Journal d'investigation en ligne
par Antoine Champagne - kitetoa

François Hollande, Pop-Corn, le #Maroc et Amesys

Notre bon président est donc en ce moment même au Maroc. Certains journalistes parlent de choses qui fâchent. Ils se demandent s'il parlera des Droits de l'Homme, bafoués comme il se doit dans ce pays, pas tout à fait une dictature, mais pas loin, pour le moins un Etat policier ? Réponse en fin de séjour. Ce qui est certain, c'est qu'il ne parlera pas du projet Pop Corn d'Amesys. Et pourtant, il y a tant à dire.

Notre bon président est donc en ce moment même au Maroc. Certains journalistes parlent de choses qui fâchent. Ils se demandent s'il parlera des Droits de l'Homme, bafoués comme il se doit dans ce pays, pas tout à fait une dictature, mais pas loin, pour le moins un Etat policier ? Réponse en fin de séjour. Ce qui est certain, c'est qu'il ne parlera pas du projet Pop Corn d'Amesys.

Et pourtant, il y a tant à dire. Surtout quand on se veut l'antithèse de Nicolas Sarkozy qui avait tant oeuvré pour la mise en place des projets Eagle d'écoute globale des réseaux IP dans certains pays, le long d'un câble sous-marin mis en place par un consortium mené par Alcatel (Libye, Qatar...).

Nous l'avons dit et redit, il n'y a pas de "vide juridique" autour de ces technologies dites duales (le Deep packet inspection -DPI-  peut servir pour administrer un réseau ou pour y repérer les opposants politiques). Relayer le storytelling des autorités, comme l'a fait à plusieurs reprises Jean-Marc Manach, ne rendra pas plus vraies ces élucubrations. Il existe un angle d'attaque juridique très simple que nous avions explicité ici. Ce qui ressort de la lecture des textes, c'est que pour vendre (exporter, c'est vendre, jusqu'à preuve du contraire) un tel produit, il faut une autorisation du premier ministre. Le gouvernement actuel, comme le précédent, valide et permet la vente d'un produit dont tout le monde sait qu'il est destiné à pourchasser sur Internet les opposants politiques.

Ici encore, gauche ou droite, peu importe, pour écraser du talon les Droits de l'Homme au profit de bons gros deals sonnants et trébuchants, ils sont tous là, au garde à vous. François Hollande sait parfaitement qu'Amesys installe un Eagle à Rabat et il s'en contrefout.

En même temps, cela se comprend. La galaxie Amesys est importante dans l'écosystème du complexe militaro-industriel. L'année dernière, par exemple, plus d'un million et demi d'euros ont été facturés en matériel à la Direction Interarmées des Réseaux d'Infrastructure et des Systèmes d'Information de la défense, plus connue sous appellation DIRISI. Une paille.

Mais ce n’est pas tout. Tout ce qui compte comme brigades spécialisées dans la guerre électronique de l'armée française est cliente d'Amesys ou d'une des entreprises de la galaxie Amesys. Ne parlons même pas de Bull. Un jour nous dresserons une liste exhaustive.

Amesys avait en son temps et Reflets et le Canard Enchaîné l'avaient raconté, acheté via une filiale de Bull (ServiWare) pour deux millions de dollars de matériel pour créer l'Eagle marocain.

 DaHubbleVisionPowa©, la puissance du DPI au service de  Reflets

Les lecteurs assidus de la saga "Bienvenue chez Amesys" le savent, Reflets a planché une soirée et a créé un clone d'Eagle. Nous écrivions à l'époque :

A base de Zer0Days, injectant des chevaux de Troie un peu partout, à base de sondes DPI subtilement placées par des amis administrateurs réseaux, à base de complicités chez des opérateurs de téléphonie, « DaHubbleVisionPowa© » agrège toutes les informations disponibles sur Amesys. A chaque fois que M. Vannier téléphone (vous voulez son numéro pour lui demander pourquoi il fait du business avec des dictatures ou à quoi il a dépensé ses 3000 euros de liquide pour son dernier voyage en Libye, ou encore, pourquoi Amesys a « sponsorisé » le festival mondial des arts nègres à hauteur de 120 .000 euros ?) ses conversations sont automatiquement retranscrites et ajoutées dans les bases de « DaHubbleVisionPowa© », ce qui permet ensuite de faire de la corrélation.

DaHubbleVisionPowa© nous permet d'avancer sans doute aucun que l'année 2012 a été bien remplie avec Pop Corn. Au dernier dernier trimestre par exemple, les déplacements des spécialistes de la chasse aux pédophiles étaient nombreux. Cher Jean-Michel Apathie, nous n'apportons pas de "preuve" de ce que nous avançons, mais nous sommes prêts à le démontrer devant un tribunal. Pop Corn et Finger étaient au coeur des activités Eagle de la galaxie Amesys en 2012.

Il faut bien superviser la construction du nouveau joujou du roi... Et rien n'est trop beau pour notre ami le roi, François Hollande le sait. Le roi du Maroc, Mohammed VI, est d'ailleurs le premier dirigeant étranger à avoir été reçu par le nouveau président français après son élection.

Qatar, mon ami Qatar...

Il est pas gentil le Qatar ? Ce petit émirat qui est prêt à aider tout le monde ? A déverser des camions entiers de sous-sous pour sauver les pays dits développés mais en grande difficulté financière ? En France, pas une semaine sans que l'on entende parler d'un nouvel investissement des gentils Qataris dans un club de foot, une entreprise, les ban lieues, etc.

Dans ce petit Etat très démocratique c'est le State Security Bureau qui s'occupe de payer Amesys. Le  State Security Bureau est une entité indépendante mise en place en 2003, qui ne rend de comptes qu’à l’Emir du pays et qui lutte, notamment, contre le terrorisme et le blanchiment d’argent sale. Sa latitude dans le choix de ses enquêtes est totale. Une véritable entité démocratique, en quelque sorte.

De tout cela non plus, François hollande n'a pas du parler lorsqu'il a rencontré le premier ministre du pays au cours de son premier mois de présidence...

 

0 Commentaires
Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée