Où est l’étincelle ?

Question sans réponse à ce jour : quel est le seuil de tolérance des peuples ? A partir de quel moment précis, de quelle minute, de quelle seconde, un peuple décide que finalement, le contrat social qu’il
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: Antoine Champagne - kitetoa

Dinosaure du Net, journaliste à ses heures. A commis deux trois trucs (Kitetoa.com, Aporismes.com et Reflets.info).

52 thoughts on “Où est l’étincelle ?”

  1. L’étincelle ? et si elle était cachée sous le tas de crédits et de dettes, ceux que plein de gens ont encore à payer pendant 5, 1à? 15 ans…. voire plus ?
    Pas facile pour un ouvrier de se dire qu’il peut tout perdre alors qu’il se fait mal au dos tous les jours pour le payer et bouffer…. Mais ce n’est qu’une vison de fille et petite fille d’ouvrier.
    On a créé des dépendances en poussant à la consommation de crédits, que ce soit à zéro % (sous Mitterrand ?) ou aujourd’hui avec les crédits à la conso.

    1. Je pense que c’est plus généralement la propriété de biens et le conditionnement de la société de consommation qui pousse à avoir toujours plus.

      Le seuil de tolérance est peut-être justement le moment où les gens ne peuvent plus espérer posséder plus.

    2. Oui, le crédit à la consommation.

      Le crédit à la conso, les drogues légales, la télévision, et la fatalité du « marche ou crève », si tu révasses deux minutes à un monde meilleur (ou juste un peu moins stupide) tu vas te faire piquer ton emploi, ta bagnole, ta baraque et ta couverture sociale, espèce de con.

      Le crédit à la consommation, qui fait que même sans argent, tu vas continuer à consommer, enfoiré, tu vas continuer à faire tourner Notre machine, celle qui nous permet d’écouler nos produits manufacturés, nos « servicés gérés » et nos ambiances de vies (en pages « lifestyle », juste après la pub et avant l’horoscope).

      Le crédit à la consommation… Mais derrière, le consumérisme en réalité. Le consumérisme et l’individualisme, les deux mamelles du capitalisme, qui atomisent les peuples et font de nous des insectes solitaires sans puissance, sans organisation, sans solidarité, sans même d’autre perception que nos sens émoussés de consommateurs plus ou moins grassouillets.

      Dès lors qu’on a soigneusement convaincu chacun, à grand renfort de marketing, qu’il était unique, qu’il devait tout faire pour dépasser les autres, qu’il était responsable de la sécurité de sa petite famille, que son avis ne comptait pour rien sauf une fois tous les 5 ans, et surtout, que de nombreux experts et techniciens se chargaient, confort suprême, de tout régler à sa place, de tout gérer pour lui, sans même s’emmerder à lui expliquer les rouages, dès lors qu’on a réussi à lobotomiser le peuple devant la télévision, à « occuper son temps de cerveau disponible » (P. Lelay) et à le convaincre qu’il valait mieux que quelques députés carriéristes « pensent à sa place » (M. Gallo), dès lors qu’on l’a convaincu qu’il ne devait plus réfléchir mais uniquement appliquer une « méthode », une « bible » ou un « conducteur » dans son travail, dès lors qu’on l’a convaincu que quelques anxyolitiques seraient plus efficaces qu’un peu de vacances et de soin de soi, dès lors qu’on l’a convaincu que l’Autre est dangereux, méchant, voleur, profiteur, inquisiteur, et qu’il faut absolument se barricader chez soi, loin des lieux publics, se barricader dans son petit domicile connecté, dans sa petite ville administrée, dans son petit pays souverainiste, dès lors qu’on a fait triompher un individualisme de pacotille, segmenté par les publicitaires et les propagandistes, et surtout, dès lors qu’on s’assure que ses enfants reçoivent une éducation anesthésiante et qu’il continuera à les nourrir et à manger à sa faim grâce au crédit à la consommation et aux industries de la malbouffe lyophilisée, comment voulez-vous qu’elle se produise, cette étincelle ?

      Les peuples qui se réveillent sont des peuples qui ont faim, qu’on torture ou qu’on massacre. C’est pour cela qu’il y a le Printemps Arabe, c’est pour cela que les Grecs sont en rage. Nous, ici, nous avons à la fois le confort moderne, le crédit à la consommation, les smartphones, un gouvernement socialo-libéral pour se donner bonne conscience et appliquer la vaseline avant la prochaine sodo néolibérale. Un petit fumet de xénophobie et de conservatisme, façon années 30, histoire de se compter entre soi, au chaud près du poêle, fustiger les immigrés, les étrangers, les chômeurs, les « salauds de pauvres ». Oh, de temps en temps on donne en pature un Eloi, un riche évadé fiscal, histoire de satisfaire les pulsions, mais surtout pour assurer la sécurité et l’impunité de tous les autres.

      Les autres ? Les 1%, les oligarques, les néoaristocrates de la politique, de la finance, de l’industrie et des médias, les tycoons des Bildebergs, les barons boursiers, les marquis banquiers, les gestionnaires, les rois du marketing, les théoriciens de Chicago, les starlettes de l’entertainment politique et les apparatchiks du Spectacle. La fine couche dorée des winners, des « capitaines d’industries », des multimillionnaires de l’actionnariat transnational, des politiques inamovibles, des médiacrates laveurs de cervelles. Ceux qu’on aurait pendu, guillotinés ou écartelés en place publique s’il nous restait des couilles et un cerveau.

      Les Elois vivent dans la lumière, et les Morlocks sous terre. Vous vous êtes pris pour qui ???

      La démocratie ? Mouhahahahahahaa, vous y croyez encore ? Vous y avez cru, sérieux ? Vous pensez que vous dirigez réellement parce qu’on vous laisse voter pour nous à intervalles réguliers ? Mais regardez bien, que ça soit la constitution européenne en 2005 ou la règle d’or en 2012, quand c’est vraiment important, vous croyez qu’on vous demande votre avis ? Ho, le jour où vous vous appellerez Goldman Sachs, Morgan Stanley ou Moody’s, on vous prêtera une oreille, mais sinon, circulez les veaux, y a rien à voir.

      On n’a pas encore trop trop digéré votre petit hold up au Parlement européen, là, celui qui a saboté notre joli traité ACTA. Mais au cas où vous ne le sauriez pas, vos impôts et les fonds de nos amis de l’industrie financent nos technocrates pour vous en pondre 10, des ACTA, bien dodus, bien complets. Z’êtes pas près d’en sortir. Vous allez continuer à consommer, l’heure est au capitalisme cognitif. Pendant que les asiatiques manufacturent vos fringues et vos smartphones, on va vous vendre du service à tour de bras, avec vos propres données, vos propres contenus, vos propres vies. On va vous faire boire votre propre merde, mais comme on met un turban rose autour, ça nous permet de vous la facturer pile poil à hauteur de votre crédit à la consommation. Démerdez-vous pour les intérêts, n’avez qu’à travailler la nuit.

      Consumérisme et sécuritarisme. Marketing et police. Voilà les deux points cardinaux du nouveua totalitarisme. « Our improved formula : Kapitalism ». Cette fois, le kapo, c’est vous, c’est votre voisin, c’est tous ceux qui ne veulent surtout pas perdre cette qualité de vie, et qui vont continuer à gâcher la leur pour la gagner.

      Rien que ça, ça aurait du vous mettre la puceà l’oreille, bande d’idiots. Vous croyez vraiment que vous devez « gagner vos vies » ? GAGNER VOS VIES ? Hé, c’est le seul truc gratuit que vous avez eu, depuis le début !!!!!!

  2. Que ce billet est naïf ! Lors des révolutions, les combattants ont des motivations tout autres que la démocratie et le bien-être de la population. Les communistes d’antan et les islamistes d’aujourd’hui n’ont d’autre buts que d’accéder au pouvoir et d’instaurer un régime plus totalitaire et plus répressif que le précédent.

    Les civilisations ne se construisent pas avec les guerres, elles se détruisent au contraire. Donc sauf crise majeure (ex. famine…), il n’y aura jamais d’émeutes dans notre pays.

    Enfin, la révolution de 1789 a dure quelques années. Par contre, il a fallu plus d’un siècle pour que la France mérite le nom « d’état de droits », notre démocratie est imparfaite il est vrai. Les vrais progrès ne peuvent être accomplis que sur de longues durées et non sur des coups d’éclat.

      1. de toute façon, aprés la fin de la destruction des Etats ( qui survivront un peu à la disparition même du leurre démocratique , puisque ce n’est plus une utopie mais un leurre ) ce sera vraiment la fin de l’Histoire … et l’avénement du marché absolu …
        ce sera si simple , le code du travail à 2 articles
        article 1 : l’Entreprise a toujours raison
        article 2 : en cas de doute, reportez vous à l’article 1
        ce sera si simple , le nouveau code de la consommation à 2 articles :
        article 1 : l’Entreprise a toujours raison
        article 2 : en cas de doute, reportez vous à l’article 1

        on y viendra , vite …
        ils ont déjà réussi a faire apprendre ce credo à une grosse part de la jeunesse …

    1. Ah lalala, ils commencent à me gonfler les blasés.

      Je me demande toujours ce que des gens comme vous disaient à l’époque de la révolution Française ? « Boarf ça changera pas grand chose »

      Je me demande toujours ce que les gens comme vous disaient à l’époque de l’esclavage : « Boarf ça a toujours existé, je vois pourquoi on se prendrait la tête à constater ou non notre propre barbarie »

      Et je me demande toujours si les gens comme vous ont compris des phrases comme : « l’histoire se répète »…En fait, je pense qu’il y a plusieurs limites à ce lieu commun, totalement accepté :
      Déjà c’est un raccourci de pensée, une facilité…Et non une loi scientifiquement prouvée.
      Ensuite, l’Histoire (et l’éco, la socio…) sont des sciences humaines et tout ceux qui s’amusent à prédire quoi que ce soit passent souvent pour des gros nuls quelques pairs d’années (mois) plus tard
      Finalement, l’Histoire ne se répète pas vraiment, certains schémas reviennent mais l’homme a pris en main son destin (pour le meilleur et le pire) et au final l’Histoire est nouvelle tous les jours.

      Tout ça pour dire, que j’aurais tendance à être vachement plus humble que vous et à dire : « franchement je ne sais pas si une révolution est possible mais je pense que d’après ce que nous enseigne l’Histoire il faut réunir des facteurs nombreux et complexes (à la fois sociaux, économiques, symboliques, etc etc) pour qu’une révolution se déclenche en se basant sur les précédentes observations de l’Histoire humpaine ».

      Ou sinon, on pourrait dire : « La révolution c’est très français comme procédé et comme souhait…Aux Etats-Unis par exemple ils font pas de révolutions…par contre ils se font buter leurs présidents » ( Abraham Lincoln, James Abram Garfield, William McKinley et John F. Kennedy)
      Le pays, voire le monde, aurait été différent si un ou plusieurs d’entre eux n’avait pas été tués.
      (ce paragraphe était juste là pour dire qu’il y a plusieurs sortes de bouleversement historiques (autre que la révolution et la guerre) qui des conséquences directs sur l’avenir du monde/pays)

      1. D’accord avec toi :) J’ajouterai ceci : celles et ceux aux manettes qui n’ont pas intérêt à ce que cela change (intérêt personnel, ou autre) ont tout intérêt à rendre les gens indifférents, passifs, désabusés. En un mot : blasés.

        Ne le soyons pas ! Ça n’en vaut pas la peine…

      2. Effectivement, la révolution française n’a pas changé grand chose pour ceux qui l’ont connu. Les conditions de vie des anciens esclaves ne se sont pas améliorées juste après l’abolition.

        Il faut des dizaines et des dizaines d’années pour que les progrès découlant de ces événements soient visibles.

  3. @Ju
    L’étincelle ne vient jamais des plus pauvres mais plutôt de la classe au dessus, celle-qui peut encore se permettre de perdre un peu mais qui se voit inexorablement déclassée. Le problème, c’est que cette classe intermédiaire existe de moins en moins, tant l’écart se creuse entre les riches toujours plus riches, et les pauvres toujours plus pauvres.

    1. De ma(tres courte et tres faible) experience des revolution en Egypte, Syrie, Tunisie, ce que j’ai pu voir c’est que ce sont les gens qui n’avaient plus rien à donner à manger à leur gosse, qui se bougeaient.
      – Au Caire, par exemple, il y avait des manifs quasi chaque semaine avant la revolutions : ouvriers, handicapés qui ne touchaient pas leurs primes, etc.
      et c’est d’eux qu’est partie cette révolution. Après, rien ne parlait. Il y a eu plusieurs immolations juste apres la Tunisie et…. rien. On s’est même demandés si ça partirait un jour, je me souviens même avoir été très pessimiste et réservée à ce sujet, à force de couvrir des immolations (trois, quatre ?)
      – Alors oui, tu avais aussi les activistes, blogueurs, qui, aidés notamment par Gamal Eid, ont publié un journal papier sur la réalité du terrain, reprenant leurs billets, qu’ils distribuaient aux politiques, etc. en leur disant « voila ce qu’il se passe » parce que les hautes spheres étaient déconnectées (sauf pour réprimer) de ce qu’il se passait sur le web. Ceux-ci, je te le l’accorde, ont plus un profil études universitaires, ou ingenieurs, etc. Donc avec un peu de moyens (mis à part l’université du Caire, les frais de scolarité étaient très élevées) C’est le cas de Shainaz (deux diplomes d’ingenieur et un diplome de journalisme en français), de Waël Abbas par exemple. Mais tu en as aussi certains qui ne bloguaient qu’en arabre parce que ne connaisasnt pas d’autres langue, sans background étudiant et plus modestes, aussi engagés, doués, que les autres.
      La classe juste au dessus avait peur de perdre le peu qu’elle avait, justement, au début. Mais certains apportaient à manger tous les jours sur tahrir après le travail parce qu’il pouvaient se le permettre, comme Hedy Goard qui vient d’une très grande famille, par exemple, mais des gens beaucoup dans l’opposition.
      Ce n’est pas si facile que toi et moi pouvons l’imaginer, je crois, finalement… c’est un peu un melting pot de bonnes volontés qui viennent de milieux sociaux divers.

  4. La cause de tous nos problèmes actuels est unique, c’est la synchronisation du pouvoir économique et politique, et cet état de fait est permis par notre vache sacre qui est notre institution « élection ». Cf. Etienne Chouard. https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=3uu_NdsPoHQ
    ou
    http://www.le-message.org/?p=66
    Et si vous n’êtes toujours pas convaincu, alors il suffit de faire une rétrospective historique des manipulations politiques du peuple sur les deux derniers siècles avec les vidéos d’Henri Gillemin à la Télévision Suisse Romande qui vous apprendra sûrement beaucoup sur notre régime actuel depuis la révolution.
    http://gillemin.blogspot.fr/
    Après normalement, la situation actuelle vous paraîtra toute logique.

    1. Complètement d’accord :)
      Je suis le blog d’Etienne depuis un bon moment (il fait un travail colossal d’ailleurs) et plusieurs articles que vous écrivez ici trouvent à mon avis une réponse dans son travail (et il y a souvent un commentaire pour le citer d’ailleurs!)

  5. Naïf, ce billet ? Juste et pertinent. Il pose de bonnes questions, et la seule qui vaille : pourquoi le peuple ne se révolte-t-il pas face à tant de vilenies ? La réponse est simple : en occident, il n’a pas encore assez faim…. Et peut-être que justement, ce pauvre homme à qui l’on a coupé les vivres… Que fait-on pour amplifier sa voix ? A part pérorer dans les blogs, hélas…

  6. Pourquoi rien ne bouge ?
    Prenons le cas de la France, un peuple bien éduquer, dans le souvenir glorieux de 1789. Ils avaient un embryon de solution lorsque le joug royal fut trop important. Les philosophes des lumières leur ont donné les idées pour imaginer l’avenir.
    En 2012 qu’avons-nous ?
    Tous nos « philosophes » connus font partie du système, les contestataires ont très peu accès aux médias, et ils n’ont pour la plupart pas de vision d’un autre monde. On ne peut compter sur les économistes (aucune justification à fournir, je pense). Le reste du paysage intellectuel français et à l’avenant.
    Comment faire bouger un tel pays ?
    On ne peut faire comme avant proposer une direction vague et attendre le personnage providentiel. Il faut un projet complet, un nouveau contrat social, des mesures déjà écrites. Tant la direction que les étapes doivent déjà être présentes au début de l’action.
    Une petite contribution.

    1. Le peuple, et ses leaders d’alors, aptes à transmettre et diffuser ces idées. Ne les oublions pas ! Car sans vouloir trop m’avancer, il me semble que le « peuple » parisien (mot vague s’il en est) était majoritairement illettré.

  7. J’ai beaucoup aimé cet article…

    L’étincelle? franchement, je pense qu’elle ne peut venir que d’une chose : des gens eux mêmes. Je parle pas d »une révolution… J’y crois pas ou plus je ne sais pas… Mais des gens eux mêmes. De toutes nos petites actions au quotidien, de nos changements de façon de fonctionner, de notre volonté de sortir de nos raisonnements binaires (ça c’est bien, ça c’est mal…). Si on arrivait chacun à faire coïncider nos actions et notre éthique alors l’étincelle viendrait.
    Mais c’est pas gagné!!!! et ce n’est pas attendre un personnage providentiel qui compte c’est juste que nous tous on récupère notre cohérence et un minimum d’éthique. Là oui les choses changeront.
    Hier j’ai entendu Angelica Ionatos parler de son pays (qui est aussi celui de mes aïeux) qui raconte comment les grecs ne peuvent plus se payer ni même trouver leurs médicaments (insuline ou autre), comment ce peuple est devenu morose, triste, violent, raciste. Il y a quelques mois un homme se suicidait dans les rues d’athènes par désespoir! C’est terrible.

    Blasé? oui peut-être… Fatiguée oui sûrement… Fatiguée de voir que rien ne change, et que les français et les autres ne sont pas encore capable de prendre en charge leurs idéaux.

  8. Ça commence à devenir fatiguant d’opposer le bon peuple oppressé et exploité aux dirigeants tous vils et corrompus.
    Que je sache il y a pas mal de dictateurs, parmi les plus sanguinaires, issus des basses-couches de la société.

    « Que veut le peuple ? »
    Le peuple n’est pas une entité qui sait ce qu’elle veut. Le peuple est composé de diverses gens qui votent FN, PS, UMP, Ecolo, Royalistes, Communistes ou qui ne votent pas du tout.

    Une révolution ce n’est jamais que faire un tour complet pour revenir à son point de départ et après, nihil novi sub sole.

  9. A mon avis, puisqu’on est dans le domaine des hypothèses, une inflexion majeure pourrait avoir lieu au passage de l’autre côté du pic pétrolier, et autres énergies qui commencent à faire défaut.
    Tout ce que nous consommons est plus ou moins à base de pétrole ou de dérivés, à l’exception de la nourriture elle-même. Certains prévoient une diminution de 5% par an, à partir de 2013, du pétrole. Les prix vont flamber, les tensions sociales vont s’exacerber…
    Quant à « l’étincelle », c’est un peu l’équivalent du « grand soir ». Une image d’une explosion générale de mécontentement que je vois de plus en plus mal se produire. D’ailleurs, comme le dit l’article, où mènerait-elle ? Le pire n’est jamais certain, mais il n’est pas à exclure non plus. Enfin, ce que j’en dis…

    1. Les engrais sont faits à partir de pétrole, les pesticides aussi, donc une grande part de la nourriture est aussi à base de pétrole.
      Et donc oui, ça explosera, mais cela aura juste pour effet d’augmenter l’entropie et d’épuiser les ressources plus vite.

      1. C’est donc pire, tu as raison….
        J’ai oublié l’eau, qui s’épuise très vite, et malheureusement dans les endroits où elle manquait déjà, qui sont souvent des zones conflictuelles, comme la Palestine. Quelque soit la thématique qu’on choisisse pour anticiper un peu, c’est bouché – politique, ressources, conflits, commerce, libertés..

  10. En cas de coups dur, à mon avis il y a deux solutions:
    – le peuple lache le gouvernement, ce que tu explique très bien dans ton article
    – le peuple fait block derrière et met de coté ses querelles internes (usa après le 11.09, Iran après l’invasion irakienne, …). Cette option est aussi possible en europe (par exemple via un reflexe extreme droite/identitaire).

    Pour la Russie mon côté russe se doit de réagir:

    La Russie a peut etre préparé un conflit en Géorgie mais n’a pas déclenché les hostilités.

    La Russie est une poudrière ethnique et religieuse. Laissez insulter l’église est prendre un risque de radicalisation des nationnalistes (et en Russie c’est pas des clowns comme au FN, ce fait vraiment peur).

    Je pense que l’affaire des Pussy est plutot mineur (un magistrat qui fait du zèle stupidement). Je pense que on surestime l’influence de Poutine sur ces choses là.

    Perso j’ai voté Poutine meme si je le soutien pas sur la politique interieur. Lui seul a la poigne necessaire pour tenir la Russie. Avec qqn de faible (Elstine, Tchernenko, …) ce serait pire: les mafias et grandes entreprises reprendraient le pouvoir comme dans les années 90.

    En Occident on veut la démocratie (en Syrie, Irak, …) mais quand c’est impossible. Moi j’accepte en régime autoritaire si je pense que c’est la meilleur solution.

  11. Avec ce genre d’édito , Reflets est bien parti pour une carrière à la Rue89, ou encore mieux du Inrocks bouffi de suffisance humaniste.

    « Pourtant, les principaux responsables sont sans doute les peuples qui ont accepté et continuent d’accepter les décisions ou l’absence de décisions des politiques. »

    Quand on a écrit ça, on sent comment ? Enfin l’égal d’un Philippe Val ou d’un Jean Quatremer ? On cherche à faire carrière, Kitetoa ?

  12. A mon avis, pour avoir les quelques reponses posees par l’article, il suffit de se referer aux articles expliquant les moyens de controler son peuple…

    http://reflets.info/leviers-du-pouvoir-orgueil-et-crainte/
    http://reflets.info/obeissance-et-auto-regulation/

    En gros, pousser le peuple a « accepter » le pouvoir, que ce soit en le persuadant que l’alternative serait pire, et que, de toutes facons, le systeme en place est tellement superieur a tous les autres.

    L’etincelle donc? Elle ne survient que quand plusieurs autres conditions sont reunies. Sinon, ca finit en petard mouille.
    Pourquoi un homme qui s’immole en Tunisie a entraine des revolutions dans plusieurs pays, alors que la meme chose en France a fait un encart dans le journal? Le contexte.

    Beaucoup en France sont degoutes par leur gouvernement, mais ils ne sont pas encore assez nombreux a avoir un reel sentiment de revolte. Entre ceux qui sont encore convaincu que le systeme en place est « bon » (voire meme « parfait » aux yeux de certains), ceux qui sont trop blazes ou oppresses par leur vie quotidienne, et ceux qui sont revoltes mais isoles, les conditions en France ne sont pas encore reunies. Mais si on continue sur cette voie, ca va venir. Question de temps, d’opportunite.

    Je suis a peu pres sur, cependant, que l’etincelle viendra d’un autre pays d’Europe. La Grece ferait un bon candidat… malgre quelques departs de feu rates, le contexte y est encore assimilable a une poudriere.
    Le francais ne me semble pas encore assez desabuse pour basculer: la derniere presidentielle s’est passee sans aucune surprise, franchement aucune.

  13. Ca peut aussi péter en banlieue…9a s’est déjà produit…Puis peut etre un retour de gens pret a tout,style action directe ou brigades rouges…Une hypothese reste une hypothese..

  14. C’est un post amusant.

    L’étincelle a bien eu lieu, dans la tête des dirigeant réunis au « State Of The World Forum » de 1995.

    Bientôt, la technique fera que 20% de la population mondiale suffit à produire tous les biens et services nécessaires aidés par des robots et des logiciels.

    Question: qu’est-ce qu’on fait des 80% superflus ?

    Deux réponses possibles, et non mutuellement exclusives :

    1/ On en fait des crétins militants, chicaneurs et procéduriers en organisant l’ignorance et abolissant toute forme d’esprit critique. On les isole le plus possible les uns des autres pour qu’ils ne se regroupent pas et on les persuade qu’ils sont responsables de leur sort.

    Illustration du degré de pénétration de cette technique : « Pourtant, les principaux responsables sont sans doute les peuples qui ont accepté et continuent d’accepter les décisions ou l’absence de décisions des politiques. »

    2/ On les tue en déclenchant la plus grande guerre jamais vue, celle qui fera plus d’un milliard de morts. On verra sans doute un de ces jours un missiles partir, probablement du sud Liban, probablement vers Israël. On pourra accuser qui on veut, la peur organisée par les médias des « terroristes islamistes d’AL-Qaeda » (soit environ 1500 personnes en tout selon les études sur la question) fera le reste.

    Tout cela dit, il semble malheureusement que le point de non-retour est passé. Il n’y aura pas de solution passant par une réforme.

  15. Moi j’ai quand même l’impression que le succès d’une révolution est lié au fait que les flics (*), qui appliquent par la force les décisions du gouvernement, adhèrent au mouvement de contestation ou pas.

    Tant que les cars de police dégorgeront de CRS prêts à taper sur tout ce qui bouge & plus particulièrement si ça porte une caméra, les révolutions n’iront jamais bien loin.

    La question pour moi est donc – comment discuter avec un flic, qui par « fabrication » a été formé pour ne rien entendre sauf la voix de son maître ?

    On l’a vu dans les révolutions arabes – c’est lorsque les « forces de l’ordre » ont changé de camps que les choses ont véritablement évoluées. Sinon, simplement il y a simplement un pourrissement de la situation.

    Une autre solution (mais il faudrait – utopie – une action concertée) c’est qu’une très grosse partie des gens acceptent de tout perdre et n’aillent plus au boulot, ne payent plus leurs impôts, et se démerdent par le troc ou autrement (monnaie locale ?)
    Dans ce cas-là, il y aura forcément des boucs émissaires, des gens qui seront « pendus » en exemple par des flics & des juges jusque-boutiste, mais ya un moment ou simplement, il n’y aura plus assez de « volontaire » pour jeter en prison de simples personnes sans histoires jusque-là.

    De toute façon, là, il semble qu’on soit à la veille d’un 1929 puissante 1000, donc il y a bien un moment où l’état va se désagréger. Et là, la question sera bien: De quel coté seront les tonfa ?
    (Et moi, je soupçonne assez fortement :-( que c’est en prévision d’un tel jour que, pour ces flics, les braises de l’ultra-nationalisme ont été attisées depuis longtemps, pour que le jour où ça va claquer, tout ce corps de métier se retrouve « du bon coté » de l’obéissance…)

    (*) Qui n’ont de « gardien de la paix » que le nom…. Il sont plutôt « gardien des élites… »

  16. je crois qu il y a 2 choses distinctes. la rebellion et la revolution
    par exemple au moyen age il y avait regulierement des rebellions. toutes ecrasees. La revolution de 1789 a elle reussit car elle ne consistait pas uniquement a se rebeller mais il y avait un ideal derriere

    si on continue le parallele historique, on a maintenant regulierement des jacqueries (amiens est la derniere en date) mais comme le zy-va de banlieue ne propose aucune alternative, ca ne va pas tres loin

    sinon pour info l etincelle de la revolution de 1789 c etait les caisses vide de l etat et la necessite d augmenter les impots. Seul probleme, une bonne partie des francais de l epoque avait le ventre creux suite a de mauvaise recoltes. ils n avaient donc pas grand chose a perdre

    En france actuellement, non seulement quasiment personne souffre de la faim mais beaucoup de gens ont beaucoup a perdre. Si on ajoute a ca le fait que la france est de plus en plus un pays de vieux, c est pas demain qu il y aura une revolution

  17. Elle est où l’étincelle ?

    Je vous donne un indice par métaphore, et vous comprendrez immédiatement pourquoi ce cartel de mafieux capitaliste s’attaque et cela grâce à la complicité de nos politiciens corrompus, à remodeler nos lois pour leurs propres interêt peut importe les méthodes et les conséquences sur le peuple.

    L’étincelle à déjà eu lieu, je dirais même sans hésiter que la fumée à laisser apparaître un début de flamme, les prémices d’un grand feu.

    L’explication est toute simple c’est de la physique.
    Dans un circuit éléctrique lorsqu’une résistance est mise en court-circuit, le courant s’orientera sur la section neutre.

    Imaginez que des citoyens, ces consommateurs potentiels pour toutes cette graveleuse industrie et leurs actionnaires, puissent librement court-circuiter ce schéma ?

    Comment pensez-vous que ce groupuscule de vieilles croutes réagirait ?

    Et c’est bien ce qui est en marche, l’économie en P2P d’échanges de trocs, etc.., entre citoyens, avec l’aide de la micro-informatique et des technologies de l’internet.

    Nous nous passerons de FAI, d’Hypermachés, d’intermédiaires, nous serons autonomes, et rien ne pourra l’empecher.

    Ce jour là nous remercierons ces charlatants par ces quelques mots,

    YOU ARE FIRED !

  18. Je me suis donné du mal dans la rédaction du message posté hier soir.
    De toute évidence il n’a pas survécu à la modération.
    Il y avait pourtant beaucoups à apprendre de celui-ci et des réponses à la question posée: « Elle est où l’étincelle ?. »

    Quels sont donc vos motivations pour bloquer mon message ?
    Quelles sont vos motivations et objectifs, reflets.info ?

    Enfin je/nous ne sommes pas les perdants dans cette histoire, mais bien vos lecteurs.

  19. Quelqu’un faisait remarquer que les « Roms » (appellation approximative et extensible) étaient le bouc émissaire idéal :

    – Ils se défendent très très mal.

    – Ils sont déjà dans une situation difficile avec la collaboration de la loi : Ils sont l’objet de régimes spéciaux discriminatoires jamais aboli qui rendent par exemple leur embauche beaucoup plus compliquée que pour un citoyen européen « de première classe » même avec la nationalité française.

    – Il n’y a que très peu de personnes pour les défendre, et beaucoup par contre pour leur casser du sucre sur le dos avec une palanquée de préjugés moyen-âgeux, d’affirmations gratuites et de mensonges éhontés.

    – Dans leur pays d’origine (on parles des étrangers puisqu’on ne peux pas « renvoyer chez eux » les Français), ils ne sont ni mieux traités, ni moins discriminés, ni mieux défendus. C’est d’ailleurs en fin de compte la principale raison de leur venue dans le « pays des droits de l’homme » (et du gouvernement de Vichy).

    Et n’oublions pas que la mode médiatico-politique entraine « les veaux » vers le sécuritarisme et la politique du FN avec de louables efforts fournis par l’UMP de dépasser le FN par la droite et par le PS pour se (nous?) vendre a tous les ultralibéraux pour qui la notion de patrie est surtout synonyme d’optimisation fiscale, jeux d’argent et de fuite des responsabilités.

    C’est beaucoup plus facile de taper contre plus faible que soi et de l’accuser de tous les maux que de se retourner contre le fort qui vous écrase et vous arnaque.

    C’est la même démarche perverse que celle de l’homme alcoolique qui, après avoir joué au casino, va cogner sa femme « parce que c’est sa faute ».

    Comme le proverbe chinois dit : Quand on frappe sur un chien avec un bâton, le chien attaque le bâton.

  20. Trois ans plus tard, je regarde cette vidéo d’USUL sur ma génération (http://www.dailymotion.com/video/x2qygtn_les-jeunes-la-generation-y_news) et me demande toujours où elle est, cette étincelle.

    Trois ans plus tard, je relis cet article et je repense à tout ce qui s’est passé ensuite. A tous les délires supplémentaires du monde financier, des catastrophes faites au nom de l’argent.

    Bon dieu, mais quelle étincelle ! Qu’est-ce qu’elle se fait désirer !

  21. La laisse avec laquelle ils nous tiennent, c’est le fric.

    Donc, comme début de solution:
    – consommer au maximum dans des circuits courts/locaux,
    – payer tout en liquide,
    – démissionner de son job et travailler gratuitement.
    – boycotter tous les produits dont on est abreuvé de publicité dans à la TV et dans la rue.
    – boycotter la TV
    – utiliser du logiciel libre

    Et communiquer sur ces sujets et sur les façons de se passer des systèmes pyramidaux (supermarcher etc…)

    Mais c’est sûr que ça prendra des années…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *