Deep Packet Inspection : dropus packetus horribilis #eG8

Quand le Deep Packet Inspection, dans le cadre de l’utilisation faite par un fournisseur d’accès à Internet, dépasse le strict cadre du bon fonctionnement de son réseau, on peu affirmer que l’opérateur se rend coupable
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

1 thought on “Deep Packet Inspection : dropus packetus horribilis #eG8”

  1. J’avoue que je ne suis pas un expert sur le fonctionnement des FAI (comment ont deal mes données quand je consulte tel ou tel site surtout) et avant de lire des blogs comme ici ou là, j’ignorais tout simplement ce qu’était les accords de pearing et autre coût des fibres sous-marines.
    Pour moi, un FAI c’était une entreprise qui posait des fibres optiques, des routeurs, des cartes dans des DSLAMs et qui « gérait » le réseau (serveur DNS, mail, etc …).

    Maintenant je vais faire mon avocat du diable (il en faut bien hein :P) mais je peux comprendre que certaines connexion soit « réduite » en débit si effectivement elle coûte plus chère à l’opérateur ou que cela agace un peu un FAI de payer X (fournisseur de la bande passante de YouTube) et que Y (youtube dans notre cas) gagne de l’argent avec ce débit.
    Du point de vue du FAI, cela donne l’impression d’un deal « perdant/perdant », mais cela donne aussi une impossibilité de prévoir un prix pour un abonnement internet.

    En poussant la réflexion plus loin, n’a ont pas un risque en critiquant absolument la gestion de réseau (le réseau doit être neutre, aucun contrôle de rien du tout) de voir les abonnements évoluer vers un paiement « au débit » avec une facture détaillé comme en téléphonie mobile (tant vers les US, tant en mail, tant en FTP, tant en accès externe sur votre serveur « home ») ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *