Free Ad-Gate : un nouvel épisode de la guerre Free vs Google ?

Nous avons hier découvert sur Twitter que Free avait unilatéralement décidé de bloquer, pour l’ensemble de ses utilisateurs (disposant d’une Freebox Revolution), l’affichage des publicités sur les pages web. Le procédé est inquiétant, choquant, mais il mérite qu’on s’y attarde un peu plus sérieusement qu’en criant au scandale, à la censure, ou à l’atteinte grave à l’économie numérique comme nous avons pu le lire sur plusieurs sites web… souvent eux mêmes financés par la publicité.

La publicité, c’est l’enfant terrible d’Internet. Elle a depuis un moment les chevilles qui enflent. Combien de fois avons nous pu lire qu’Internet était financé par la publicité ? Les faits sont tout autres, la publicité n’a jamais financé aucun tuyau, et c’est peut être bien ça le message que Free souhaite faire passer. Au mieux, la publicité finance des contenus, en aucun cas elle ne finance l’infrastructure, et heureusement car si c’est sur elle qu’on comptait pour le déploiement du FTTH, nous pourrions attendre bien longtemps.

Free mène depuis des mois une petite guéguerre contre Google dont l’effet le plus sensible pour ses utilisateurs est les difficultés que les freenautes rencontrent pour accéder à certains services de Google très consommateurs de bande passante, comme Youtube.

C’est grave docteur ?

L’affaire est en tout cas assez grave pour que Fleur Pellerin, ministre en charge de « l’économie numérique » (à opposer au bien commun Internet), décide de recevoir les acteurs de la publicité en ligne et les représentants de Free. Mais pourquoi est-ce si grave ?

Il existe deux problèmes de fonds, le premier est économique, le second est éthique. Le problème économique apparait évident puisque par cette décision, Free fait en sorte que plus aucun de ses abonnés sous Freebox Revolution ne puisse venir apporter le moindre centime en revenus publicitaires à de nombreux sites, et surtout, à leur régie publicitaire. Le problème éthique est plus fin, mais il s’agit bien d’une atteinte à la neutralité du Net, Free se substituant à l’utilisateur pour placer une intelligence de filtrage sur le réseau (dans sa box, box qui est sa propriété).

Des tuyaux aux contenus, Free vient de franchir la ligne jaune

La guerre des tuyaux est aujourd’hui en train de sortir des tuyaux, Free a donc décidé de s’attaquer aux contenus. Avec tous les risques que cela comporte, comme le sur-blocage. Et le sur-blocage n’aura pas été long à avoir été mis en évidence par @nkgl puisque le magnifique dispositif mis en place sur les Freebox bloque aussi le tracking Google Analytics, ainsi, plus de possibilité pour de nombreux sites utilisant ce service de Google de comptabiliser les visites des freenautes.  Là encore il faut se rendre compte que les statistiques ne servent pas uniquement à flatter l’égo des éditeurs. Les statistiques de fréquentation sont une donnée indissociable du calcul des revenus des régies publicitaires… donc encore une fois même si certaines régies ne sont pas encore impactées, elles le sont indirectement par leurs clients qui ne justifient plus de données réalistes pour valoriser leurs contenus.

freegoogle

Il y a bien également un problème éthique dans la décision de Free. Un fournisseur d’accès ne peut avoir pour rôle d’amputer les services et surtout les contenus offerts à ses abonnés. L’affichage de publicités sur des pages web est, quoi qu’on en dise, quoi qu’on en pense, un élément de contenu. Retirer unilatéralement un contenu d’Internet, c’est agresser le réseau, agresser le principe de neutralité du Net. Par défaut, un fournisseur d’accès se doit d’offrir à ses abonnés le même Internet, avec ou sans pub, fourni par tous les FAI. Tout internaute doit par défaut accéder à Internet, libre à lui ensuite d’amputer les pages web qu’il désire des contenus qu’il désire.

En aucun cas Free ne peut se substituer à l’utilisateur et son contrôle sur les contenus auxquels il souhaite accéder. Et c’est pourtant ce qu’il fait en déplaçant l’intelligence normalement aux mains de l’utilisateurs, sur son poste de travail, à sa box, propriété du fournisseur d’accès. Free par cet acte place de l’intelligence dans les tuyaux, et ceci n’est d’un point de vue éthique pas acceptable de cette manière. Ceci le serait si ce dispositif n’était pas activé par défaut, si le controle était laissé à l’utilisateur, en pleine connaissance de cause.

Certes l’utilisateur peut désactiver ce dispositif anti publicitaire sur sa Freebox, mais là n’est pas le problème. Free aurait du proposer ce service aux internautes mais en aucun cas il ne peut être légitime en activant ce « service » par défaut sur les box de ses abonnés.

Google Adsense, NetAvenir, AdTech directement impactés rapporte Numerama. Toujours selon Numerama le dispositif en question filtrerait les urls des régie publicitaires depuis lesquelles les contenus sont appelés par des scripts servant de la publicité. C’est une théorie, mais ce n’est pas la seule, et la notre est sensiblement differente mais il est probablement trop tôt pour affirmer quoi que ce soit, Free n’étant pas le fournisseur d’accès le plus communicatif sur son infrastructure technique.

Quelle issue ?

Pour l’instant Free et Youtube sont dans l’impasse, et c’est bien Google et Youtube qui sont visés. Free a réussi un coup d’éclat en terme de communication en passant pour le gentil FAI qui offre une expérience utilisateurs de surf optimisée pour ses abonnées. Car oui, sans pub, les pages chargent plus vite, quoi qu’on en pense.Free par ce biais améliore donc les performances de son réseau en amputant des contenus. Un arbitrage ministériel semble donc maintenant la seule issue possible. Free aura réussi son coup, sensibiliser le gouvernement sur les problèmes de tuyauterie qu’il rencontre avec Google. Mais à quel prix ?

 

Twitter Facebook Google Plus email


57 thoughts on “Free Ad-Gate : un nouvel épisode de la guerre Free vs Google ?”

  1. La neutralité du net est-elle vraiment impactée vu que cette option est désactivable.

    En outre, il y a une règle fondamentale a respecter quand on fait des affaires. Vos clients (les régies publicitaires ici) doivent toujours être plus petits que vous. Ainsi, si un défaillit, vos revenus ne sont pas impactes significativement.

    Cette règle n’est absolument ni respectée dans le monde de « l’économie numérique », ni par les PME françaises aux bottes de grand « donneurs d’ordre ».

    1. Comme indiqué dans l’article et un peu partout sur la toile francophone, le gros point de conflit c’est le opt-in. L’astuce, c’est qu’ils peuvent toujours prétendre à une erreur humaine et désactiver l’option par défaut.

      Dans tous les cas, je trouve cette option très pratique. Cependant elle manque de personalisation, car il est souvent appréciable de supporter les sites que je visite régulièrement en affichant leur publicité (surtout vue la quantité de publicité ciblé xD)


      Pour revenir sur ton message Sil, je suis entièrement d’accord avec toi pour la partie « ne pas mettre tous ses oeufs dans le même pannier ». Les pauvres petit webmaster sont tous dépendant de Google car l’inscription est simple et les outils bien foutu. Mais voilà, il va faloir aller voir une autre régie et là ce sera pas la même, moins bien payer.

      Du coup, un très bon coup de com de la part de Free vis à vis de Google pour lui rappeller que lui aussi à un moyen de faire mal à Google en France.

      1. Il va surtout falloir que les webmasters arrêtent de jouer aux scripts kiddies pour l’affichage des pubs et les stats, aillent eux-mêmes chercher les annonceurs (ou fassent appel a des agents)

        Cela va faire le plus grand bien a « l’économie numérique ». Les bénéfices lies a la publicité seront mieux repartis. A l’heure actuelle, les régies publicitaires empochent la plus grande partie des gains.

  2. 2013 sera guerrier pour internet mais pas que, Mr Blue. Et la guerre ne se limite pas à Free Vs Google, même dans cette affaire ci.

    C’est le bal des faux culs généralisé, et Pellerin comme ses « collègues » a son carton d’invitation également!

    Les citoyens et les internautes, non par contre, ils sont considérés comme de la chair à communication…

    C’est pas du tout P2P tout ça, mais alors pas du tout du tout ;)

    Ps. Tu diras à ton Ben adoré qu’il doit arrêter de fumer de la drogue avant de rédiger sur son blog et de dire qu’un filtrage au niveau box ce n’est pas une atteinte à la neutralité du net car ce serait aux franges extérieures du réseau une box.

  3. Free vient de se faire hara-kiri. Rien n’oblige Google à accepter le trafic de Free. Et Internet sans Google,Youtube et autres sites qui pourrait participer à un boycott des abonnés de Free fera mal, très mal à Free car personne ne veut une version édulcorée de l’Internet…

    1. « personne ne veut une version édulcorée de l’Internet »
      Si, ça existe malheureusement…
      Il y a internet et internet Orange, par exemple… Certains sont bien content d’avoir Wikipédia Orange.
      En fait, c’est souvent ceux qui ne connaissent pas le vrai internet…

    2. Il existe des milliers de moteurs de recherche autres que gogole. Je pense que google n’est pas le maitre d’internet et qu’on très bien vivre sans lui ;) (même si je reconnais que le moteur de recherche est assez puissant)

  4. Myard doit se frotter les charentaises et Joffrin et consorts s’astiquer de bonheur.

    Quant aux potes de Montebourg/Pellerin du Cac40, ras, comme d’hab, ils se marrent avec ce genre de conneries.

    Enfin, quant aux autres catégories d’acteurs amis de la Fraounce&DesFrançaisForcémentSiSiOnVousLeJure et ennemis de Google le monstre d’outre atlantique qui mange les enfants et égorge nos fils et nos compagnes, eh bien je ne dirai rien de plus. Démerdez vous DIY sur ce coup, internautes citoyens :)

  5. Hello,
    billet que je trouve très sobre, ce que j’apprécie :)
    Par contre je suis en désaccord avec ton avant dernière-phrase à savoir concernant l’arbitrage ministériel.

    De façon générale, je pense sincèrement et honnêtement que moins l’Etat se mêle de certaines affaires, mieux les citoyens se portent.

    En l’espèce, je ne vois pas en quoi un arbitrage ministériel serait non seulement efficace mais en plus fondé. Il n’y a pas un seul FAI en France, il faut laisser les internautes prendre leurs responsabilités : rester chez Free et valider cette façon de faire ou changer de fournisseur et pourquoi pas, faire appel à un FAI indépendant et neutre.

    De la même façon, même s’il est évident que Google affiche une certaine domination, nous savons aussi pertinemment que les situations de monopoles ou de quasi-monopoles ne sont absolument pas éternels encore moins en matière de Web.

    C’est limite une bonne chose cette affaire : elle permettra peut-être à certains d’ouvrir les yeux sur certaines choses ;)

    1. Tris, si un arbitrage ministériel était efficace, ça se saurait. Free a fait une opération de communication, et ça fonctionne, ils ont créé le buzz. Du coup Fleur Pellerin a couru.
      Je ne vais pas développer tout de suite ce que j’en pense, mais déjà techniquement un truc me dérange car toute la presse semble gober qu’une freebox avec ses petits bras musclés est capable de dégommer la pub des pages web.. ok, mais pas moi et il suffit de regarder le traitement des pubs sur les videos de Youtube pour se rendre compte qu’il y a comme une couille dans le bouzin.

      Mais tout va bien, free a réussi son coup de comm’ et plus personne ne parle de légiférer sur la neutralité du Net, Free fera la loi en passant par la jurisprudence pour une infime partie de cette lourde question.

      1. Mhm, Free pourrait avoir intérêt à la neutralité du Net.

        Phase 1 : faire entrer la notion de façon édulcorée
        phase 2 : faire en sorte qu’il soit reconnu que techniquement Free ne touche pas au réseau (cf. argumentation de sieur Bayart, que je salue s’il passe par là)
        phase 3 : s’appuyer sur les deux étapes précédentes pour expliquer qu’il n’y a pas d’atteinte à la concurrence, puisque l’internaute « choisit » son « internet » « à la carte ».
        phase 3bis : proposer des offres à la carte, fin de l’illimité, et la boucle est bouclée.

        ps : c’est juste un début de possible raisonnement, je concède aisément qu’il n’est pas très rigoureux ^^’

        1. désolé pour l’autocomment’, mais dans le sens de ce que je voulais dire: le point de vue de Laurent Chelma

          « Force est de constater que le marché seul semble désormais incapable de garantir les libertés minimales du citoyen numérique. Pour autant – et les exemples récents des Pays-bas et de la Slovénie le montrent bien – une législation qui ne serait basée que sur la seule affirmation du principe de neutralité, toute symbolique qu’elle soit, n’aurait que peu d’effets: forcément très technique, autorisant les atteintes à la neutralité « pour les besoins du service » en fonction des technologies existantes (en ignorant celles de demain), elle limiterait l’innovation en sanctuarisant la structure présente (et fort peu neutre) du réseau tout en ignorant les causes réelles des différents problèmes qu’on a enterrés sous ce dogme unique de « neutralité ». »

          http://blog.fdn.fr/?post/2013/01/10/L-accompagnement-de-la-r%C3%A9volution-num%C3%A9rique%3A-une-chance-pour-la-France

          1. Soit Laurent Chemla est devenu sénile, soit il est devenu bisounours.

            Le chiotte de Pellerin, pardon le cabinet, adoooooore jouer mumuse avec les bisounours comme avec des marionnettes!

            Hallucinant ces dinosaures du net pourtant ex-géniaux qui se laissent mettre un doigt le sourire aux lèvres! Il leur manque comme un zeste de conscience de ce qu’est devenue la « politique » en France et en Européanie!!!

  6. pfffffffff …
    ma route départementale est pas neutre quand mon CAUE réglemente l’affichage publicitaire ?

    ou ma route départementale est pas neutre quand michelin ecrit à l’encre sympathique les destinations qui douillent pas ?

    ou ma route départementale est pas neutre quand michelin indique que les destinations ou vont les cons ?

    putain, la neutralité est un mythe … ( et par la même occaze, l’utilisation d’un blocage de pub quelconque est en passe de devenir une atteinte au droit d’auteur … ) … germaine , sors le baygon , y a des mythes …

    1. Car le spam ne fournie pas de service, de contenue qui intéresse les internautes, il tombe généralement dans nôtres boites au mail alors qu’on a rien demander… Alors que lorsqu’on surf sur un site web nous y somme allez car nous cherchons une info ou un service et que pour fournir ce service faut payer salarier et donc gagner de l’argent.
      Franchement si tous le FAI met un anti pub, il y aura un vrais crise de web en France avec des nombreux site qui vont disparait et seul les e commerce, marque blanche, comparateur de prix ou service payant pourront survivre.

      1. Tout comme la pub, le spam est un moyen de paiement pour un service que tu utilises, seulement c’est généralement un contrat caché, sans spam de nombreux services n’existeraient pas non plus car le spam paye ces services.

        La publicité elle paye le service mais ne le fournit pas, en tant que telle la publicité est un contenu du point de vue de l’expéditeur (comme le spam) mais rarement du point de vue du consommateur qui la voit comme le spam : de la pollution.

        Si tous les FAI proposent un filtre anti pub, que tous les internautes activent (ce qui devrait être la façon de faire correcte), situation que j’appelle de mes vœux, une autre catégorie survivra : les sites de passionnés, pour les passionnés, qui ne se posent pas la question de la rentabilité. Ce sont ces sites qui m’intéressent.
        Le web 2.0 c’est quand même quelque part la centralisation de tout ce contenu gratuit au profit de quelques uns, car sur de nombreux site le véritable contenu est offert gratuitement par les utilisateurs tandis que l’argent des pubs va dans la poche de ceux qui proposent simplement le lieu de rendez vous et le sujet.

      1. Ok, grâce à un lien trouvé plus bas j’ai pu voir la réponse sur twitter, enfin je crois :

        « ne confonds pas contenus postés non sollicités avec des pages Web appelées par L utilisateur stp »

        Ca me semble bien court (forcément twitter …) mais je vais tenter de faire avec.
        Déjà une disctinction technique, oui le spam c’est de l’email donc initié par l’envoyeur, tandis que le web est initié par le receveur.
        S’arrêter à la simple technique pour dire que c’est pas la même chose sans aller dans l’esprit des actions me parait stérile, en effet techniquement il me parait difficile de trouver un équivalent, tandis que dans l’esprit spam et pub sont quand même très très semblables.

        Avec cette réponse tout ce que je dirais c’est donc que techniquement et seulement techniquement bloquer les pubs pourrait violer la neutralité du net alors que bloquer les spams non, mais je n’ai aucune réponse sur l’esprit. Et dans l’esprit j’insiste : c’est la même chose.

        Voyons techniquement maintenant : à quoi pourrait comparer ? Le phishing ? N’est ce pas là très similaire techniquement ? Un blocage anti-phishing proposé par un FAI par défaut violerait il la la neutralité du net ? La réponse sera peut être oui mais qui s’en offusquerait ?

  7. Je cite :
    « le dispositif en question filtrerait les urls des régie publicitaires depuis lesquelles les contenus sont appelés par des scripts servant de la publicité. C’est une théorie, mais ce n’est pas la seule, et la notre est sensiblement differente mais il est probablement trop tôt pour affirmer quoi que ce soit. »

    Trop tôt peut-être mais vous évoquez le sujet : le DPI est j’imagine une alternative !?

      1. Ca serait sympa d’être un peu plus précis ;)
        Là c’est juste du FUD quand tu sous-entends qu’il y a du dpi dans l’histoire :(
        Tiens, d’ailleurs, il est où le module dpi ? dans la friboite ou plus loin dans le réseau ?

          1. Même question, vous sous entendez le dpi, vous avez des pistes ? Fabrice Epelboin a fait de mémoire un rapide rapprochement avec qosmos sur twitter.

  8. Je n’arrive pas à voir la pub comme du contenu, je la vois plutôt comme du bruit rajouté au signal sans mon consentement. Est ce que la coupure pub fait partie intégrante d’un film? Pas plus que les bannières d’une page à mon avis. ça va surement pas plaire aux PURiste de la neutralité du net, mais moi mon réseau je le trouve plus neutre sans pub.

    1. Ben t’es un putain d’égoïste, car sans la pub (même si elle est souvent abusée, sur les sites les moins intéressants toutefois) il n’y a plus d’internet.

      Tu pourrais, toi, payer a chaque fois que t’arrive sur un site pour avoir le droit de l’utiliser ? Oui ? Ben t’es un des seuls.

      Seule la pub permet aux maximum de gens d’avoir accès gratuitement au contenu, et aux petits webmasters de survivre.

      Autant utiliser adblock peut se comprendre, autant la c’est de l’égoïsme, vous voulez le beurre et l’argent.

  9. A la base, la pub est un concept étrange.
    Penser que des internautes vont acheter du viagra parce qu’ils s’en reçoivent dix pop-ups par jour sur la gueule…
    Oh, je sais, dans le tas il y en aura toujours qui se sentiront obligés. Mais quand même, c’est bizarre de dépenser autant d’argent pour des clients très très imaginaires.

    1. C’est « l’angle d’attaque » qu’ils ont choisit qui est tout pourri…. le problème est très sérieux.

      Le financement par la pub, quelque soit le support, est la 1ere forme de censure, un formidable outil de propagande en somme.

  10. Pas bien compris comment il marche leur truc. J’ai essayé sur le site de Nikopik et j’ai pas vu de différence.
    Maintenant j’attends surtout une comm de Free, car c’est assez facile de déployer une nouvelle option en opt-in par erreur (t’as fait ton recettage, tout va bien et tu déploie en oubliant de réinitialiser les paramètres)

    Par contre je me dis que si Free est capable de déployer une telle option en opt-in c’est que tous les opérateurs à machin box sont capables de le faire et sans forcément que ça se voit

  11. Pour mémoire…

    —————
    From twitter
    —————

    4 Janv Philippe Aigrain @balaitous

    pub = spam donc doit être « géré » par les usagers finaux et leurs représentants proches, pas par les intermédiaires de réseaux 1/2

    4 Janv Philippe Aigrain ‏@balaitous

    et le faire par la prise de contrôle sur les DNS dangereux, demain re-routeront les domaines vers offres commerciales ? 2/2

  12. Je souhaite réagir à cet article en précisant une chose très importa

    [qu7 alert %$ FREE blocking service *** ce contenu est bloqué pour cause de non respect de la charte X.N FREE CORPORATED *** afin de protéger l’intégrité de votre cerveau]

    rement à ce que d’autre pensent. Je sais que mon message a pu choquer, mais nous somme encore dans un pays libre et la liberté d’exp

    [ qu2 alert %$ FREE blocking service *** …
    ]

  13. > Google Adsense, NetAvenir, AdTech directement impactés rapporte Numerama.

    C’est faux.

    J’ai mis en place un site qui permet de tester si un nom de domaine est bloqué ou pas : http://downforeveryoneorjustfree.fr.nf/ , et après avoir testé de nombreux noms de domaines, issus de listes de filtres ou de sites français, il se trouve que seules les pubs Google/YouTube sont bloquées.

    Les pubs NetAvenir et AdTech (utilisé par exemple par Numerama) ne sont, elles, soumises à aucun blocage.

  14. Je vais donner mon avis d’utilisateur de Free avec un esprit totalement neutre critique. (Accrocher vous, ça va être assez long)

    J’aime Free pour une chose, le prix de leurs offre (je vous la détail pas mais je pense qu’on fait pas aussi complet pour le prix), la qualité et les services autour.

    Je constate depuis des mois que sur youtube, pour regarder une vidéo de 5 minutes et en basse qualité, il me faut 15 minutes tellement les temps de chargement bloquent… Pourquoi vous me dirais? Youtube (donc google) ne veulent pas investir dans des serveurs en France, ce qui fait que NOUS Français, on dois aller chercher les vidéos à l’autre bout du monde.

    Alors je dirais que Free fait un peu la révolution pour nous, ils combattent Google sur un terrain que nous n’avons pas, le porte-feuille Je bloquais depuis longtemps les pubs avec l’extension adblock mais je suis enchanté, ravi et fier que Free le fasse pour nous.

    Un soucis éthique? Ah pas le moins du monde !!! Merci Free et pour le coup, je suis fier de vous !!!

  15. Bon Mr Blue, qu’est ce que tu fous??? La France entière attends ton avis crénom.

    1. qui, comment ils ont fait, à quel niveau?
    2. (en option si tu pètes la forme) pourquoi?, mais stp pas du genre Free il est pas content à cause du méchant Google, plutôt du genre top&wide level comme tu sais si bien faire

    ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *