#Amesys : business as usual

Il ne s’est rien passé. Rien du tout. Non, un petit site du fin fond du Web n’a pas découvert qu’une société française, filiale de Bull avait vendu un système d’écoute global de la population
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: Antoine Champagne - kitetoa

Dinosaure du Net, journaliste à ses heures. A commis deux trois trucs (Kitetoa.com, Aporismes.com et Reflets.info).

45 thoughts on “#Amesys : business as usual”

  1. « et omme dirait Fabrice Epelboin » Il manque une ettre je crois.
    Bon article, j’attend avec impatience que ce sujet soit présenté a tous les candidats à notre présidentielle.

    1. je crois pas.
      à Dakar, c’est juste un « léger différent politique ».
      ici, ca bastonne entre partis politiques (et des fois, ça dégénère un peu, ok).
      on peut detourner de l’argent et on prends le pouvoir tranquillement, pas besoin de tuer (trop) de gens.
      le peuple descende dans la rue actuellement parce qu’ils n’en peuvent plus économiquement, socialement et politiquement, mais on est très loin des pays dont Reflets parle régulièrement.

      1. c’est pas tant le développement où je ne me faisais pas trop de souci (quoi que si besoin d’un quelconque coup de main, je suis certain que vous trouverez pleins de bonnes âmes toutes motivées) que sur son utilisation pour l’écoute d’Amesys

  2. Aujourd’hui j’ai essayé d’expliquer cette histoire à des potes, on m’a dit d’arrêter mes théories du complot et qu’il fallait que je me mêle de mes affaires…
    C’est beau la France quisenfout.

    La même pour la politique ou pour le reste…Je me demande vraiment où vous trouver la motivation pour continuer à écrire.
    En tout cas continuez comme ça ;)

  3. C’est ce qu’ils appellent la RealPolitik, qui vaut autant en diplomatie qu’en economie (voire plus).

    Quelqu’un a des sous, du pouvoir? Peu importe comment il l’a obtenu ou comment il le conserve, on traite avec lui. L’ethique, on en discutera apres ou parfois pendant, mais ailleurs. Et on ne fera qu’en discuter. C’est une prise de tete a appliquer, et on pourrait facher les puissants sus-mentionnes.

    La RealPolitik, c’est agir en considerant que le pouvoir se justifie par lui-meme… que « toutes les civilisations se valent », dirais-je (dedicace speciale), pourvu que ca rapporte.

  4. En gros Amesys nous rejoue la scène du « responsable mais pas coupable », responsable de la création du logiciel mais pas coupable de son utilisation!!! ouai mais bien sûr.

    Une question: la ligue des droits de l’homme, amnesty international ou tout autre ong humaniste ne peut elle pas porter plainte pour « complicité d’assasinat »? ou complicité de crime contre l’humanité?
    bref on fait quoi ?

  5. « Dans la liste, on a de tout, Cassidian, bien entendu, Sagem, Dassault, la DGA, Thales, Alcatel, MBDA et bien d’autres. »

    En même temps quand on sait ce que vendent Thales, Dassault et surtout MBDA il n’y a rien d’étonnant. A coté, les activités de bull/amesys doivent leur paraitre gentillettes.

    ps : Sans parler de Sagem ou Alcatel qui doivent eux aussi avoir des produits d’écoute/filtrage à vendre.

  6. Il y a derrière tout cela une question de fond qui devrait, je pense, être abordée : quelle est la différence entre la vente de ces systèmes d’écoute et la vente d’armes?

    Cela fait des décennies que les Etats vendent des armes à des « méchants » dans le seul but de se faire de l’argent. Ce business n’a jamais été transparent et a toujours été guidé par la logique de l’argent.
    D’un autre côté, une nation qui arrive à exporter ses armes jouit d’un considérable avantage économique et stratégique par rapport aux autres. Lorsque la France produit des Rafales et arrive à les vendre tout le monde se réjouit…

    Pourquoi en irait-il autrement des armes 2.0 que représentent ces systèmes d’écoute?

    Je vais d’ailleurs apporter une réponse à ma question : un système d’écoute couvrant un si grand spectre de la population et étant aussi puissant est l’équivalent d’une bombe atomique 2.0, et on ne vend pas de bombes atomiques à d’autres états pour des raisons évidentes.

  7. Merci encore pour cette article riche en information.

    Les gouvernements aimes toujours autant se faire de l’argent sur ces pauvres africain, en plus de pourrie leur terres on leur pourris leur liberté et leur vie.

  8. Et si… Et si ces solutions d’espionnages étaient backdorées dans tous les sens par les services français pour la m*ttre profonde aux « méchants dictateurs »?
    Ou pas.

  9. Salut,

    Excellents articles, excellents thèmes ; je me permets juste une petite réflexion, je ne crois pas que stigmatiser la gauche, la droite ou encore les partis profite au message. Je pense que les clivages politiques sont l’opium du peuple, cela permet de nous maintenir dans la terreur. Il n’existe pas plusieurs vérités mais une seule et elle ne devrait pas être la propriété d’un courant de pensée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *