Ah tiens, Qosmos commence à nettoyer les intertubes

Un lecteur nous signale à l’instant que Qosmos au lieu de s’affairer à retrouver son contrat le liant à AreaSpa pour le client final Bachar al Assad, est en train de nettoyer ses intertubes… Le premier nettoyage, c’est un communiqué de presse en date du 8 décembre 2011, expliquant la position officielle de Qosmos suite aux révélations de Bloomberg. Comme c’est étrange ! La position officielle de Qosmos sur le dossier syrien serait-elle donc en train d’évoluer depuis que le parquet a ordonné l’ouverture d’une enquête préliminaire ?

Ce communiqué est d’ailleurs toujours accessible dans le cache de Google, sur ce site de test®, et nous en avons conservé une copie d’écran, et un PDF aussi, on sait jamais. Chez Reflets on aime pas perdre les contrats chez nous, ni les informations.. alors on backup, des fois que. Surtout que ce n’est pas franchement la première fois que l’on nous fait le coup, Amesys en son temps avait carrément fermé son site web et ses superbes documentations du Glint, le truc qui fait de l’interception « légale nationwide® » (comprenez ce terme à la sauce Libyenne sous Kadhafi dans les mains de Senoussi), avaient mystérieusement disparu. Mais magie des intertubes, nous les avions également backuppé…. Si Qosmos, comme nous le pensons est en train de suivre le même schéma de communication qu’Amesys, la seconde phase après le grand nettoyage des intertubes, c’est les gadgetophrases… et pour tout vous, dire nous les attendons. Nous hésitons même à lancer un concours de gadgetophrases pour venir à la rescousse de Qosmos.

Le truc con avec Internet, c’est qu’il a une mémoire, et cette mémoire, c’est nous tous.

Alors pour ce qui nous concerne aujourd’hui :

Sans oublier la version anglaise dont nous avions déjà pris un joli screenshot avant le grand nettoyage

Et voici le texte

Position de Qosmos sur la Syrie suite aux articles de presse parus récemment

Le 8 décembre 2011

Suite à la parution de plusieurs articles concernant le projet Asfador en Syrie, Qosmos souhaite apporter les précisions suivantes.

Le métier de Qosmos n’est pas de vendre des systèmes de surveillance. Nous fournissons une brique technologique utilisée dans des domaines aussi variés que l’optimisation des réseaux, la qualité de service informatique, les études marketing, l’interception légale et la cyber sécurité. 

Notre société vend à des entreprises et des partenaires qui intègrent nos composants à leurs propres applications et en assurent la commercialisation. C’est ce qui s’est passé dans le cas du projet en Syrie. Qosmos était un fournisseur d’un sous-traitant d’une société italienne qui a travaillé sur le projet avec le gouvernement syrien. Nous n’avons jamais eu de relations avec le gouvernement syrien.

L’évolution des événements en Syrie depuis l’été 2011 a amené la direction de Qosmos à prendre la décision de se retirer du projet quelles qu’en soient les conséquences (contractuelles et financières), et ce bien avant la parution d’articles dans la presse. Cette décision a rendu impossible la mise en œuvre du composant Qosmos, car nous n’avons pas fourni les moyens techniques nécessaires à son fonctionnement.

Notre volonté est de pouvoir maîtriser l’utilisation de notre technologie et de nous assurer que les applications faites par nos clients ou partenaires sont conformes à nos valeurs. C’est pourquoi nous militons pour qu’une réglementation soit définie pour encadrer l’utilisation de ces technologies.

Twitter Facebook Google Plus email

18 thoughts on “Ah tiens, Qosmos commence à nettoyer les intertubes”

  1. Le truc con avec internet, c’est que justement Internet est une immense archive et ceux qui ne l’auraient pas encore compris sont juste des idiots ou des ignares.

    Merci de cette éclairage à nouveau.

  2. Ces réponses sont exactement les mêmes qu’il vous avait faites lors de votre interview. Et là, c’était complètement du détournement de question, expliquant inlassablement quel est leur métier de souche, mais refusant toujours de répondre à la question : « étiez-vous conscient ou non que les services de surveillance que vous avez vendues à ces dictatures allaient servir à surveiller les populations locales ». La réponse est évidente, mais n’est jamais sortie de sa bouche, car encore et toujours il préfère répondre que leur cœur de métier est l’optimisation, avec des exemples de contrats traités par de grosses sociétés internationales. D’accord, on vous croit. Mais concernant les contrats avec la Syrie, etc. ?

  3. C’est marrant, pour reprendre l’intervention d’Akira, cette propension qu’ont ces sociétés de croire qu’ils peuvent faire le ménage dans les internetz.
    Ils sont vraiment cons, au final ? C’est à se demander.

    Accessoirement, Bluetouff, pense à te faire clôner, un de ces jours, je m’inquiète un peu pour toi…

      1. Suite à un autre de vos articles, j’ai retrouvé ma source.
        C’est un article de Bloomberg du 3 novembre 2011 qui contredit ce que les gens de Qosmos racontent dans ce communiqué du 8 décembre 2011. Messieurs Bechetoille et Larsson disent dans cet article qu’il est difficile de sortir du contrat Syrien : http://www.bloomberg.com/news/2011-11-03/syria-crackdown-gets-italy-firm-s-aid-with-u-s-europe-spy-gear.html. Il faut croire que la situation avait bien changé en un mois. :)

  4. Une boite comme CA qui Croit pouvoir etre le ccleaner du net, ca me donne pas Envis d etre leur client. Tiens c est peut être CA la solution, les ridiculiser, montrer qui ils sont nul dans leur domaine. Les discréditer aux yeux de leur clients et futur clients. Bluetouff… refuse s ils veulent t Embaucher.

  5. Salut, le-dit communiqué est revenu à la même adresse ^^ (pardon si je cross-poste, du coup)

    Sa date a changé sur Qosmos News: maintenant, c’est le 22 novembre.

    Touff, décidément ce que tu es rapide … et tu voyages même dans le futur : c’est *2011*, pas *2012* :D

  6.  » Le métier de Qosmos n’est pas de vendre des systèmes de surveillance. Nous fournissons une brique technologique utilisée dans des domaines aussi variés que l’optimisation des réseaux, la qualité de service informatique, les études marketing, l’interception légale et la cyber sécurité.  »

    Cet enfumage monstrueux ! OMG !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *