Nico got his gun

Le meilleur film sur les horreurs de la guerre. Carlita, il faut l'offrir à Nico...

Il y avait eu George Bush et sa conception très personnelle du nouvel « ordre mondial », à base de guerres préventives, de torture, d’enlèvements, d’enfermements à durée indéterminée et sans procès contradictoire, ses tribunaux d’exception… Il y a maintenant Nicolas Sarkozy et ses guéguerres épidermiques. Elles produisent à peu près les mêmes effets.
Avec l’image donnée par une Michèle Alliot-Marie proposant d’envoyer les policiers anti émeute français en Tunisie, Nicolas Sarkozy a décidé de réagir de manière inverse en Libye.

Il a choisi d’envoyer l’armée. Cette fois pour soutenir les insurgés.

Il ne faut pas se méprendre, la proposition de MAM n’était pas une proposition de MAM. C’était une proposition de Nicolas Sarkozy.

D’une part, sous le règne de notre hyper président, rien ne se décide sans son aval, d’autre part, dans ce pays, un ministre ne décide pas d’envoyer des forces de l’ordre ou des militaires dans un pays étranger sans l’aval du président.

Après les policiers anti-émeute qui avaient laissé une sale impression dans l’opinion publique acquise à la révolution tunisienne, Nicolas Sarkozy a réagi comme à son habitude. De manière émotionnelle, épidermique, irréfléchie et en fonction des sondages d’opinion : il a choisi la position inverse. Le juste milieu ne fait pas partie des concepts que sa femme a inscrits dans la liste « culturelle » à approfondir…

Le soutien à la rébellion libyenne était donc décidé. Une bonne nouvelle. Mais il y a bien sûr soutien et soutien. Toutes sortes d’actions sont possibles. Comme par exemple la saisie des avoirs. Ce que la Suisse a décidé immédiatement. Le paradis fiscal a ainsi donné quelques leçons aux pays qui n’en sont pas.
Reflets.info demande régulièrement via Twitter ou mail à Bercy de lui communiquer la liste des avoirs libyens saisis en France. Pas de réponse. Même effet auprès de la Fédération bancaire française. Personne ne sait ou ne veut dire ce qui a été saisi.

A défaut d’assécher les finances du colonel Kadhafi, Nicolas Sarkozy à décidé de lui envoyer des avions de chasse, d’armer les rebelles, de placers des troupes au sol pour guider les missiles des avions. Bref… De faire la guerre.

Petit souci, alors que les pays arabes se réveillaient et entraient en lutte contre leurs dictateurs et autres régimes autoritaires, cette décision allait se révéler ridicule. Car comment justifier auprès des populations concernées que l’on déclenche une guerre contre le régime de Tripoli mais pas contre celui de Damas ou contre celui qui écrase dans le sang la contestation à Bahreïn ? Ou ailleurs…

Dans cette région, les alliances sont complexes. S’énerver contre Bahreïn, c’est s’attaquer à l’Arabie Saoudite qui a envoyé ses troupes dans l’émirat pour « rétablir l’ordre ». Et ça, c’est compliqué, même pour un hyper président sauveur du monde.

Cette guerre contre le régime de Tripoli est d’autant plus ridicule qu’elle est menée par celui-là même qui invitait avec tous les honneurs le colonel Kadhafi à Paris quelques années plus tôt. Par celui qui pensait lui vendre des Rafales, une centrale nucléaire, du DPI, de la surveillance des frontières, on en passe.

Le même qui invitait avec tous les honneurs le patron sanguinaire de la Syrie. Et contre lequel rien n’est fait. Ah, si pardon, la France condamne régulièrement la répression dans ce pays. Bouh, c’est mal.

La guéguerre de Nicolas Sarkozy pose d’autres soucis.

La France, comme les Etats-Unis, la Grande Bretagne et d’autres sont au taquet. Leurs capacités d’intervention sont réduites à zéro. On ne peut pas mener beaucoup de guerres sur des terrains extérieurs. Et là, on est au bout des capacités. Alors les Syriens attendront. Les autres aussi.

Mais surtout, ce conflit rend totalement illisible la diplomatie française qui n’était déjà pas très claire.

Il faudra des décennies pour reconstruire, si cela est possible, tout ce qui a été détruit en cinq ans. La diplomatie, l’économie, l’image de ce pays, la Politique, les relations sociales, le socle républicain, le code du travail, les acquis du programme du Conseil de la Résistance…

Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: Antoine Champagne - kitetoa

Dinosaure du Net, journaliste à ses heures. A commis deux trois trucs (Kitetoa.com, Aporismes.com et Reflets.info).

4 thoughts on “Nico got his gun”

  1. A moins que l’intervention en Libye ne rejoigne l’affaire DSK (ou le contraire, ou vice versa) ?

    Au-delà d’aider une population ou une autre à faire sa révolution, ne serait-ce pas une histoire de nouvelle monnaie, adossée au FMI… qui ne plaisait pas – du tout du tout – aux USA ?

    Différents articles, sérieux, en parlent.
    Comme celui-ci : http://politinews.fr/l-affaire-dsk-complot-liee-a-la-guerre-libyenne-834.html

    Avant la Libye : pas d’aide aux insurgés (Tunisie, Egypte)
    Depuis la Libye : plus d’aide aux insurgés (Bahrein et autres)

    De quoi méditer 5 minutes, non ?

  2. Salut,
    Il faut quand même être bien naïf, pour croire que la France (tout du moins le gouvernement Sarkozy) c’est engagé en Libye comme ca sur un coup de tête ‘émotionnelle, épidermique, irréfléchie ».
    Il y a des intérêts économique certain, et il a fort a parié que d’ici quelques années ont découvrira que toute la rébellion Libyenne a étais manipulé depuis l’Europe (particulièrement la France) et les U.S.
    C’est vraiment pas la première fois dans l’histoire moderne qu’ont fait chuter un pays en aidant et formant ce qui s’oppose au régime en place. C’est même la spécialité première de la CIA.
    Si vous l’avez pas déjà fait je vous conseille la lecture du dossier sur la guerre en Libye par Michelle colon, certes il en fait peut être un peu trop, mais dans l’ensemble sont analyse et très juste.

    http://www.michelcollon.info/Comprendre-la-guerre-en-Libye-1-3

    C’est en trois parties.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *