There’s a storm coming #rev11

Ce titre (une tempête approche) est tiré d’une phrase culte issue d’un documentaire américain fort bien fait sur l’informatique interconnectée (le Cloud, le high frequency trading, tout ça…). Nous vous avons parlé ici de l’actualité de Dominique Strauss-Kahn. Quel rapport entre DSK et ce documentaire nous direz-vous ? Il est simple. Les plans d’austérité drastiques mis en place par les politiques, qui continuent de débiter leur old school bulshit, semblent produire leurs effets. Là ou les politiques continuent de mettre en place les outils permettant de perpétuer le système oligarchique qui a remplacé la démocratie, les peuples souffrent. Normal. Les peuples sont considérés comme des « assets ». Des « ressources ». Ils sont sacrifiés sur l’autel de l’économie, de la croissance. Entendons-nous bien, chacun au sein du mot « peuple » n’est pas logé à la même enseigne. Il y a ceux qui seront sacrifiés sans la moindre arrière-pensée, et il y a ceux qui bénéficieront de ces sacrifices.

Par exemple, l’utilisation des « food stamps » aux Etats-Unis n’a jamais été aussi élevée.

Dans le même temps, 400 personnes aux Etats-Unis représentent à elles seules 10% du total des revenus sur le capital mais sont taxés à seulement 17%.

Le FMI et l’Europe qui se sont trompés de remède pour les pays périphériques en crise augmentent maintenant les doses, précipitant la chute, alimentant le cercle vicieux. Pour preuve, cette déclaration aujourd’hui du représentant du FMI pour la Grèce:

 

« The view that seems to be taking hold is that the government program is not working, » the IMF’s chief of mission to Greece, Poul Thomsen, told an economic conference in Athens.

« The program will not remain on track without a determined reinvigoration of structural reforms in the coming months. Unless we see this invigoration, I think the program will run off track, » he added.

Ce genre de situations, ces plans d’austérité qui sacrifient la majorité pour le plus grand bénéfice d’une minorité (pire si on élargit le périmètre à la planète entière) ne peuvent que provoquer des tempêtes.

Les prémices de ces tempêtes sont déjà là. En voici une petite liste.

Egypte : #Jan25

Espagne : #May15

Espagne : Acampanadas

Manifestations en Grèce (Photos Wall Street Journal)

Manifestations en Grèce (The Independent)

Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: Antoine Champagne - kitetoa

Dinosaure du Net, journaliste à ses heures. A commis deux trois trucs (Kitetoa.com, Aporismes.com et Reflets.info).


3 thoughts on “There’s a storm coming #rev11”

  1. Il est clair qu’à force d’opprimer les populations et de leur maintenir la tête sous l’eau par tous les moyens possibles, il faut bien s’attendre à ce qu’il y ait une réaction à un moment donné. Il est d’ailleurs étonnant que les « élites » aient pu penser que cela n’arriverait pas ou qu’elles pourraient canaliser indéfiniment la colère et l’indignation de plusieurs millions, que dis je de milliards de personnes qui n’ont plus rien à perdre (même pas la vie, comme on le voit actuellement dans les pays arabes) ou pas grand chose et qui ont tout à gagner à exiger des changements.
    Ces marées humaines qui se dressent pour réclamer des changements sont telles un virus qui se répand à travers tous les continents, s’adaptant au fur et à mesure des contraintes qui lui sont opposées. Dans les pays où la couleur des dictatures est clairement annoncée, les gouvernements en sont venus à légitimer le meurtre de leurs concitoyens. En Europe, ce type d’évènements provoquerait leur chute d’autant plus rapidement.
    Déjà en Grèce et en Espagne, il ya des blessés. Combien de temps les militaires et policiers accepteront ils là bas de contenir la colère de gens désespérés et dont ils connaissent les souffrances pour souvent les partager ? Combien de temps accepteront-ils de suivre les ordres de dirigeants qui les envoient à la guerre et les condamnent ensuite publiquement de leur avoir obéi, par peur de passer pour des tyrans ? Combien de temps supporteront-ils de devoir arrêter leurs voisins, leurs amis, leurs enfants pour maintenir en place un système dont ils savent qu’il est contraire aux valeurs fondamentales de la démocratie pour laquelle ils se sont initialement engagés ?
    Tout n’est que question de temps. Chaque pays sonnera, le moment venu, l’heure de son changement.
    Mais ce ne sont pas des prémices de tempêtes que je vois arriver. Ce sont des tremblements de terre et des tsunamis. On le sait déjà, rien ne les arrêtera car le temps est au changement.
    So… Who’s next ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *