#PRISM and Guests : Au moins 7 pays européens auraient des accords avec la NSA

Capture d’écran 2013-06-30 à 11.21.59Cette nuit un article publié sur le Guardian, puis retiré ensuite au motif d’un complément d’investigation, fait état de ce ce témoignage, étrangement proche de ce que nous vous racontons ici depuis le début des révélations de Edward Snowden. Certes, puisque le Guardian l’a retiré, les révélations sont sujettes à caution. Mais vu la posture actuelle de Berlin, on sent qu’on n’est pas spécialement loin d’une minicrise diplomatique de circonstance, parfaitement ridicule, qui n’est là que pour faire diversion. Le Guardian aurait-il été rappelé à l’ordre par les autorités britanniques pour ne pas jeter de l’huile sur le feu ou nous prépare t-il au contraire une réponse du berger à la bergère à Angela Merkel ?

Vous le savez, Internet n’est que la plus grosse machine à copier du monde. L’article du Guardian est donc disponible sur Pastebin et de toutes façons j’en conserve également une copie (txt).

Et ces nouvelles révélations de Wayne Madsen, un ancien officier de la NAVY qui a travaillé pour la NSA pendant 12 ans, confirme 4 pays que nous vous avions par ailleurs cité comme impliqués dans la surveillance de masse, et plus ou moins directement liés au programme global des autorités américaines. Selon Wayne Madsen, on parle en fait de 7 pays européens qui auraient des accords secrets avec les USA sur des questions de SIGINT (le renseignement de source électromagnétique) :

  • Le Royaume-Unis
  • L’Allemagne
  • Les Pays-Bas
  • La France
  • Le Danemark
  • L’Italie
  • L’Espagne

Tout de suite, on comprend mieux que les politiques européens jouent les vierges effarouchées, et que Fleur Pellerin minimise à ce point PRISM et surtout tout les programmes qu’il y a autour que tout ça est en ligne sur Reflets depuis une bonne semaine dans la quasi indifférence des médias français. Y aurait-il un embargo de la presse sur les questions que nous n’avons de cesse de marteler ?… Nous allons y revenir. Continuons dans les révélations de Wayne Madsen.

L’article du Guardian fait dans un premier temps état de documents déclassifiés (publiés par la DISA) où les USA classent les états par degré de confiance qu’ils leur accorde. Une confiance de niveau 1 est accordée aux pays qui ont rejoint de l’UKUSA : Le Royaume-Unis, le Canada, l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Une confiance de niveau 2 est accordée à l’Allemagne et à la France. Outre que l’on ne peut que se réjouir des bonnes relations que nous avons avec nos amis américains, on parle quand même ici d’un degré de confiance dans le cadre de programmes internationaux de SIGINT et de surveillance de masse.

Under international intelligence agreements, confirmed by declassified documents, nations are categorised by the US according to their trust level. The US is first party while the UK, Canada, Australia and New Zealand enjoy second party relationships. Germany and France have third party relationships.

Madsen explique que depuis la fin de la seconde guerre mondiale, les USA se taillent la part du lion tendis que les « Third Parties », la France et l’Allemagne accèdent à des renseignements grandement épurés de leur contenu.

D’où Madsen de dénoncer vivement ce que nous dénoncions ici, à savoir l’hypocrisie crasse des politiques avec en tête de ligne, Angela Merkel qui se paye clairement la tête du monde quand elle demande énergiquement des explications  aux USA et qu’elle s’en prend de manière sèche aux britanniques.

Madsen said he was alarmed at the « sanctimonious outcry » of political leaders who were « feigning shock » about the spying operations while staying silent about their own arrangements with the US, and was particularly concerned that senior German politicians had accused the UK of spying when their country had a similar third-party deal with the NSA.
(…)
« I can’t understand how Angela Merkel can keep a straight face, demanding assurances from [Barack] Obama and the UK while Germany has entered into those exact relationships, » Madsen said.

Quand Der Spiegel explique que les institutions européennes sont espionnées en profondeur, ça pose un peu problème, certes, mais il faut se demander qui a fait entrer le loup dans la bergerie…

Nous vous disions aussi qu’étrangement, la France, on ne l’entend pas trop à ce sujet, ou quand on l’entend c’est parce que la CNIL a créé un groupe de travail. Vous noterez au passage que ce n’est pas la DCRI qui se retrouve saisie par un juge pour enquêter… non, au lieu de ça, contre toute logique, nous avons un groupe de travail de la CNIL… (NDLR : « n’a peur la NSA » ).

Un peu plus loin Madsen confirme encore une fois ce que nous pointons du doigt depuis presque deux ans maintenant et dont nous vous reparlions encore, peu avant les révélations de Edward Snowden : l’espionnage des câbles sous-marins, et en toile de fond : les écoutes « décentralisées », hors de nos frontières. Là où ça devient embêtant, c’est quand Madsen déclare que ces 7 pays donnent gentiment leur consentement pour que les USA : interceptent une masse de données énorme, portant sur des appels téléphoniques, des emails, et les simples visites sur des sites web (bref, tout le trafic), sur les câbles sous marins de TAT14 :

Madsen said all seven European countries and the US have access to the Tat 14 fibre-optic cable network running between Denmark and Germany, the Netherlands, France, the UK and the US, allowing them to intercept vast amounts of data, including phone calls, emails and records of users’ access to websites.

Et le problème n’est pas nouveau. Le SIGINT a connu ses plus belles heures pendant la guerre froide et est aujourd’hui devenu avec Internet un enjeu stratégique de premier plan. En 2001, la commission européenne s’était déjà questionnée sur Echelon mais ces accords avec la NSA sont restés secrets, et donc, passés sous silence. Vu l’implication direct de 7 pays européens, on comprend bien pourquoi.

The covert relationship between the countries was first outlined in a 2001 report by the European parliament, but their explicit connection with the NSA was not publicised until Madsen decided to speak out.
(…)
« A lot of this information isn’t secret, nor is it new, » Madsen said. « It’s just that governments have chosen to keep the public in the dark about it. The days when they could get away with a conspiracy of silence are over. »

Maintenant que l’on commence à avoir une idée un peu plus précise de la portée de PRISM et de ce sport pratiqué par nos « grandes démocraties » qu’est l’interception de masse et la surveillance à grande échelle de toutes nos communications, il va falloir que nos politiques s’expliquent… et pas Fleur Pellerin dont ce n’est pas le rôle, mais des explications du Ministère de la Défense Nationale (on peut rêver), du Quai d’Orsay ou de la place Beauvau pourraient probablement nous apporter un éclairage plus sérieux que les gogogadgétocloudsouverain® ou les onsavépa® qui ne trompent personne de Fleur Pellerin.

Twitter Facebook Google Plus email

16 thoughts on “#PRISM and Guests : Au moins 7 pays européens auraient des accords avec la NSA”

  1. Hello. Petit complément d’ info qui n’invalide pas ton raisonnement mais qui démontre que Madsen n’est pas la source la plus fiable qui soit, ayant par exemple affirmé qu’Obama est gay. C’est en tout cas l’explication donnée par le Guardian pour ce retrait http://blogs.telegraph.co.uk/news/damianthompson/100224022/guardianobserver-pulls-front-page-nsa-story-after-source-turns-out-to-be-a-fruitloop-who-thinks-obama-is-gay/

  2. A quand une loi européenne contre la « haute trahison » au regard des institutions européennes ? Parce que d’après ce que je comprends, seul ceux qui collaborent en sous-marin avec les US (entre autres puissances concurrentes à l’EU…) échappent audit espionnage…ce qui induit un nombre considérable de collabos à la solde des pays dit « vampirisants ».

    PS : et après ça on s’étonne encore que l’EU est le seul continent à connaitre la recession ? MDR. On se fait baiser de tous les côtés avec l’EU…est-ce que vous vous rendez compte que nos impots profitent non plus à la collectivité nationale mais aux groupes financiers privés internationaux ? Un de ces 4 va falloir sérieusement se poser la question de l’intérêt de payer sa dime nationale.

    1. Pour info, Sarkozy a fait supprimer la loi constitutionnelle sur le crime de haute trahison Art68 (soit disant pas assez clair) pour le remplacer par: « manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l’exercice de son mandat ». Le tout avant de passer en force le traité de Lisbonne auquel le peuple français avait dit NON. Ce cas est un cas typique de haute trahison et on ne se lève pas le matin en se disant je fait changer une loi constitutionnelle qui pourrait m’atteindre.

  3. Deux choses me surprennent. Que l’article du Guardian soit effacé si rapidement sans plus de précision. Qu’il sorte en même temps que les révélations du Der Spiegel. Ce qui est sûr, c’est que les litanies de stupéfactions des politiques (http://bit.ly/1aryceG) seraient beaucoup plus tempérées si le Guardian avait laissé son article…

  4. Effectivement, après qq recherches Madsen a l’air de tout sauf d’une source « fiable »… Quant à la concomitance avec le papier du Spiegel, Madsen a peut-être saisi l’occasion d’en rajouter une couche alors que Prism est sous les feux de l’actualité. Ce qui n’empêche que je ne me fais aucune illusion, les principaux services secrets européens doivent largement échanger leurs données avec les américains quand ça les arrange…

  5. On verra assez rapidement de quoi il retourne. Soit il sort quelque chose de concret de l’indignation de l’UE après la mise au jour des pratiques américaines, soit ça fait long feu. En 2003 l’enquête sur les écoutes des conseils des ministres de l’UE, vraisemblablement faites par l’OTAN, avait été plus ou moins bâclée.
    Mais dans tous les cas, quelque soit la véracité de l’article en question, il est très peu probable que nos dirigeants soient les oies blanches qu’ils nous laissent croire. Les USA mettent en place des réseaux d’interception de données, notamment des données européennes, depuis la guerre froide. Il serait fort étonnant que pendant toutes ces années, la classe politique, le contre-espionnage ou autre, ne se soit jamais posé de questions là dessus, et ait essayé se suivre ce qui se tramait. Echelon notamment a été mis en place en europe au vu et au su de tous.
    Pour moi, non seulement les pays européens sont au courant, mais ils ont participé à la mise en place de l’infrastructure de ces réseaux, en échange de juteux contrats ou de renseignements.
    Simplement, tout ceci n’est pas très moral et l’opinion publique n’apprécierait que modérément que sa vie privée ou ses communications professionnelles aient été vendues en douce par ses gouvernants. Maintenant que l’opinion prend connaissance de l’immoralité de la situation, elle va attendre des décisions fortes. Qui ne viendront pas. Mais quel politique pourrait prendre la responsabilité de briser le #onsavépa, et carrément dire « on savait et on a même participé à tout ça, sans le dire parce qu’on savait que c’était mal. » ?

  6. Ohoh… dur pour les convictions des « citoyens de base », ceux qui croient les yeux fermés et qui n’ont rien à se reprocher ni à cacher.
    On se croit dur comme fer en démocratie, et on découvre que nos démocraties emploient des méthodes de voyous, qu’on croyait l’apanage de pays peu recommandables !
    Ce qui m’étonne, c’est que ça sorte sur les media mainstream. Espérons que tout ça ne retombe pas comme un soufflet.

  7. Je comprends le choix du guardian, s’il est réellement motivé par la qualité de la source. ça peut aussi être un choix « buisness » genre « on a attend un peu histoire de pas se faire éclipser par Der Spiegel »…

    Pour ce qui est de l’intervention « venue d’ailleurs » pour que l’article soit retiré, j’y crois moyen.

    Par contre, ils auraient pu laisser l’article, afin de voir s’il y aurait eu un démenti par les autorités, ou pas.

  8. Bizarre qu’en même temps, même heure, on denie le suvol du territoire français, portugais, espagnol pour possible présence de Snowden, base de toute l’histoire et l’on retire un article qui démontre la connivence qui explique cela. Assez surréaliste.
    Très probablement Maiden a raison même si c’est une source non fiable. Et affirmer qu’Obama est ou n’est pas gay, on s’en fout et cela fait partie de la création d’une image, personne n’a prouvé (source sûres) qu’il ne l’était pas.

  9. Bonjour à tous,
    Je viens de regarder mes liens RSS, et PC Inpact fait mention d’une interdiction d’entrée dans l’espace aérien pour l’avion du président bolivien, suscpetible d’avoir à son bord Snowden.
    Les nominés sont la France, l’Espagne, le Portugal et l’Italie. Une question m’effleure alors l’esprit. Si ces pays n’ont jamais bénéficiés de la ressource informationnelle de la NSA, pourquoi prendre de telles mesures, signe manifeste d’une prise de position favorable au pays de la liberté?
    Si ils sont blanc comme neige, ils n’ont alors rien à craindre de le voir se réfugié dans un endroit où il aurait le loisir d’en dire plus. Non?

  10. C’est pas parce qu’Obama est marié et a fait 2 gosses à sa femme qu’il n’est pas gay. On murmure que l’idole des femmes cool Mister George Clooney est pd comme un phoque , allez demander aux frères Coen. Et je ne parle pas de Tom Cruise ou de John Travolta…Enlever toute crédibilité à Madsen sur la base de telles allégations c’est noyer le messager pour fautes de goût.

  11. Le plus pénible dans cette histoire est ce déluge d’hypocrisie aggravée de veulerie crasse que nous servent nos chères élites socialistes et zeuropéennes, jusqu’à menacer de faire capoter les négociations de libre-échange transatlantique excusez du peu..ah mais on est encore chez nous non ? cela me fait penser à quelque mauvais roman de science-fiction où les roitelets des marges de l’Empire intergalactique sont secoués épisodiquement de rébellionitte aigue avant de retomber dans la contemplation morne de leur propre impuissance.

  12. Globalement avec cette histoire, tout le monde est à présent, si pas convaincu, au courant d’écoutes massives, de surveillances et de stockage des communications.
    Cependant ça ne change rien: non seulement on s’en doutait déjà mais en plus on dépend globalement pour communiquer d’une technologie faite spécialement pour être surveillable et surveillée!

    Snowden a dénoncé un « truc » des plus au point ou le piège le plus « finement » tissé en la matière mais cette mécanique ne peut se retourner contre lui par l’entremise de ses anciens collègues: il reste introuvable malgré ses nombreuses déclarations.
    Par-contre il est l’occasion d’aller gratter partout où il semble se réfugier, il deviendrait donc un motif de guerre à lui tout seul, qui, s’il est piloté par la n&sa, peut aller se coller là où le conflit leur semble opportun.

    En gros en dénonçant les alliances entre la nsa et les gros requins microsoft/hotmail/apple, google/youtube/, facebook/twitter, etc on oublie que sur demande ils récoltaient déjà ces infos, même auprès de qui n’a aucun accord passé, simplement par « pression » et pour ne pas se faire écarter d’une grosse claque.

    Le soldat Snowden a révélé la partie visible et sensationnaliste (vous imaginez?! fezb’hoek espi0nnerait!?) d’un iceberg qu’on voit venir depuis les années 70’s. Vu la traque qui s’opère au lieu de comme d’habitude le lancement d’une attaque false-machin pour faire diversion, tout semble confirmer une parfaite maîtrise de cette surveillance par les polices secrètes. Il a révélé le truc très grave que ça change rien si on le sait ou pas! puisque la fréquentation de par exemple fezb’hoek n’a j’imagine pas chuté!

    Maintenant supposons que ces filtrages ne soient pas si performant que ça, sans vouloir hum hum dénigrer, ou qu’il y a vraiment trop à traiter et à re-traîter pour tout scanner et évaluer en « préventif », en décryptage, etc et qu’en fait, des lacunes font que « ça rame ». En faisant croire que le terrain est complètement miné, foutu, fini pour qui a un « truc interdit » ou « mal vu » à mener, l’auto-limitation de gsm’s ou du net et la parano à développer sont déjà un fardeau à porter avec les bons vœux de la n&sa!

    … je ne sous-entend pas pour autant que le net n’est pas surveillé!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *