Jacques Attali digital, au propre et au figuré

Le digital (ta mère) est partout. Qu’est-ce qui n’est plus « digital » ? Premier point évident, le digital est ce qui a trait au doigt et n’a donc rien à voir avec ce que visent les gens qui l’invoquent. En français, on dit numérique. C’est peut-être une bataille dérisoire pour vous, mais pour nous ça veut dire beaucoup. Car les mots ont un sens et nous allons vous le démontrer dans quelques lignes. C’est à l’occasion d’une promenade nocturne sur Twitter que démarre notre histoire du jour. En lisant le fil de @kassovitz1 apparait un retweet :

Une nouvelle version de site, en ces temps de WordPress façon Macron et Fillon, cela ne pouvait qu’attirer notre attention.

Mais qui donc se cache derrière le nouveau site ? Car nous nous doutons bien que Jacques Attali, pur esprit qu’il est, n’a pas développé son WordPress avec ses petits doigts digitaux.

Non, les concepteurs du site en WordPress de Jacques, sont, asseyez-vous, un « Atelier de création » qui fait dans le « Digital« , « l’édition« , et le « branding« .

Un peu comme un atelier de haute couture ? Un truc haut de gamme ? Des experts du « digital » ? Entre les béats qui pensent que le monde va changer parce que le digital est en chemin et ceux qui se disent experts en 2017 mais n’existaient pas il y a 10 ans (Internet est arrivé en 1994 pour la plupart des gens), il y a moyen de désespérer.  Et avec l’atelier de création qui a œuvré pour Jacques Attali, on n’est pas déçus. Il faut donc remercier Mathieu Kassovitz de nous avoir pointé cette usine à Lulz.

Premier point, le répertoire des uploads sur le site permet de lister tous les contenus. C’est pas terrible pour un « atelier de création » qui fait tout à la mimine :

Vous nous direz, dans les répertoires « upload », il n’y a souvent que des fichiers présents sur le site, comme des images ou des vidéos. Oui, mais pas uniquement. Car quand un site est réalisé par une agence de com’ ou un « atelier de création » qui ne pense qu’au design, à l’UX, la fameuse « expérience utilisateur », on finit par avoir une expérience… ludique.

C’est ainsi que l’on découvre au milieu des images, un fichier de backup qui contient… On vous le donne en mille… La base de données SQL du site. Mais oui, il n’y a pas de bon atelier de création qui n’uploade pas sa base de données dans un répertoire dont on peut lister le contenu avec un simple navigateur… Sinon, ce n’est pas du travail bien fait.

Et dans la base de données ? Le user et le mot de passe bien entendu, sinon, à quoi bon la rendre publique ?

Finalement, avec la nouvelle frontière Internet digitale numérique, c’est un peu comme avec le Far West. Il y a son lot de vendeurs d’élixirs miracles qui guérissent de tout à base de bave de crotale. Comment s’en étonner ? Mais ce qui est étonnant, c’est que des gogos continuent de les croire sur parole plus de vingt ans après le début de la ruée vers l’or « digital ». Même si les vendeurs d’élixirs leur montrent de gros trucs digitaux en permanence.

 

Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: Antoine Champagne - kitetoa

Dinosaure du Net, journaliste à ses heures. A commis deux trois trucs (Kitetoa.com, Aporismes.com et Reflets.info).

15 thoughts on “Jacques Attali digital, au propre et au figuré”

  1. Sans vouloir défendre la qualité du travail mis en valeur dans l’article, la langue est chose mouvante.

    « Digital (2) » :
    « Qui est exprimé par un nombre, qui utilise un système d’informations, de mesures à caractère numérique. Système digital. (Quasi-)synon. binaire, numérique; (quasi-)anton. analogique.Le traitement des quantités, est effectué, dans un ordinateur digital, par un organe appelé l’unité arithmétique (Jolley, Trait. inform.,1968, p. 207).
    Prononc. : [diʒital], plur. [-o]. Étymol. et Hist. 1961 (Lar. encyclop.). Adj. angl. digital notamment dans digital computer « ordinateur digital » (du subst. digit « doigt » mais aussi « chiffre, [primitivement « compté sur les doigts »] ») « ordinateur employant des nombres exprimés directement en chiffres dans un système décimal, binaire ou autre » d’apr. Webster’s. Fréq. abs. littér. : 6. »

    source : http://cnrtl.fr/definition/digital

    Pour faire du numérique, il a bien fallut commencer par compter sur les doigts, ce n’est pas le plus important. Ou est-ce que ça l’est ?

    1. Combien de millénaires entre les doigts et l’ordinateur ?

      La langue est mouvante certes, mais ce n’est pas une raison pour ne pas la défendre contre les anglicismes (spoiler / divulgacher, streaming / flux, mail / courriel, cloud / nuage, adresser / attaquer, burnout / épuisement…).

    2. Sinon, on pourrait aussi arrêter avec « digital » (les doigts) ET avec « numérique » (les nombres), et parler d’autre chose quand il s’agit d’autre chose. On pourrait aussi arrêter de considérer que « informatique » est un gros mot (ça fait réparateur de zindwoes j’imagine ?) pas assez moderne pour désigner la révolution disruptive du digital-web-numérique4.0..

    3. Le problème ici est que la « mouvance » est utilisée pour remplacer des mots qui existent déjà.

      Et qui s’est déjà frotté au vocabulaire abscon désormais à l’œuvre dans tous les métiers de l’informatique, on ne peut que saluer cette défense de notre langue.

      Les responsables français ne savent, de toutes manières, pas parler anglais et plus parler français.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *