"Les hommes timorés préfèrent le calme du despotisme à la mer orageuse de la liberté"

Il faut parfois choisir son camp. Même (et surtout) lorsque l’on est journaliste. Si vous suivez les tweets des journalistes d’Al Jazeera qui sont depuis des jours place Tahrir, vous comprendrez ce que je veux dire. Reflets est né avec cette idée : le journalisme d’opinion n’est pas un gros mot. Et cette fois, il est très simple de choisir son camp. Les dirigeants du monde tardent à le choisir. Pourtant, au regard des images qui parviennent d’Egypte, le choix est fait très rapidement.

Les insurgés de la place Tahrir donnent une leçon au monde. Et les dirigeants du monde tournent la tête. Ne choisissent aucun camp. Les peuples du monde sauront probablement s’en souvenir.

Ce texte a été traduit en anglais, français, espagnol et arabe. N’hésitez pas à le copier et le coller où cela vous semblera utile.
This text has been translated in english, french, spanish and arabic. Feel free to publish it where you find it useful.

« Les hommes timorés préfèrent le calme du despotisme à la mer orageuse de la liberté »

« Timid men prefer the calm of despotism to the tempestuous sea of liberty »

« Los hombres temerosos prefieren la calma del despotismo al mar tempestuoso de la libertad »

الجبناء يفضلون الخنوع لحكم الطغاة بدلا من  بحر الحرية الهائج

Twitter Facebook Google Plus email


1 thought on “"Les hommes timorés préfèrent le calme du despotisme à la mer orageuse de la liberté"”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *