Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
Dossier
par Antoine Champagne - kitetoa

Demain tout sera différent (spoiler : pas du tout)

Privatisation des profits, socialisation des pertes

Vous pensez vraiment que demain sera différent ? Accrochez vos ceintures, ce sera sans doute pire.

la Super Halle d’Oullins fait du local - D.R.

Une grosse crise, c'est toujours un moment intéressant pour observer comment fonctionne le système. Alors que tous les esprits normalement constitués lancent des appels aujourd'hui pour que demain, après la crise du Coronavirus, les choses changent en profondeur, rien ne va changer. Ce sera sans doute même pire. Et les solutions financières pour passer le cap vont préparer la prochaine crise, qui, comme d'habitude sera pire que la précédente.

Ne devrait-on pas tirer les leçons de la crise économique, financière et sanitaire qui secoue la planète ? Produire et consommer local ? Mettre un terme à la financiarisation de l'économie ? Repenser l'écologie comme moyen de soulager une planète exsangue ? Repenser qui on élit pour nous préparer à ce genre de crise ? Ils sont nombreux ceux qui espèrent un avenir meilleur. Votre serviteur le premier. Mais...

Les crises du capitalisme, quand il tousse, c'est souvent. Et à chaque fois, le processus est le même. Les institutions sauvent le secteur financier qui nous a poussé au bord du précipice par son incurie et son appétit féroce pour des profits indus. L'argent gratuit qui tombe du ciel, il faut bien le sortir de quelque part ou, dit autrement le (re)prendre dans les poches de quelqu'un après l'avoir distribué. Ce que viennent de faire - encore une fois - les banques centrales (cette fois elles ont probablement sauvé des hedge funds qui menaçaient de s'écrouler, on le saura dans quelques mois),...

Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée