vis-à-vis d’un salon de présentation (puisque c’est de ça dont il s’agit à la base). »

    Voilà qui résume très bien la situation à mes yeux.

    Et j’ose espérer sans trop surestimer ce blog que le sujet n’est pas simplement « moi j’aime trop les flingues ça me fait bander »/vs/ »moi j’aime pas je vaux mieux que vous dans mon monde de bisounours », sans quoi je serais vraiment navré d’avoir participé à un débat aussi bas…

    Maintenant, en ce qui concerne la mauvaise utilisation de ces « outils », je rappelle qu’il existe des mauvais médecins qui flinguent la santé de leurs patients, des enseignants qui envoient leurs élèves dans le mur, des maçons ou des garagistes foireux, ainsi que des politiciens véreux qui cachent leur vacuité intellectuelle sous de beaux discours démagos et irréalistes.
    Voilà, et c’en est de même pour les flics ou les militaires (même si j’aurais tendance à pardonner plus aisément les dérapages de quelqu’un qui a mis sa vie en danger que ceux d’un fonctionnaire planqué derrière son bureau). Bref, y’a des cons partout! Grande nouvelle hein?
    Maintenant j’invite ceux qui n’ont toujours pas compris cela à grandir un peu, et à chercher à sortir de l’adolescence, et à s’ouvrir à la complexité du monde et de la nature humaine pour le bien de tout le monde, merci.

    Il serait utile d’outrepasser les clichés avant de se prétendre « penser ».
    Tout les banlieusards ne sont pas délinquants et tout les flics ne sont pas cons, racistes et violents. On parle de chaque côté d’une minorité constante évoluant peu à travers les époques.

    Après quand des dérives sont le fait d’une volonté politique c’est tout autre chose.

    En ce qui concerne le problème politique, je pense que l’on a les dirigeant qu’on mérite.
    Ils nous manipulent mais il faut dire aussi que l’on se laisse manipuler.
    Rousseau appelait cela le contrat social si j’ai bien saisis sa pensée.
    La boëtie, lui, nous a expliqué dès la fin du moyen âge qu’il suffisait simplement de ne plus obéir pour qu’il n’y aie plus de tyrannie.
    Il faut donc arrêter avec la complainte du « on ne peut rien faire ». On peut faire quelque chose mais cela demande des sacrifices (parfois ultimes).
    Le peuple à une lourde influence sur le gouvernement, sinon il n’y aurait plus de démagogie et l’on ne verrait plus de lourds efforts déployés pour conquérir l’opinion publique.
    Le pouvoir est partagé beaucoup plus que l’on ne le pense entre les gouvernants (à qui on le confie), et le peuple (qui le confie aux gouvernants sous réserve).
    Si le peuple ne fait rien… c’est qu’il s’en fout tout simplement. De la même manière que l’on ne va pas refaire l’aile de sa voiture un peu cabossée parce que cela serait du tracas et un coût certain alors que l’on vit très bien avec.
    Les problèmes de sécurité que l’on a en France sont trop peu important pour mobiliser.
    (Le problème étant tout autrement complexe dans des pays où les citoyens n’agissent pas, par vraie peur ou manque de moyens, mais seraient sans doute près a exploser avec un peu d’aide. Pays dont la situation infâme est potentiellement soutenue par la France ou autre grande puissance qui y trouve un intérêt et vous permet de payer l’essence pas trop cher…)

    Pour véritablement garantir la liberté en France il faudrait déjà assurer l’éducation des citoyens histoire que les débats importants ne soient pas noyés sous des flots de niaiseries derrières lesquelles n’importe quel manipulateur peut s’engouffrer.
    Une fois une vraie pensée forte et cohérente construite, il faudrait protester intelligemment et surtout « vraiment », au lieu de la masturbation intellectuelle de bas étage habituelle.
    Et surtout il faudrait que les protestants soient prêts à faire des sacrifices pour défendre leur cause face à l' »armée » de gens trop intéressés par la faille pour la remettre en cause sans rien dire.

    Bref, tout ça pour dire qu’il suffit pas de se mettre une plume au cul pour avoir l’air d’un coq.

    1. Réponse très (trop) rapide:

      1. Même s’il mentionne *certains* abus inacceptables (mais réels), l’article ne prétend à aucun moment que tous les militaires et/ou policiers sont cons/racistes/violents, son aboutissement porte sur les États. Donc oui, tu as raison et d’ailleurs tout le monde est d’accord :) La discussion s’est décentrée là-dessus car c’est un sujet trop facile, trop immédiat trop « blanc ou noir ». La vrai question à ce propos me paraîtrait plutôt être : qu’est-ce qui amène à ce qu’il y ait cette impression de montée progressive de tension entre « forces de l’ordre » et protestants pas forcéments violents (pour sortir un peu du débat franco-français, regardons ce qui se passe aux USA, https://www.youtube.com/watch?v=V0cDqeO8aL0 ) ? La réponse est (au moins en partie) dans le domaine politique/social… et dépasse largement les frontières françaises.

      2. Sur la politique. Oui, à ceci près à mon avis que « le peuple s’en fout » est quelque chose qui me paraît aller chercher ses raisons un peu plus loin que le simple fait que « tout va bien, on s’en fout ». Sans détailler, il y a effectivement ce que tu appelles la « démagogie » des gouvernants qui y est pour quelque chose, et c’est pour moi quelque chose contre laquelle il est important d’aller, justement dans une perspective d’éducation, comme tu le dis. Lire par exemple « Globalia » de Jean-Christophe Rufin, où la « démagogie » gouvernementale est poussée à son paroxysme, montrant une population totalement bêtifiée, mais « qui vit bien ». L’éducation ne doit à mon sens pas nécessairement venir « d’en haut ». Je ne comprends pas le coup de la complainte « on ne peut rien faire », à moins que cela ne se réfère pas à l’article mais à d’autres commentaires (il aurait été bon de préciser à quoi dans ce cas) : si on pensait ne rien pouvoir faire, Reflets.info n’existerait pas. Nous cherchons justement (entre autres) à éduquer sur certains sujets sur lesquels nous sommes techniquement compétents. Voir les articles sur la Syrie par exemple.

      3. Tu parles enfin de niaiseries et de manipulateurs qui s’y engouffrent. Je ne comprends pas non plus à quoi tu fais allusion. À Reflets, à cet article, à des commentaires trollesques ? Dans le cas où ce serait à cet article/à Reflets, sache que nous n’avons pas grand chose à gagner en manipulant les gens ici, je ne crois pas que nous en tirerons un pouvoir quelconque. Personne ne gagne sa vie grâce à Reflets.info :)

      Tous ces points manquent de structuration, mais ça viendra :)

  22. « KheOps on 26 octobre 2011 at 22 h 12 min

    3. Tu parles enfin de niaiseries et de manipulateurs qui s’y engouffrent. Je ne comprends pas non plus à quoi tu fais allusion. À Reflets, à cet article, à des commentaires trollesques ? Dans le cas où ce serait à cet article/à Reflets, sache que nous n’avons pas grand chose à gagner en manipulant les gens ici, je ne crois pas que nous en tirerons un pouvoir quelconque. Personne ne gagne sa vie grâce à Reflets.info :) »

    Laissez-moi rire !
    Cette parodie d’article n’est qu’un cliché de « gros flingue, complexe de virilité, paranoïa et théorie du complot. Si ça c’est pas de la démagogie et de l’hypocrisie …

    1. Pour y voir uniquement celà et sans aucune mesure, il faut certainement soit 1. avoir lu un paragraphe sur deux soit 2. se sentir visé :)

      Je vais me citer moi-même pour montrer au lecteur potentiel que ton assertion est injustifiée :
      – cliché gros flingue etc., c’est pas pour rien que j’ai pris la peine d’écrire : « Faire croire que le salon n’est peuplé que d’écervelés en manque de baston serait toutefois irrespectueux pour les participants ne répondant pas à cette description » – le cliché est éliminé d’office :)
      – paranoïa/théorie du complot niveau surveillance électronique, bof, je t’invite à jeter un oeil aux articles suivants, qui donnent des éléments concrets justifiants nos inquiétudes :
      * http://reflets.info/amesys-beta-testait-le-deep-packet-inspection-sur-des-chercheurs-francais-qui-ont-invente-le-deep-packet-inspection-lol/
      * http://reflets.info/opsyria-bluecoat-maitre-artisan-de-la-censure-syrienne/
      * http://reflets.info/toi-toi-tu-vas-avoir-de-gros-ennuis-reflets-ils-vont-te-couper-en-deux-te/

      Si tu ne fais pas confiance à Reflets, d’autres sources peuvent étayer notre point, en vrac :
      http://bugbrother.blog.lemonde.fr/2011/09/02/amesysbull-un-parfum-daffaire-detat/
      http://owni.fr/2011/10/18/amesys-surveille-france-takieddine-libye-eagle-dga-dgse-bull/
      http://www.thebureauinvestigates.com/2011/10/23/us-technology-used-to-censor-the-internet-in-syria/
      http://www.washingtonpost.com/world/national-security/syria-using-american-software-to-censor-internet-experts-say/2011/10/22/gIQA5mPr7L_story.html

  23. Je ne partage pas l’avis de ceux dénonçant un article « démagogique », « paranoïaque »…etc. Il propose un certain point de vue sur un thème – pas assez abordé. C’est un fait.

    Cependant, il n’a pas pour contenu un pamphlet à l’encontre de la police ; plutôt une critique acerbe, basée sur des faits, d’une production commerciale destinée à des usages peu glorieux. On parle de « salon de la sécurité intérieure (…) », non de « salon de l’armement national ».

    1. « Production commerciale destinée à un usage peu glorieux ». Drôlement réducteur. Qu’est-ce qu’une arme ? C’est un outil au service d’une finalité. Au même titre qu’un tournevis, un pied-de-biche ou une corde à linge. La finalité étant ici d’envoyer à distance un projectile pour toucher (voire détruire) une cible. Comme tout outil, il peut etre mis au service d’intentions malveillantes (le tournevis pour voler une voiture, le pied-de-biche pour cambrioler, la corde à linge pour étrangler…). Mais il peut aussi servir à faire le bien.

      Dans l’histoire de l’humanité, l’arme est ce qui a permis à un grand singe de devenir l’espèce dominante sur sa planète. Une fois ceci fait, l’arme est le moyen ayant permis de nous affranchir de la féodalité, de l’oppression et de la servitude. Les armes remplacent simplement les griffes, crocs et aptitudes physiques que nous n’avons pas, mais les autres animaux se font aussi la guerre : pour des femelles, du territoire, de la bouffe… La seule différence, c’est que nous nous faisons aussi la guerre pour nos croyances.

      Toutes les personnes ici qui sont (je résume un peu) contre les armes, contre la « répression d’Etat » etc n’ont tiré aucun enseignement de l’histoire de l’humanité. Si l’on veut la démocratie, c’est au contraire l’accès aux armes à tout citoyen (sauf évidemment les malades mentaux et les criminels) que l’on doit rechercher. Sans armes, c’est la loi du plus fort. Dans le dénuement le plus total, c’est celui qui est le plus fort, le plus malin ou qui se met en groupe qui l’emporte. Mais l’arme met à égalité le fort et le faible. Elle met à égalité la femme et son violeur. L’honnête citoyen et le criminel.

      L’arme peut servir des intérêts criminels, il est vrai, mais elle peut servir des intérêts nobles. Regardez 1789 : c’est parce que les serfs ont pu s’armer qu’ils sont devenus des citoyens. Et même très récemment, cette vérité s’est encore révélée, notamment le Libye. Maintenant, regardez tous les génocides du XXè siècle : Allemagne, Cambodge, Rwanda, génocide arménien, massacre ukrainien… Des milliers voire des millions de morts très facilement, parce que ces pauvres gens n’avaient aucune arme à opposer à celles de leurs oppresseurs.

      Ce qui est clair, c’est que l’on n’impose pas la dictature à une population armée. Le vrai, le seul garant de la démocratie, c’est celui qui ne veut pas qu’on la lui enlève, qui tient à sa liberté et qui a les moyens de s’opposer à celui qui veut la lui enlever : le citoyen armé.

  24. Oui, comme vous dites « un » certain point de vu.
    Pour l’objectivité ont repassera.

    « le cliché est éliminé d’office » Au fin fond des commentaires, je parlais de l’article qui lui ne fait pas dans la demie-mesure.

  25. Jamais une statue ne sera assez grande
    Pour dépasser la cime du moindre peuplier
    Et les arbres ont le coeur infiniment plus tendre
    Que celui des hommes qui les ont plantés
    Pour toucher la sagesse qui ne viendra jamais
    Je changerai la sève du premier olivier
    Contre mon sang impur d’être civilisé
    Responsable anonyme de tout le sang versé

    Fatigué, fatigué
    Fatigué du mensonge et de la vérité
    Que je croyais si belle, que je voulais aimer
    Et qui est si cruelle que je m’y suis brûlé
    Fatigué, fatigué

    Fatigué d’habiter sur la planète Terre
    Sur ce brin de poussière, sur ce caillou minable
    Sur cette fausse étoile perdue dans l’univers
    Berceau de la bêtise et royaume du mal
    Où la plus évoluée parmi les créatures
    A inventé la haine, le racisme et la guerre
    Et le pouvoir maudit qui corrompt les plus purs
    Et amène le sage à cracher sur son frère

    Fatigué, fatigué
    Fatigué de parler, fatigué de me taire
    Quand on blesse un enfant, quand on viole sa mère
    Quand la moitié du monde en assassine un tiers
    Fatigué, fatigué

    Fatigué de ces hommes qui ont tué les indiens
    Massacré les baleines, et bâillonné la vie
    Exterminé les loups, mis des colliers aux chiens
    Qui ont même réussi à pourrir la pluie
    La liste est bien trop longue de tout ce qui m’écoeure
    Depuis l’horreur banale du moindre fait divers
    Il n’y a plus assez de place dans mon coeur
    Pour loger la révolte, le dégoût, la colère

    Fatigué, fatigué
    Fatigué d’espérer et fatigué de croire
    A ces idées brandies comme des étendards
    Et pour lesquelles tant d’hommes ont connu l’abattoir
    Fatigué, fatigué

    Je voudrais être un arbre, boire à l’eau des orages
    Pour nourrir la terre, être ami des oiseaux
    Et puis avoir la tête si haut dans les nuages
    Pour qu’aucun homme ne puisse y planter un drapeau
    Je voudrais être un arbre et plonger mes racines
    Au coeur de cette terre que j’aime tellement
    Et que ces putains d’hommes chaque jour assassinent
    Je voudrais le silence enfin et puis le vent

    Fatigué, fatigué
    Fatigué de haïr et fatigué d’aimer
    Surtout ne plus rien dire, ne plus jamais crier
    Fatigué des discours, des paroles sacrées

    Fatigué, fatigué
    Fatigué de sourire, fatigué de pleurer
    Fatigué de chercher quelques traces d’amour
    Dans l’océan de boue où sombre la pensée

    Paroles de la chanson de Renaud « Fatigué »
    Juste comme ça…. car tous ces commentaires m’y ont fait pensé!

  26. Magnifique chanson.

    Pour couper court à l’incompréhension, je précise que je ne visait rien en particulier dans mon intervention, et que je parlait d’un phénomène général.

    A vrai dire je pensais surtout à certains politiciens en carton que je ne citerais pas pour ne pas lancer un autre débat inapproprié ici, ainsi qu’aux journalistes en général, y compris amateurs et blogueurs, qui peuvent se faire une certaine renommée permettant de lancer leur carrière voir déjà parfois un peu d’argent.

    Je ne m’avancerais pas jusqu’à vouloir l’affirmer au sujet de ce blog précisément, vu que je ne le connais que trop peu.

  27. Etonnant? Le lien vers le site de Milipol répond: Error 503 Service Unavailable! A cause de l’article ou nos adresses IP sont déjà fichées par ces fous furieux? Quoiqu’il en soit, ce que je découvre via cet article ne fait que confirmer ce qui était « devinable », à savoir que la seule réponse que nos chers zélus, étroitement liés à l’économie capitaliste, est la répression sous toutes ses formes! Alors que la crise financière ne fait surgir que des mesures qui accroîtront la misère, donc les révoltes, qu’il s’agisse des « indignés » ou des travailleurs en général, il est finalement logique que, pour conserver leurs pouvoirs et leurs marchés, la répression soit la seule réponse envisagée. La militarisation croissante des services de police, la diminution continuelle de nos espaces de vie privée, la judiciarisation de tous les comportements, y compris les plus anodins, doivent nous interpeller et nous obligent à réagir vivement! Faute de quoi, nous seront dans une combinaison du « meilleur des mondes », « 1984 », et autres joyeusetés qui rattrappent la réalité… Au fond, cela s’appelle du fascisme! Plus technocratique sans doute mais pire en définitive car plus sournois et hypocrite que le fascisme historique. Nos choix « démocratiques » sont terriblement limités! Nous n’avons que ce choix: révolution ou barbarie!

    1. « Au fond, cela s’appelle du fascisme ! »

      Quelqu’un qui n’était pas considéré comme un dangereux gauchiste à l’époque l’avait pourtant prédit (mais il n’a pas été le seul)

      La liberté dans une démocratie n’est pas assurée si le peuple tolère que la puissance privée grandisse au point qu’elle devienne plus forte que l’état démocratique lui-même.
      Ce qui, fondamentalement est le fascisme.
      Franklin D. Roosevelt, avril 1938
      http://contreinfo.info/article.php3?id_article=1849

      La puissance de l’église a tout simplement été remplacée par celle des multinationales
      http://www.bastamag.net/article1719.html

  28. Sur zcommunications.org, un article parle du même genre de sujet à propos du « annual Intelligence Support Systems (ISS) World Americas conference ».

    Extraits :

    « [ISS] is a mecca for representatives from intelligence agencies and law enforcement. But to the media or members of the public, it is strictly off limits.

    Gone are the days when mere telephone wiretaps satisfied authorities’ intelligence needs. Behind the cloak of secrecy at the ISS World conference, tips are shared about the latest advanced « lawful interception » methods used to spy on citizens – computer hacking, covert bugging and GPS tracking. Smartphones, email, instant message services and free chat services such as Skype have revolutionised communication. This has been matched by the development of increasingly sophisticated surveillance technology. »

    http://www.zcommunications.org/governments-turn-to-hacking-techniques-for-surveillance-of-citizens-by-ryan-gallagher

    Ils ont aussi leur Amesys/Bull avec Gamma International qui vend en Egypte.

  29. La surveillance numérique : une arme de guerre (presque) assumée | Reflets I was recommended this web site by my cousin. I am not sure whether this post is written by him as nobody else know such detailed about my trouble. You are incredible! Thanks! your article about La surveillance numérique : une arme de guerre (presque) assumée | RefletsBest Regards Craig

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *