Politiques : Il est temps de désarmer les marchés !

C’est la crise… L’irlande, le Portugal, la Grèce, et maintenant l’Espagne, avant l’Italie et la France… Tout s’écroule chaque jour un peu plus. Après l’Europe, le Japon et les États-Unis devraient suivre. Que restera-t-il du
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: Antoine Champagne - kitetoa

Dinosaure du Net, journaliste à ses heures. A commis deux trois trucs (Kitetoa.com, Aporismes.com et Reflets.info).

50 thoughts on “Politiques : Il est temps de désarmer les marchés !”

  1. Certains interprètent la situation actuelle comme une guerre livrée entre investissement et spéculation. Bien sûr on peut vouloir désarmer l’ennemi, cela mettrait fin à la guerre. Ce serait du point de vue des spéculateurs une armistice.
    Mais s’ils se battent n’est-ce pas justement parce qu’ils en ont les moyens.
    Les mesures proposées ici ne dépendent pas du courage des politiques. Les politiques ont clairement montré depuis vingt ans qu’ils sont les conseillers en image du camp des spéculateurs, on ne doit rien attendre d’eux, ce serait à mon sens une erreur de penser que l’allié historique des spéculateurs pourraient changer de camp.
    Pourquoi le feraient-ils puisque les citoyens doivent être convaincus plutôt que représentés ?

  2. Bien, mais pas grand espoir du côté des politiques. Aucun n’aura le courage, ni la volonté d’aller, dans un premier temps à rebours de la pensée actuelle des dirigeants européens, tasuniens ou japonais.
    La lâcheté du politique face au monstre qu’il a contribué à créer est colossale.

    A part leur mettre une lame sous la gorge pour les forcer à se réunir…

  3. Pierre Larrouturou propose justement un nouveau Bretton Woods, ce qui va dans ce sens.

    Le problème n’est pas du côté des solutions. Les solutions, ça n’est pas ce qui manque, il y a même un gros consensus qui se dégage sur les plus importantes (notamment la réforme du système bancaire).

    Le problème, c’est de faire en sorte que les personnes élues un peu partout dans le monde pour gérer les états au nom du peuple fassent leur boulot.

    Pourquoi pas une manif’ pan-européenne par semaine, pour commencer?

    1. Pour ça, il va falloir trouver les arguments qui fassent mouche.
      Il faut arriver à mobiliser les citoyens, et ce n’est pas avec les relais dans les médias que ça va être simple.

      Il est nécessaire de réitérer 2005 avec le TCE. Mais il va falloir s’attendre à un propagande puissance 10, puisque il va falloir toucher aux petits intérêts des éditocrates, des politiques, des financiers.

  4. Jacques Généreux (économiste, FG) proposait un principe très simple et très sain : tous les produits financiers sont interdits, sauf ceux qui sont explicitement autorisés. Ça empêcherait les financiers d’exercer leur imagination à la recherche d’une nouvelle invention débile.

      1. Je pense que c’est plus son côté économiste que FG qu’il faut regarder, là :)

        Dans ce cas précis, le politique n’interfère pas, il propose – libre aux citoyens d’être d’accord ou pas.

      2. Je comprends pas cette remarque, tu sembles dire le contraire dans l’article : «Les politiques ont peut-être moins de moyens financiers que le secteur, mais ils ont le pouvoir de légiférer. Et donc, d’interdire tout ce qu’ils ont autorisé jusqu’ici.»

  5. « Il ne faut pas être devin pour savoir qu’après une révolution portée par de beaux idéaux, le pouvoir qui se met en place est généralement de la pire espèce. »

    Ce ne serait pas confondre coup d’état et révolution?
    De tête, les cas de réelle révolution par le peuple se sont plutôt bien passées par la suite, non?

  6. Je ne sais plus ou j’ai lu ca, mais cette phrase etait amusante: « l’etre humain n’aime pas prendre des precautions contre les catastrophes car il croit que cela les provoque. »

    Au final, les politiques ne prennent pas de mesures contre les debordements de la Finance pour plusieurs raisons.
    – par conviction que le secteur se regulera de lui-meme (pour les rares qui sont de bonne foi)
    – par interets convergents
    – par peur du pouvoir economique qu’il represente
    – par godilloterie (je soupconne un paquet de rentrer dans cette categorie… ignorons-les: ils changeront d’avis en meme temps que leurs chefs)
    – ou simplement par desinteret (les consequences, c’est pour « les autres », comprendre les autres pays, les plus pauvres qu’eux, …)

    (Je ne saurais tenter d’attribuer une motivation specifique a des individus precis…)

    Au final, changer les choses demande deux outils:
    – un peu de courage politique (pas si difficile, il leur suffit de se souvenir qu’ils n’ont [helas] aucune responsabilite a assumer au final… qu’ils se servent de ca dans le bon sens pour une fois)
    – un peu de pouvoir (genre la presidence et une assemblee majoritaire)

    Apres, c’est sur, revolutionner la finance tout seul dans son coin, ca va montrer ses limites. Mais si un peuple soutient une fois ce genre de changement, malgre les difficultes initiales (faut pas se leurrer, il y aura des sacrifices), ca pourrait ouvrir un mouvement plus global.

  7. Les Politiques sont malheureusement trop liés aux acteurs de la Finance pour ne serait-ce qu’avoir l’idée de désarmer leurs amis et camarades de promo…
    La Finance ne peut qu’aller au bout de son oeuvre auto-destructrice. La crise et le conflit majeur qui se profile est une fatalité désormais.

  8. Il faut surtout, avant d’interdire quoique ce soit aux autres, s’interdire à soi-même d’emprunter aux banques, car les banquiers ne sont riches que de nos dettes.
    « Etablir un marché par capitale, ne pas relier les marchés entre eux. »
    Saviez-vous que certains spéculent sur le fait que les logiciels d’achat/vente possèdent des bugs de timing de façon à ce que cela leur rapporte ? Comme gain plus virtuel, on ne peut pas.

  9. Vous n’avez pas pensé au fait qu’ils savent exactement ce qu’ils font et que tout ceci est juste programmé? Que cet effondrement est très largement programmé? Ce sont des gens qui sont à la tête du monde, ils sont d’être abrutis. Tout comme nos politiciens savent (pas tous, bien sûr) aussi vers quoi l’on se dirige. Quand on voit les décisions fumeuses prises par l’OTAN…

    Le peuple ne branle, généralement, rien. On les laisse faire. Donc ça m’étonnerait franchement pas que si ils continuent sur leur lancée c’est bel et bien parce qu’ils préparent quelque chose d’assez grand pour nous entuber. Quelque chose qui dépasse bien largement le diamètre de la gouttière.

  10. J’ai du mal à saisir en quoi la séparation des banques ne peut ou/et ne doit pas faire partie des solutions à envisager pour changer de système.
    Une bonne partie des produits financiers exotiques sont issus de ce mélange des banques. Il me paraît donc que cette première mesure entamerait la mise à mal du système financier que nous connaissons.

    Sur un autre plan, il me semble que nos politiciens sont bien informés des dérives de ce système. Leur pouvoir de légifération est congru à leur possibilité de se faire (ré)élire / entendre. Et les élections ne sont qu’un leurre de démocratie représentative puisque:
    les personnes qui se présentent doivent avoir les reins financiers pour avoir une représentation (écrémage par l’argent)
    les personnes qui se présentent défendent des intérêts et non pas des idées (écrémage par les intérêts)
    les intérêts d’aujourd’hui se chiffrent, se mesurent, s’évalue avec l’argent (définition des intérêts uniquement par la monnaie)
    En somme, quant bien même ils voudraient le faire, la majorité ne les entendrait plus puisqu’une minorité oligarchique ayant la main-mise sur ce qu’elle définit comme monnaie empêche les peuples de prendre conscience qu’ils acceptent cette définition. Nos politiciens ont été corrompus aussi bien par le pouvoir que par ces définitions. Et je doute de plus en plus de leur naïveté…

  11. Le constat est clair et juste. A la racine du mal se trouvent les marchés financiers, mis sur orbite en 89 par le consensus de Washington, notamment, et la connexion des différentes bourses mondiales.

    Aux mesures de contre-feux, je crois qu’il faut ajouter des mesures subversives. Par exemple, créer des actions « sociales » portant sur des organismes publics, avec un rendement supérieur corrélatif à la durée durant laquelle l’action n’est pas échangée.
    Par exemple créer des actions qui ne rapportent rien, mais achetables donc introductibles en bourse – dans l’esprit de Warhol. http://www.design-party.com/wp-content/uploads/2012/05/Warhol-Money.jpg Les marchés c’est du profit, mais c’est aussi du crédit. Donc, on peut porter atteinte à leur crédit…

    Dans les marges, il semble également de toute première urgence de projeter sous la lumière les noms des sociétés et particuliers qui investissent dans les paradis fiscaux.

  12. C’est la première fois que je poste bien que je suive vos articles depuis un bout de temps déjà…
    Pour cet article je participe! :)

    Je suis un peu jeune pour avoir vu le capitalisme enfler depuis les années 70, mais je pense bien que les politiciens (Japon, France, US, peut importe) sont depuis un bout de temps totalement désarmés face aux banques et organismes de notation: je trouve qu’ils ont non seulement plus le pouvoir nécessaire pour enrayer les choses (ou alors de peu!) et c’est en plus soit pas dans leur intérêt, soit qu’ils s’en foutent bien (ils ont pas de pb d’argent eux)

    Alors j’aimerais vous rediriger vers une solution que nous le peuple pourrions mettre en place : abandonner les états représentatifs au profit d’états démocratiques. Un petit lien vers une vidéo d’Etienne Chouard au TEDxRepublicsquare, qui en parlera vachement mieux que moi :D :
    https://www.youtube.com/watch?v=oN5tdMSXWV8
    Et pour en savoir un peu plus, il y a ça en plus long (2h qui valent le coup!) https://www.youtube.com/watch?v=TLjq25_ayWM et son forum : http://etienne.chouard.free.fr/Europe/index.php

    Ce type m’a convaincu, et je crois fortement qu’il tient une solution valable – bien que dure à mettre en place, mais bon vu la situation ça me parait normal ! :) Vous en pensez quoi?

  13. Oui c’est bien la proposition de Lordon et bien d’autres de désarmer les marchés…
    Mais je suis de plus en plus convaincu que toutes ces causes et tous ces éternels combats dans tous les domaines possibles ne pourront trouver de solutions que du coté de ces propositions :
    http://www.youtube.com/watch?v=YaX0DWZ0zhg&html5=True
    http://etienne.chouard.free.fr/Europe/forum/index.php?2011/11/15/163-conference-de-metz-du-22-octobre-2011-video
    http://philum.info/61604

    mais pour cela il manque à tous :
    http://philum.info/61433

  14. « Les politiques n’ont plus la main.

    Croit-on.“

    Décidément kitetoa, tu illustres le dicton : « il n’y a pas pire sourd que celui qui ne veut rien entendre “

    Faire les questions réponses comme, « Les politiques n’ont plus la main. Croit-on.“, n’est que le signe de cette vierge effarouchée qui dit « non non non, encore “.

    Le grand Yaca fô con a trouvé la soluce aux petits soucis de l’humanité. D’ailleurs, son représentant en chef, celui qui voulait être le calife à la place du calife, vient d’avoir une idée géniale : taxer les revenues fictifs. Enfin! l’expansion du virtuel va combler le gouffre du déficit réel !

    Pleins de nouveaux pauvres, vous savez tous ces chômeurs qui font la richesse de notre système, eh ben il vont se multiplier, et comme ce sont les seuls à payer leurs impôts et autres taxes, eh ben, c’est tout bénef.

    Non, parce que c’est bien connu, tu deviens riche que si tu fais payer les pauvres, et plus il y a de pauvres et plus tu deviens riche.

    D’ailleurs regarde, on ne prête qu’au riche, et qui à la plus grosse dette ? Et qui va devoir passer à la caisse ?

    Qu’est-ce que tu n’as pas compris ?

    Qui a le plus à perdre qu’à gagner ? Toi ou eux ?

    Qui va rebondir ? Toi ou eux ?

    Qui va refaire la même erreur ? Toi ou eux ?

    Qui a le plus gros flingue ? Toi ou eux ?

    Qui est le mieux préparé ? Toi ou eux ?

    Qui devance le problème ? Toi ou eux ?

    Qui possède les vrais chiffres ? Toi ou eux ?

    Qui triche le mieux ? Toi ou eux ?

    Qui change la règle du jeu suivant les besoins du moment ? Toi ou eux ?

    La politique c’est toi, le pouvoir c’est eux.

    La démocratie c’est toi, mais les lois ce sont eux.

    Eux, ils t’ont inventé pleins de soucis pour que tu soit occupé 24h/24h pour les régler, et ça fonctionne, pendant ce temps, ils sont tranquilles.

    Et si tu crées tout seul ton problème, c’est encore mieux, comme une petite grève par exemple ou une petite révolution si tu préfères, ou alors une bonne petite guerre avec beaucoup de pauvres en chair à canon.

    La marché c’est comme la politique: c’est tout le monde donc personne.

    La main invisible a plus de cinq doigts.

    Le world-Trade-Center n’est plus à New-york.

    En 2007, la faillite s’est mondialisé.

    En 2012, kitetoa n’a toujours pas compris.

    Pourtant, et en plus de 5000 ans, bons nombres de penseurs, l’ont expliqué en long, en large et en travers. Pourquoi ne pas les écouter ?

    Parce qu’il n’y a pas pire sourd que celui qui ne veut point entendre.

      1. @ kitetoa
        Ton interprétation : sourd = imbécile n’engage que toa.

        Et, c’est justement en lisant tes « articles “ que la chose politique-finance, dévoile toute l’incompréhension des rapports de forces en présence.

        L’heure est suffisamment préoccupante pour se perdre dans de futiles polémiques.

        Les fourmilières humaines ont de sérieux problèmes structurels, ce n’est pas nouveau, mais les enjeux actuels sont démoniaques et vont à l’encontre d’une évolution sereine.

        Ce ne sont plus les droits de l’homme la cause de nos déboires, mais le droit à la vie qui dépasse largement notre condition humaine.

        Rester dans le constat, c’est subir les événements, laissant place aux trop nombreuses dérives actuelles. Pourtant l’étendu des dégâts, ces 4-5 dernières années, nous montre clairement les directions prises.

        Voilà la raison de mes intervenions trollesques qui n’ont qu’un seul but que tu puisses tirer des conclusions claires nettes et précises comme les anticipations bluetouff, dans son domaine, qui signe un très bon article: http://bluetouff.com/2012/08/22/la-super-hyper-giga-haute-autorite-pseudo-independante-des-intertubes-cest-maintenant/

        Le débat n’en sera que plus constructif.

  15. j’ai juste survolé les commentaires, donc je ne sais pas si ca a été souligné ceci dit lorsque tu dis « Tout s’écroule chaque jour un peu plus. Après l’Europe, le Japon et les États-Unis devraient suivre. » je ne suis absolument pas d’accord, les EU on la méthode de la planche à billet depuis les années 75(contraire à la méthode de la zone euro = récession) ceci permet de ne pas avoir d’équivalent en or, le problème? il créer de l’inflation, rachète les bons de trésor, spécule sur des pays (PIIGS) afin de ne pas montrer leur réelle situation c’est a dire leur crise, en effet les EU sont en crise et surendetté depuis un bon moment, sauf qu’en « créant » (je fait référence aux subprimes, helde fund, fed… etc)cette crise au niveau de la zone euro, on ne voit pas leur déficit ce qui permet de retardé la « bombe », je sais pas si j’ai été clair, je suis assez pressée par le temps ;).

    1. Si les USA n’étaient pas les prochains après l’europe, Obama ne prendrait pas tout ce temps pour demander aux dirigeants de l’UE de faire quelque chose. Les banques US sont plombées par nos soucis. Si ça s’écroule, elle suivent.

  16. Au fait, l europe a recuperer la crise US , grace a JPMorgan & friends , les CDS et consort , en passant par des personnes peu regardantes.

    Les USA ne risque pas la crise apres l EU , Ils sont en pleine crise  » suspendue dans le vide  » grace a notre grande connerie…

  17. Le probleme c est qu en occident (europe mais aussi USA) on ne fabrique plus grand chose de reel. donc la finance a servit a masquer notre appauvrissement en creant de la valeur (fictive), en creant des emplois bien payes (c est pas pour rien que nos polytechniciens sont souvent dans les salles de marches) ou en payant des retraites qu on aurait pas pu payer sinon (surtout dans les pays avec une retraite par capitalisation, mais meme en france, les gros gagnants ont quand meme souvent au moisn 60 ans)
    Si on fait exploser la bulle financier, le roi est nu. Et on se retrouve avec un pays exangue et qui ne peu plus acheter a l etranger ce qu il est incapable de fabriquer.

    Il ne faut pas croire que on reindustrialisera comme ca. le savoir faire est en parti perdu et une bonne partie des gens qui aurait du utilises pour faire tourner les usines sont maintenant medecins, traders ou autre. on manquera donc de ressources

    sinon vous y allez un peut fort avec vos interdictions. si on autorise uniquement les actions, ca veut dire qu on interdit les sicav, qui est le moyen pour lapersonne qui n y connait rien ou qui n a pas le temps de s en occuper d investir dans des actions

  18. D’accord avec presque tout (interdire les dérivés, etc), je me pose juste des questions sur le HFT. En gros, il y aurait deux moyens de régler les problèmes du HFT.

    1) La solution bourrine : plus de HFT du tout, avec une règle du genre : « si j’achète X alors je ne peux pas vendre X avant un temps t » ou une taxe fixe sur les transactions.

    2) La solution « éliminer l’incrément minimal des ordres » de Stucchio qui m’a l’air intéressante, mais peut-être parce que je ne connais pas assez le sujet pour voir le problème : http://www.chrisstucchio.com/blog/2012/hft_whats_broken.html

    Note – ses articles précédents sur le HFT et le market making sont intéressants en tout cas : http://www.chrisstucchio.com/blog/2012/hft_apology.html et http://www.chrisstucchio.com/blog/2012/hft_apology2.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *