Meanwhile at Qosmos…

Qosmos n’a jamais vendu de matériel à la Syrie, nous explique l’avocat de Qosmos. Anéfé©… Elle a vendu du matériel à un consortium italien qui a vendu l’ensemble à la Syrie. C’est très différent. Et qui prétendrait le contraire se rendrait coupable de dénigrement. Bigre. Lorsque j’écrivais mon article sur Qosmos et Amesys hier, je me disais qu’au lieu de faire des communiqués gaguesques, Qosmos et Amesys, qui n’ont rien fait de mal et n’ont rien à se reprocher, feraient mieux de jouer la transparence et de publier les contrats et autres échanges avec leurs partenaires commerciaux pour démonter leur bonne foi. Ce matin, Qosmos me démontre que cela est impossible en dépit de leur souhait probable -puisqu’ils parlent des contrats- de le faire. Las! « les contrats n’ont pas été retrouvés ».

Les capacités clownesques des vendeurs d' »armes » numériques sont visiblement sans limites.

Reflets ouvre donc pour la journée un petit article en devenir pour rendre compte des efforts déployés par les équipes de Qosmos pour retrouver les fameux contrats. Si vous avez des informations sur l’endroit où pourrait être ces contrats, merci d’écrire à la rédaction, nous transmettrons à Qosmos (via cette page).

Commençons par les mails internes de ce matin :

Selon les enquêteurs internes de Qosmos, la cause de la perte des contrats pourrait avoir été identifiée, même si cela reste à confirmer :

Les équipes bossent à 200% :

Gardons le cap. Ils doivent être vers le Sud ces contrats… Que chacun s’arme d’une boussole !

Chef, chef, je crois que je sais comment les retrouver !

Quoi ??? Qu’est-ce que j’apprends ? Les contrats ont disparu ?

Toujours plus au Sud !

 

Thibaut Bechetoille : « C’est la faute aux LolCats! »

Pourtant, on nous informe que tout est bien classé chez Qosmos :

On a retrouvé les premières clauses du contrat !

Ah, ben non… Toujours perdu. Loin…

Au moins, on a peut-être trouvé la responsable de la perte des fameux contrats (via @Monanorak) :

Twitter Facebook Google Plus email


20 thoughts on “Meanwhile at Qosmos…”

  1. Salut!

    « les contrats n’ont pas été retrouvés«

    Source ?

    Je n’ai *pas* trouvé une telle déclaration de Qosmos ou de son avocat, ni en suivant le lien vers l’article de RTL (ici ou dans l’autre article de Touff ce jour, c’est le même), ni ailleurs ?

    http://www.rtl.fr/actualites/international/article/syrie-une-plainte-deposee-contre-une-entreprise-francaise-7751109373

    Une bête recherche Google de la chaîne « les contrats n’ont pas été retrouvés » ne donne que Reflets pour cible (et un article des Échos, aussi, au sujet des contrats de l’ère Khadafi à renouveler ou pas par le nouveau régime).

    Ce n’était donc pas une citation originale, mais une reformulation peut-être ?

    L’article de RTL a-t-il été édité a posteriori ?

    1. La source est bien RTL, mais si tu ne lis que l’article effectivement tu n’y trouveras rien.

      Le truc c’est qu’RTL est une radio et tu peux réécouter l’information diffusée sur les antennes ce matin…. je t’assure que nous n’avons rien inventé.

      Il y a un player sur la page juste sous le titre « écouter » (après le premier paragraphe), Si tu écoutes bien à la 37″ seconde de ce fichier audio http://media.rtl.fr/online/sound/2012/0725/7751109420_la-societe-qosmos-developpe-des-logiciels-qui-permettent-notamemnt-d-intercepter-des-communications-electroniques.mp3 tu entendras « Le contrat n’a pas été retrouvé, impossible pour l’heure de savoir précisément si des ventes ont bien été effectuées… »

      1. Non Ô Saint Touff, je ne pensais pas que vous ayez inventé quoi que ce soit, et merci de ta réponse.

        Je misais sur un edit de RTL, mais suis juste assez *con* pour en oublier NoScript, en particulier sur le site d’une radio! Mea culpa.

        Je viens d’écouter l’audio, on y entend la voix du journaliste de RTL, lequel n’attribue *pas* ce morceau de citation :s

        L’a-t-il recueillie auprès de « Qosmos », ou des « avocats des ONG qui ne veulent pas se satisfaire de déclarations d’intention » ?

        Il me semble que s’il est « impossible pour l’heure de savoir précisément si des ventes ont _bien_ été effectuées », c’est pour « les avocats des ONGs »

        ( « _bien_ », tandis que Qosmos nie au contraire et en bloc, tout contrat « direct ». Sinon, cela reviendrait à un aveu de Qosmos, quant au fait que des contrats plus directs aient « _bien_ » existé, qu’ils aient été égarés ou non par la suite. Ce serait plus que contradictoire ! )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *