Qosmos et le gouvernement Français, très à l’écoute du Net dès 2009

Lorsque les enquêteurs se sont penchés sur les activités de Qosmos dans le cadre de poursuites pour une éventuelle complicité de torture en Syrie, ils se sont vus opposer le secret-défense pour quatre « clients » de
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

13 thoughts on “Qosmos et le gouvernement Français, très à l’écoute du Net dès 2009”

  1. « Je n’ai jamais rencontré, depuis que je suis (…) président de la délégation parlementaire au renseignement, cette structure, je n’ai jamais entendu qu’elle soit un prestataire de qui que ce soit, en tout cas pas pour les organes qu’il m’arrive de fréquenter » raconte JJurvoas chez Mediapart.

    Sauf que « Au titre de l’Assemblée, il devient en août 2010 membre de la Commission nationale de contrôle des interceptions de sécurité, autorité administrative indépendante créée par la loi du 10 juillet 1991. La CNCIS est chargée de veiller à la légalité des interceptions de correspondances émises par la voie des communications électroniques. » source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Jacques_Urvoas

    SACRE MENTEUR .

  2. Pourquoi avec toutes ces mesures ‘démocratiques’, des informations ‘inappropriées’continue à circuler sans aucune censure ?…

    Aux USA les militants de la liberté d’expression se posent la même question et pointent du doigt les camps FEMA et le côté pratique du Patriot Act qui a engendré depuis 2001 un climat de suspicion général et généralisé qui les prive de toute contestation.

  3. Ce ne serait quand même pas leur genre d’utiliser ce merveilleux outil démocratique dans le but de surveiller quelqu’un qui pourrait mettre à mal ce beau projet démocratique. Genre un juge qui serait en pleine instruction pour complicité de torture…

    Il serait intéressant d’ailleurs de savoir qui sont ces juges (d’instruction) et de suivre ce qui va leur arriver.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *