Bienvenue dans un avenir sombre

Tu t’es vu quand tu as voté ? Ce pourrait être le prochain slogan à la mode. Les Français ont voté dimanche pour le premier tour de l’élection présidentielle. A priori et sauf grosse surprise,
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: Antoine Champagne - kitetoa

Dinosaure du Net, journaliste à ses heures. A commis deux trois trucs (Kitetoa.com, Aporismes.com et Reflets.info).

51 thoughts on “Bienvenue dans un avenir sombre”

  1. Dommage la généralisation gratuite sur les startups à la fin.

    Mélenchon avec son talent d’orateur et son timing de sauveur n’avait qu’à faire 2-3 concessions et faire un peu moins peur sur certains points pour passer au 2nd tour…

    Bref oui Macron c’est le statuquo pour 5 ans (je ne crois pas à une libéralisation massive, ça va être dur face à un clivage massif dans les urnes d’avoir la majorité aux législatives), mais c’est toujours mieux que Le Pen, amha.

    1. Je n’ai pas dit que ce serait pire avec Macron qu’avec Marine Le Pen. J’ai dit que les deux nous préparent un avenir sombre. Les législatives sont un gros problème pour Macron et je crois bien l’avoir entendu lire qu’il se passerait du Parlement pour ses principales réformes de début de mandat.

      1. « Si les Français se décidaient pour Emmanuel Macron… Là, ce serait un peu plus lent, mais le pire est à craindre également.  »

        Cette phrase peut porter à confusion alors.

        Toujours pas de changement d’avis sur les startups ? ;)

        Je ne pense pas que Macron abuserait du 49-3 en début de mandat… J’espère avoir tort… Et quelles sont ses principales mesures ?

        1. Pour les start-up, j’ai commencé à me moquer de ce truc dans les années 90 en théorisant ce qu’était la e-connerie (en lieu et place de la e-économie). A l’époque ça a fini avec une crise financière assez importante. Aujourd’hui, il n’y a pas de raison pour que ça ne termine pas de la même manière quand on voit les conneries que peuvent raconter les gens dans ce domaine tout en se prenant très au sérieux. Le vide n’a jamais fait du plein.

        2. C’est con mais un président même tout puissant ne fait de 49.3 car il ne propose pas de loi. C’est au gouvernement que ce plaisir échoit, et comme cité plus bas, Macron ce sera par ordonnance qu’il va casser tout le modèle social de ce pays.

  2. Questions qui piquent:
    L aile droite du ps veut elle rester avec une aile gauche qui ne veut pas de sa politique et aller chez macron ?
    L aile gauche chez melenchon ?
    (Tentant de se dire qu elle aurait pu battre macron)
    Le fillionisme ringardisé chez les republicains pour donne un parti « manif pour tous », interface droite-extreme droite ?
    Tandis que l aile gauche de l ump (NKM) ira chez macron ?

    Ca serait un changement politique, mais juste un changement d appareil.

      1. Je considère kitetoa comme quelqu’un d’intelligent, je suis abonné au flux RSS parce que j’ai appris des choses sur reflets.info, donc j’en attends aussi une certaine qualité et ce point de vue péjoratif sur le libéralisme me déçoit. Que préfère-t-il pour lui ? Une planification démocratique (républicaine ?) où d’autres décident et imposent ce qui est bon pour lui ?

          1. Le néo-libéralisme, c’est in, m’voyez. Ca fait 30 ans qu’on le pousse de plus en plus, partout, à fond, que ça donne n’importe quoi n’importe où, mais tout va bien.
            John Galt, le FMI lui-même commence à rétropédaler (touuut doucemeeent) sur le sujet « oh euh peut-être qu’avec une erreur de calcul légère, qui chamboule juste tout, et sans réflexion au-delà des nombres (qui sont fa-ctuels!), on s’est salement foirés sur les bienfaits l’austérité. Ah et on me dit que la théorie du ruissellement c’est de la merde maintenant qu’on l’a vérifié de façon ma-thé-ma-ti-que. » J’vous jure.
            Même qu’on peut le lire dans des articles Décodex-approved :
            http://www.liberation.fr/futurs/2013/01/08/oups-le-fmi-s-est-trompe-sur-l-austerite_872394
            « Selon eux, l’utilisation d’un mauvais coefficient de calcul a débouché sur une sous-estimation des effets négatifs de l’austérité en Europe. »
            A mes yeux, ce sont tous des doux dingues qui se rêvent en voyants et voyantes du futur économique, pouvant plier les chiffres de l’économie mondiale à leurs désirs et leurs règles sans se soucier des vrais gens en-dessous. Si si, puisque l’homme néo-classique (au coeur de la théorie néo-libérale) est considéré comme rationnel. Donc ils se foutent des vrais gens qui sont tout à fait irrationnels (je ne dis pas à 100%, mais ils partent du principe qu’on achète toujours ce qu’il y a de moins cher, de raisonnable, etc).
            https://www.monde-diplomatique.fr/cartes/courantseco
            Re-FMI
            http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/11/04/un-audit-interne-du-fmi-critique-les-mesures-d-austerite-budgetaire-prises-apres-la-crise_4518016_3234.html
            Ruissellement
            http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/06/15/les-inegalites-de-revenus-nuisent-a-la-croissance_4654546_3234.html
            https://www.marianne.net/economie/fmi-ses-economistes-se-plantent-tout-le-temps

  3. Bonsoir,
    C’est bien beau tout ça mais ça ne fait pas beaucoup avancer le schmilblick…
    Pour quel(le) candidat(e) aurait-il fallu voter d’après vous? Voter blanc? S’abstenir?
    Ce sera Macron, par défaut surement, mais bon, faut faire avec ce qu’on a.
    Tant qu’à choisir je préfère Emmanuel à Marine.
    Cordialement.
    D.

  4. Chers journalistes de Reflets, pouvez-vous me définir ce que signifie «ultra-liberal» ?
    Parce qu’à mon humble niveau, je ne comprends malheureusement que le terme «liberal» et que je n’ai pas la sensation que celui-ci soit véritablement adapté dans ce cas-ci.
    En vous remerciant,
    Un lecteur qui vous a soutenu dans les moments difficile mais qui regrette la tournure que prend la ligne éditoriale de Reflets depuis quelques temps.

    1. Je trouve que le côté ultra-libéral est à peine caché derrière un vernis technique de financier… Il cache pas très bien sa volonté de déréguler le secteur de la finance post-crise de 2008 ( les accords de Bâle ont été signés notamment pour empêcher de se retrouver dans une situation pareil à la dernière crise, insuffisant pour moi mais c’est pas le problème ).

      « Selon lui, les régulations adoptées après la crise (Bâle 2 et 3, ainsi que Solvency 2), ont incité les acteurs financiers à désinvestir. Ces régulations ne sont «pas adaptées à la France», qui est une économie désintermédiée. » ( source AGEFI: http://www.agefi.fr/regulation/actualites/article/20170306/emmanuel-macron-veut-reprendre-main-regulation-212897)

      Peu importe qui passe dans les 2 cas, on va en chier en bas de la pyramide ( et si c’est pas nous, ce sera soit nos ainés ou nos enfants ).

  5. Je trouve votre point de vue intéressant, mais je vois la chose autrement.
    Depuis des décennies, nous étions enfermés dans un système bipolaire droite/gauche dont la seule réussite aura été de s’auto entretenir. Le seul vote pour en sortir de ce système jusqu’à présent c’était le vote FN, qui avait son lot d’inconvénients (c’est peu de le dire).
    Hors aujourd’hui, aucun des 2 grands parti n’est passé au second tour ! Certes Macron est un émanation d’un des 2 partis en question, mais il a été élu sans l’étiquette dudit parti. Demain, on pourra être élu sans le soutien des grands parti, et déjà, rien que ça, je trouve ça pas mal.

    Ensuite, pour le reste de l’analyse, je pense qu’on a, avec cette élection, bouleversé le clivage droite / gauche, qui ne représente plus les aspirations des français. J’ai l’impression que l’on tend plus aujourd’hui vers une opposition républicain / démocrate. Bien ou pas, en tous cas c’est un changement qui bouleverse la lecture politique selon moi.

    Enfin, je précise ne pas être un fan de Macron, je le regarde de façon plutôt neutre. Mais c’est la première fois depuis que je vote (j’ai 37 ans) qu’un candidat me donne de l’espoir. Seulement de l’espoir. Je ne crois pas en leurs promesses. Mais ce qu’il représente (un centre gauche, un certain renouveau) me permet d’espérer des changements qui iront dans le bon sens. Je crains aussi que tout ne soit pas rose (ho ho), mais ça faisait des années que je votais par désespoir (chirac, sarkozy, hollande…), et pour une fois, ben c’était pas le cas. Même si ce n’était pas un vote de totale adhésion, ce n’était au moins pas un vote de rejet.

    1. C’est rare de lire un électeur de Macron dans ces internets.
      Vous seriez prêt à ré-acheter le même mauvais yaourt que vous n’aimez pas simplement si le packaging changeait ?
      Quel renouveau pouvez-vous espérer d’un centre-gauche qui était au pouvoir tout au long du précédent mandat présidentiel ?

      1. Oula.
        Je ne suis pas d’accord avec l’assertion sous-tendu par vos questions.
        Macron n’est pas Hollande. Ils ont surement nombre d’idée similaire, peut être même la même vision (si tant est qu’ils en ait une) mais en aucun cas je ne soutiendrais quelqu’un qui prétend que Macron=Hollande.
        L’avenir me prouvera peut être que j’ai tord. En attendant, Hollande à été élu un peu par hasard, avec l’étiquette PS. Macron est au 2eme tour, pas par hasard (au contraire même dirai-je) et sans étiquette de grand parti.
        Ce n’est donc PAS le même yaourt. En tous cas, on me l’a vendu comme un yaourt différent. Et s’il s’avère que le yaourt est aussi mauvais que l’ancien, j’ai toujours l’espoir que les vendeurs de yaourts analyseront pourquoi j’ai acheté le nouveau yaourt et pas l’ancien.
        Que l’astuce soit avec vous !

        1. C’est dingue ça, même quand j’essaye de ne pas être offensant je n’y arrive pas ! Alors que vous êtes comme une poule qui est entrée dans une cage à renards, et ça c’est si rare et si remarquable que ça mérite un effort de ma part.
          Pourquoi une telle foi dans le marketing ? Si on vous vend un yaourt avec comme promesse commerciale qu’il est différent du premier, vous ne croyez pas qu’il y a justement un loup ( ou un renard ) sur cette différence promise ? Le marketing politique sévit déjà depuis de trop nombreuses décennies et entubent les citoyens à chaque élection majeure pour le résultat désastreux que l’on connaît, pourquoi persister alors que cette année beaucoup de candidats ont abandonné ces procédés ?

          1. J’essaie d’analyser la situation du mieux que je peux.
            Pour moi, aujourd’hui, tout est marketing. Tout doit être étudié et calibré pour convenir à telle ou telle catégorie de personnes.
            On peut le regretter, mais c’est un constat. Alors pourquoi ne pas utiliser ledit marketing pour faire passer des messages ?
            Les promesses n’engagent que ceux qui y croient. Je ne vote donc pas pour macron en me disant qu’il va respecter ses promesses. Je vote pour macron en me disant qu’aux prochaines élections, les candidats analyseront la victoire de macron et s’adapteront surement en fonction pour glaner plus de voix.
            Je vote donc plus pour ce qu’il me semble représenter que pour ce qu’il est. Je vote donc pour ce qu’il nous vends. Et si c’est du vent, ça ne change pas grand chose pour moi. De toutes façons, c’est ce que j’aurais eu (du vent) et vendu comme tel si j’avais donné ma voie à n’importe quel autre candidat.
            Enfin, quel candidat n’a pas fait dans le marketing ? Ca m’intrigue ?

          2. Pourquoi ne pas utiliser le marketing pour faire passer des messages puisque tout est marketing ? Parce que ce n’est pas souhaitable, bien évidemment ! Et au lieu de bosser j’allais tabasser des vieilles pour leur piquer le portefeuille ? Bah quoi ? les gens sont violents et le monde est cruel, c’est un constat !
            J’ai beaucoup de mal avec cette foutue tendance à prendre pour des réalités immuables des règles sociales ou des tendances délétères. Ces choses-là se changent grâce à un truc qui s’appelle la politique. C’est à dire exactement le contraire de ce que fait Macron qui se contente d’entériner des pseudos réalités et de s’y adapter au lieu de faire son taf en essayant de les changer.
            Et pourquoi ne pas utiliser le marketing ? Parce qu’on l’a fait moins à un électorat de plus en plus allergique à la langue de bois.
            Fillon et Hamon ont cessé de faire dans l’incantation oratoire en exposant clairement et sans détours leurs programmes.
            Mélenchon a contourné les médias traditionnels en déroulant sa propagande sur Youtube relayée par une communauté qui a débattu (ou spammé) dans chaque espace d’échange.
            Marine Le Pen, elle aussi soutenue par la fachosphère, a développé depuis longtemps une novlangue lui permettant de tenir à son auditoire un discours ouvertement raciste mais sans aspérités laissées aux offusqués.
            Tout n’est pas marketing. Derrière ces candidats il y avait de l’indignation, de la révolte, du rêve, de la haine, et même des fois de la réflexion.

          3. Encore une fois je ne suis pas d’accord avec vous.
            Tout d’abord je précise que ce n’est pas parce que je constate un fait et m’y adapte que ça en fait de facto une règle immuable.

            Ensuite, la droite nous a bien vendu un Fillon unique recours contre la débandade que tous les autres candidats auraient créé (son programme était le seul (!!!!) à pouvoir redresser la France).
            Peut être que Hamon n’a pas été marketté, pour le résultat qu’on connait (je ne crois vraiment pas que l’électorat soit devenu allergique à la langue de bois. Vous oui, moi peut être, mais la majorité non)
            Pour Melenchon, il a beau avoir créé le débat (avec de vrais morceaux de réflexions dedans) et lancé un beau mouvement mais en grand communicant qu’il est il faut être naifs pour ne pas voir le marketting (quelqu’un a dit hologrammes ?)
            Enfin le FN… leurs seul point commun c’est la xenophobie. Le reste on dirait du Trump (populisme, anti-systeme mais quand même c’est bien d’en profiter du système) : marketing.

            Bref, pas d’accord avec vous.

          4. Je ne pense pas que vous lirez ce message deux jours après le dernier post vu qu’il n’y a pas d’alertes…mais j’ai besoin d’écrire ça quelque part.
            Fondamentalement, le marketing ne sait pas parler aux tripes.
            Même si les candidats précédemment cités ont eux aussi utilisés des techniques de com politique, Ils n’ont pas cherché à dérouler un argumentaire commercial pour répondre aux objectifs d’achats d’une cible électorale. Ils ont parlé aux tripes. Parfois pour manipuler, mais parfois aussi sincèrement.
            Je sens dans mon entourage qu’il y a une prise de conscience colérique qui monte à l’égard de Macron depuis son escapade à la Rothonde et depuis que Hollande a appelé à voter pour lui. Pas chez des « geeks libertaires de l’info » comme moi que je fréquente d’ailleurs peu physiquement mais chez des retraités, des artisans, des employés…
            Vous avez peut-être raison d’écrire qu’ils ne sont pas tous allergiques à la langue de bois, mais tout de même… comme chacun ils détestent être pris pour des cons. Là, en ce moment, ils sont en train de s’en rendre compte. Iront-ils voter Macron pour faire barrage à Le Pen en se sentant insultés ? Je n’en suis vraiment plus sûr du tout.
            Les égarements du marketing politique portent déjà une lourde responsabilité dans l’élection de Donald Trump. Il serait grand temps de prendre conscience de ses limites pour éviter de réitérer l’exploit le 7 mai prochain.

          5. J’arrive bien tard, mais j’ajoute ma petite graine ici.
            http://lehub.laposte.fr/tendances/crm-gamification-micro-ciblage-marketing-politique-se-reinvente?page=article
            De nos jours, ce qui est inquiétant, c’est que les politiques ne présentent pas (tous) une vision de la France, un espoir, une histoire à venir. Ils et elles présentent ce que les électeurs veulent basés sur des sondages et des applications. Ils et elles présentent des projets à « manager » et « gérer » comme dans une entreprise qui aurait le seul chiffre pour horizon.

            Personne ne peut souhaiter cela honnêtement, si ?

    2. Il a ete elu parce qu il y avait un gros vide au centre.
      Un socialiste dogmatique assez a gauche pour faire concurrence a un autre mec de gauche et un fillon catholique (repoussoir) caricaturalement pro patron.
      Macron passe grace a ces choix et a bayrou de l aider.
      Ah oui, il faut aussi qu il passe pour le seul candidat raisonnable.
      Autrement il ne passe pas.
      Ca fait quand meme beaucoup de choix qui dependent des partis traditionnels que l on appelle le systeme…
      Macron, n est pas une nouveauté du tout…

      1. C’est vrai pour le vide du centre. Pour le reste … c’est une analyse qui a du sens. Ce n’est pas la mienne.
        Déjà, ce n’est pas un mec à gauche qu’il a battu, mais bien 2. Alors même qu’il est unanimement décrié comme étant trop de droite. De plus, le vote Mélenchon prouve s’il en était besoin que c’est bien le système bipartite qui est sanctionné et que ce n’est pas juste un effet d’aubaine (même s’il y a bien eu e une aubaine)
        Enfin, j’aimerai savoir comment vous pensez qu’il serait possible de sortir de ce système autrement que par des choix qui « dependent » (j’ai compris au sens large) des grands partis, sans tout faire péter (révolution) ?
        Personnellement, je trouve la voie d’Emmanuel Macron non dénuée d’intérêt. Si ca marche, on a tout gagné (réforme du système), sinon, on en sera au même point (et on pourra repenser à la révolution). Au moins on aura pas reculer (contrairement aux 4 précédentes élections).

        1. Tiens, trouve moi un centriste pres a quitter l europe si ca ne marche pas.
          (Ca manque).
          Tous les partis proche du centre son europeen et les autres passent pour extremistes et irreconcialiables.
          Leur division contribue au maintien de la meme politique.
          (Absence de choix reel)

          Ce que je n aime pas chez macron, c est aussi son style.
          Jamais accroché au style « capital » (emission tele) et au figure de style type « double bind », digne de la PNL.
          On va voir l enervement que ca provoque assez vite…
          Parlons de ce que melenchon appelle la mediacratie:
          Je n aime aussi pas Macron pour ca: forgé de toute piece par les medias.

          1. Là, las, je doit bien avouer ne pas comprendre votre message. En tous cas, je vois pas bien le lien avec le reste de la discussion. J’ai besoin éclaircissements.

            Je ne vois pas ce que le centriste voulant quitter l’europe viens faire là ? Ça manque ? Oui, euh … le dahu manque aussi non ?

            Pour ce qui est du style, je suis d’accord, on aime, on aime pas, libre à chacun. Mais comme dans mon esprit, je n’ai pas voté pour lui mais pour ce qu’il représente (pour être plus juste, pour ce qu’il nous a vendu) , je m’en bat l’oeuf ^^

          2. Vous m avez demandé comme sortir de CE systeme sans faire tout peter.
            (Sortir du systeme sans faire une revolution n etant pas possible).
            Donc exemple?
            On considere CE systeme comme etant l europe, qui personnellement me pose un probleme, alors qu elle ne m en posait pas au depart.
            Tu prends un mec centriste dans son image et qui justement ne donne pas l impression de tout faire peter.
            (Note que ma propre moderation est tres relative, puisque je vais avoir tendance a voter pour ce que j estime etre mon interet et pour mes choix de societe).
            Donc tu prends ce mec moderé et antieuropeen et tu fais sortir la france de l europe.

            Et donc la, par exemple, tu changes « CE » systeme.
            Il y des chances qu on regagne un certain controle politique en quittant l europe au passage.
            (Quoi que ce point là me derange plus dans le principe).

          3. Je vous souhaite une bonne et looooongue attente avant de trouver cet homme providentiel… en attendant…

    3. Rapporteur de la commission Attali sous Sarkozy, ministre de Hollande, soutenu non par le parti socialiste peut être mais par tous ceux du parti qui qui ne tolèrent pas l’aile gauche portée à sa tête par les électeurs des primaires… Rien n’est bousculé dans le clivage gauche droite, il s’est dit lui même social démocrate en conclusion de son discours de dimanche : c’est la position majoritaire du PS depuis des décennies. Je ne parle même pas de son ascension bien préparée en amont par ses amis des cercles du pouvoir financier et politique et du matraquage médiatique (tiens c’est les mêmes cercles les patrons de médiats?).
      Je reconnais une très belle réussite des tenants du pouvoir financier de l’avoir placé jusque là et malheureusement pas même besoin de chercher un quelconque complot, c’est juste là, public, sous nos yeux, rien de caché! Mais des gens comme vous (beaucoup de gens) arrivent à dire « tiens c’est nouveau »… Alors qu’il n’y a pas l’once du début d’une miette de nouveauté, je comprend pas? c’est très très étonnant sincèrement ça me dépasse. Autant l’argument de « autant continuer comme ça j’ai peur du changement » je peux l’entendre, mais l’argument de la nouveauté je n’ai pas la moindre idée de où il peut sortir?

      1. Melenchon, que je trouve d ailleurs sympathique et innovant: peur de la revolution rouge.
        Le pen peur de la revolution tout court.
        Notons que si je devais voter pour elle (je ne voterai pas mais..), ca ne serai pas pour qu elle aille au pouvoir… mais mauvaise idée…
        Comme je le dis plus haut, ce qui manque c est un mec non anxyogene.
        Asselineau est trop verbeux.

  6. Le paragraphe « incohérence » liste une longue série de questions entrainées par ce postulat sur les motivations des électeurs: « s’il s’agissait de sortir François Hollande » et qui conduit à cet apparent paradoxe du vote Macron.

    En fait le vote Macron n’a sans doute que très peu à voir avec un quelconque vote sanction contre Hollande. Il est même assez probable qu’en ce qui concerne François Second, la vaste majorité des électeurs l’ait déjà oublié et du fait qu’il ne se représente pas (la meilleure décision de son quinquennat) ne lui tiennent même plus rigueur de toutes ses âneries.
    Analyser les motivations de ceux qui se sont portés sur le prochain CEO (le 2nd tour est juste un affaire de spectacle) de la startup France est une tâches éminemment complexe qui va régaler nos marcketeux-scocio-plotico-analystes-communiquant et auquel chacun peut se livrer sans rougir vu la médiocrité des précédents.

    Alors voilà en vrac et dans le désordre, mes propres hypothèses sur les origines du vote Macron :
    – La peur du changement, le maintien de l’équilibre chancelant de l’ordre établi, bref une certaine forme de conservatisme. Le syndrome du encore 5 min M. le bourreau car ceux-là le sentent confusément : le mur est devant nous mais souhaiteraient bien voir l’impact différé à plus tard voir à la prochaine génération
    – Pour les ambitieux, les envieux de costards à 2 plaques (encore qu’au vu des déboires collatéraux qu’ils peuvent causer …), et qui se rêvent milliardaire grâce à un business angel de président. Le syndrome du rêve américain
    – Enfin il y a les perdus, qui ne savent plus ou qui n’ont jamais su et qui votent dans la direction de laquelle pousse le vent (ou plutôt la formidable machine de propagande) et auquel le programme de Macron « parlent » bien en ne disant rien et ainsi d’entendre ce qu’ils veulent. Le syndrome mouton.
    L’élection de Macron prend alors une certaine cohérence voir logique. Les conservateurs seront rassurés par un politique de continuité et la préservation de leurs acquis, les investisseurs comblés par une réorientation de la fiscalité en leur faveur et les moutons bien gardés.

    Que demande le peuple ? …. > :->

    1. Je suis bien aise de me découvrir mouton.
      Je pensais plus ranger les électeurs de Francois Fillon et de Marine le Pen dans cette catégorie mais bon.
      Ah attendez, je crois comprendre : aurais-je heurter quelques électeurs de mélenchon qui voyaient en lui le salut de l’humanité ? Autrement, je ne comprend pas cette aigreur qui anime le fil des commentaires. Je sais bien que Macron n’est pas le messie, je n’ai jamais prétendu le contraire, il me semblait seulement le plus judicieux des choix. J’accepte que tout le monde ne soit pas d’accord avec cette idée. Mais je ne comprends pas pourquoi il est aussi honni ? On ne le connait pas tant que ca.
      Il a fait passer les lois les plus décriés du quinquennat. En tant que ministre, tu fais pas toujours ce que tu veux d’une part, donc ces lois qu’il a fait passer, on ne sait pas ce qui est de lui et ce qui lui a été imposé ; d’autre part, il a réussit à faire passer une loi qui n’était pas bienvenue. Quand on se souvient du foin qu’il y a eu pour le mariage pour tous, il me semble qu’il faut un gouvernant qui sait s’accrocher.
      Enfin, il fait parti du système. Mais s’il n’en faisait pas parti, il n’aurait aucune expérience et aurait été traité d’utopiste qui n’y connait rien. Hors là, j’estime qu’il a drôlement bien joué son coup. Quitter le PS un an avant les élections dans le seul but de ne pas se soumettre aux primaires alors qu’il était à l’époque impossible d’imaginer gagner en dehors du FN/PS/PR. Non seulement c’est bien joué (et ca montre qu’il a une vision a plus long terme qu’il ne laisse paraitre) mais en plus il est resté décent contrairement à ses soutiens du PS. Et plus beau encore, avec tout ca, il a gagné.
      Donc effectivement, soit c’est du gros vent et on va pleurer (on aurait pleuré de toutes façons avec fillon, lepen, melenchon, hamon et dupont), soit il y a vraiment un fond de renouveau et ce serait tant mieux (de l’espoir de renouveau y en aurait eu qu’avec melenchon pour le coup)

      1. Nulle aigreur dans mon commentaire. Le fait est qu’étant arrivé en tête de l’élection présidentielle avec un faible background politique (pour parler une novlangue Macroniene), il est loisible de se livrer au petit jeu des analyses de son électorat mais il y aurait tout autant à dire sur ses concurrents, Mélenchon compris si cela vous perturbe.
        Que Macron ait été subtilement marqueté, habilement vendu et «qu’il a drôlement bien joué son coup », personne ne le contestera. Dans ce domaine le personnage est loin d’être un béotien et est entouré de la crème de la crème des bourreurs de mou. Comme vous avez déjà poussé la réflexion à envisager que tout cela pourrait s’avérer n’être que du vent, rien n’interdit de s’aventurer un peu plus loin sur quelques questions plus ardues : par qui ? pour qui ? et dans quel dessein ?

        PS : Le mouton n’est pas l’animal idiot et dénué de réflexion de l’image d’Épinal mais renvoie plutôt à un certain conformisme et le besoin de suivre un berger : rien de méprisable.

    2. Salut,
      Désole j’ai report votre commentaire sans le faire exprès, je souhaitais juste répondre :s
      Je trouve l’analyse que vous faites du vote Macron assez juste.
      J’aurai ajouté :
      – Les citoyens (on peut les appeler ainsi…?) qui n’ont lu aucun programme mais votent parce que c’est la belle gueule de la télé.
      – Les électeurs qui croient sincèrement qu’en faisant plus de pareil tinté d’un coté moderne startup on ira vers des lendemains qui chantent.
      Je ne crois pas aux théories du complot, Macron a eu le cul bordé de nouille aux tirages des primaires mais comme pas possible et s’est engouffré dans une posture de défiance des partis qui lui a profité.
      Le traitement médiatique archi favorable (je crois que même ces électeurs auraient du mal à le nier) dont il a bénéficié n’a franchement pas porté ces fruits compte tenu de l’investissement incroyable réalisé et du degré de matraquage. 82% des inscrits n’ont pas voté pour lui. C’est une énorme défaite de l’idéologie dominante et des médias et présage effectivement un avenir très tendu et conflictuel. Finalement peut être qu’il sera un déclencheur le Macron. On verra.

      1. Il n’y pas effectivement nullement besoin de recourir à une quelconque théorie de complot (j’ai d’ailleurs jamais bien compris ce que recouvrait ce vocable). Quelques « gros intérêts » bien compris suffisent et trouvent là l’occasion d’amortir leurs danseuses média structurellement déficitaires.
        Quant à la part de chance ou d’efficacité du matraquage médiatique sur le résultat de premier tour, j’avoue bien humblement mon ignorance. Mais cela n’était qu’une mise en bouche, le 2ème tour s’annonce comme le bouquet final du grand spectacle

        PS ; quelle idée aussi Reflets de juxtaposer un bouton répondre avec un « report comment » qui a perdu sa traduction. Mais je vous connais, c’est pour faire hype!

      2. Pour le programme il y a assez peu de candidat.
        Su tu es nationaliste tu as le choix entre NDA et MLP
        Communiste: NA, PP, JLM
        Centriste: EM
        De droite modere: EM
        De gauche modere: EM
        Liberal: EM
        De droite dure: Fillon
        De gauche systeme: Ps

        A moins d etre pour un micro detail d un programme que tu trouves super important, le programme, ce n est pas SI important et donne plutot une idee de la faisabilité.

  7. L auteur se trompe deja sur l election de Hollande. Hollande n a pas ete elu par adhesion a sa personne ou a son programme. Il a ete elu par defaut pour virer Sarkozy.
    De meme, on peut pas dire que Hollande ait « rapidement » eut une orientation liberale avec Valls. Ayrault a ete son premier ministre jusqu en 2014 (soit 2 ans=40 % du quinquennat) et ce qui caracterise helas la presidence Hollande c est le non choix (genre faire coexister au gouvernement Montebourg et Valls). Hollande c est la synthese chere au PS où on melange tout pour satisfaire tout le monde (et contenter personne). Tant que ca s appliquait aux textes du PS, ca ne genait pas grand monde mais quand c est sur un pays c est deja plus genant. Je ne met pas tout le blame sur Hollande, car le grand ecart existe depuis le reniement par le PS de son ideologie en 1983 par Mitterrand. Hollande est simplement arrivé en bout de course

    En ce qui concerne Macron, meme si j ai des reserves sur l homme et le programme, c est quand meme le seul qui parle positivement d avenir, de l Europe. Ca change du retour aux annees 60 (FN) ou de transformer la france en Venezuela bis (l attitude de Melanchon hier soir est digne de celle de Maduro)

    PS: « Ce qui est contesté dans la rue ne le serait pas dans les urnes » ca montre tout simplement que la constestation dans la rue est l oeuvre d une minorité (par ex la loi travail c est Melanchon + Hamon = 27 % des voix). Dans le cas de Hollande, c est vrai que c etait delicat car il n avait aucune legitimité a faire ce type de lois car il avait toujours proclamé le contraire pour etre elu. Par contre au moins avec Macron l orientation liberale c est clair

      1. « François Hollande, portait tous les espoirs des gens de gauche … » Quand je lis ca, je comprends pas que vous pensez que Hollande a ete elu par defaut.

        – Hollande est « porteur d espoir ». Si vous votez contre Sarkozy, Hollande n est porteur d aucun espoir. Son role est juste de virer Sarko. Personnellement Hollande a fait ce que j esperait de lui le jour ou il est entré a l elysee et a raccompagné Sarkozy sur le perron.

        – La victoire d Hollande est une victoire de la gauche : la je reconnais que pour ceux qui y croyaient la désillusion a du être cruelle, surtout sur la fin du quinquennat. Vous l ecrivez vous meme « il a profondément déçu son électorat qui le lui rend bien en ne donnant à Benoît Hamon, représentant du PS dans cette élection, qu’un peu plus de 6% des voix ». Par contre je suis pas sur que vous pouvez associer les 6 % de Hamon aux electeurs qui ne se sont pas senti trompé par Hollande car Hamon etait un frondeur. Les non-décus par Hollande sont allé chez Macron

        J aurai ecrit
        F Hollande, élu par surprise à la primaire du PS (forfait de DSK) puis par defaut à la presidence (rejet de Sarkozy) commence par se comporter comme un premier secrétaire du PS. La recherche de la « synthese », le refus de trancher, lui fait tenir 2 politiques antagonistes simultanément et brouiller complétement le message et la direction dans laquelle il veut mener le pays.
        Hélas, la décru du chômage promise imprudemment ne vient pas et oblitère les perspectives de réélection : il est obligé de faire des choix. Poussé par Valls et Macron, il répudie l aile gauche du PS et s oriente vers une politique économique plus libérale.
        Ne souhaitant pas subir une humiliante défaite vu ses résultats et la non candidature de l épouvantail Sarkozy, il laisse le champ libre à son ex ministre E Macron

        1. Ouai le resumé n est pas mauvais, mais je crois que cette fusion droite-gauche macronesque a du etre voulu par les vieux partis.

          A titre personnel je suis assez suspicieux sur ce systeme de primaire.
          Si je suis un electeur de macron, je vais a la primaire Ps et je vote le mec le plus a gauche.
          Je vais a la primaire LR et je vote le mec le plus a droite.
          Le but ? Avoir le champs libre.
          Je suis FN, je vais a la primaire LR et je vote le mec le plus a gauche.
          Je vais a la primaire PS et je vote le mec qui a le plus de chance de se faire elire comme Ps (montebourg), parce qu il a le passif.
          Si je suis pour melenchon, je vote le ps le plus a droite (valls), qui fait de la concurrence a lepen aussi.
          Je vais a la primaire LR et je vote pour le plus facile a attaquer (fillon).
          Si je suis PS, je vais a la primaire LR et je vote pour le mec qui a le moins de chance (mais la j hesite).
          Toi aussi hack une primaire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *