IOL à l’heure de cette France en état d’urgence permanent, mais qui va mieux

Mediapart et Reflets viennent tout juste de vous révéler IOL, ou comment dès 2006, la France déployait un dispositif qui se positionnait aux frontières de la légalité. IOL est le second projet « confidentiel défense » après Kairos
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

7 thoughts on “IOL à l’heure de cette France en état d’urgence permanent, mais qui va mieux”

  1. « IOL est une véritable arme nucléaire capable de tuer dans l’œuf tout mouvement citoyen de contestation. »

    C’était quoi l’adresse IP de Robespierre en 1789 ?
    Quand les gens crèvent de fin, les revolutions se font en descendant spontanément dans la rue.
    Sans le vouloir, vous pointez du doigt le caractère « enfant gâté » qui existe dans ce pays.
    Si une réforme « libérale » (ploutocrate ?), mène à quelque chose d’inacceptable, ca petera quand même, avec ou sans internet…

    Quand on a voulu privatiser l’eau en Bolivie, menaçant les gens de mourir de soif. Ben, ça fait des émeutes sans internet…

    « tuer dans l’œuf TOUT mouvement citoyen de contestation. »
    Tu me fais rigoler…

    Après qu’il y ait un décalage entre le prétendu « pays des liberté » qu’on prétend être et la réalité, ça n’a rien de nouveau.
    Ne vous étonnez même pas que les gens ne descendent pas dans la rue pour se plaindre de ce type de loi.

    1. « C’était quoi l’adresse IP de Robespierre en 1789 ?
      Quand les gens crèvent de fin, les revolutions se font en descendant spontanément dans la rue. »

      Alors si ça vous a échappé, nous parlons de la France en 2016.

      « Quand on a voulu privatiser l’eau en Bolivie, menaçant les gens de mourir de soif. Ben, ça fait des émeutes sans internet… »

      Encore une fois nous parlons de la France en 2016, un pays ou 90% de la population a Internet dans sa poche le jour et sous son oreiller la nuit. Vous semblez un très bon révolutionnaire, vous savez donc certainement comment préfecture de paris avec l’aide des opérateur peut suivre le moindre mouvement de foule, comptabiliser des manifestants etc…

      2016 vous savez ? Cette époque où les citoyens ont remplacé les pioches par des iPhone.

      Content de vous faire rigoler sinon.

      1. Je pense que la personne sait tout ça.
        Si une personne ne peut pas faire la révolution sans internet, c’est que la révolution n’est que très facultative.
        Ote le portable de ta poche, on te fliquera moins…

    2. En fait vous êtes optimiste, même si vous ne vous en rendez pas compte. Il n’y a pas eu beaucoup de soulèvement en URRS, ni en Chine et vous savez pourquoi ? On coinçait les révolutionnaires avant qu’ils ne se regroupent.
      Ce genre d’algorithme permet même, si on y met les moyens, de surveiller les gens susceptibles d’avoir de telles idées.
      Après si vivre dans un pays où la critique est interdite ne vous gêne pas, vous pouvez essayer la Chine pour avoir un avant-goût : les opposants politiques sont peut être ravis du soutien international mais en prison tout de même.
      Comme m’a dit un ami à Shanghai : « ne te préoccupe pas du PCC, et il ne s’occupera pas de toi ».

      1. URSS: tape « file d’attente urss » dans google image.
        C’était une façon indirecte de critiquer l’inefficacité du système. C’est tout aussi efficace que des démonstrations de force violente (Mais il est vrai que la révolution n’est pas un diner de gala).

        Pour le systeme chinoise: chut, ils te surveillent.

  2. Sans vouloir minimiser l’aspect effrayant de ce dispositif, et sa probable (certaine) utilisation à des fins de censure de la population.
    Je me pose quand même une question sur les performances réelles du dispositif : En matière de terrorisme, on a eu, hélas, deux expériences assez récentes. Et malgré toutes leurs grandes oreilles, les services de sécurité n’ont pas réussi à anticiper et prévenir ces attentats… Trop occupés à écouter les Dupuy Morizeau, les services secrets ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *