Manuel Valls est-il un algorithme ?

La question de la parole et de l’action politique se pose crûment après les récentes déclarations du Premier ministre lors de la commémoration de l’attaque contre l’Hypercasher. La phrase clef, que Kitetoa dénonce ici, est
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: drapher

Journaliste (atypique mais encarté) web et radio — @_Reflets_ et d'autres médias. Ni "désengagé" ni objectif ou neutre, mais attaché à décrire et analyser la réalité, même la plus déplaisante. On the net since 1994. Gopher is power ;-)

16 thoughts on “Manuel Valls est-il un algorithme ?”

  1. Je vous conseille d’aller, si vous ne l’avez pas déjà fait, sur le site d’arrêt sur image qui parle aussi de cette petite phrase à l’idéologie bien marqué. Un bon complètement à votre article.

  2. Pas d’accord: le simple fait qu’un ordinateur puisse avoir accès à de la mémoire, lui permettant de comparer l’efficacité de son action actuelle avec les actions passées, le rend capable d’une analyse plus fine que Valls.

    Désormais, les ordinateurs peuvent apprendre, pour les hommes politiques, on attends les prochains modèles ;)

    1. Je plussoie, on peut faire mieux désormais que la logique binaire, sans même parler de l’apprentissage.

      N’empêche que le parallèle est bien vu : il y a une certaine logique (idéologie) derrière les déclarations de Valls. Il sait ou il va et ce qu’il produit quand il confond certains concepts, ici l’analyse et la justification du terrorisme.

      De la même façon, on sait très bien ce qu’on a produit (depuis 10, 20 ans ?) en laissant propager l’idée que l’Islam est la source du terrorisme.

      Merci pour l’article !

  3. Rigolo votre algorithme ! Vous auriez même pu le simplifier en notant que la tâche (ou est-ce simplement « tache » sans accent ?) « Ajouter politique sécuritaire à politique identique » est commune aux deux processus.

    A part cela, MV ferait bien de s’inquiéter si ce sont les spécialistes en algos qui lui font remarquer que, bon, son algo, ben il marche pas bien.

  4. « En nous transformant en citoyens algorithmiques ? »
    C’est déja le cas, j’ai retro-engineeré le code source : while(1){}
    Blague à part, un algo citoyen, presque un pacte social, aurait pu nous protéger de quelques dérives récentes, par exemple en conditionnant collectivement toute tentative de surveillance de masse ou de légalisation de procédures extra-judiciaires à une grève générale jusqu’à destitution du gouvernement.
    Manque de pot, il semble que ce soit les médias dominants (et dominés?) qui écrivent les programmes…

  5. C’est une idée brillante même si elle est traitée sur un mode ironique. A force de vivre avec et pour les machines (et leur mode de fonctionnement algorithmique), voire à leur service, on pourrait s’aligner sur elles, sur leur comportement, envier leur simplicité (ou disons leur manière de gérer la complexité), leur anhistoricité. On ne peut pas rester au contact d’un mode de fonctionnement aussi différent du nôtre, aussi valorisé, aussi longtemps, sans que ça finisse par influer sur notre comportement et notre compréhension du monde. Qui est fait à l’image de qui ?

  6. if(élections == échec) {

    absentionnisme.hide();

    output(‘Nous avons compris le message des Français, nous allons accélérer les réformes’);

    gouvernement.shuffle();

    } else {

    absentionnisme.hide();

    output(‘Les Français prébiscitent nos réformes, nous allons donc les accélérer !’);

    }

    1. Refactoring nécéssaire :

      1) constant HIDE_ABSTENTION = true;

      et puis 2)
      dans le else :

      remplacer
      output(‘Les Français prébiscitent nos réformes, nous allons donc les accélérer !’);

      par output(‘Les Français prébiscitent nos réformes, nous allons donc ne rien faire de ce qu’on a dit et faire des truc qu’on avait pas dit !’);

  7. et si on mettait en place cet algo pour prévoir les actions de Manuel Valls ? comme dans minority report !

    A chaque événement ou fait divers, on enclenche le bouton « Run », et le truc se déroule :
    – déplacement sur les lieux dans la journée, peu importe l’importance du fait divers.
    – discours sur place :
    –> condamner/déplorer la chose en question,
    –> dire qu’on a entendu le message et dire qu’il y a URGENCE.
    –> réaffirmer son autorité
    – Ajouter politique sécuritaire/libéralisation économique à politique identique.
    – Si refus, tenter par incrément :
    –> réaffirmer son autorité en ignorant les contestataires
    –> remaquiller le projet de loi
    –> changer de ministre
    –> 49.3
    – Se mettre en attente d’un nouveau fait divers pour une nouvelle urgence.

  8. Ce travail collectif brillant devrait être soumis au parlement de toute urgence : les économies ainsi engendrées (en remplaçant nos chers représentants par ces algos qui ne coûtent rien) sont en plus en parfaite adéquation avec la rigueur budgétaire, qui est indispensable.

    class Tina
    {

    int facteur_rigueur_budgetaire;

    int taux_deregulation;

    int progression_privatisations;

    string thatcher;

    };

  9. Moi j’ai une question con.
    Valls peut il payer pour demander à un autre pays (un pays « bagne ») de vous accorder la nationalité du pays en question pour vous enlever ensuite la nationalité française ?
    La but est de vous faire subir des turpitudes illégales en France.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *