Muriel Marland-Militello civilise un peu plus tes Internets

anykeyMuriel Marland-Militello est un cas « à part » sur Internet, une rencontre du 4e type… le chaînon manquant entre Poujade pour le fond et un Teletubies pour la forme. Grand défendeur de « l’Internet civilisé » devant l’éternel et rapporteur du (feu) projet de loi HADOPI 1, la député s’était par exemple élevée contre le sitting numérique sur (feu)  le site jaimelesartistes.fr, cible selon elle de « cyber-terroristes ». Pire, ces vandales s’en seraient pris à son propre blog en osant lui poster des commentaires sur les âneries qu’elle avait débité. Il faut dire qu’elle est particulièrement coutumière des interventions débiles à propos d’Internet… vraiment très coutumière. Ça a dû la travailler ces histoires de DDoS, toujours est-il que voilà t’y pas que notre 3M nationale revient à la charge, cette fois-ci avec un projet de loi anti DDoS (comprenez anti Anonymous). Muriel Marland-Militello, plus globalement, souhaite « doubler les sanctions actuellement prévues par le code pénal pour les atteintes aux systèmes informatiques, lorsque ceux-ci appartiennent à des institutions publiques ou à des personnes investies d’une mission de service public« . Notez que les personnes investies d’une mission de service public, c’est par exemple un député. Pour les dénis de service, elle propose tout simplement d’ « élargir le champ d’application de ces sanctions en y intégrant clairement les atteintes portées au fonctionnement des sites internet« . Muriel, si vous arrivez à faire passer ce dernier point en ces termes, je viens vous faire un gros bisou sur le bout du nez. Ça pourrait par exemple nous permettre d’attaquer les fournisseurs d’accès qui portent atteinte au réseau en bloquant des sites web ou en filtrant des protocoles</votez muriel !>.

Techniquement, notre député ne le sait pas encore -on peut lui pardonner de ne pas avaler la lecture son méga de log Apache en même temps que son café du matin-, mais c’est encore une idée qui à l’air redoutablement viable. Dans le cadre d’une attaque par déni de service distribué, toute la subtilité c’est que les adresses IP des attaquants (souvent des machines zombies, c’est à dire piratées et servant à relayer l’attaque à l’insu de leur propriétaire) sont mêlées au trafic des véritables utilisateurs. Recueillir des preuves numériques est, dans le meilleur des cas, très onéreux, en réalité c’est souvent matériellement impossible.

La député Militello semble également ignorer que notre législation prévoit déjà des sanctions en des termes autrement moins déconnectés de la réalité technico juridique :

Article 323-1 du code pénal : « Le fait d’accéder ou de se maintenir, frauduleusement, dans tout ou partie d’un système de traitement automatisé de données est puni de deux ans d’emprisonnement et de 30000 euros d’amende. Lorsqu’il en est résulté soit la suppression ou la modification de données contenues dans le système, soit une altération du fonctionnement de ce système, la peine est de trois ans d’emprisonnement et de 45000 euros d’amende. »

Bref son élargissement du champs d’application est anachronique, le champs est déjà bien assez large. A titre de comparaison, un tag sur la vitrine d’un magasin dans la rue est puni d’une amende.

Bref une fois de plus, Muriel Marland-Militello nous déroule un projet bien crétin avec son amour à la gloire de « notre président Nicolas Sarkozy »cherchez pas c’est un TOC chez elle. Comme en parlait Guillaume ici hier, ce que propose notre 3M, c’est une arme anti Anonymous… en fait d’arme on a là un pistolet à eau. La député souhaiterait couper la connexion aux internautes qui participent à des DDoS. Oui mais voilà, on a déjà expliqué à la député qu’il y a plusieurs types de DDoS. Qui ira faire la différence entre un mouvement spontané d’internautes qui se rendent sur un site avec leur seul navigateur à un instant T pour créer un afflux naturel de trafic (une véritable manifestation numérique), et un déni de service lancé à partir de botnets pilotés par une poignée de personnes qui lancent une attaque très dirigée.

Bref pas de quoi s’enflammer bien plus, Muriel Marland-Militello ne sert à rien, Internet est pour elle un chouette outil lui permettant de sortir deux ou trois énormités par mois histoire de faire péter les stats de son blog et d’essayer d’exister médiatiquement. Passée la consternation, on se rend vite compte que les positions de 3M ne sont pas à prendre au sérieux, gageons qu’une fois de plus elle sera bien isolée au sein de sa propre majorité.

Twitter Facebook Google Plus email


10 thoughts on “Muriel Marland-Militello civilise un peu plus tes Internets”

  1. Deux p’tites coquilles :
    Techniquement, notre député ne le sait pas encore, on peut lui pardonner de ne pas avaler la lecture son méga de log Apache en même temps que son café du matin

    Comment en parlait Guillaume ici hier, ce que propose notre 3M, c’est une arme anti anonymous…

  2. Grand défendeur de « l’Internet civilisé » devant l’éternel et rapporteur du (feu) projet de loi HADOPI 1, la député s’était par exemple élevée contre le…/…

    Grande défenderesse de l’internet civilisé devant l’Eternel et rapporteuse du (feu) projet de loi HADOPI 1, la députée s’était par exemple élevée contre le ….

  3. Tout cela aura eu le mérite de faire buzzer à l’étranger et de contribuer à construire l’image d’une France dont les projets civilisationel sur internet s’apparentent de plus en plus à une dictature…

    3M et the internets, c’est un peu comme la reine d’Alice au pays des merveilles : « coupez leur la tête ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *