Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
Reflets poursuivi par Altice : la liberté d'informer menacée

Le groupe de Patrick Drahi tente de contourner le droit de la presse. Altice a des milliards, nous avons un site Web. Aidez-nous à défendre la liberté de la presse.

par bluetouff

SOPA : L'HADOPI américaine pourrait tourner débâcle

Il était fier notre président de se gargariser de son HADOPI à lui que le monde entier lui enviait pendant le "eG8 »,. Tout allait bien, la France, en "pointe du numérique", avait invité  tout le gotha de l'internet imposable (Google Facebook, Google, Facebook, Google, Facebook, Loic "l'exilé" le Meur, Frédéric Mitterrand, Facebook, Google, Pascal Nègre, Facebook Google...), mais pas les internautes, qui ont du jouer des coudes pour se faire entendre.

Il était fier notre président de se gargariser de son HADOPI à lui que le monde entier lui enviait pendant le "eG8 »,. Tout allait bien, la France, en "pointe du numérique", avait invité  tout le gotha de l'internet imposable (Google Facebook, Google, Facebook, Google, Facebook, Loic "l'exilé" le Meur, Frédéric Mitterrand, Facebook, Google, Pascal Nègre, Facebook Google...), mais pas les internautes, qui ont du jouer des coudes pour se faire entendre. A l'occasion de ce eG8, Nicolas Sarkozy avait vendu le concept HADOPI aux américains. La député Marland Militello applaudissait des deux nageoires, noyant son indicible béatitude dans un océan d'absurdités dont elle est coutumière. Ses articles sur le sujet, rien que pour l'année 2011, seront les piliers de notre petite réflexion pour tenter de nous expliquer le rétropédalage opéré par des soutiens du Stop Online Piracy Act (SOPA), l'HADOPI version US, que nous allons évoquer après ce petit best of :

  • Pour un G20 des droits d’auteur sur internet : "Du fond du cœur, merci à Nicolas Sarkozy ". Je vous parlais d'internet et d'Internet, vous la voyez la différence maintenant ? Preuve s'il fallait que la député Marland Militello ne parle du même internet que nous. Alors pour faire simple, si vous appréciez Internet, vous dites merci au MIT, si au contraire vous préférez internet, vous me réciterez 12 "je vous salue Nicolas" : "Du fond du cœur,merci à Nicolas 35% Sarkozy d’avoir le courage politique de vouloir mettre fin au piratage des œuvres culturelles." (...) "Du fond du coeur, merci à Nicolas Sarkozy d’être le premier chef d’Etat européen, et sans doute du monde, a avoir pris toute la mesure de l’urgence qu’il y a à civiliser internet" (...) "Du fond du cœur, merci à Nicolas Sarkozy de ne céder à aucune forme de facilité démagogique ou de fatalisme technologique" (...) "Du fond du cœur, merci à Nicolas Sarkozy d’avoir une vraie vision de l’internet, réaliste et équilibrée."... ne mésestimez jamais la faculté que peuvent avoir deux e-gnares à se comprendre quand ils parlent d'Internet. Laissez deux geeks causer Internet, ils ne tomberont jamais d'accord et trolleront des jours entiers. Placez un Nicolas Sarkozy et une Muriel Marland Militello sur un chan IRC, et ils vous accoucheront d'une HADOPI 3 en moins de 10 minutes. C'est toujours plus facile de tomber d'accord quand on ne parle pas de la même chose.
  • L’Hadopi à nouveau à l’honneur en Hémicycle : "Elle montre à quel point la conviction et le courage politique du Président de la République Nicolas Sarkozy, qui ne cède à aucune démagogie, sont sources d’inspiration pour le monde entier." S'il y avait un président d'Internet, ce serait Nicolas Sarkozy !
  • Hadopi : des résultats concrets très positifs à amplifier : "J’attends avec impatience le rapport complet et je continue de suivre avec attention les travaux de cette belle autorité administrative indépendante qui s’est vue confiée une belle mission par le législateur et le Président de la République Nicolas Sarkozy » ... comme quoi, il n' y a pas que chez les jeunes que les drogues synthétiques font des ravages.
  • Ouverture du G8 de l’internet – Discours de Nicolas Sarkozy : la pièce du chef ! LE truc qui a donné envie à tous les industriels américains d'avoir leur HADOPI à eux. La député Marland Militello le désigne comme "Cet événement d’envergure internationale qui réunit les acteurs majeurs mondiaux de l’internet a été souhaité par le Président de la République. C’est une première mondiale ! »

Avec cette masse irréfutable d'arguments que nous a servi la député Marland Militello sur  les bienfaits d'HADOPI, il était évident que l'HADOPI américaine, le SOPA, ne pouvait être qu'un immense succès populaire. Mais étrangement, rien ne semble se passer comme prévu. Et pourtant... s'il y a bien un pays qui dispose d'une industrie culturelle forte, protectionniste à l'extrême, c'est bien les USA. Petit problème, aux USA, il y a aussi des internautes. Et les internautes, le SOPA, ils n'aiment pas. C'est étrange ça non ?

Il y a dans cette phase de construction du texte, une consultation qui tourne au vinaigre. Vous vous souvenez probablement de ce que Christine Albanel désignait comme un large consensus. Et bien le consensus américain commence à avoir sérieusement du plomb dans l'aile. Les principaux soutiens du SOPA, l'hébergeur poids lourd Go Daddy, ainsi que les industriels du jeux en ligne (Sony, Nintendo ou Electronics Arts) qui seraient eux aussi sur le point de claquer la porte des négociations, affichent maintenant officiellement leur opposition au texte. Parmi les purs players du Net Google, Facebook, Yahoo !, eBay, AOL, Twitter, LinkedIn, Mozilla Foundation, Wikipedia, Zynga (...) affichent une farouche opposition au SOPA. Bref, c'est ici toute la dynamique e-economie américaine qui s'élève contre ce texte et dénonce, avec les mêmes arguments que les français usèrent à l'encontre d'HADOPI.

Et ce n'est pas terminé ! Anonymous qui n'est jamais bien loin quand on agresse Internet commencerait à gentiment montrer les dents à Sony, une vielle connaissance, à qui il promet le feu en cas de soutien du texte. Une menace que Sony ne peut que prendre au sérieux après la mise à nu de toute son infrastructure mondiale, le vol et la publication des données personnelles et mêmes bancaires de ses client, et la longue fermeture du Playstation Network.

Ne nous faisons pas d'illusion, SOPA passera, en force si nécessaire, comme HADOPI. La puissance financière des ayants-droit aura raison du vote des sénateurs américains qui trouveront en eux des sources de financement de leur campagne électorale, quitte à sacrifier Internet. SOPA débouchera naturellement sur une guerre ouverte opposant Internautes aux artistes et aux majors, produira la même insécurité qu'en France, pour des résultats tout aussi nuls. Les créateurs, comme en France, n'y gagneront pas un rond, et tôt ou tard, les internautes feront payer à leur représentation un véritable génocide informationnel annoncé puisque SOPA prévoit de responsabiliser les intermédiaires et d'ordonner la fermeture d'un site entier sur simple désignation d'un contenu copyrighté sur le site incriminé.

Mais même une fois votée SOPA risquerait d'avoir une durée de vie bien inférieure à celle d'HADOPI. Les américains ne rigolent pas avec l'économie numérique, ils n'ont pas un Eric Besson à sa tête eux. Leur croissance est fortement adossée à cette économie et aussi puissants soient ils, les lobbyistes d'Hollywood ne feront rapidement plus le poids.

Pour tout vous avouer, je ne suis pas mécontent qu'une telle loi soit envisagée aux USA, elle ne sera que l'occasion pour les internautes américains français et suédois de se rapprocher pour faire front devant IPRED, HADOPI et maintenant SOPA. Nous aurons donc ainsi de nouveaux leviers pour témoigner à la député Marland Militello, en 2012, tout l'amour que nous portons à l'internet civilisé de notre bien aimé président Nicolas Sarkozy grâce à qui le soleil se lève tous les matins.

0 Commentaires
Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée