Journal d'investigation en ligne
Édito
par Rédaction

Vous nous appelez "complotistes", nous nous appelons "réalistes"

Il est toujours bon d'entendre les critiques. Les plus courantes, pour Reflets, portent sur deux points. Nous serions complotistes. Nous aurions un style d'écriture qui nous décrédibilise. Le gonzo journalisme à la mode Web 12.0 ne plaît pas à tout le monde. Complotistes... Sommes-nous vraiment complotistes ? Pas moyen de trouver une trace sur le site d'articles évoquant les Illuminati qui gèrent le monde d'une poigne de fer invisible mais puissante.

Il est toujours bon d'entendre les critiques. Les plus courantes, pour Reflets, portent sur deux points. Nous serions complotistes. Nous aurions un style d'écriture qui nous décrédibilise. Le gonzo journalisme à la mode Web 12.0 ne plaît pas à tout le monde.

Complotistes... Sommes-nous vraiment complotistes ? Pas moyen de trouver une trace sur le site d'articles évoquant les Illuminati qui gèrent le monde d'une poigne de fer invisible mais puissante. Pas plus qu'un article sur le rôle (forcément) des Juifs et des Francs-maçons dans les attentats du 11 septembre, soutenus en sous-main par le Mossad et la CIA.

Mais alors ? En quoi sommes nous complotistes. Ah, ce commentaire apporte un début de réponse. Nous nous sommes souvent interrogés sur la réalité des causes du changement climatique. Sur les plantages, les changements de discours du GIEC, les simplifications outrancières des ténors de l'organisation politique émanation de l'ONU, qui annonce la fin du monde tous les quatre matins.  Saymal.

Peut-être que quand nous nous interrogeons sur l'existence d'un "Système" qui régit nos vies et, même s'il n'agit pas de manière coordonnée, ne vise que sa propre survie, sommes-nous complotistes. Ou peut-être simplement réalistes ?

Il est toujours plus simple de nier une réalité, de ne même pas la nommer, pour éviter d'en souffrir. Etre réaliste ou un peu plus informé que la moyenne, n'apporte pas la paix de l'esprit. Cela énerve, ronge, souvent.

La guerre, c'est la paix

Prenons un exemple. La concurrence et la libéralisation bénéficient au consommateur. C'est une sorte de postulat de la pseudo-science économique moderne. Les utilisateurs des transports en commun en Grande Bretagne ne disent pas merci à M. John Major. Accidents, retards, équipements vétustes, tarifs inabordables... Résultat somme toute mitigé... Plus près de nous géographiquement et en temps, le Médiateur de l'énergie a dressé mardi un bilan "plus que mitigé" de la concurrence dans le gaz et l'électricité. L'AFP nous explique que "la facture de courant s'est envolée de 49% en moyenne depuis 2007 pour les clients aux tarifs réglementés utilisant un chauffage électrique et de 56% pour ceux utilisant un autre mode de chauffage. Côté gaz, la hausse sur la même période atteint 36% pour les clients aux tarifs réglementés se chauffant avec cette énergie, ajoute le médiateur".

La liberté, c'est l’esclavage

Sommes-nous complotistes si nous voyons dans certains aspects de la Loi Macron des aberrations ? Par exemple, le plafonnement des indemnités accordées par les tribunaux prud’homaux. Il est censé éviter la trouille des patrons de PME au moment de l'embauche. Et donc, de favoriser l'emploi. Oui mais... L'économie n'est pas une balance à deux plateaux. C'est une balance à plateaux multiples. Quand vous tentez d'équilibrer deux plateaux, il y a en a un qui bouge ailleurs. Souvent dans le mauvais sens. Retournons la problématique : en quoi freiner les sanctions des employeurs lorsqu'ils ont recours à des licenciements sans cause réelle et sérieuse, (c'est de cela qu'il s'agit), va-t-il les inciter à ne pas licencier ? Ne serait-ce pas l'inverse ? Le seul moyen de le savoir est d'attendre environ un an pour juger sur pièce en regardant les chiffres du chômage. Rendez-vous dans un an.

Le dernier cadeau du gouvernement de droite gauche aux entreprises, le pacte de responsabilité, n'a pas tout à fait rempli les espoirs initiaux du pouvoir...

Il est souvent dur pour les hommes politiques de tirer les leçons de l'Histoire. Pourtant, lorsque Emmanuel Macron souhaite permettre aux experts-comptables d'avoir des activités de conseil, Mediapart (autres complotistes sans doute) rappelle que les leçon d'Enron n'ont pas été tirées. Quant à la libéralisation des transports par cars... Comme la privatisation des transports ferroviaires en Grande-Bretagne, elle apportera sans doute son lot de surprises, dans la mesure où les entreprises ont pour but principal de faire du profit. Et que pour ce faire, elles ont une fâcheuse tendance à économiser sur tous les postes possibles, y compris des postes sur lesquels elles ne devraient pas.

L'ignorance, c'est la force

Lorsque nous évoquons les risques liés à l'adoption de la Loi sur le Renseignement, sommes-nous complotistes ? L'Histoire a ici aussi des leçons à livrer. Les micros du Canard, les écoutes de l'Elysée... Et ceci était fait avec des techniques rudimentaires. Les possibilités offertes par les "Boites Noires" et les algorithmes sont infinies. Avec les "Boites Noires", il sera possible de faire pression sur n'importe qui, selon le bon vouloir du pouvoir. Es-ce vraiment complotiste de dire cela ou réaliste ? Nous basons nos arguments sur des expériences de bêta-test.

S'inquiéter des tentatives gouvernementales françaises pour inscrire dans la loi la protection du secret des affaires — tout en laissant un boulevard au pouvoir exécutif pour casser la protection des sources des journalistes grâce aux nouveaux jouets des services de renseignements rendus légaux au Parlement — est-il une forme de paranoïa de notre part ou simplement un constat fort inquiétant d'un basculement de la "démocratie" vers… autre chose ?

C'est quoi cette bouteille de style, Reflets ?

L'autre reproche qui nous est fait porte sur notre style. Ça ne fait ni sérieux, ni professionnel. Trop familier, trop de lolcats, à la limite du blog. Bref, les journalistes de Reflets ne respectent pas les codes du journalisme. En relisant nos article, il apparait en effet que nous n'adoptons ni le style des Echos (c'est peut-être pour cela que le responsable du service de presse du CIC ne nous a pas répondu ?), ni celui du Monde. Pas plus que celui du Figaro, de Voici, de Elle... Et même en cherchant plus proche de nous, nous n'adoptons pas le style de Mediapart ou du Canard Enchaîné.

Notre style journalo-gonzo rend-il nos informations moins crédibles ? Pas certain. En quatre ans d'existence et après des tonnes d'articles un tantinet incisifs, nous n'avons à ce jour reçu aucun papier bleu pour un procès en diffamation. Des quotidiens nationaux nous ont cités, ainsi qu'une radio nationale publique : comme quoi, nos confrères savent venir lire Reflets et utiliser ses informations quand ils en ont besoin.

Ce style un peu décalé est aussi une sorte de marque de fabrique qui nous rend immédiatement reconnaissables. Nos lolcats sont là pour démontrer s'il le fallait que nous ne nous prenons pas au sérieux. Le style "Les Echos", on sait faire (Kitetoa a été journaliste financier pendant 9 ans dans un canard encore plus financier que Les Echos). Délibérément, nous ne l'adoptons pas. Ce style montre également que nous ne validons pas les codes habituels. Nous n'interrogeons que très rarement les émetteurs des informations que nous contestons. Nous ne republions pas des informations sans nous interroger sur ce qu'elles ne disent pas. Nous n'avons pas confiance dans les services de presse...

Bien entendu, si nous décidions de nous plier aux codes du journalisme d'aujourd'hui (dans sa majorité), nous aurions plus de lecteurs, plus de clics, plus de brouzoufs. Mais là n'est sans doute pas notre but.

Au final, notre liberté, qu'elle soit dans le ton ou des sujets traités — ne se pliera pas à une demande de crédibilité de surface — qui, si elle permettrait de faire lire Reflets à son chef de service, ou sa vieille tante, ne ferait qu'une chose : nous soumettre à la forme, quand c'est le fond qui nous préoccupe.

0 Commentaires
Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée