Quand l’industrie du divertissement envisage de nous interdire de choisir nos DNS

C’est le séisme du moment : plusieurs syndicats des industries du divertissement audiovisuel (oui autant commencer par détendre l’atmosphère en utilisant un oxymore), ont assigné en référé les plus importants FAI français ainsi que quelques moteurs de
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

46 thoughts on “Quand l’industrie du divertissement envisage de nous interdire de choisir nos DNS”

    1. Oui et criminaliser la possession et exécution de serveurs DNS personnels ;) parce que si on débranche les DNS non-PUR de l’internet français, on pourrait encore les faire tourner chez soi, en en assurant la propagation par un autre protocole (SSH, etc enfin peu importe). Hop saisie du matériel et en taule !

  1. N’empêche que pour une fois on a à faire a des des gens compétant dans leur domaine, et c’est flippant, je préférait le FW OpenOffice…

    Et malheureusement si toute ces prophécies s’avairent vraient, on est mal.
    Sans pouvoir changer de DNS avec un filtrage des IP et tout ça couplé avec ça un bon DPI pour interdire VPN/TOR/I2P/etc (quand il peut pas lire ce qui transite) et Internet (tel qu’on le connaissait) est mort.

    Bah, y restera Facebook et Hotmail, 95% des users s’en rendront pas compte.

    1. Yep, tant que 90% des utilisateurs d’internet ne le sont que pour aller sur facebook ou des mails, risque pas d’y avoir des protestations visibles…
      Quand je pense au nombre de personnes dans mon entourage qui on facebook en page d’accueil, ou qui ne savent pas utiliser une barre d’url, et aller un sur un site sans google, on est pas sorti de l’auberge oui.

    2. Avec Internet, ce qui est bien c’est que si tu a une opinion, il y a forcément tout un tas de gens qui la partagent.

      Le simple fait que cet article existe et qu’il y ait des commentaires montrent qu’Internet ne se laissera pas abattre et qu’il y aura une résistance.

      Personnellement, pour des gens qui s’y connaissent, cette solution me parait quand même vachement foireuse.

      Outre le fait qu’empêcher les gens d’installer des logiciels de résolution de DNS nécessite de placer une saloperie sur chaque PC connecté à Internet, il y a tellement de moyen de contourner ce problème que ca n’en est plus tout a fait un.

      Les DNS ne sont qu’un raccourci pour associer une IP et une chaine de caractère, ce n’est pas indispensable ni à la navigation(gérée de manière transparente par les liens hypertextes), ni pour l’utilisateur qui au final utilisera des moteurs de recherche pour accéder au contenus bloqués tout comme on peux utiliser des plateformes qui référencent des contenus « illégaux ».

      1. Euh, « le DNS pas indispensable à la navigation », faudra m’expliquer. C’est justement à cause des liens hypertexte (qui contiennent un URI donc presque toujours un nom de domaine) que la technique qui consiste à utiliser l’adresse IP d’un site Web au lieu de son nom ne marche *pas* (et ceux qui la proposent montrent qu’ils n’ont pas réfléchi plus de deux secondes).

        1. Les liens hypertextes contiennent des noms de domaine car c’est ce qu’il y a de plus simple actuellement.
          Si une censure au niveau des DNS apparaissait, il serait très simple pour les webmasters de modifier ces liens pour le faire pointer directement sur des IPs et ne rien changer pour l’utilisateur.

          Il ne serais pas bien compliqué non plus de développer scripts et/ou plugins qui iraient chercher les IPs associées aux noms de domaines sur les liens des pages visitées pour les remplacer sur chaque lien…

          1. « Si une censure au niveau des DNS apparaissait, il serait très simple pour les webmasters de modifier ces liens pour le faire pointer directement sur des IPs et ne rien changer pour l’utilisateur. »

            Ça ne fonctionnera pas car la plupart des sites web sont sur des serveurs mutualisés qui partagent donc la même adresse IP. C’est le serveur web qui fait la correspondance entre le nom de domaine demandé et la bonne arborescence de fichiers.

          2. Outre l’excellente remarque d’armand, j’ajoute que la solution n’en est pas une : où ces « scripts et/ou plugins » trouveraient les adresses IP à mettre à la place des noms ? Dans le DNS ? On est ramené au problème précédent. Dans un autre système ? Il faudrait l’inventer d’abord et ce n’est pas de la tarte http://www.bortzmeyer.org/no-free-lunch.html

            D’autant plus qu’il ne suffit pas de le faire une fois : le principal intérêt des noms de domaine est de fournir de la stabilité aux URL (mon blog vient de changer d’hébergeur, grâce aux DNS, personne n’a besoin de changer ses signets) http://www.bortzmeyer.org/pourquoi-le-dns.html Il faudrait donc faire tourner ce programme de remplacement régulièrement.

  2. ils vont avoir du mal à filtrer les VPN utilisés par beaucoup de sociétés dans le cadre du télétravail. Ca ne parait pas très réaliste …

    par contre le coup des DNS oui ça fait peur :/

    1. Pas certain que ce soit un problème pour des gens qui pondent des usines à gaz pareilles.
      Je suis sûr que l’idée d’ instaurer un label « PUR-VPN » à l’initiative des entreprises utilisatrices auprès d’une haute autorité fantoche quelconque la leur mettra mi-molle.

  3. Pour la majorité des sheeple, ce débat est abscons. L’internet se résume à Facebook et YouTube, la question des DNS ne suscite que l’incompréhension, hélas. Pour les autres, il existe pléthore de solutions de contournement, en dehors de celles que les sites visés vont implémenter. Installer son propre serveur DNS (je viens d’en essayer un qui tourne sous Windaube , merci le pire tout pire) comme l’évoque Bluetouff dans son dernier billet. Si le DNS devient un business comme le VPN, nul doute que l’offre triplera. De là à interdire la modification des paramètres DNS sur un système d’exploitation … Et puis, il y a aussi Freenet, I2P et les sites TORréfiés qui seront accessibles en raison de leur routage interne. Et puis il y a … l’avenir ?
    « Web 3.0 : Certains prédisent que le Web va muter pour devenir l’Internet des Machines grâce au Peer-to-Peer (P2P) communiquant directement d’un ordinateur à l’autre sans intermédiaire, signant la disparition des notions de « Serveur » et « Site Web » remplacées par la « Sémantique », mais surtout la disparition du « Droit d’Auteur » qui n’a plus aucun sens dans un environnement P2P dans lequel le contenu est fait pour se répliquer d’une machine à l’autre. La Liberté d’expression des Internautes devient totale, et toute forme de censure obscurantiste est vaine…  » source : http://www.numerama.com/forum/topic/113051-3webee-1er-navigateur-opensource-du-web-30-par-p2p/

    1. « Pour les autres, il existe pléthore de solutions de contournement, en dehors de celles que les sites visés vont implémenter »
      C’est bien vrai, mais bordel, on va finir par passer plus de temps à sécuriser et à débrider nos connexions qu’à surfer ! Et c’est pas le but du tout.

      Quand je vois les conclusions du conseil fédéral Suisse, ça me redonne de l’espoir quant à la possible sagesse de certaines démocratie… et une furieuse envie d’émigrer !

  4. Mon sang n’a fait qu’un tour en lisant le titre : » l’industrie envisage de nous interdire de choisir nos dns ».

    Et puis je lis l’article et là grosso-modo : « puisqu’il y a peu de chance qu’on puisse interdire le contournement des blocages par DNS, il faut envisager le déreférencement dans google »

    Pas de quoi m’empêcher de dormir cette nuit.

    1. J’ai vu de la lumière, j’ai tapé l’incruste :)

      Oui c’est la première, pas faut d’avoir envie mais en général je publie chez moi… Sauf que là je ne suis pas en France et je ne publie rien depuis une connexion que je ne connais sans SSL… Donc envoyé le papier à un tiers de confiance en espérant que ce soit le début d’une belle collaboration dans ces colonnes.

        1. Aucun doute sur le côté « belle collaboration ».

          Tu as bien fait de venir tant qu’il y a de la lumière. Parce que Bluetouff nous dit que « Çaaaaa vaaa être tout noiiiiiiir !!! …  »
          Mais contrairement à ce que chante le pote de not’pov’président, il y a encore de l’espoir.

      1. Quand va-t-on arrêter avec cette légende du « Il suffit de remplacer les noms par l’adresse IP » ? Cet exemple ne marche que parce que le « virtual host » par défaut sur le site de Google est la page d’accueil du moteur de recherche. Mais ce n’est pas le cas partout, loin de là. Par exemple, cela ne marche pas pour reflets.info.

        Donc, je suggère que ceux qui proposent ce remplacement des noms par les adresses IP apprennent comment fonctionne HTTP d’abord. (Cf. la remarque d’armand dans une autre partie de la discussion.)

  5. Le pire dans l’histoire, c’est que la centralisation des DNS ne serait pas si compliqué à mettre en place. Il leur suffirait de faire comme sur le réseau mobile, bloque le protocole en sortie.

    Je suis un peu d’accord, si cette idée venait à leur traversé l’esprit, il faudrait obligatoirement passer par des VPNs. Un peu chiant quoi.

  6. @tous : le contournement n’est pas une solution pérenne !
    Il faut se servir de l’avance (et donc du temps) que l’on a pour empêcher ces lois de passer, pas pour se reposer sur nos lauriers.
    Ces lois ne devraient simplement pas exister.

  7. Suite à la lecture du commentaire de Madouf de 10h06, j’aimerais avoir des renseignements sur cette représentation des adresses IP, ne serait-ce que le nom de cette forme particulière afin de pouvoir commencer mes recherches sur le sujet. Merci d’avance !

  8. Useless.
    Leur filtre leur pètera à la gueule, c’est tout ce qu’ils vont récoltés ces bandes de tarés.
    « C’est le séïsme du moment » > c’est pas des termes que j’aurai utilisé, pas aujourd’hui – vu le nombre de victime :(
    @Baronsed : et oui au jour d’aujourd’hui, les lois sont devenues amorales… mais c’est pas uniquement ceux qui les font qu’il faut regarder…

  9. [quote]faire cesser cet outrage qu’est la galaxie des Allochose[/quote]
    Ça veut dire la fin de Allocine et Alloresto ? o_O

    Désolé, il fallait que je la fasse… Oui j’ai honte…

  10. Pour répondre à Stéphane Bortzmeyer sur le remplacement de DNS.
    Dans le temps, on s’échangeait des adresses dr ftp warez. Dans un futur proche, on s’échangera peut-être des fichiers hosts contenant des listes:
    warez1 @IP1
    warez2 @IP2
    etc…
    et on lancera bien gentiment notre navigateur sur http://warez1, http://warez2 etc..
    les sites webs auront été hackés et se verront ajouter un hostname warez1 qui servira des films de vacances d’été comme au bon vieux temps du ftp warez. Ca ne tiendra pas longtemps, ça sera difficilement traçable, et ça bougera bien trop rapidement pour être coincé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *