La vaste blague de la proposition de loi sur la surveillance internationale des communications

Incorrigibles naïfs ou optimistes que nous sommes, citoyens ayant encore une once de foi dans le système démocratique, nous commentons, nous proposons des modifications, nous espérons que nos représentants sauront voir le mur vers lequel
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: Antoine Champagne - kitetoa

Dinosaure du Net, journaliste à ses heures. A commis deux trois trucs (Kitetoa.com, Aporismes.com et Reflets.info).

5 thoughts on “La vaste blague de la proposition de loi sur la surveillance internationale des communications”

    1.  » « on » aurait demandé à son institution de devenir un service de renseignement, ce que l’agence aurait refusé. »

      Comment ? l’ANSSI, chargée de consigner les fournisseurs et les fiches techniques détailles des outils cryptographiques en vente sur le territoire français n’est pas une agence de renseignement ?

      Ils vont nous faire croire qu’ils demandent pour chaque dépôt de nouvel algo cryptographique des fiches détaillées et des exemples de message codé et décodé sans s’en être jamais servi, ni les avoir transmis, à des fins de renseignement !

  1. « Si Pablo Escobar était encore vivant, il aurait fait commerce de métadonnées et autres payloads ».

    Vous êtes les rois de l’analogie, de l’anachronisme et du tout-à-l’égout.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *