HADOPI : Alors comme ça TMG se dit prêt pour surveiller le Streaming et le Direct Download ?

TMG… Trident Media Guard… rien que le nom de cette société est un poème. Vous aussi vous avez en tête l’image d’un Poseidon croisé avec un Cerbère du Net ? Vous ne voyez pas qui
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

15 thoughts on “HADOPI : Alors comme ça TMG se dit prêt pour surveiller le Streaming et le Direct Download ?”

  1. Note que l’article de Numerama relate que TMG se dit prêt « à vérifier si des sites de streaming diffusent des œuvres sans autorisation de leurs auteurs »

    Le reste, c’est du flan, ouais.

    TMG dit juste qu’ils ont ce qu’il faut pour dire « telle URL chez megamachin, c’est tel film ».

    A la limite on peut juste se foutre de leur gueule, parce que finalement, ça fait longtemps que plein de boites savent faire ça et envoyer des takedown notice dans la foulée.

    Y parait même que ça fonctionne plutôt bien, dixit la SACEM, pour la musique. Pas de raison qu’il n’en soit pas de même pour le cinéma.

  2. Est-ce que cette surveillance du streaming ne serait pas juste, un système automatisé de détection d’œuvres contrefaites sur les plate-formes de d’hébergement de gros fichiers, et qui permettrait la demande en masse de suppression de ces fichiers des serveurs d’hébergeurs, sans impacter l’utilisateur?
    Ça me parait plus crédible, que la surveillance des *box(ou autres).

      1. Je serais assez curiex de voir ca à l’oeuvre.
        Le probleme c’est que ca doit etre du closed source.
        Mince, les pauvres ne vont pas pouvoir se defendre.
        Merci, TMG… la boite privée…

        L’egalité de l’acces à la justice me semble comme qui dirait compromis, par la simple fait que TMG est une boite privée.

  3. Ne serait-ce pas ce genre d’annonce qui laisse entendre « au monde » (pas aux geeks) qu’avant ce n’était pas possible ou pas facile mais que désormais c’est faisable. Le tout étant placé au plan « technique », il s’agirait d’une bonne vieille méthode d’empoisonnement de débat:

    1. peut-être n’était-ce pas égal mais ce n’était surtout pas possible (donc ça tombait bien).
    2. ma technique « nouvelle » est sécurisée et permet de respecter la vie privée des gens biens comme il faut. Ceux qui n’ont rien à se reprocher…
    3. On a une nouvelle technique qui respecte les droits de l’homme, peut-être pourrait-on changer la loi.
    4. …

    En définitive, ceci ne fait qu’annoncer ce dont on peut se douter: les boites qui espèrent augmenter leurs recettes avec ces lois n’ont pas l’intention d’en rester là.

  4. Une non-nouvelle et beaucoup de mauvaise foi…

    Comme noté dans les posts ci-dessus, il s’agirait d’aller choper les URLs qui correspondent à des contrefaçons, pas de choper les IPs des téléchargeurs.

    En gros, rien de nouveau, juste de la comm.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *