Dans un élan de transparence, le ministère de la défense marocain menace de poursuites les journalistes et les associations de défense des droits de l’Homme évoquant le projet PopCorn d’Amesys

PopCorn, c’est le nom d’un projet Eagle, au Maroc. Il n’est pas dans notre habitude de publier des preuves de sujets que nous avançons, tout particulièrement quand ces preuves font l’objet d’examen dans une procédure
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

5 thoughts on “Dans un élan de transparence, le ministère de la défense marocain menace de poursuites les journalistes et les associations de défense des droits de l’Homme évoquant le projet PopCorn d’Amesys”

  1. « Et à l’Etat français, d’inscrire dans son propre droit des techniques d’interception de masse grâce à une loi sur le renseignement qui donne ses lettres de noblesse à des pratiques a-légales, à l’encontre de sa propre population. »

    J’adore ce qualificatif a-légal.

    Il permet de se dédouaner d’une pratique illégale sans avouer explicitement l’illégalité.

    Car du point de vue juridique, une pratique est
    – illégale : une loi l’interdit
    ou (« ou » exclusif)
    – légale : une loi l’autorise ou aucune loi ne l’interdit.

    En effet, si aucune loi n’interdit une pratique, celle-ci est alors nécessairement légale.

    C’est dans l’article 5 de la déclaration des droits de l’homme qui pour rappel, fait partie de notre Constitution :
    Art. 5. La Loi n’a le droit de défendre que les actions nuisibles à la Société. Tout ce qui n’est pas défendu par la Loi ne peut être empêché, et nul ne peut être contraint à faire ce qu’elle n’ordonne pas.

    Donc quand j’entends certains politiciens user et abuser de ce qualificatif « a-légal » (qui n’a donc aucun sens), je ne peux m’empêcher de penser qu’on a affaire soit à un-e incompétent-e, soit à un-e menteur-se…

  2. Enquête ahurissante…!

    Lorsque les bornes sont dépassées, il n’y a plus de limites, mais là, nous sommes dans des stratosphères sidérantes.

    Ce qui explique certainement, en partie, l’urgence de la loi du renseignement, ce passage en force brute qui évite tous débats, surtout avec le fiasco actuel de la NSA qui en a pour quelques dizaines d’années d’analyses de leurs bases de données, tout en en sous-traitant avec les complices.

    Et ce n’est qu’un début ! accrochons nos ceintures…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *