L’écoute des câbles, deux ans pour comprendre : mieux vaut tard que jamais

Cable_map18

Cela fait deux ans que Reflets vous explique sa « théorie abracadabrantesque ». Deux ans qu’on écrit à notre manière, avec une toute petite dose (parce que c’est plus triste que drôle, hein) de lulz (d’où le nom de la théorie) que les Etats peuvent écouter le trafic IP qui circule via les câbles sous-marins. Que la technologie est là, que techniquement, c’est possible. Que c’est très logique puisque la majorité des flux circulent via ces câbles (rendant les Echelon(s) moins intéressants). Deux ans que toute la presse ignore notre théorie.

D’un coup, arrive PRISM.

On se démène, on explique en long en large et en travers que PRISM est un tout petit truc dans un machin bien plus important. Qu’il ne faut pas se focaliser là-dessus. Sans résultat. Les journalistes parviennent même à se concentrer sur la petite amie d’Edward Snowden plutôt que sur ses révélations, et surtout, plutôt que sur les implications sociétales de ces révélation.

Grosse fatigue…

Mais ne désespérons pas ! Le Daily Dot vient de comprendre ! Et oui, comme nous le disions le 5 juillet, il y a mieux que PRISM. Si l’on peut dire…

Il y a les câbles. Et tout d’un coup la presse se souvient de AT&T à San Francisco. Elle n’a pas encore repéré que c’était la société Narus qui avait fourni la technologie. Ni d’où vient cette société. Cela viendra.

Peut-être que viendra aussi le rapprochement évident avec la situation française.

Nous vous avions pris, pour les besoins de l’illustration de la « théorie abracadabrantesque », un câble posé par Alcatel.

Elargissez. Partout où un Eagle a été installé… arrive un câble posé par Alcatel.

 

Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: Antoine Champagne - kitetoa

Dinosaure du Net, journaliste à ses heures. A commis deux trois trucs (Kitetoa.com, Aporismes.com et Reflets.info).


16 thoughts on “L’écoute des câbles, deux ans pour comprendre : mieux vaut tard que jamais”

  1. « le sage montre la lune, l’idiot regarde le doigt », c’est à ça que je pense lorsque je vois le traitement du sujet par les « grands media ».

    En tant que journalistes, vous avez chez reflets (j’espère) des contacts auprès des autres medias, collègues, amis etc… Demandez leur « pourquoi vous traitez ce sujet de cette façon? avez vous reçu des consignes? ou êtes vous justes aveugles et bornés (et éventuellement cons)? »
    Sondez les, voire carrément allez interviewer les Directeurs de Rédaction (même s’ils ont été remplacé par M. Excel)

    Les journalistes des « Grands Media » se targuent d’être un contre pouvoir, ils se gargarisent de leur toute puissance et de leur quasi immunité / invincibilité / intouchabilité (ouh ouh RSF qui-croit-qu’un-journaliste-peut-se-balader-en-zone-de-guerre-sans-gilet-pare-balle, ça va ?), voyons pourquoi ils en disent si peu. Qu’ils les sortent les bollocks et qu’ils se contentent pas de faire de la frime.
    Dans le sud-est on pourrait dire « ils ont que de la gueule » !

    Après pourquoi pas, si vous en trouvez quelques-un un peu « aware » de la situation, proposez de co-signer un dossier à publier dans une ou plusieurs grosses rédactions, sait-on jamais que ça enclenche une prise de conscience auprès de ces boeufs des grands medias (oh mon dieu, un concurrent sort un putain de dossier de la môôôôôrt, vite vite, copions-le et disons que c’est notre travail)

    Je balance une idée en l’air, voyons où ça atterrit.

    1. Je dirais que c’est une vieille histoire. La majorité des médias ont pour fonction de désinform… euh de divertir le public afin de le vendre aux annonceurs.
      Ceux qui se sont donnés pour objectifs d’informer, n’ont pas de publicité dans leurs pages, et vivent de leur lecteurs (ou tentent de le faire), soit par abonnement, soit par les dons.

  2. Faudra bien en tirer une leçon, et on apprend toujours à nos dépends.
    Si vous ne voulez pas que vos correspondances soit lues faudra les disposer sous une enveloppe (chiffrement).
    Si ne voulez pas que votre vie privée soit espionnée, peut-être faut oublier Facebook, Microsoft, Skype, Google, etc.
    Le Net est ainsi fait que tous peuvent accéder a tous parce qu’a l’origine des protocoles servant à communiquer sur le net, les concepteurs étaient issus ou avaient des affinités avec le mouvement hippie. C’était l’amour libre, tout le monde il est gentil, on a rien à cacher on est cool, et on n’espionne pas pour faire du fric, fric qui n’était pas une priorité.
    Le réveil semble douloureux pour certain, car ils ont une vision erronée du Net, faut pas gueuler que le net est espionné, il faut faire en sorte de ne pas être fiché en réfléchissant au comment ou le quitter s’il ne nous convient pas.

  3. et pendant ce temps là, lu sur le net, des grandes entreprises cherchent à acheter des machines à écrire :) ça me plait bien de revenir aux lettres personnalisées, peut être même des enveloppes sur lesquelles mon adresse serait écrite à la main :) et la cerise sur mon gâteau serait le retour des crieurs :) Que de bonnes nouvelles sur Reflets :) Je vous kisss !

  4. Je me souviens trés bien de AT&T et de Narus, d’autant plus que Ars Technica a exhumé récemment ces infos Cependant, un doute m’habite encore quand à la façon de faire transiter mes données par un câble sous-marin quand elles transitent de Free à Ovh par peering.

  5. Ca y est les journalistes traitent le sujet, aujourd’hui un article sur lePoint.fr :
    http://www.lepoint.fr/societe/comment-la-france-surveille-internet-16-08-2013-1714522_23.php
    De mon point de vue, l’article vulgarise et synthétise plutôt bien la saga Amesys & Co brillamment écrite sur reflets.info.
    En fait, l’impression de synthèse directe du travail de l’équipe de reflets sur le site du Point est presque troublante.
    Loin de moi l’idée de penser que le journaliste a pompé le travail de Reflets sans même faire un petit lien vers votre site pour les personnes qui voudraient creuser le sujet ; alors même qu’il y a un mois vous releviez la complaisance du Point envers un député qui niait toute forme d’écoutes indiscrètes des réseaux en France.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *